Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur les circonstances de l'attentat déjoué dans le train Amsterdam Paris et le rappel des principes de vigilance et de surveillance des gares et de leurs abords sur l'ensemble du territoire national dans le cadre du plan Vigipirate, à Paris le 22 août 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur les circonstances de l'attentat déjoué dans le train Amsterdam Paris et le rappel des principes de vigilance et de surveillance des gares et de leurs abords sur l'ensemble du territoire national dans le cadre du plan Vigipirate, à Paris le 22 août 2015.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Attentat déjoué dans le train Amsterdam Paris le 21 août 2015

ti : Les premiers témoignages recueillis par les services de police depuis hier soir sur les circonstances de l'attaque intervenue dans le train Thalys Amsterdam-Paris dans le Nord de la France permettent de préciser le déroulement des faits.

Un voyageur français, voulant accéder aux toilettes de la voiture 12, s'est trouvé face à un individu porteur d'un fusil d'assaut Kalachnikov en bandoulière. Le voyageur français a tenté courageusement de le maîtriser, avant que l'agresseur ne tire plusieurs coups de feu. Deux passagers américains sont alors intervenus et sont parvenus à maîtriser le tireur, à l'immobiliser au sol et à écarter son armement. Dans la lutte, l'un des deux américains était blessé à coups de cutter. Un des tirs atteignait un autre passager installé sur son siège, de nationalité franco- américaine. Hospitalisés à Arras et à Lille, leur pronostic vital n'est fort heureusement pas engagé. L'alerte aussitôt donnée a permis l'arrêt du train en gare d'Arras et l'interpellation de l'agresseur par les policiers. Il a aussitôt été placé en garde à vue au commissariat d'Arras.

Je renouvelle mes félicitations aux policiers, aux services de secours et de santé, ainsi qu'aux personnels de la SNCF, qui sont intervenus avec beaucoup d'efficacité. Les témoignages des voyageurs les plus proches de la scène ont été recueillis cette nuit, et tous les passagers ont pu ensuite regagner Paris. Je veux rendre hommage au voyageur français qui est intervenu en premier pour maîtriser l'agresseur. Comme pour les deux passagers américains l'ayant immobilisé, nous devons beaucoup à son courage et à son sang-froid. Tous trois ont fait preuve d'un comportement courageux, plein de bravoure, que chacun mesure. Le Président de la République a pu s'entretenir avec le passager français comme avec les passagers américains, pour leur exprimer toute la gratitude de la France.

Les premières investigations ont permis de découvrir l'arsenal dont disposait l'agresseur. Il était composé, outre d'un fusil d'assaut Kalachnikov et de neuf chargeurs garnis, d'un pistolet automatique Luger et d'un chargeur 9 mm, et d'un cutter.

Concernant l'individu placé en garde à vue, il a été transféré tôt ce matin au siège de la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT) de la Police Judiciaire et de la DGSI à Levallois-Perret. Il est actuellement entendu dans le cadre de la garde à vue qui peut durer jusqu'à 96 heures. Il convient de rester prudent quant à son identité, qui n'est pas encore établie avec certitude à l'heure où je vous parle. Si l'identité qu'il déclare était toutefois confirmée, elle correspondrait à celle d'un individu de nationalité marocaine, âgé de 26 ans, signalé par les autorités espagnoles aux services de renseignement français en février 2014, du fait de son appartenance à la mouvance islamiste radicale. Ce signalement a aussitôt conduit la DGSI à émettre une fiche « S » à l'encontre de cette personne, afin de pouvoir le repérer dans le cas de son éventuelle venue sur le territoire national. Il est établi que cette personne a résidé en 2014 en Espagne puis en 2015 en Belgique. Le Parquet Fédéral belge a d'ailleurs annoncé ce matin l'ouverture d'une enquête le concernant. L'enquête, en lien avec les services de police et de renseignement européens, devra établir très précisément la traçabilité de son parcours et de ses déplacements.

En ce qui concerne la sécurité à bord des trains, j'ai adressé cette nuit un télégramme à tous les préfets, pour rappeler les principes de vigilance et de surveillance des gares et de leurs abords sur l'ensemble du territoire national, déjà décidés dans le cadre du plan Vigipirate par le Président de la République et le Premier Ministre. Ces instructions de vigilance valent également pour l'ensemble des transports : aérogares, stations de métro et de RER, tramways, dans le cadre de la posture Vigipirate actuellement en vigueur. Je me suis entretenu ce matin au téléphone avec le Secrétaire d'Etat chargé des transports, M. Alain VIDALIES, ainsi qu'avec M. Guillaume PÉPY, PDG de la SNCF, dans le cadre d'une parfaite coordination de nos services. Je suis également en contact permanent avec mes homologues Ministres de l'intérieur des pays voisins ayant des liaisons ferroviaires transfrontalières avec la France, afin de renforcer les dispositions déjà prises relatives à la sécurité dans ces trains. Par ailleurs, dans le cadre de la coopération européenne, l'ensemble des ressources des services de renseignement partenaires est fortement mobilisé.

Chacun le sait, le niveau de menace auquel nous faisons face est très élevé. Nous le répétons depuis des mois avec le Président de la République et le Premier Ministre, par souci de vérité, de clarté, de transparence. Notre mobilisation est maximale. C'est grâce à elle, et grâce au sang-froid de chaque français, que nous continuerons de surmonter le risque terroriste.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 24 août 2015

Rechercher