Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à France 2 le 25 août 2015, sur le plan de lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment dans les écoles, et la mise à disposition auprès des ménages modestes d'ampoules LED et de radiateurs électriques basse consommation. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à France 2 le 25 août 2015, sur le plan de lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment dans les écoles, et la mise à disposition auprès des ménages modestes d'ampoules LED et de radiateurs électriques basse consommation.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène.

FRANCE. Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

ti : JEAN-PAUL CHAPEL
Bonjour William bonjour à tous. Ségolène ROYAL bonjour.

SÉGOLÈNE ROYAL
Bonjour.

JEAN-PAUL CHAPEL
Alors, les Bourses du monde entier ont craqué hier, l'inquiétude se manifeste sur le ralentissement économique chinois. Est-ce qu'on est à la veille d'une nouvelle crise grave qui pourrait mettre en péril la reprise en France ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Je ne le pense pas, d'abord parce que cette crise est tout à fait relative. Il faut quand même observer que la croissance chinoise reste de 3 à 4 %, ce qui est considérable, quand on voit le volume de production chinois, c'est donc encore un pays qui reste extrêmement dynamique. Ce que n'aiment pas les marchés boursiers, c'est que les choses se passent comme ils ne l'avaient pas prévu. Donc il y a une adaptation des Bourses qui est…ensuite il y a une contamination d'une Bourse à l'autre, mais force est de constater, si l'on regarde très clairement les choses en face, que le continent chinois reste un des plus dynamiques. Alors, bien évidemment, il y a des réorientations économiques qui doivent être faites, je pense en particulier la question de la protection de l'environnement, que la Chine a négligée pendant très longtemps et qui produit un certain de dégâts considérables, mais je puis vous dire, pour avoir vu le Premier ministre chinois qui a rendu visite récemment au chef de l'Etat, que la Chine a pris conscience du potentiel qu'elle a aujourd'hui, en investissant massivement dans les énergies renouvelables et en particulier dans l'énergie solaire. Donc, la croissance chinoise va repartir sans doute sur des bases plus saines, et ça c'est une bonne nouvelle, même si c'est pas forcément la façon de voir des Bourses, qui vont rapidement, d'ailleurs, se réadapter au système économique, dès lors qu'ils vont prendre conscience, effectivement, que la croissance chinoise est encore bien là.

JEAN-PAUL CHAPEL
Alors, vous, votre loi, c'est celle de la transition énergétique…

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui.

JEAN-PAUL CHAPEL
… qui vient d'être promulguée, avec un grand nombre de mesures, très concrètes, sur les travaux d'isolation qui permettent des crédits d'impôts, vous voulez aussi lutter contre le gaspillage alimentaire, notamment dans les grandes surfaces, vous allez rencontrer les opérateurs après-demain. Ils n'auront plus le droit de détruire de la marchandise invendue.

SÉGOLÈNE ROYAL
Voilà, et pas seulement…

JEAN-PAUL CHAPEL
Vous allez leur interdire.

SÉGOLÈNE ROYAL
Voilà. Vous savez, le gaspillage alimentaire, c'est plus de 200 € par an et par famille. C'est considérable. Et pourquoi est-ce que c'est dans la loi de transition énergétique ? C'est parce que dans cette loi, qui fixe l'horizon pour le pays, en termes de montée en puissance sur d'abord l'isolation des bâtiments, la montée en puissance des énergies renouvelables, c'est la croissance verte. C'est une façon aussi de sortie de crise et d'engager des entreprises extrêmement dynamiques en France, sur ce nouveau vecteur, qui permet à la fois de protéger la planète et en même temps de faire beaucoup d'innovations, et de donner du pouvoir d'achat aux Français. Et dans cette loi, il y a aussi ce qu'on appelle l'économie circulaire, c'est-à-dire la question des déchets, pour que les déchets des uns, deviennent les matières premières des autres. Donc on fait aussi des économies d'énergie, on fait aussi des économies de matières premières, et dans ce contexte-là, il y a le fléau du gaspillage alimentaire, qui est tout simplement insupportable. Donc je rencontre les grandes surfaces, parce que cette partie du texte a été annulée pour des raisons de procédure, et je compte sur le la responsabilité, la citoyenneté des entreprises de la grande distribution d'une, part…

JEAN-PAUL CHAPEL
Vous allez leur mettre la pression, même si ce n'est pas vraiment encore dans la loi.

SÉGOLÈNE ROYAL
Je vais leur mettre la pression, mais je pense que c'est aussi leur intérêt. C'est aussi leur intérêt, leur image de marque, et aussi le fait que dans une société, mondialement, où beaucoup de gens meurent encore de faim et où certaines familles en situation de précarité ne peuvent pas nourrir leurs enfants, c'est un intolérable de détruire des biens qui sont encore consommables, et d'utiliser encore un système de date de péremption qui trompe le consommateur, puisque par exemple un yaourt, il faut savoir que trois semaines après la date qui est indiquée, qui n'est qu'indicative, on peut encore consommer son yaourt, ou des matières sèches…

JEAN-PAUL CHAPEL
C'est ce que l'on appelle les Dates limites d'utilisation optimale.

SÉGOLÈNE ROYAL
Les Dates limites d'utilisation optimale.

JEAN-PAUL CHAPEL
Alors, vous voulez les supprimer, ces dates-là ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Non, les Dates limites d'utilisation optimale, qui sont basées sur des critères sanitaires, celles-là il faut les maintenir, mais les dates indicatives, de consommer de préférence…

JEAN-PAUL CHAPEL
Alors, sur un yaourt, par exemple.

SÉGOLÈNE ROYAL
Par exemple, quand c'est mis « consommer de préférence avant telle date », il faut que le consommateur sache qu'il peut consommer après cette date. Pour un yaourt, trois semaines après la date « de préférence », pour des matières sèches comme les pâtes, le riz, le vinaigre, l'huile, etc., il n'y a pas de date de date de péremption, ces biens sont consommables plusieurs années. Donc, si l'on ne veut pas que les familles jettent de la nourriture pour se protéger, à tort, il faut vraiment des règles plus saines.

JEAN-PAUL CHAPEL
Donc on va modifier ce qui est inscrit sur le paquet ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Exactement, ou si les paquets sont déjà bien sûr imprimés, qu'il y ait des affichettes dans les supermarchés, pour indiquer que ces dates ne sont absolument pas des dates rigides.

JEAN-PAUL CHAPEL
Et vous voulez aussi lutter contre le gaspillage dans les cantines et les restaurants d'entreprises.

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui, car contrairement à ce qui a parfois été compris, la loi a bien été votée sur ce point-là, c'est-à-dire l'obligation pour tous ceux qui ont de la restauration, hors domicile , donc les entreprises, les écoles, les hôpitaux, les retraites, etc., il y a une obligation de faire des plans de lutte contre le gaspillage alimentaire, parce qu'on estime, grosso-modo, qu'entre 30 et 40 % de la nourriture est gaspillé et jeté. Et donc je vais lancer un appel à projets, auprès de toutes les écoles, collèges, lycées, pour que, auprès des 1 000 premières écoles qui feront un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire, parce que ça fait partie aussi de l'éducation à l'environnement, seront dotées d'un potager, dans un coin de nature, et quand je vois les territoires à énergie positive qui ont été, vous le savez, lancés, en même temps que la loi…

JEAN-PAUL CHAPEL
Qui va faire le potager alors ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Eh bien les élèves, en appui sur les associations, en appui dans le milieu rural, en appui sur les agriculteurs, et je vois dans les écoles qui ont déjà mis en place les coins nature, les potagers, vraiment d'abord, le plaisir que ça apporte aux élèves, l'éducation à l'environnement que cela apporte également aux élèves, et puis la production directe un peu symbolique, mais je crois que le lien avec la nature, que les enfants retrouvent y compris en ville, la reconquête de la présence de la nature dans les écoles auprès des plus jeunes, c'est aussi un élément clef de l'éducation à l'environnement et de l'apprentissage du respect des espaces verts.

JEAN-PAUL CHAPEL
D'un mot, très brièvement. Vous avez aussi, vous annoncez une mesure pour les ménages modestes…

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui.

JEAN-PAUL CHAPEL
… concernant les économies d'énergie et les ampoules LED. De quoi s'agit-il ? En un mot.

SÉGOLÈNE ROYAL
En un mot, donc, il s'agit de faire en sorte que la loi de transition énergétique profite aussi directement aux gens, soit populaire, et donc j'ai demandé à EDF de mettre en place la distribution d'un million d'ampoules LED, et donc nous allons commencer par les retraités et les personnes à petites retraites, qui pourront venir dans les mairies, échanger deux ampoules qui consomment beaucoup d'électricité, contre deux ampoules LED, et c'est ce million d'ampoules LED qui va être distribué, est financé par les certificats d'économie d'énergie.

JEAN-PAUL CHAPEL
Donc c'est EDF qui va financer, en partie ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Ce sont les certificats d'économie d'énergie d'EDF, mais qui au lieu de faire d'autres dépenses, peut-être moins utiles, va directement aider les citoyens à s'équiper de matériel à basse consommation et nous allons lancer la même opération sur les radiateurs électriques, les vieux radiateurs électriques qui consomment énormément d'électricité, qui pèsent très lourdement sur les budgets des ménages, et là aussi il y aura plusieurs dizaines de milliers de radiateurs qui seront offerts pour cet échange et pour enclencher la citoyenneté écologique.

JEAN-PAUL CHAPEL
Merci beaucoup, Ségolène ROYAL, d'avoir été avec nous.

SÉGOLÈNE ROYAL
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 25 août 2015

Rechercher