Interview de M. Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes à France 2 le 15 septembre 2015, sur le dépistage du Sida et la loi sur la modernisation du système de santé. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes à France 2 le 15 septembre 2015, sur le dépistage du Sida et la loi sur la modernisation du système de santé.

Personnalité, fonction : TOURAINE Marisol, SICARD Roland.

FRANCE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes;

ti :


WILLIAM LEYMERGIE
Mais d'abord c'est l'heure des « 4 vérités » et ce matin Roland SICARD reçoit Marisol TOURAINE.

ROLAND SICARD
Bonjour à tous, bonjour Marisol TOURAINE.

MARISOL TOURAINE
Bonjour.

ROLAND SICARD
On le disait dans le journal à partir d'aujourd'hui les autotests de dépistage du Sida seront disponibles en pharmacie, jusqu'ici on disait qu'il fallait accompagner le patient dans le cas où il découvrirait sa maladie, qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis ?

MARISOL TOURAINE
Il faut évidemment toujours essayer d'accompagner le patient et c'est la raison pour laquelle les personnes qui vont pratiquer cette autotest se voient remettre le numéro de téléphone de Sida info service - qui fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 – qu'ils peuvent appeler pour avoir des informations ou, une fois qu'ils ont réalisé les tests. Pourquoi proposer ce test ? Pourquoi proposer…

ROLAND SICARD
Et, dans un premier temps, ils sont tous seuls ?

MARISOL TOURAINE
Pas nécessairement ! Mais pourquoi proposer ce test ? Parce qu'il y a des hommes principalement, mais des personnes, qui ne souhaitent pas aller à l'hôpital pratiquer un test classique, ne souhaitent pas aller auprès d'associations qui sont très identifiées comme Aides et qui, au fond, ont besoin de se retrouver seules ou en tout cas sans environnement collectif pour pratiquer ce test et, donc, nous avons souhaité, j'ai souhaité, qu'il y ait cela qui soit mis à disposition. Parce que sinon, de toute façon, les gens qui souhaitent ce test iront se le procurer sur Internet et donc moi je préfère qu'il y ait un test fiable, de qualité, qui soit proposé en pharmacie aujourd'hui, à partir d'aujourd'hui, à ceux qui le souhaitent. Mais encore une fois ça ne vient pas se substituer à ce qui existe déjà, c'est un élément supplémentaire de la lutte contre la propagation du Sida, votre reportage le rappelait il y a environ 30.000 personnes en France qui sont porteuses du virus sans le savoir et, parmi elles, il y en a qui voudraient pouvoir pratiquer un test et qui n'osent pas ou ne souhaitent pas aller dans les structures aujourd'hui existantes.

ROLAND SICARD
Mais le soutien psychologique, dont je parlais, il n'est pas quand même indispensable ?

MARISOL TOURAINE
Le soutien psychologique, il est évident souhaitable. Encore une fois ces personnes pourront lorsqu'elles verront leur résultat très rapidement appeler Sida info service ou consulter leur médecin bien sûr, ou un professionnel de santé, il s'agit d‘accompagner le mieux possible des personnes qui se retrouvent face à un résultat qui est un résultat qui n‘est pas nécessairement favorable, mais ces personnes font ce choix-là, et, si elles vont acheter le test sur Internet, elles n'auront pas les garanties de qualité ou de fiabilité. Les personnes qui vont pratiquer ce test ce ne sont pas des personnes qui sinon iraient à l‘hôpital ou dans une association ce sont des personnes qui ne font rien et donc on leur propose un test, une nouvelle manière au fond de se dépister, c'est mieux que rester sans rien savoir.

ROLAND SICARD
Alors, ce test, il est disponible en pharmacie…

MARISOL TOURAINE
Oui !

ROLAND SICARD
Ce n'est pas évident d'aller en pharmacie demander son test devant tout le monde ?

MARISOL TOURAINE
Ecoutez ! On peut le faire sans que ce soit devant tout le monde, dans beaucoup de pharmacies les choses sont organisées de façon à ce que la confidentialité existe et puis, à partir du moment où la loi que je porte actuellement de modernisation de notre système de santé sera voté, il sera également possible de se procurer ce test auprès des associations qui le souhaitent.

ROLAND SICARD
Cette loi sur la santé justement elle est en discussion depuis hier au Sénat, un des points importants c'est le tiers-payant, les syndicats de médecins s'y opposent, continuent de s'y opposer, vous allez l'imposer malgré tout ?

MARISOL TOURAINE
Je suis très sereine pour aborder le débat sur la loi de santé au Sénat puisque la commission a supprimé l'essentiel des mesures qui constituent l'armature de cette loi et je sois résolue à faire en sorte que des mesures de justice sociale, de progrès, d'accessibilité aux soins puissent être votées - en particulier le tiers-payant, mais d'autres mesures, par exemple la mise en place d'un numéro de téléphone pour trouver un médecin en dehors des heures d'ouverture des cabinets médicaux par exemple - et le Sénat a fait le choix de retirer toutes les mesures qui sont celles de prévention, par exemple les mesures relatives au tabac, le paquet neutre, des mesures de progrès et de nouveaux droits comme la suppression du délai de réflexion pour l'interruption volontaire de grossesse. Cette loi, elle repose sur l'idée que la santé dans les années, dans les décennies à venir, elle suppose plus de prévention, plus d'accompagnement en proximité et plus d'information, et c'est ce triptyque-là auquel je suis attachée et moi je défendrai de façon affirmée, sereine, calme mais déterminée, les mesures de cette loi au Sénat dans les jours qui viennent et puis ensuite de nouveau à l'Assemblée nationale.

ROLAND SICARD
Je reviens au tiers-payant ! Les médecins disent que ça va déresponsabiliser le médecin, que si on ne paie pas on ira pour un oui ou pour un non chez le médecin ?

MARISOL TOURAINE
Le tiers-payant ça existe déjà pour quelques patients, pour certains patients, pour des actes qui ne déresponsabilisent pas du tout, par exemple si vous allez dans un laboratoire de biologie ou en pharmacie pour acheter vos médicaments vous avez le tiers-payant et il ne viendrait à l'idée de personne de demander à ce qu'on supprime le tiers-payant dans les pharmacies aujourd'hui, nous avons aussi la comparaison internationale, dans beaucoup de pays le tiers-payant existe : l'Allemagne, la Belgique, les Pays Bas et d'autres pays qui ne sont pas connus pour avoir des dépenses de santé plus importantes que les nôtres. Donc je crois véritablement que c'est un faux argument, qu'on ne va pas chez le médecin pour se faire plaisir, on va chez le médecin parce qu'on a besoin de se faire soigner et il y a aujourd'hui des femmes et des hommes pour qui avancer le prix de la consultation c'est un effort excessif et moi ce que je veux c'est que personne ne renonce à aller chez le médecin pour des raisons financières.

ROLAND SICARD
Les médecins, les syndicats de médecin en tout cas, demandent une augmentation du prix de la consultation, est-ce que vous êtes prête à faire un geste ?

MARISOL TOURAINE
La discussion elle va s'engager non pas avec moi d'ailleurs mais avec la Sécurité sociale, dès lors que les élections professionnelles seront passées, vous savez il y a des élections pour désigner les syndicats de médecins et, donc, on assiste en ce moment à une surenchère : un syndicat demande la consultation à 25 euros, le second la demande à 30 euros, le troisième à 40 euros au moins, donc je crois qu'il faut laisser passer le temps de la campagne électorale. Le temps des élections professionnelles et puis les discussions qui doivent intervenir sur l'organisation de la médecine, éventuellement sur leur rémunération, interviendront en temps et en heure.

ROLAND SICARD
Les déserts médicaux c'est un peu le gros problème récurrent qui revient, comment lutter contre ces déserts médicaux ?

MARISOL TOURAINE
Je ne veux pas parler ainsi de déserts médicaux, il y a des secteurs dans lesquels il y a moins de médecins, moins de professionnels de santé que dans d'autres, et il faut amener, inciter les professionnels à ne pas tous aller dans les centres villes mais à aussi s'installer dans des territoires ruraux par exemple ou des territoires urbains plus difficiles. J'ai depuis trois ans engagé une politique résolue en ce sens qui trouve un nouvel élan, puisque le président de la République hier a annoncé que nous fixions de nouveaux objectifs pour installer des médecins, 1.000 maisons de santé pluri-professionnelles avant 2017 qui permettront d'avoir médecins, kinés, infirmières dans les territoires ruraux ; nous allons augmenter le nombre de médecins généralistes à qui nous proposons des contrats particuliers pour s'installer, il y en a d'ores et déjà 400 là où il n'y en avait pas auparavant ; nous augmentons le nombre de bourses pour des étudiants qui s'engagent en échange à aller s'installer dans ces territoires, il y en aura 1.700 d'ici 2017. Donc, il y a tout un ensemble de mesures qui d'ores et déjà portent leurs fruits puisque depuis 2012 le nombre de médecins qui se sont installés dans ces territoires a considérablement augmenté.

ROLAND SICARD
D'un mot ! Les ambulanciers seront en grève demain, ils réclament une baisse de la TVA, vous ferez un geste ?

MARISOL TOURAINE
C'est un sujet qui est plutôt géographiquement limité, ils veulent s'assurer que dans la perspective des futures lois de régulation financière ils pourront être entendus et écoutés et je suis toujours à l'écoute des professionnels.

ROLAND SICARD
Merci Marisol TOURAINE. William !

WILLIAM LEYMERGIE
Oui ! Merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 25 septembre 2015

Rechercher