Interview de Mme Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique, à "LCI" le 28 septembre 2015, sur les enjeux de la politique du numérique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique, à "LCI" le 28 septembre 2015, sur les enjeux de la politique du numérique.

Personnalité, fonction : LEMAIRE Axelle, DURAND Guillaume.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au numérique;

ti : NICOLAS HERBEAUX
L'invité politique de Guillaume DURAND c'est Axelle LEMAIRE, secrétaire d'État en charge du Numérique, qui répond donc aux questions de LCI et RADIO CLASSIQUE.

GUILLAUME DURAND
Bonjour à vous tous, bon début de semaine. Je suis ravi de vous retrouver avec Axelle LEMAIRE, bonjour, qui est chargée du Numérique au gouvernement…

AXELLE LEMAIRE
Bonjour !

GUILLAUME DURAND
Avec évidemment un projet de loi dont on va parler, qui va être adopté en conseil des ministres et qui sera présenté donc au Parlement. J'avais une question historique à vous poser au départ, qui est vraiment liée évidemment au numérique – ne vous inquiétez pas, on va parler de Charlemagne ce matin - comment se fait-il que les géants de l'Internet soient tous Américains et très, très peu… est-ce que vous avez éclairci cette affaire ? Parce qu'on a quand même de très bons ingénieurs, on a fait le TGV, on a fait un à un moment CONCORDE, enfin on a fait des grands projets industriels, le nucléaire, et on est totalement passés à côté de ça, pourquoi ?

AXELLE LEMAIRE
Peut-être au départ parce qu'on était enfermés effectivement dans des schémas de grandes politiques industrielles qui ont marché pendant les 30 glorieuses mais qu'il faut aujourd'hui revoir, aussi parce que la magie américaine elle est de la Silicone Valley, ils ont un écosystème, c'est-à-dire des start-up qui arrivent à se financer – il y a beaucoup d'argent qui circule – qui sont en lien très étroit avec les universités, avec les centres de recherche, avec les grands groupes et le monde économique…

GUILLAUME DURAND
Mais, pardon, d'après ce que je sais, Internet c'est quand même né d'un certain nombre de techniques qui étaient liées à la guerre – je parle de la Seconde guerre mondiale – est-ce qu'il n'y a pas un moment où les ingénieurs Français, ceux du minitel et les autres, ont dit : « finalement tout cela ça ne nous intéresse pas, laissons ça aux Américains », c'est-à-dire est-ce qu'il n'y a pas eu un mépris français ?

AXELLE LEMAIRE
Je ne crois pas, au contraire, en fait certains disent qu'Internet a été inventé par des Français – et je pense en particulier à Louis POUZIN – souvent les idées géniales viennent de chez nous mais on a du mal à les…

GUILLAUME DURAND
Mais vous vous rendez compte de la débâcle alors, c'est-à-dire qu'on a inventé quelque chose qui industriellement est totalement de l'autre côte de l'Atlantique et qui nous met dans une situation de dépendance ?

AXELLE LEMAIRE
Oui ! C'est vrai pour les Européens comme le reste du monde, mais aujourd'hui je crois que l'heure est à la contre-attaque, au réveil, à l'offensive. Il y a eu deux moments dans l'histoire d'Internet où un certain angélisme fait d'enthousiasme débordant et puis l'ère du soupçon avec les cyber-attaques, avec la surveillance, avec… aujourd'hui on est dans l'ère de la grande lucidité, ce que vous dites, le constat est partagé de la responsabilité de l'action surtout, c'est un des objectifs poursuivi par mon projet, c'est-à-dire comment reprendre la main…

GUILLAUME DURAND
On va y arriver au projet de loi !

AXELLE LEMAIRE
Comment reprendre la main, il n'y a pas de fatalisme, je n'y crois pas.

GUILLAUME DURAND
Justement, autre question par exemple, il y a des pays comme la Corée où Google partage un moteur de recherche avec des Coréens, en France il y a un projet français « Qwant », qui existe, que vous connaissez et ils sont epsilonesques par rapport à Google, pourquoi on n'arrive pas à rééquilibrer Google ? Pourquoi on est tous Google ?

AXELLE LEMAIRE
Déjà il faut poser la question aux usagers et aux utilisateurs ! Parce que ce sont eux qui…

GUILLAUME DURAND
Justement ! Mais enfin c'est vous qui travaillez là-dessus.

AXELLE LEMAIRE
Le moteur de recherche de Google en France il a 96 % du marché, c'est écrasant, « Qwant », formidable technologie, sécurité du moteur de recherche, pas d'utilisation des données personnelles, pas de publicité, donc on se pose légitimement la question : pourquoi « Qwant » ne décolle pas, ils sont…

GUILLAUME DURAND
Et la réponse c'est ?

AXELLE LEMAIRE
Ils sont soutenus par les pouvoirs publics, ils sont soutenus par les Allemands aussi – parce que l'axe franco-allemand est fort en ce domaine, moi je crois que « Qwant » peut décoller un jour, et en ce moment on essaie de rééquilibrer ce rapport de force, notamment à Bruxelles…

GUILLAUME DURAND
Est-ce que ce n'est pas tout simplement trop tard, parce qu'il s'agit d'une affaire commerciale, donc…

AXELLE LEMAIRE
Non ! Pas du tout, pas du tout. Il y a plein de segments, je pourrais vous parler de l'intelligence artificielle, des objets connectés, du big data - l'utilisation massive des données – ou, au contraire, les Français ont une vraie carte à jouer.

GUILLAUME DURAND
Votre projet au conseil des ministres quand ?

AXELLE LEMAIRE
Mi-novembre – fin novembre.

GUILLAUME DURAND
Fin novembre ! Avec donc présentation au Parlement au début de l'année prochaine ?

AXELLE LEMAIRE
Voilà ! Pourquoi pas en commission des lois fin décembre et hémicycle janvier, mais en tout cas dans ces eaux-là.

GUILLAUME DURAND
Et nous sommes dans une période qui est assez particulière puisque pendant trois semaines sur une plateforme gouvernementale il y a une sorte de possibilité pour nous tous - ceux qui nous écoutent - de coproduire ce projet de loi, c'est-à-dire d‘y participer, d'apporter des suggestions ?

AXELLE LEMAIRE
Exactement ! Et ce n'est pas une sorte, c'est la première fois en France, en Europe – à part pour l'Islande et la rédaction de sa Constitution – qu'il est donné à l'ensemble de nos concitoyens la possibilité d'écrire la loi, il suffit d'aller sur la plateforme république-numérique.fr et à partir de là on peut commenter, on peut voter, on peut amender et on peut proposer de nouveaux articles.

GUILLAUME DURAND
Mais est-ce que vous avez le sentiment que ce que vous proposez, qui est utile dans le domaine de la transparence des administrations, finalement fait le tour du problème, parce qu'on a beaucoup dit - pardonnez-moi d'être franc - qu'Emmanuel MACRON allait vous prendre ou vous piquer une grande partie de ce qui était industriel, et vous connaissez cette question, vous connaissez évidemment les réflexions autour de tout ça, c'est-à-dire les réseaux, c'est-à-dire les grandes entreprises, etc., etc. ?

AXELLE LEMAIRE
Les réseaux dont j'ai la charge on a beaucoup fait et ce n'est pas tellement du domaine législatif ! Le plan « France très haut débit » qui consiste à déployer le numérique fixe et mobile dans tous les territoires, il marche bien, la dynamique est enclenchée, d'ici quelques années la France sera l'un des pays les plus connectés d'Europe ; sur les…

GUILLAUME DURAND
Qui est connecté, qui ne l'est pas actuellement en France par exemple ? Quelle est la proportion de ceux qui n'ont pas accès à Internet ?

AXELLE LEMAIRE
Très schématiquement on est mieux connecté en ville qu'en zone rurale et qu'en zone périurbaine et c'est là que… c'est un choix français qui est assez spécifique par rapport au reste de l'Europe, l'accent mis par les pouvoirs publics il est vraiment sur la campagne, sur les zones rurales et sur les zones périurbaines, parce que la concurrence elle joue à plein dans les villes, les opérateurs n'ont pas besoin de nous pour aller y chercher de la rentabilité.

GUILLAUME DURAND
Et justement est-ce que ce n'est pas ça le problème, c'est-à-dire que, vous, vous vous occupez de l'administration et de cette transparence et MACRON se réserve la question industrielle, les opérateurs ?

AXELLE LEMAIRE
Pas du tout ! C'est un peu trop schématique, on va dire, comme division. Ma loi…

GUILLAUME DURAND
En tout cas ça vous fait sourire !

AXELLE LEMAIRE
Oui ! Parce que ma loi c'est une loi sur l'économie de la donnée, de la data - c'est peut-être plus compliqué à expliquer - mais aujourd'hui la valeur économique du XXIème siècle c'est la donnée, c'est l'immatériel, et donc je mets en place le socle qui va préparer l'économie du numérique. Alors ensuite il faudra faire son application sectorielle, le cas par cas, pourquoi pas dans les jeux en ligne, pourquoi pas dans les transports, mais d'abord il faut commencer par se poser les bonnes questions et par émettre les principes de droit qui vont permettre d'accueillir toute cette innovation autour du numérique, ça passera par les données.

GUILLAUME DURAND
C'est-à-dire que c'est la base, c'est le socle de la statue ?

AXELLE LEMAIRE
C'est le socle !

GUILLAUME DURAND
Vous faites le socle, MACRON fait la statue ?

AXELLE LEMAIRE
Voilà ! Et d'autres aussi, parce que vous voyez je travaille beaucoup avec Myriam EL KHOMRI, les questions du numérique…

GUILLAUME DURAND
Ministre du Travail !

AXELLE LEMAIRE
Et du travail sont au coeur de l'action du gouvernement là aussi, moi j'ai une démarche collaborative, dans le numérique on fait en ensemble.

GUILLAUME DURAND
Une grande partie de ceux qui travaillent dans l'Internet, je parle des jeunes qui montent par exemple des applications, etc., ils sont quand même sur la ligne – je reviens aux États-Unis – sur la ligne américaine zéro TVA, zéro impôts, sociétés installées au Luxembourg, en Angleterre, etc., etc., c'est-à-dire par exemple il y a plein - je pourrais donner des dizaines d'exemples – mais ils sont tous sur ce modèle-là…

AXELLE LEMAIRE
Oui !

GUILLAUME DURAND
Impôts en France, pardonnez-moi, mais bras d'honneur ?

AXELLE LEMAIRE
Alors là aussi moi je ne verse pas dans le fatalisme, il se trouve que ce week-end j'ai lu le livre de monsieur RUDELLE, c'est le patron de Critéo, il parle exactement de ce sujet, où il dit : « d'abord, moi qui habitait en Californie, je payais plus d'impôts et il a décidé de rentrer en France et il croit beaucoup à la French tech et au potentiel d'innovations des Français - il considère que la question fiscale elle est totalement secondaire - et cette idée selon laquelle pour être une start-up en croissance on n'a pas d'autre choix que d'aller se domicilier dans l'Etat du Deleware…

GUILLAUME DURAND
Pour l'instant c'est ce qu'il pense !

AXELLE LEMAIRE
Elle commence, elle commence à être contestée, parce que la plupart des jeunes créateurs d'entreprise que je rencontre partout en France ils me disent : « mais moi, si je peux, je veux rester » et pour ça ils doivent avoir accès au financement et c'est ce sur quoi on travaille.

GUILLAUME DURAND
Mais quand on a lu dans la presse tous, vous comme moi, que Facebook payait 300 ou 350.000 d'impôts en France, on se dit quand même ils se foutent de nous, même si on trouve Facebook formidable ?

AXELLE LEMAIRE
C'est une autre question et vous avez tout à fait raison de la poser ! C'est celle de l'optimisation fiscale des grands groupes et notamment des plateformes numériques, moi je crois que d'abord on agit en France parce qu'il y a des contentieux en cours, il y a des enquêtes administratives des services fiscaux, Google par exemple a approvisionné ½ milliard d'euros au cas où le…

GUILLAUME DURAND
Et est-ce que vous avez demandé, par exemple vous, puisque c'est votre domaine, est-ce que vous avez demandé aux dirigeants de Facebook de se mettre en règle ?

AXELLE LEMAIRE
Ah ! Mais bien sûr.

GUILLAUME DURAND
Et qu'est-ce qu'ils vous répondent ?

AXELLE LEMAIRE
Ils nous répondent…

GUILLAUME DURAND
Ils ont tourné la loi et qu'ils s'en foutent.

AXELLE LEMAIRE
Non ! Parce que par rapport au droit c'est plutôt les Européens qui n'arrivent pas à se mettre d'accord et qu'eux ils se mettront au pas lorsque tout le monde sera d'accord en Europe - c'est un peu une manière facile de contourner la question – mais en réalité en fiscalité ce qu'il faut c'est changer la manière d'aborder le sujet pour dire que les entreprises doivent être imposées là où sont les usagers, les utilisateurs, les consommateurs. Avant on était imposé là où était le siège de l'entreprise, en Irlande, aux États-Unis, dans le numérique ç a ne marche pas comme ça, dans le numérique ce qui fait la valeur de Facebook c'est son milliard d'utilisateurs et donc il faut que les impôts puissent être collectés là où habitent ces utilisateurs.

GUILLAUME DURAND
Est-ce que vous êtes défendue par Manuel VALLS contre Emmanuel MACRON ?

AXELLE LEMAIRE
Non ! Pas du tout, Manuel VALLS est le Premier ministre d'un gouvernement qui oeuvre pour les Français. Très franchement moi je ne suis pas une polémiste, moi je travaille, je travaille, les petites phrases ça ne m'intéresse pas.

GUILLAUME DURAND
Justement, à propos des polémiques, qu'est-ce que vous pensez de celle de madame MORANO, parce que vous nous parlez de sujets sophistiqués et on se rend compte – je le disais tout à l'heure à Corinne LEPAGE – que les réseaux sociaux son pleins finalement du buzz concernant la France ce pays de race blanche et de traditions chrétiennes, alors est-ce qu'il n'y a pas deux ou trois manières de faire de la politique, en tout cas vous n'auriez rien à lui dire et rien à vous dire non plus ?

AXELLE LEMAIRE
Eh bien il faudrait que j'essaie de comprendre ses ressorts ! J'ai un peu de mal c'est vrai. Moi j'ai passé 15 ans à l'étranger avant de revenir en France pour y faire de la politique lorsque j'ai été élue députée et j'ai été vraiment très frappée de voir à quel point on est dans une société engluée par des tensions, par des questions mal posées et pour moi la manière dont elle aborde des sujets, qui sont fondamentaux pour nos concitoyens, elle est mal posée, c'est polémique, elle met de l'huile sur le feu, ça attise les violences, moi je n'ai pas envie de cette politique-là. Donc, je ne sais pas ce que j'aurais à lui dire, essayer de comprendre…

GUILLAUME DURAND
Oui ! Mais peut-être que - et si on en croit les sondages – vous savez que la gauche est donnée comme avançant lentement mais sûrement vers une Bérézina aux Régionales, donc finalement peut-être qu'il y a un discours trop sophistiqué d'un côté et un discours qui est peut-être trop partisan de l'autre mais qui répond à l'attente des Français ?

AXELLE LEMAIRE
Moi je me pose la question ! Mais ce que je sais c'est que je fais énormément de déplacements partout en France, dans les territoires, dans des zones plus reculées, pour essayer d'expliquer la politique du gouvernement, expliquer notamment que le numérique c'est vrai que ça a l'air d'être réservé à un domaine d'experts, c'est très technique, technologique, mais qu'en réalité ça peut vraiment changer le quotidien et, donc, j'explique, j'explique, j'explique ce qu'on fait pour tout le monde parce qu'on a une vision – et c'est ce gouvernement qui l'apporte - d'un numérique pour tout le monde, pour tous, y compris socialement, par exemple dans mon projet de loi j'introduis le maintien à la connexion Internet parce que je considère que c'est un bien essentiel pour les foyers les plus fragiles. Il se trouve que Mark ZUKENBERG, vous en parliez, à l'ONU samedi a dit à peu près la même chose, donc voilà on oeuvre pour améliorer le quotidien des Français, c'est souvent mal compris, mal perçu, ça le sera lorsque les résultats économiques et sociaux seront au rendez-vous, les résultats sociaux ils commencent à être au rendez-vous puisque c'est la première fois en 10 ans que la réduction des inégalités est constatée.

GUILLAUME DURAND
Merci beaucoup Axelle LEMAIRE, donc qui est chargée du Numérique au sein du gouvernement, conseil des ministres au mois de novembre et donc le projet de loi au Parlement en 2016, bonne journée à vous.

AXELLE LEMAIRE
Merci.

GUILLAUME DURAND
Et on retrouve nos amis de LCI, pardon, avec un soupçon de retard.

HÉLÈNE LECOMTE
Et bonne journée et à demain.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 2 octobre 2015

Rechercher