Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes à I-Télé le 29 septembre 2015, sur les campagnes de prévention et de dépistage du cancer du sein et la loi de modernisation du système de santé. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes à I-Télé le 29 septembre 2015, sur les campagnes de prévention et de dépistage du cancer du sein et la loi de modernisation du système de santé.

Personnalité, fonction : TOURAINE Marisol, TOUSSAINT Bruce.

FRANCE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes;

ti :


BRUCE TOUSSAINT
Marisol TOURAINE EST l'invitée d'I TELE ce matin, bonjour…

MARISOL TOURAINE
Bonjour Bruce TOUSSAINT.

BRUCE TOUSSAINT
Et merci d'être avec nous. Regardons ensemble cette image, c'est l'image de la nuit, c'est la Tour Eiffel revêtue de rose – tour un symbole bien sûr – c'est le lancement d'Octobre rose, voilà un sujet qui vous tient à coeur en tant que ministre de la Santé évidemment ?

MARISOL TOURAINE
Oui ! Absolument. Octobre rose c'est quoi ? Octobre rose c'est un mois où on va parler du dépistage du cancer du sein, sensibiliser les femmes, les hommes aussi après tout au cancer du sein et rappeler que le cancer du sein tue environ 12.000 personnes - 12.000 femmes par an - et en même temps rappeler, parce que c'est positif, que lorsqu'il est pris à temps ce cancer peut être guéri dans neuf cas sur dix. Ce qui veut dire qu'il faut insister sur la nécessité d'aller se faire dépister, de pratiquer des examens qui vont permettre d'identifier une tumeur au stade précoce et, ensuite, d'être soigné.

BRUCE TOUSSAINT
C'est vrai qu'il y a un travail d'information, de sensibilisation - la Tour Eiffel bien sûr – et puis il y a aussi ce clip, c'est la campagne 2015 d'Octobre rose, on va le regarder ensemble.

//Diffusion du clip de campagne 2015 d'Octobre rose//

BRUCE TOUSSAINT
Vous avez approuvé cette campagne ?

MARISOL TOURAINE
Oui ! Non, mais il y a plusieurs clips, il y a plusieurs campagnes. Il faut, sur un sujet évidemment un peu anxiogène, dédramatiser - je ne sais pas si c'est le mot - mais en tout cas essayer de mettre un peu de légèreté, parce qu'il y a des femmes qui ont peur d'aller se faire dépister, elles se disent au fond : « et si on me trouvait quelque chose »…

BRUCE TOUSSAINT
Bien sûr !

MARISOL TOURAINE
La réponse c'est, si on vous trouve quelque chose et que c'est au tout au début, il y a de très fortes chances, neuf sur dix, qu'on puisse vous guérir et donc ça vaut vraiment le coup d'aller se faire dépister. C'est pour cela que le dépistage existe bien sûr depuis des années, que toutes les femmes de 50 à 74 ans ont la possibilité, le droit, à une mammographie qui est prise en charge à 100 % tous les deux et ce que je souhaite c'est que nous puissions aller au-delà.

BRUCE TOUSSAINT
C'est-à-dire ? Est-ce que par exemple pour celles qui ont un risque, pour les femmes qui ont un risque plus important, qui ont besoin de plus d'examens médicaux, vous allez changer les choses ?

MARISOL TOURAINE
Oui ! Parce que le paradoxe justement c'est que les femmes de 50 à 74 ans qui ont un risque moyen, donc qui n'ont pas de risque particulier, elles ont droit à cette mammographie qui est prise en charge tous les deux à 100 %. Si votre mère par exemple a eu un cancer du sein et que vous n'avez pas encore 50 ans ou que vous avez plus de 74 ans, vous pouvez avoir besoin de davantage d'examens et dans ce cas-là vous n'êtes pas remboursé à 100 %, ce qui est un peu contradictoire puisque vous avez plus de risque que les autres et que vos examens ne sont pas pris en charge, j'ai donc décidé qu'à partir de maintenant – donc il faut le temps que ça se mette en place – donc à partir du printemps 2016, les femmes qui ont un risque élevé ou très élevé, c'est-à-dire celles qui ont besoin d'un accompagnement plus personnalisé, encore une fois des examens avant 50 ans, après 74 ans ou plus fréquent entre 50 et 74 ans, eh bien que ces femmes pourront avoir leurs examens, ceux qui seront nécessaires, pris en charge à 100 % par l'assurance maladie. C'est donc un progrès, un progrès de dépistage, parce qu'encore une fois la priorité c'est de dépister, c'est de détecter les tumeurs avant qu'elles ne soient trop importantes.

BRUCE TOUSSAINT
C'est un coût que vous acceptez de… ça a un coût forcément, ça a un coût que vous acceptez de prendre en charge, de supporter ?

MARISOL TOURAINE
Oui ! Vous savez c'est la prévention et la prévention cela permet d'éviter des traitements lourds et cela permet de sauver des vies et sauver des vies cela n'a pas de prix - même si cela a un coût – la Sécurité sociale portera cela, c'est l'une de mes volontés pour les années qui viennent.

BRUCE TOUSSAINT
Voilà donc pour cette annonce ce matin. On va parler d'un autre sujet important, c'est l'IVG, les sages-femmes pourront pratiquer des interruptions volontaires de grossesse médicamenteuses, le Sénat a approuvé hier après l'Assemblée cet article du projet de loi Santé, c'est quelque chose que vous réclamiez depuis longtemps ?

MARISOL TOURAINE
L'IVG c'est un droit, une campagne est lancée - j'en ai encore la trace sur le bras si je puis le montrer – il s'agit là encore de rappeler que c'est un droit des femmes, qu'il n'y a pas de pression à subir et que l'information est absolument nécessaire. C'est pour cela que j'ai lancé une campagne hier et que dans ce projet de loi je souhaite qu'on facilite l'accès des femmes à l'IVG et parmi ces mesures, les mesures que j'ai proposé d'adopter, il y a celle que vous mentionnez, les sages-femmes - qui sont évidemment auprès des femmes un professionnel de santé tout à fait important, reconnu, identifié - les sages femmes pourront désormais pratiquer une IVG médicamenteuse, c'est-à-dire qu'elles pourront repérer les cas dans lesquels cette IVG est possible, ça dépend du délai auquel on se trouve et de l'environnement des femmes, mais elles pourront prescrire et accompagner les femmes pour une IVG médicamenteuse.

BRUCE TOUSSAINT
Ca va changer quoi d'ailleurs, est-ce que ça va changer quelque chose au fameux délai que vous évoquiez à l'instant…

MARISOL TOURAINE
Non ! Ca ne change rien.

BRUCE TOUSSAINT
Les sept jours de réflexion ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Il y a deux délais différents : les sept jours de réflexion, qui existaient avant, ont été supprimés - et au Sénat et à l'Assemblée - et c'est un souhait du gouvernement parce qu'une femme qui décide d'avorter elle le fait après sa propre réflexion, c'est une décision qu'elle prend, c'est un choix qu'elle réalise, elle n'a pas besoin de réfléchir à nouveau, les femmes elles ont de la jugeote et au fond elles sont autonomes, elles sont capables de décider pour elles-mêmes ; et à côté de cela, lorsqu'une femme décide de pratiquer une IVG, il faut qu'elle puisse trouver un endroit où le faire de façon simple, de façon accessible et je souhaite démultiplier les contacts, les offres d'accompagnement, c'est pour cela que je souhaite renforcer le rôle des sages-femmes.

BRUCE TOUSSAINT
C'est le signe aussi que 40 ans après la loi Veil les femmes, des femmes, rencontrent encore des difficultés à accéder à l'IVG ?

MARISOL TOURAINE
Des femmes rencontrent des difficultés et sont confrontées à des idées reçues ! J'ai fait réaliser une étude pour cette année pour le ministère et on s'aperçoit que par exemple 40 % des Français pensent encore que l'IVG ça ne se réalise qu'à l'hôpital alors que ça fait plus de 10 ans que vous pouvez pratiquer une IVG médicamenteuse donc en allant au cabinet du médecin ou demain au cabinet d'une sage-femme, donc il y a des idées reçues ; et vous savez hier j'ai lancé cette campagne, j'ai lancé un numéro d'information, ça a donné lieu à une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux, mais beaucoup de réactions aussi - même si elles étaient minoritaires – beaucoup de réactions d'une rare virulence donnant aux femmes la possibilité de choisir, de choisir la vie, de choisir le moment où elles sont mères, ce qui prouve que nous avons encore besoin de lever des tabous.

BRUCE TOUSSAINT
Mais comment vous l'expliquez, comment vous expliquez que 40 ans après on en soit encore là ou est-ce qu'au contraire vous avez le sentiment par exemple que les choses s'aggravent, qu'on est dans une espèce de retour en arrière ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Je dirais que les Français considèrent à une écrasante majorité que l'IVG c'est un droit et un droit pour les femmes, un droit fondamental même, mais il y a une petite minorité qui considère que les femmes doivent avoir un enfant dans toutes les circonstances et ces voix-là – même minoritaires – elles sont davantage portées aujourd'hui, on les entend davantage qu'il y a quelques années, regardez le retour en arrière en Espagne ou au Portugal, on voit bien qu'en France aussi cette tentation-là existe et que ces sirènes retentissent.

BRUCE TOUSSAINT
Vous auriez la gentillesse de montrer votre... Voilà ! « Mon corps – un petit peu plus haut s'il vous plait pour que la caméra puisse bien le voir…

MARISOL TOURAINE
« Mon corps m'appartient » !

BRUCE TOUSSAINT
« Mon corps m'appartient » ! Mais ce n'est pas un tatouage, c'est un…

MARISOL TOURAINE
Non ! C'est une décalcomanie qu'on doit pouvoir trouver dans les journaux féminins, qu'on pourra trouver…

BRUCE TOUSSAINT
Non ! Non, mais le message est fort ?

MARISOL TOURAINE
Le message est là, c'est un peu ludique, en même temps c'est une décalcomanie, ça fait partie de ces choses que les jeunes femmes en particulier ont beaucoup utilisé cet été sur la plage, c'est une façon de frapper les esprits pour annoncer la mise en place d'un numéro de téléphone…

BRUCE TOUSSAINT
Alors je ne l'ai pas encore donné, c'est le 0.800.08.11.11.

MARISOL TOURAINE
Voilà ! C'est donc un numéro de téléphone national, gratuit bien sûr, anonyme, qui sera géré par le planning familial. Il ne s'agit pas d'inciter à quoi que ce soit ou d'empêcher quoi que ce soit, il s'agit d'informer, de répondre aux questions que se posent les femmes sur l'IVG, mais sur la contraception, sur la sexualité de façon plus générale.

BRUCE TOUSSAINT
Pour être encore plus précis, le numéro s'affiche en ce moment, c'est du lundi au samedi de 9 h à 22h, le samedi c'est juste de 9 h à 20 h.

MARISOL TOURAINE
C'est jusqu'à 20 h !

BRUCE TOUSSAINT
Voilà ! Absolument, pour toutes les questions. Il y a un autre sujet qui est aujourd'hui épinglé on va dire par l'UFC Que choisir c'est le prix des prothèses auditives et on apprend d'après l'association UFC Que choisir que deux millions de Français finalement ne s'équipent pas parce que les prix sont trop élevés, est-ce que c'est un sujet… est-ce que vous connaissez cette situation ?

MARISOL TOURAINE
Bien sûr !

BRUCE TOUSSAINT
Est-ce que c'est un sujet dont vous allez vous emparer ?

MARISOL TOURAINE
Je m'en suis déjà emparée pour une partie de la population ! Dans la loi que nous évoquions de modernisation de système de santé, dans laquelle il y a donc des mesures sur l'IVG, il y a des mesures, des dispositions, pour faciliter l'accès des Français modestes à des équipements comme les prothèses auditives, nous mettons en place ce qu'on appelle des tarifs sociaux, ce qui veut dire que pour les personnes qui ont la CMU ou l'aide à la complémentaire santé – donc des personnes modestes, dont le revenu est inférieur à environ 1.000 euros par mois – il y aura des tarifs encadrés qui leur permettront d'accéder à des prothèses auditives. Pour le reste, des discussions…

BRUCE TOUSSAINT
Ca, ça concerne les plus démunis…

MARISOL TOURAINE
Les personnes modestes ! Pour le reste…

BRUCE TOUSSAINT
Mais pour les autres est-ce que…

MARISOL TOURAINE
Pour les autres…

BRUCE TOUSSAINT
Parce qu'en fait, pardon de vous couper, mais le problème principal visiblement c'est que les fabricants sont trop gourmands, d'après l'UFC Que choisir une prothèse auditive pour une oreille c'est 10.500 euros…

MARISOL TOURAINE
Oui ! En moyenne.

BRUCE TOUSSAINT
Alors que ça coûte 300 euros aux fabricants…

MARISOL TOURAINE
Oui ! Oui, c'est pour ça que…

BRUCE TOUSSAINT
Il y a un problème de marge-là quand même ?

MARISOL TOURAINE
Oui ! Il faudra faire un peu de transparence sur les tarifs et sur les devis et avoir des discussions sur la manière de faire baisser les prix pour que les Français puissent y accéder. Vous savez aujourd'hui on voit que des mesures qui ont été prises, que j'ai prises, permettent progressivement de faire baisser les prix pour les lunettes par exemple, il n'y a aucune raison que nous ne parvenions pas à engager cette dynamique pour les prothèses auditives.

BRUCE TOUSSAINT
Un dernier mot de santé avant de parler de politique ! L'automne approche, on y est déjà donc depuis quelques jours pour être plus précis, du coup le vaccin contre la grippe il va revenir ?

MARISOL TOURAINE
Bientôt ! Dans quelques semaines.

BRUCE TOUSSAINT
Oui ! Mais alors l'an dernier il n'était pas très efficace, tout le monde l'a un peu reconnu, c'est toujours à Paris le vaccin contre la grippe…

MARISOL TOURAINE
Oui ! C'est-à-dire qu'il faut savoir quelle va être la souche de grippe qui va circuler…

BRUCE TOUSSAINT
Voilà !

MARISOL TOURAINE
Et savoir si le vaccin qui est fabriqué des mois avant va bien correspondre…

BRUCE TOUSSAINT
Du coup vous craignez que cette année, à cause de ce qui s'est passé l'an dernier, les gens vont moins aller se vacciner ?

MARISOL TOURAINE
J'ai une préoccupation ! Parce que les Français expriment des doutes sur les vaccins et en particulier à l'égard du vaccin contre la grippe. Mais je voudrais rappeler que la grippe ce n'est pas une maladie anodine, c'est une maladie qui peut tuer - en particulier les personnes fragiles et les personnes très âgées - et se vacciner c'est une, comment dire, une protection qui permet, même si elle n'est pas totalement efficace, de se protéger un peu, moyennement ou beaucoup, mais il vaut mieux se vacciner que de ne pas se vacciner et l'année dernière a été assez virulente et on a constaté que les personnes qui ont été hospitalisées en réanimation étaient massivement des personnes qui n'avaient pas été vaccinées et, donc, moi j'appelle à ce principe de protection, de prévention, il vaut mieux se vacciner que de ne pas se faire vacciner, même s'il n'est pas efficace à 100 % le vaccin contre la grippe – surtout s'il est répété année après année – permet de développer des immunités.

BRUCE TOUSSAINT
Bien ! Vous allez adorer la transition, Emmanuel MACRON est-il vacciner contre limogeage ministériel ?

MARISOL TOURAINE
Oh ! Emmanuel MACRON s'exprime beaucoup et d'ailleurs il dit des choses qui peuvent être stimulantes, intéressantes – même si on ne le=s partage pas nécessairement – mais…

BRUCE TOUSSAINT
Ce qui est votre cas ?

MARISOL TOURAINE
Oh ! Ecoutez, j'ai…

BRUCE TOUSSAINT
Vous ne partagez pas tout ?

MARISOL TOURAINE
Je ne partage pas tout ! Mais au fond le débat est utile, mais ce qui est aussi utile c'est que chacune, chacun se concentre sur son activité ministérielle.

BRUCE TOUSSAINT
Non ! Mais sur la discipline gouvernementale, j'imagine vous par exemple si vous aviez dit ce qu'il a dit vous auriez été virée, non ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Je ne suis pas certaine que j'aurais été virée, puisqu'il l'a dit sans l'être, donc il n'y a aucune raison d'imaginer que d'autres ministres l'auraient été et, au fond, il y a le respect d'une politique gouvernementale. Mais ce qui compte c'est de savoir si on est d'accord ou pas au fond, parce qu'il ne s'agit pas uniquement de jouer les gendarmes ou les instituteurs, de rappeler à l'ordre, c'est est-ce qu'on est d'accord au fond ; et quand Emmanuel MACRON dit que le libéralisme est une valeur de gauche moi je reste un peu interrogative, la liberté sûrement oui, l'autonomie des personnes et des individus sûrement, mais la loi du plus fort certainement pas et être de gauche, être moderne – parce que c'est bien de ça qu'il s'agit – c'est être moderne, la gauche c'est la modernité, c'est le progrès pour les individus et pour la société et la modernité elle ne passe pas par la loi du plus fort et donc moi j'appelle à ce qu'on travaille sur les régulations, sur l'encadrement, plutôt qu'au fond sur simplement ce qui permet à chacun de faire ce qu'il veut.

BRUCE TOUSSAINT
Alors ça c'est sur la partie en effet libérale du discours d'Emmanuel MACRON, il y a un autre débat qu'il a lancé, il a dit : « je n'ai jamais voulu être candidat - c'est sur le statut d'élu cette fois - aujourd'hui je n'ai pas envie d'être député en 2017 », il dit même : « qu'accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat par la voie des urnes est un cursus d'un autre temps ».

MARISOL TOURAINE
Par la voie des urnes quand même, sinon ça s'appelle la dictature, si on ne devient pas président en ayant été élu c'est un peu compliqué. Mais au fond la démocratie c'est aussi être… l'élection quand même, ce n'est pas que l'élection, mais c'est aussi l'élection. Il y a...

BRUCE TOUSSAINT
Vous savez de quoi vous parlez, vous êtes élue ?

MARISOL TOURAINE
Moi je suis élue, je suis députée et j'ai été présidente du Conseil alors général de mon département, l'Indre-et-Loire, et ce sont es mandats qui apportent beaucoup de satisfaction à ceux qui les exercent parce que ce sont des mandats de proximité, d'engagement dans la vie quotidienne, mais là encore…

BRUCE TOUSSAINT
Absolument !

MARISOL TOURAINE
Au fond il peut y avoir une diversité de parcours, moi je crois qu'il faut être ouvert et reconnaitre qu'il n'y a pas une seule manière d'exercer des fonctions politiques, il n'y a pas un seul parcours politique, mais ne jetons pas avec l'eau du bain - ce qui est aussi une des forces dans notre pays - une relation de proximité.

BRUCE TOUSSAINT
Alors, justement, écoutez ce que dit à ce sujet Manuel VALLS.

MANUEL VALLS, PREMIER MINISTRE
L'expérience d'un élu de terrain est irremplaçable - et nous le voyons ici - qu'il soit de gauche ou de droite, parce qu'ils sont confrontés aux mêmes difficultés, aux mêmes problèmes, aux mêmes engagements, moi j'ai été maire pendant 11 ans, c'est la plus belle des fonctions et la démocratie elle sert toujours de modèle, il n'y en a pas d'autre. On est dans une démocratie je vous le dis où on a besoin d'élus, sinon ce n'est plus tout à fait une démocratie.

MARISOL TOURAINE
Oui ! Voilà…

BRUCE TOUSSAINT
Voilà ! Ca rejoint ce que vous disiez à l'instant.

MARISOL TOURAINE
Mais la démocratie… mais au fond, la question, c'est d'un côté est-ce qu'il y a une seule voie pour faire de la politique ? La réponse est évidement non ! Ensuite, est-ce que la modernité de la politique elle passe nécessairement par le refus de l'élection ? Franchement je ne crois pas ! Les Français expriment un besoin de proximité aussi, un besoin d'ancrage dans les territoires et la modernité c'est aussi ça, la modernité c'est rénover la démocratie plutôt que de nier ce qui en est une de ses composantes essentielles.

BRUCE TOUSSAINT
Mais il n'y a pas des moments, Marisol TOURAINE, où vous avez envie de dire comme Martine AUBRY la semaine dernière ras-le-bol d'Emmanuel MACRON?

MARISOL TOURAINE
Non ! Moi j'aime bien le débat, j'aime bien la discussion et au fond ce qui compte c'est qu'on avance tous ensemble dans l'intérêt des Français…

BRUCE TOUSSAINT
Oui ! Mais enfin là vous n'avancez pas tous ensemble, vous avancez en ordre dispersé ?

MARISOL TOURAINE
Ecoutez, moi vous voyez en ce moment je suis assez occupée et j'ai l'impression de m'occuper vraiment de ce qui préoccupe vraiment les Français, que ce soit les femmes à travers le dépistage du cancer ou l'VG, que ce soit l'ensemble des Français, vous parliez des audioprothèses, c'est ça concrètement qui préoccupent les Français.

BRUCE TOUSSAINT
J'aimerais juste avoir votre opinion sur une phrase qui a suscité énormément de commentaire ce week-end, c'est celle de Nadine MORANO qui a dit que la France était un pays de race blanche, d'ailleurs Alain JUPPE ce matin a fait un tweet dans lequel qu'il envoie un signe d'amitié à nos compatriotes d'Outremer qui ne sont pas tous de race blanche et qui sont tous Français à part entière, ça vous a inspiré quoi cette phrase de Nadine MORANO ?

MARISOL TOURAINE
Que les digues ont sauté à l'évidence pour certains, en tout cas pour elle, et qu'on ne sait pas où elle va s'arrêter, donc franchement moi je trouve ça insupportable et intolérable. C'est intolérable pour les Français d'Outremer, c'est intolérable pour les Français qui vivent dans l'hexagone et qui ne sont pas blancs et c'est tout simplement intolérable pour nos valeurs, la France ce n'est pas ça, la France c'est l'intégration, c'est le rassemblement, la France c'est la négation des distinctions de races justement, la Constitution elle s'ouvre là-dessus, la Constitution elle dit qu'on ne peut pas discriminer, séparer, opposer. Donc franchement madame MORANO ferait mieux de se taire et je suis un peu préoccupée du fait qu'elle soit tête de liste aux Régionales dans son département, que fait le parti Les Républicains, l'ex-UMP ? Au fond Alain JUPPE est peut-être un peu seul à s'exprimer là-dessus, on aimerait bien entendre des voix à droite…

BRUCE TOUSSAINT
Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET s'est exprimée ce matin pour parler de propos exécrables !

MARISOL TOURAINE
Est-ce que des propos comme cela, est-ce que ces propos exécrables peuvent être portés par la bouche d'une représentante aux Régionales des Républicains ?

BRUCE TOUSSAINT
Elle devrait être exclue, c'est ce que vous êtes en train de dire ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Je ne dis pas… exclue ça ce n'est pas une affaire de parti, c'est une affaire d'élection, se faire représenter par une personne qui porte ces mots-là je trouve que ça en dit long sur l'état de la droite aujourd'hui.

BRUCE TOUSSAINT
Trois images, mais très vite, on est en retard, un commentaire rapide sur ces trois images. Tout d'abord, il était à votre place hier matin, Jacques ATTALI, il prépare un programme présidentiel et, lorsque je lui ai demandé s'il pourrait éventuellement incarner ce projet, eh bien je ne l'exclus pas. Est-ce qu'il pourrait être un bon candidat à la présidentielle ?

MARISOL TOURAINE
Jacques ATTALI est un homme d'idées, il a l'habitude de proposer des idées, de lancer des idées, je trouve ça intéressant, donc voyons les idées qu'il a à apporter, c'est toujours utile.

BRUCE TOUSSAINT
BURGER KING veut racheter QUICK, alors là c'est à nouveau une question à la ministre de la Santé, ça représente aussi la malbouffe pour vous cette restauration rapide ou est-ce que finalement il y a quand même des efforts qui sont faits, on sait que MC DO veut faire un burger bio dans quelques semaines, qu'est-ce que ça vous inspire ?

MARISOL TOURAINE
La malbouffe comme vous dites, en tout cas n'est pas toujours bonne pour la santé, mais c'est une affaire de dosage, une affaire de quantité, donc il y a la vie des affaires d'un côté et de l'autre la ministre de la Santé souhaite qu'il y ait un logo nutritionnel, qu'on puisse informer nos concitoyens sur ce qu'ils mangent pour les accompagner au quotidien, manger un peu de tout, mais évidemment on ne peut pas passer sa vie à manger des hamburgers, ce n'est pas excellent pour la santé, mais un hamburger de temps en temps ça n'a jamais fait de mal à personne.

BRUCE TOUSSAINT
Et enfin Mars, alors là c'est plus un commentaire je dirais presque philosophique que je vous…

MARISOL TOURAINE
Ah ! C'est fabuleux moi je trouve.

BRUCE TOUSSAINT
Ah ! Oui, ça vous plait cette découverte ?

MARISOL TOURAINE
Oh ! Moi je trouve ça fabuleux, ce qui me plait c'est qu'on découvre des choses, qu'on se dise qu'on est en train de repousser les limites de la connaissance, du savoir, on explore, moi je trouve ça absolument fabuleux.

BRUCE TOUSSAINT
Merci beaucoup Marisol TOURAINE, bonne journée à vous…

MARISOL TOURAINE
Merci à vous !

BRUCE TOUSSAINT
Et tout de suite l'essentiel de l'actualité avec Alice DARFEUILLE.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 5 octobre 2015

Rechercher