Interview de Mme Axelle Lemaire, secrétaire d'état au numérique, à "Sud Radio" le 7 octobre 2015, sur le projet de loi sur le nuémrique et la protection des données personnelles, les relations sociales à Air France. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Axelle Lemaire, secrétaire d'état au numérique, à "Sud Radio" le 7 octobre 2015, sur le projet de loi sur le nuémrique et la protection des données personnelles, les relations sociales à Air France.

Personnalité, fonction : LEMAIRE Axelle.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au numérique

ti : CYRIL VIGUIER
Bonjour à tous ! Il est 8 h, nous sommes en direct dans « Territoires d'infos », la matinale de Public Sénat et Sud Radio avec la participation de la presse quotidienne régionale. Bonjour Axelle LEMAIRE…

AXELLE LEMAIRE
Bonjour.

CYRIL VIGUIER
Vous êtes aujourd'hui mon invité, vous serez interrogée dans quelques instants par Christophe…

CHRISTOPHE BORDET
BORDET ! C'est bien moi.

CYRIL VIGUIER
BORDET et Perrine TARNEAUD, bonjour...

PERRINE TARNEAUD
Bonjour !

CYRIL VIGUIER
Merci, vous faites votre entrée dans cette matinale, évidemment Perrine vous êtes de Public Sénat. Voilà ! Et on voit régulièrement sur l'antenne ?

PERRINE TARNEAUD
Tout à fait.

CYRIL VIGUIER
Axelle LEMAIRE il y a l'air d'y avoir une bonne ambiance entre les ministres de la génération Hollande, il parait que vous vous êtes affrontée avec votre ministre de tutelle Emmanuel MACRON pour porter cette loi sur le numérique ?

AXELLE LEMAIRE
Non ! Non. Alors c'est vrai que c'est l'angle généralement choisi par les médias et les journalistes, est-ce qu'il y a des rapports de force, des affrontements ? Vous savez Emmanuel MACRON, comme moi, nous sommes au gouvernement pour faire une chose : travailler, et il faut nécessairement que nos relations soient bonnes si l'on veut avancer, et donc…

CYRIL VIGUIER
Vous êtes secrétaire d'Etat chargée de l'Economie numérique !

AXELLE LEMAIRE
En charge du Numérique ! Du Numérique, et donc on s'est répartis les rôles en toute complémentarité. Je vous donne un exemple très concret ! On s'occupe de la French tech et de l'attractivité de la France et notamment de nos entreprises très innovantes vu depuis l'étranger, eh bien Emmanuel MACRON est allé en Israël il y a deux semaines pour parler de la French tech, moi je serai en Irlande dans deux semaines pour parler de la French, je pense qu'on est plus fort quand on démultiplie le travail.

CYRIL VIGUIER
On s'entend mieux avec Emmanuel MACRON ou avec Arnaud MONTEBOURG ?

AXELLE LEMAIRE
Ah ! C'est vrai que j‘ai eu les deux, ce n'est pas le même style, pas la même personnalité, il y en a un très flamboyant, l'autre plus dans ses dossiers, mais ce qui est important c'est que j'ai les marges de manoeuvre nécessaires pour faire ce que j'ai envie de faire - et c'était le cas avec les deux – donc, donc… Voilà ! On s'adapte au style.

PERRINE TARNEAUD
Une petite question de politique générale pour démarrer, Axelle LEMAIRE. Est-ce la chienlit généralisée en France, pour reprendre l'expression utilisée hier par Nicolas SARKOZY lors de la réunion de groupe des parlementaires Les Républicains ?

AXELLE LEMAIRE
La droite a une très fâcheuse tendance à sombrer dans un discours décliniste, défaitisme, voire violent si je pense aux propos de Nadine MORANO, je crois que tout ça est nauséabond justement pour le pays, pour les Français. Moi qui ait vécu longtemps à l'étranger, j'étais en Angleterre il y a encore un peu plus d'un an, quand je suis rentrée en France j'ai été frappée de ce climat, c'est entretenu par une certaine classe politique qui voudrait dire que quoi qu'on fasse ça ne va pas, que le pays est en train de sombrer et donc, moi, je dirais : « faites d'abord le ménage chez vous ! Parce que Nadine MORANO a-t-elle sa place chez Les Républicains et puis, ensuite, participons tous au travail de redressement de la France plutôt que de s'opposer stérilement par des petites phrases ».

CHRISTOPHE BORDET
Alors justement, Axelle LEMAIRE, parlons un peu d'AIR FRANCE avec les derniers développements. A priori une vingtaine de personnes identifiées dans l'agression qui s'est produite il y a quelques jours contre les dirigeants, plusieurs de ces personnes seraient des représentants syndicaux, est-ce que ça veut dire que – étant donné qu'ils sont protégés – il ne leur arrivera rien ?

CYRIL VIGUIER
Et, pour nos amis de Sud Radio, c'était une question de Christophe BORDET.

CHRISTOPHE BORDET
Absolument !

AXELLE LEMAIRE
Non ! Parce que ce n'est pas parce qu'on est du personnel syndical qu'on est au-dessus des lois et il se trouve en l'occurrence il y a une violence sur personne, les faits qui sont incriminés sont assez graves et naturellement la justice doit faire son travail. A quoi ça sert le droit syndical ? Ca sert à protéger les représentants du personnel contre des atteintes qui pourraient être portées par les dirigeants d'une entreprise parce qu'ils sont représentants du personnel, donc replaçons les choses dans leur contexte - là ce n'est pas le cas – et je pense que vous comme moi, comme tous ceux qui nous écoutent, ont été choqués par les images diffusées d'agression à l'égard de certaines personnes travaillant chez AIR FRANCE et cela ne doit pas rester impuni.

PERRINE TARNEAUD
Oui ! Donc pas d'impunité, ni d'amnistie, comme en parlait un certain nombre de membres du gouvernement il n'y a encore pas si longtemps, une amnistie générale pour les leaders syndicaux qui étaient pris dans des violences au moment de conflits sociaux.

AXELLE LEMAIRE
En tout cas moi j'exprime mon point de vue concernant ce cas particulier de chez AIR FRANCE, le cas des amnisties générales a pu se poser par le passé, il me semble qu'aujourd'hui…

PERRINE TARNEAUD
Ca avait été soulevé notamment par la garde des Sceaux, Christiane TAUBIRA ?

AXELLE LEMAIRE
Aujourd'hui et vu la gravité des faits l'heure n'est pas à l'amnistie, encore une fois c'est un point de vue que j'exprime et il s'agira aux dirigeants, à la justice et au gouvernement de choisir la voie la plus opportune.

CHRISTOPHE BORDET
Axelle LEMAIRE, François HOLLANDE dégringole à nouveau dans le baromètre IFOP-FIDUCIAL pour Sud Radio publié hier soir, 25 % d'opinions favorables, c'est son plus mauvais score depuis le début de l'année dans ce baromètre, HOLLANDE qui baisse de manière très importante, très significative chez les sympathisants socialistes avec 77 % au mois de septembre d'opinions favorables et seulement, seulement, 66 % aujourd'hui. Concrètement, il n'y a rien à faire, ça n'imprime pas, ce gouvernement n'imprime pas, le chef de l'État n'imprime pas ?

AXELLE LEMAIRE
J'essaie de comprendre ces différences de chiffres en l'espace de quelques semaines, est-ce qu'il s'est passé quelque chose dans l'actualité qui pourrait expliquer une dégringolade comme vous le dites ? La réponse est non ! Je veux dire il y a eu des inondations, il y a le conflit en Syrie, le président de la République est très actif sur le plan de la politique étrangère - peut-être que les Français se sentent moins concernés par ces sujets - mais il est très impliqué ; il prépare très activement la COP21 pour essayer de trouver un accord au niveau international sur la réduction des gaz à effet de serre, alors on a le sentiment…

CHRISTOPHE BORDET
Vous gardez le moral vous, vous gardez le moral dans ce gouvernement, comment est-ce possible ?

AXELLE LEMAIRE
Eh bien d'abord quand on fait de la politique on est intrinsèquement et naturellement très optimiste, sinon on n'en fait pas, et surtout moi je veux croire que… d'abord il faut maintenir le cap, que la politique économique…

PERRINE TARNEAUD
Malgré l'absence de résultat, c'est peut-être ça ce que les Français sanctionnent à travers ces sondages ?

AXELLE LEMAIRE
Et il faut l'entendre si tel est le cas ! Mais, quand on regarde les indicateurs économiques, on voit qu'ils sont quand même globalement beaucoup plus positifs qu'il y a encore quelques mois et que…

PERRINE TARNEAUD
Je parlais en termes d'emploi !

AXELLE LEMAIRE
Oui ! Oui, tout à fait.

CHRISTOPHE BORDET
Sauf que les Français ne le sentent pas !

AXELLE LEMAIRE
Ne le sentent pas encore ! Mais c'est pour ça qu'on se dit – et c'est difficile – on se dit il faut conserver cette politique économique parce qu'elle commence à porter ses fruits, notamment par le taux de création d'emplois dans le secteur des services, par le fait que les investissements commencent timidement certes mais commencent chez les entreprises à reprendre, il y a plus d'investisseurs étrangers, bref les indicateurs sont plus positivement globaux. Ca veut dire que d'ici quelques mois, oui, ça pourrait se transformer en création d'emplois. Mais vous savez, quand on prend des nouvelles mesures, ça ne change pas du jour au lendemain.

CYRIL VIGUIER
Axelle LEMAIRE, le Premier ministre sur RTL, chez nos confrères de la matinale de RTL, vient de dire que l'Etat soutenait la direction d'AIR FRANCE être, ça vous parait être un acte de fermeté qui arrive à temps ou vus l'attendiez avant ?

AXELLE LEMAIRE
Ce n'est pas une question d'heure et de calendrier ! Je pense que la parole est très claire. En revanche le Premier ministre dénonce aussi assez fermement l'attitude de certains pilotes qui refusent la négociation, qui refusent le changement - alors même qu'ils ne sont certainement pas les premiers touchés par les problèmes financiers d'une compagnie comme AIR FRANCE - et ce sont pourtant eux qui refusent de changer et le Premier ministre a eu des mots durs aussi pour qualifier cette situation.

CHRISTOPHE BORDET
Axelle LEMAIRE on va parler du numérique, puisque bien sûr c'est votre domaine, la loi sur le Numérique devrait être présentée en conseil des ministres au mois de novembre je crois et présentée au Parlement au début de l'année 2016, au mois de janvier, objectif premier : protéger les données numériques des internautes, des citoyens, donc les e-mails, les photos, les infos personnelles, etc. Est-ce que cette loi ne va pas à l'encontre quand même de la loi sur le renseignement qui, elle, place le citoyen de fait sous surveillance ?

AXELLE LEMAIRE
Non ! Les choses ne sont pas aussi simples.

CHRISTOPHE BORDET
Non ! Mais on a envie de comprendre.

AXELLE LEMAIRE
Oui ! Tout à fait, mais les choses ne sont pas aussi simples. D'abord, d'un côté, il y a le cadre légal de l'action des services de renseignement qui sont là pour prévenir le terrorisme, prévenir les atteintes à la sécurité publique et à l'ordre public, qui sont là pour protéger les biens et les personnes dans notre pays – ça c'est la première chose – et c'est pour ça que certaines interceptions, certaines écoutes sont autorisées légalement pour que les agents des services de renseignement puissent faire leur action. Ca c'est un côté ! De l'autre, il y a presque 66 millions de Français qui, comme vous, comme moi, échangent quotidiennement sur Internet, sur les réseaux sociaux et veulent s'assurer que tout cela c'est fait de manière protégée, que leurs données personnelles ne vont pas être captées, ni par des organisations criminelles, ni par des états qui seraient moins démocratiques, ni par des entreprises qui voudraient exploiter ces données.

PERRINE TARNEAUD
Mais est-ce que ce n'est pas un peu utopique aujourd'hui quand on sait que déjà les grands sites Internet pillent déjà toutes nos données personnelles ?

AXELLE LEMAIRE
Alors ça dépend desquels, non, parce que les pratiques varient énormément d'une plateforme à l'autre et lorsqu'on introduit dans la loi par exemple le principe de confidentialité des courriels, de la messagerie électronique, ça sera destiné à s'appliquer à tout le monde, y compris à toutes les entreprises.

PERRINE TARNEAUD
Et ça les grands mastodontes du numérique - et notamment américains - vont l'accepter ?

AXELLE LEMAIRE
Ils ont tout intérêt à le faire ! Parce qu'ils se rendent bien compte…

CHRISTOPHE BORDET
Et ils ont quand même…

CYRIL VIGUIER
Oui ! Oui, complètement, et ils se rendent…

CYRIL VIGUIER
Mais ils vous prennent au sérieux, j'allais dire – n'y voyez pas d'irrespect – mais est-ce qu'ils prennent la parole de la secrétaire d'Etat au Numérique français au sérieux ?

AXELLE LEMAIRE
Oh ! Ils prennent la France au sérieux, ne serait-ce que parce que c'est à peu près leur premier marché en Europe, les consommateurs Français sont très en ligne, ils achètent beaucoup, ils sont très présents sur les réseaux sociaux…

CHRISTOPHE BORDET
Mais est-ce que la France n'est pas un peu seule dans cette histoire ?

AXELLE LEMAIRE
De moins en moins ! De moins en moins.

PERRINE TARNEAU
Il y a un mouvement européen ?

AXELLE LEMAIR
Regardez le jugement rendu par la Cour européenne de justice hier concernant un traité entre l'Europe et les États-Unis qui s'appelle « Safe Harbor », eh bien ce sujet vient dénoncer cet accord en disant : « Attention ! Il ne protège pas assez les données personnelles », ce que disait ce gouvernement en France il y a trois ans, il y a deux ans, il y a un an commence de plus en plus à être entendu et les géants de l'Internet ils ont tout intérêt à ce qu'il y ait un climat de confiance et de protection parce que c'est leur business, sinon c'est la fin de l'essor du numérique.

PERRINE TARNEAUD
Et ce climat finalement de confiance il existe entre les partenaires Européens pour justement s'allier contre les mastodontes américains ?

AXELLE LEMAIRE
Là aussi, de plus en plus…

PERRINE TARNEAUD
Est-ce qu'il y a un mouvement européen qui se crée petit à petit ?

CHRISTOPHE BORDET
Les Anglais jouent le jeu ?

AXELLE LEMAIRE
Oui ! Alors…

PERRINE TARNEAUD
Par exemple, les Anglais oui.

AXELLE LEMAIRE
Il y a plusieurs écoles - comme souvent en Europe - et c'est vrai que les continentaux demandent un niveau de protection des données personnelles plus élevé que les anglo-saxons qui ont une vision plus libérale du marché, y compris des données. Il n'empêche que d'ici quelques mois un accord sera trouvé pour la première fois au niveau européen, c'est-à-dire entre 28 pays européens…

CYRIL VIGUIER
Les Anglais sont de notre côté ?

AXELLE LEMAIRE
Les Anglais seront dedans !

CYRIL VIGUIER
D'accord !

AXELLE LEMAIRE
Pour qu'on ait un texte unique qui s'applique à la protection des données personnelles, ça sera très important parce que ça voudra dire ce n'est pas la France seulement.

CHRISTOPHE BORDET
Parlons de la taxation de Google, Google a provisionné ½ million d'euros si jamais la France, les services fiscaux...

AXELLE LEMAIRE
Milliard ! Milliard.

CHRISTOPHE BORDET
Milliard ! Pardon, poursuivent ou arrivent à leur fin, faire payer Google. Les entreprises françaises paient des taxes, sont même assommées de taxes on peut le dire, parce que c'est ça que ressentent quand même les entreprises - les PME notamment, les TPE – et là Google aujourd'hui ne paie pas de taxes en France, est-ce que c'est normal ?

AXELLE LEMAIRE
Bien sûr que non ! On ne va pas revenir sur le débat : les entreprises sont-elles assommées de taxes ?

CHRISTOPHE BORDET
Oui !

AXELLE LEMAIRE
En revanche, en revanche, le gouvernement a mené une politique d'aide aux entreprises qui est la plus active sur les…Allez ! 25 dernières années, et le taux de réduction, notamment des impôts...

CHRISTOPHE BORDET
On est d'accord ! Mais Google…

AXELLE LEMAIRE
Non ! Mais soyons… il faut le dire Google, mais bien sûr que c'est un scandale que ces grandes entreprises fassent de l'optimisation fiscale, alors le gouvernement agit par le biais de l'administration fiscale des services, des impôts, voire des juges qui en ce moment ont lancé des contentieux à l'encontre de ces entreprises, mais là aussi on sent bien que la France seule aurait du mal à être entendue.

CHRISTOPHE BORDET
Mais alors justement…

CYRIL VIGUIER
Vous devez avoir des conversations avec Christiane TAUBIRA au banc du gouvernement de temps en temps ?

AXELLE LEMAIRE
Tout à fait ! Mais comme avec mes autres collègues, mais là sur ce sujet c'est beaucoup Michel SAPIN qui s'occupe de la fiscalité.

CHRISTOPHE BORDET
Dites-moi quand même en Grande Bretagne Google est taxé aujourd'hui, 25 %, comment se fait-il qu'en France on n‘y arrive pas si les Anglais y arrivent ?

AXELLE LEMAIRE
Mais les Anglais ont passé cette Google taxe à quelques mois de leurs élections pour dire : « Vous voyez, nous, on fait quelque chose », la réalité c'est que 25 % ce n'est pas très élevé et c'est moins élevé…

CHRISTOPHE BORDET
C'est mieux que rien ! C'est mieux que rien.

AXELLE LEMAIRE
Ah ! Mais nous on l'a la loi, la loi elle existe déjà et en ce moment on est dans la phase d'après qui est celle des contentieux pour la faire appliquer.

CYRIL VIGUIER
Une minute, Perrine TARNEAUD, une minute

PERRINE TARNEAUD
Oui ! Juste peut-être un reproche qui est fait à votre loi sur le numérique qui va arriver c'est l'absence de volet économique et notamment de mesures de soutien pour les start-up françaises ?

AXELLE LEMAIRE
Je vais être un peu direct ! Les gens qui considèrent que l'économie de la donnée, de la data, ce n'est pas de l'économie, ils n'ont rien compris au numérique. Ce qu'on fait c'est créer l'environnement qui doit permettre de valoriser les données, quelles soient publiques ou quelles soient personnelles, lorsqu'elles sont anonymisées. Pourquoi ? Parce que la donnée c'est le contraire du pétrole, plus on l'ouvre, plus on la diffuse, plus on la fait circuler, moins on la capte, moins on la garde, plus elle prend de la valeur, tout le chapitre premier de cette loi concerne l'économie de la donnée, on est très précurseur au contraire.

CYRIL VIGUIER
Manuel VALLS vient de déclarer que le gouvernement devrait sans doute revoir la législation concernant les prisonniers à libérer, voilà, déclaration sur RTL il y a quelques secondes. La Guyane envoie des satellites, elle envoie tout ce qui est technologie de télécom dans l'espace et elle a été totalement exclue de l'appel d'offres 4G Outremer, est-ce que vous trouvez ça normal, Axelle LEMAIRE ?

AXELLE LEMAIRE
Non ! La Guyane n'a pas été exclue de l'appel 4G, la situation est complexe, donc nous avons lancé un premier appel d'offres pour que les opérateurs qui soient prêts dans les Dom Tom, qui soient prêts, puissent y répondre…

CYRIL VIGUIER
Enfin, il y a quand même un problème ?

AXELLE LEMAIRE
Il y a eu localement des difficultés qui ont fait qu'ils n'ont pas pu être en mesure de répondre à cet appel d‘offres, on est en train de travailler pour s'assurer que ça arrive le plus vite possible.

CYRIL VIGUIER
Je vous pose cette question car France Antilles et son correspondant sera sur ce plateau dans quelques instants pour débattre de ce que vous avez dit, et c'est une vraie préoccupation là-bas…

AXELLE LEMAIRE
C'est très légitime !

CYRIL VIGUIER
Et l'expression qu'ils ont c'est : « les pieds dans le marigot et la tête dans les étoiles la Guyane ».

AXELLE LEMAIRE
Et qui est très légitime parce que leur moyen de rester connecter c'est de l'être par les tuyaux, par les infrastructures, on investit beaucoup par exemple dans les câbles sous-marins pour s'assurer de la connectivité de leur territoire.

CYRIL VIGUIER
Merci Axelle LEMAIRE…

AXELLE LEMAIRE
Merci.

CYRIL VIGUIER
Et bonne vie au gouvernement. Merci Perrine TARNEAUD d'avoir été avec nous ce matin…

PERRINE TARNEAUD
Merci Cyril !

CYRIL VIGUIER
Merci Christophe BORDET…

CHRISTOPHE BORDET
Merci !

CYRIL VIGUIER
A demain.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 octobre 2015

Rechercher