Interview de M. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement à "Europe 1" le 16 octobre 2015, sur le bien être animal et la polémique autour de l'abattoir d'Alès, sur la décision de la CGT de ne pas participer à la prochaine conférence sociale. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement à "Europe 1" le 16 octobre 2015, sur le bien être animal et la polémique autour de l'abattoir d'Alès, sur la décision de la CGT de ne pas participer à la prochaine conférence sociale.

Personnalité, fonction : LE FOLL Stéphane, ELKABBACH Jean-Pierre.

FRANCE. Ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement;

ti : THOMAS SOTTO
L'Interview politique d'Europe 1 ! Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture Stéphane LE FOLL, messieurs c'est à vous.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et qu'est-ce que je lui dis, bienvenue Stéphane LE FOLL, bonjour ?

STÉPHANE LE FOLL
Bonjour Jean-Pierre ELKABBACH.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que vous êtes sûr qu'il n'y a pas d'autres abattoirs Alès, c'est en France ?

STÉPHANE LE FOLL
Je suis vigilant pour respecter les règles de bien-être animal dans tous les abattoirs et je le dis avec cette volonté de tous les services de l'Etat de faire en sorte qu'on respecte les règles du bien-être animal.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! Mais jusqu'à présent on voit que la justice enquête sur le scandaleux et immonde abattoir d'Alès, des citoyens les ont dénoncés. Pourquoi, ni les élus locaux, ni les vétérinaires dont vous parlez, ni l'administration, ni la FNSEA ne s'en étaient rendu compte, le silence est complice ?

STÉPHANE LE FOLL
Non ! Le silence n'est pas complice, il y a eu un contrôle qui avait été fait le 4 septembre, un nouveau contrôle…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Eh bien dites donc, il vaut mieux qu'il n'y ait pas de contrôle.

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Qui avait été fait justement parce qu'il y avait des soupçons, il y en avait un autre qui était prévu au mois de novembre, et, entre temps, la vidéo est sortie. Je ne peux rien dire d'autre qu'on doit être d'une fermeté totale par rapport aux activités des abattoirs pour faire respecter le bien-être animal, je suis conscient que – c‘est pour ça que je vous ai dit que j‘étais vigilant – vous m'avez demandé : est-ce qu'il n'y a aucun autre problème ?

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et alors ?

STÉPHANE LE FOLL
Je ne peux pas m'engager comme ça ! Puisque vous savez il y a plusieurs centaines d'abattoirs, on fait tout, tout, et les services vétérinaires et les services de l'Etat sont là pour faire respecter les règles du bien-être.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! Mais là ils ne l'ont pas fait. Alors est-ce que le ministre de l'Agriculture peut dire aujourd'hui qu'il lance une enquête nationale de contrôle sur l'abattage et la santé publique ?

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais les enquêtes sont continues, il y a des contrôles de manière régulière. Après, avec les services vétérinaires dont nous disposons, nous faisons en sorte de contrôler le maximum et de manière le plus régulière possible les abattoirs.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que vous êtes favorable à une commission d'enquête parlementaire, il y a une sénatrice qui le demande ?

STÉPHANE LE FOLL
Commission d'enquête parlementaire pour voir… c'est une sénatrice qui le demande, quelle est cette sénatrice ?

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ah ! Je ne me souviens plus de son nom, mais elle a …

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais moi je me souviens. Je vais vous dire une chose, par contre…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Elle a publié un rapport très intéressant que j'ai lu d'ailleurs.

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Oui, oui, je sais, si c'est madame GOY-CHAVENT je connais.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Voilà !

STÉPHANE LE FOLL
Oui, mais madame GOY-CHAVENT c'est un objectif, c'est plus de viande dans nos assiettes. Oui, mais là après je suis parfaitement conscient de ce que peut susciter cette vidéo, parfaitement conscient de la nécessité de respecter, voire d'améliorer encore le bien-être animal, mais dans ce débat il y a des gens qui poussent derrière pour dire : « il ne faut plus qu'on mange de viande », ça veut dire qu'on fait disparaître tous les animaux.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ca ne choque pas les végétariens entre nous !

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! C'est bien ça, mais moi je dis là attention.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Aujourd'hui, Stéphane LE FOLL, autre chose - on avance – autre chose...

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais c'est vous qui posez la question.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Une nouvelle fois face à face syndicats et patronat pour sauver les retraite complémentaires de la faillite, etc., les partenaires s'opposent, ils ont jusqu'à décembre pou se mettre d'accord, à quel moment le gouvernement entre en jeu ?

STÉPHANE LE FOLL
C'est sur les retraites complémentaires-là, donc là on est sur une gestion des retraites qui est paritaire et directement liée aux partenaires sociaux…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que ce matin vous les mettez en garde contre des polémiques qui peuvent être stériles alors qu'il y a urgence ?

STÉPHANE LE FOLL
Il y a urgence à régler ce problème des retraites complémentaires. On le sait ce débat l'Etat, ça été un grand débat public sur la question des retraites, on a retrouvé aujourd'hui sur le régime général l'équilibre, après victoire pour le système de répartition…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Donc, vous leur dites : « Alerte ! Allez-y » ?

STÉPHANE LE FOLL
Donc, je leur dis : « Allez-y ». Il y a plusieurs voies, plusieurs choix, il faut que chacun – par contre là c‘est un message que je peux faire passer – tout le monde doit faire un effort… Voilà !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Lundi la CGT a décidé de boycotter la conférence nationale sociale que veut le président de la République, est-ce qu'elle peut être reportée…

STÉPHANE LE FOLL
Non !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Déplacée ?

STÉPHANE LE FOLL
Non !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Annulée ?

STÉPHANE LE FOLL
Non !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Non, non, non, vous dites ?

STÉPHANE LE FOLL
La CGT, je vous le dis, la dernière fois sur la grande conférence avait quitté la grande conférence, donc on est sur un débat de fond, je pense que c'est au-delà de la question de la participation d'un syndicat – et en l'occurrence de la CGT – on est sur un vrai débat de fond.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Non ! Mais d'accord, pour la CGT c'est une faute de ne pas venir ?

STÉPHANE LE FOLL
C'est ce que je vais vous dire ! Le débat de fond, il est très simple : est-ce qu'on est capable de réformer en France en discutant ? En ayant le souci de défendre les intérêts, d'un côté des entreprises, de l'autre des salariés ? De prendre en compte l'ensemble des enjeux, compétitivité, en même temps règle sociale ? Et, ça, ça doit se faire avec du dialogue, de la négociation .C'est ça la voie ou c'est une voie complètement différente.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que c'est une faute de la CGT de ne pas y être ?

STÉPHANE LE FOLL
Je vous dis que moi je pense que tous les syndicats doivent être autour d'une table.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que c'est une faute de la CGT de ne pas y être ?

STÉPHANE LE FOLL
Donc, la CGT aurait du venir à la conférence.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que son absence de la CGT c'est déjà un échec de la conférence ?

STÉPHANE LE FOLL
Absolument pas !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Donc, on peut se passer de la CGT pendant cette réunion ?

STÉPHANE LE FOLL
Je pense qu'on peut regretter que la CGT ne soit pas là mais on doit tout faire pour continuer ce qu'est la voie qui a été tracée par le gouvernement, le dialogue social et la négociation.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Stéphane LE FOLL, la CGT et d'autres syndicats vous demandent par exemple le retrait des poursuites et des sanctions contre les salariés qui sont poursuivis…

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais là, là il y a…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Est-ce que vous pouvez l'accorder ?

STÉPHANE LE FOLL
Je réponds qui a porté plainte ? Il y a AIR France ! Mais je vous l'indique quand même monsieur ELKABBACH ce matin, des agents de sécurité – ce qu‘on appelle les vigiles - qui ont été touchés, ont aussi porté plainte et des personnes ont porté plainte, donc ce n'est pas l'État décide…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! Mais… Non ! Non, mais ce n'est pas eux qui les ont traités de voyous.

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Oui, mais attendez, alors là voilà monsieur ELKABBACH vous avez une rigueur et vous êtes reconnu pour ça, donc restons rigoureux, ce qu'a dit le Premier ministre c'est un discours…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et je ne peux être que rigoureux après ça !

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Qui a porté plainte ? Ce sont des personnes ! Une fois que les plaintes sont déposées, la justice agit, donc ne mélangeons pas les deux s'il vous plait…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui !

STÉPHANE LE FOLL
Restons rigoureux.
JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous avez entendu Philippe MARTINEZ, le patron de la CGT, il a qualifié la décision de la CGT d'irrévocable, il a répété à plusieurs reprises : « c'est irrévocable, c'est irrévocable » et puis il a ajouté : « sauf si », il attend un geste. Qu'est-ce que vous pouvez faire comme geste ? Par exemple

STÉPHANE LE FOLL
Non ! Pas de geste….

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Qu'est-ce que vous pouvez faire comme geste, les cinq salariés qui seront jugés le 2 décembre vous ne pouvez pas faire un geste à leur égard, ils sont mis à pied, on les interpelle chez eux à 6 h du matin, etc., devant leur famille ?

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais là encore une fois ça voudrait dire qu'on agirait directement sur une procédure judiciaire, ce que l'on ne fait plus et pas…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! Oui, oui.

STÉPHANE LE FOLL
Mais bien sûr !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Mais oui ! Mais vous avez grondé…

STÉPHANE LE FOLL
A partir de là le geste…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous avez grondé les magistrats parce que les policiers ne sont pas contents de ce qui est en train de se passer dans différents domaines.

STÉPHANE LE FOLL
Oui ! Mais vous savez vous aviez vous-même un matin…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
C'est une manière d'intervenir aussi sur…

STÉPHANE LE FOLL
Quand j'étais venu considérer qu'il y avait des choses qui dans la justice faisaient que même pour un puissant on allait très loin, je ne vais pas revenir sur ce débat, donc la justice fonctionne, elle applique les règles et la loi. A partir de là, la question qui est posée c'est : pour AIR FRANCE chacun a bien conscience que ce qui s'est passé on doit tout faire pour tourner une page et retrouver un apaisement et du dialogue, le gouvernement est totalement conscient de…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Mais on ne sait pas ce qu'il veut à partir d'AIR FRANCE ?

STÉPHANE LE FOLL
Mais si on sait ce qu'il veut !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ah non ! Une fois, il dit : appliquez le plan B avec les 2.900 suppressions d'emploi », une autre fois, il dit : « on peut l'éviter »…

STÉPHANE LE FOLL
Non ! Ca je vais être très clair…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
C'est un peu… il zigzague ?

STÉPHANE LE FOLL
Puisque le gouvernement, en l'occurrence il y a un porte-parole ce matin, il va vous dire clairement les choses.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Enfin !

STÉPHANE LE FOLL
AIR FRANCE a connu des difficultés, un déficit très important depuis deux ans, il s'est considérablement réduit, il y a encore un effort à faire de productivité pour assurer à AIR FRANCE la capacité de dégager…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Donc, il faut vraiment réformer AIR FRANCE ?

STÉPHANE LE FOLL
Il faut se mettre dans l'esprit de l'intérêt de l'entreprise et tout le monde a fait des efforts, tout le monde doit en faire. Ce qui s'est passé avec ce fameux plan qu'on a appelé B, mais qui n'en est pas un, c'est que comme il n'y avait pas d'accord avec les pilotes on a été cherchés les économies sur l'ensemble des autres…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
D'accord ! Mais là on est en train…

STÉPHANE LE FOLL
On retrouve un débat et une négociation et ensemble les partenaires de cette compagnie trouvent la solution, on n'en est pas loin.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Une question, une question sur Jean-Yves LE DRIAN.

STÉPHANE LE FOLL
Oui !

JEAN-PIERRE ELKABBACH
A 15 h à Lorient il va révéler, ce qui est pour Europe 1 un secret de Polichinelle, tête de liste en Bretagne – on l'a dit à plusieurs reprises avec Thomas ici – il restera ministre pendant la campagne. Après, après, comme dit Le Parisien, les Bretons de droite ou de gauche il parait qu'ils demandent qu'on ne touche pas à doudou LE DRIAN, est-ce qu'il peut être une exception doudou ?

STÉPHANE LE FOLL
Alors doudou, que je connais bien, c'est un ami depuis très longtemps, il est candidat - et il l'annoncera cet après-midi si c'est le cas – et il sera ministre jusqu'à l'élection du 13 décembre.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! Oui. Non, mais après j'ai dit, après.

STÉPHANE LE FOLL
Mais après je suis porte-parole du gouvernement et je n'ai pas d'autre agenda…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous regretteriez son départ ?

STÉPHANE LE FOLL
Je suis un ami de Jean-Yves LE DRIAN, donc je ne regrette rien, en tout cas de tout ce qu'on a fait et de tout ce qu'on va faire encore…

THOMAS SOTTO
Merci !

STÉPHANE LE FOLL
Et les Bretons sont fiers de LE DRIAN.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous auriez envie de… vous seriez tenté après de porter l'uniforme vous ?

STÉPHANE LE FOLL
Non ! Alors, là, tenté par rien…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
L'agriculture…

STÉPHANE LE FOLL
Si ce n‘est de réussi ce que j'ai à faire, vous voyez.

THOMAS SOTTO
Un porte-parole ne peut pas tout dire, il le serait qu'il ne le dirait pas évidemment.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui ! C'est vrai.

THOMAS SOTTO
Merci beaucoup Stéphane LE FOLL d'être venu…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Mais dans certains cas on peut…. le silence

STÉPHANE LE FOLL
Merci ! Et que la France gagne.

THOMAS SOTTO
Allez ! À demain, allez les Bleus.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Allez les Bleus, oui c'est ça, j'allais dire allez les Blacks, quelle horreur.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 19 octobre 2015

Rechercher