Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à iTélé le 15 octobre 2015, sur le climat social, la candidature du ministre de la Défénse aux élections régionales et la convergence de la taxation du diesel et de l'essence. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à iTélé le 15 octobre 2015, sur le climat social, la candidature du ministre de la Défénse aux élections régionales et la convergence de la taxation du diesel et de l'essence.

Personnalité, fonction : LE GUEN Jean-Marie, TOUSSAINT Bruce.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement;

ti : BRUCE TOUSSAINT
Jean-Marie LE GUEN est l'invité d'I Télé ce matin, bonjour…

JEAN-MARIE LE GUEN
Bonjour.

BRUCE TOUSSAINT
Et merci d'être avec nous. Regardez la une du Parisien : « ça grogne », oui alors, si on fait le compte : les policiers, AIR FRANCE, médecins, profs… est-ce que vous sentez quelque chose monter dans le pays, une colère sociale, est-ce que vous percevez la gravité de la situation et du coup est-ce que c'est grave docteur, docteur LE GUEN ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, je crois qu'effectivement… je ne sais pas si ça grogne mais il y a indiscutablement des tensions dans la société, on les connait bien : elles ont des liens avec la situation économique et sociale, mais elles ont aussi des liens avec d'autres problèmes, à savoir que plus généralement nous sommes dans un monde qui est en pleine mutation et chacun s'interroge sur son avenir ; et puis il y a les tensions liées aussi aux problèmes du terrorisme, aux problèmes de l'immigration, donc des tensions extrêmement multiples - raison de plus je dirais pour apaiser cette société, avoir un dialogue le plus rationnel, le plus respectueux possible - c'est vraiment une dimension essentielle de l'action publique.

BRUCE TOUSSAINT
Le problème c'est que le dialogue pour l'instant il n'existe pas, je voudrais vous citer l'édito du Parisien ce matin – il est signé Dona VIDAL-REVEL. Que dit-il ? « C'est l'histoire, quelques mots, c'est l'histoire d'un isolement qui tourne à la surdité, François HOLLANDE s'est imaginé en président normal, il s'est réveillé à l'Elysée et revendique aujourd'hui une solitude qu'il protège. Le gouvernement n'a plus de boussole, il fut un temps où GISCARD et MITTERRAND s'affrontaient pour savoir qui détenait le monopole du coeur, ceux qui grognent aujourd'hui n'en demandent pas tant, un peu de considération serait déjà pas mal ».

JEAN-MARIE LE GUEN
Je comprends ! Je lis et j'écoute ce que vous me dites, mais honnêtement dans un premier temps je ne comprends pas cette critique. Parce qu'alors pour le coup la considération, le respect et l'écoute c'est quand même la marque de François HOLLANDE - au-delà de toutes les critiques que j'entends ici et là…

BRUCE TOUSSAINT
Non ! Mais là, depuis la rentrée, sur la grogne sociale…

JEAN-MARIE LE GUEN
Non ! Je ne crois pas à l'idée de la grogne sociale, je crois qu'il y a un problème AIR FRANCE dont on peut parler si vous voulez…

BRUCE TOUSSAINT
D'accord !

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais je ne crois pas…

BRUCE TOUSSAINT
Il y a un problème AIR FRANCE, il y a un problème policiers, il y a un problème médecins, il y a un problème…

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais ce n'est pas du tout les mêmes choses !

BRUCE TOUSSAINT
Oui ! Il y a la CGT qui refuse de participer à la conférence sociale…

JEAN-MARIE LE GUEN
Comme l'année dernière ! Comme l'année dernière et avec une CGT…

BRUCE TOUSSAINT
Ca ne s'est pas arrangé ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais la CGT ne s'est pas apparemment arrangée, d'abord au plan interne, vous l'avez remarqué, elle est dans des tensions internes considérables et elle est plutôt dans l'idée de se marginaliser par rapport au dialogue social – ce qui est un problème pour notre pays d'une façon générale – moi je regrette que la CGT ait cette attitude, mais en tout état de cause elle est dans une période où elle ne souhaite pas… j'allais dire elle ne peut même tenir son rôle d'élément participant au dialogue social, elle est plus dans l'expression systématique, assez organisée, d'un mécontentement, d'une mise en scène.

BRUCE TOUSSAINT
Il n'y a pas un problème de réponse aujourd'hui du gouvernement ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Il y a sûrement des réponses à apporter sur tous les différents sujets ! Je pense que par exemple sur la question… quand j'ai vu les réactions des syndicats de policiers aux propositions qui ont été celles du gouvernement hier sur cette interrogation des policiers après ce drame qui s'est passé à Saint-Ouen avec ce jeune Yann qui est aujourd'hui entre la vie et la mort, le gouvernement a écouté, il a pris en considération ce mouvement et des réponses ont été apportées - le président de la République va recevoir les syndicats de policiers - et je dirais que ce mouvement d'humour, mais puissant et que l'on comprend du côté des policiers, a été entendu et on voit bien qu'il y a à rétablir une meilleure compréhension entre la justice et la police. Bon ! Ca c'est un point très important fondamental. Mais je ne crois pas qu'on puisse faire l‘amalgame entre ça, entre ce qui se passe à AIR FRANCE, la manière dont ça…

BRUCE TOUSSAINT
OK !

JEAN-MARIE LE GUEN
On parle par exemple du malaise de STX, moi j'ai été très frappé de voir un délégué CGT refuser la… je me suis penché sur le cas de cette entreprise...

BRUCE TOUSSAINT
On va en parler !

JEAN-MARIE LE GUEN
Vous savez c'est une entreprise qui a été sauvée par ce gouvernement, qui a un plan de charges de travail jusqu'en 2020, qui va embaucher plusieurs centaines de salariés et on voit un syndicaliste…

BRUCE TOUSSAINT
Regardez cette image ! Non, mais c'est intéressant ce que vous dites, parce que qu'est-ce qu'il fait ce jeune homme ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais ce n‘est pas le cas des autres syndicats !

BRUCE TOUSSAINT
Oui ! Mais alors lui il refuse de se…

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais parce qu'il est peut-être… peut-être qu'il a reçu aussi… Ecoutez ! S'il parlait de STX, s'il parlait de son entreprise des chantiers navals, il pourrait dire la vie des salariés est compliquée, on travaille, on fait notre boulot, mais quand même on a une entreprise qui avance, qui va recruter, qui fournit des paquebots et des bateaux qui sont avec un intérêt mondial - donc il y a des aspects très positifs – et ça n'empêche qu'évidemment ils ont sans doute des revendications, mais cette attitude…

BRUCE TOUSSAINT
Donc, ça vous a choqué ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Cette attitude ne correspond pas à la réalité de cette entreprise.

BRUCE TOUSSAINT
Ca vous a choqué ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui ! Enfin choqué, je me suis interrogé quelle était la situation de cette entreprise et pourquoi des syndicalistes…

BRUCE TOUSSAINT
Regardons ensemble et concentrons-nous sur François HOLLANDE, moi il y a une autre chose qui m'a frappée, c'est que François HOLLANDE dans ce moment qui doit être - il faut bien le dire - désagréable pour lui, qu'est-ce qu‘il dit, qu'est-ce qu'il fait ? Pas grand-chose !

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais qu'est-ce que vous voulez qu'il fasse, qu'il réagisse comme le précédemment ?

BRUCE TOUSSAINT
On a le sentiment qu'il ne comprend pas ce qui se passe et c'est ça qui…

JEAN-MARIE LE GUEN
Eh bien je pense que là, excusez-moi…

BRUCE TOUSSAINT
Là-dessus, j'aimerais avoir votre sentiment ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Eh bien j'aimerais vous le dire ! Je ne vois pas, dans cette scène-là il y a quelqu'un qui est authentique c'est François HOLLANDE et il y a quelqu'un qui ne l'est pas c'est le responsable de la CGT, voilà, je le dis comme je le pense, je pense que l'authenticité elle est de ce côté-là. C'est quelqu'un qui vient, qui connait la situation de cette entreprise et on vient lui parler d'AIR FRANCE, qui n'est – et évidemment je souhaite qu'on parle d'AIR FRANCE qui n'est – et évidemment je souhaite qu'on parle d'AIR FRANCE – mais…

BRUCE TOUSSAINT
On va le faire !

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais qui n'est quand même pas l'entreprise qui est la plus à plaindre dans la situation française.

BRUCE TOUSSAINT
Oui !

JEAN-MARIE LE GUEN
Qu'il y ait un malaise avec les chômeurs…

BRUCE TOUSSAINT
Sauf s'il y a 2.900 suppressions de poste, d'emploi ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Vous avez bien dit de suppressions d'emploi, qui ne sont évidemment pas des licenciements ; et, deuxièmement, toute l'action du gouvernement c'est justement d'éviter cela et on pourra prendre point par point les choses. Donc, je dirais : « Attention ! Ne soyons pas prisonniers non plus de la théâtralité d'une représentation sociale, tout le monde joue un jeu et le jeu de l'exaspération et de la protestation il faut toujours aller rechercher les éléments de légitimité » - ce qui ne veut pas dire que les Français ne s'interrogent pas, ne sont pas inquiets sur les mutations qui se passent – mais le rôle des responsables politiques c‘est de trouver des solutions et de tenir un langage d'apaisement, c'est ce que nous faisons.

BRUCE TOUSSAINT
Ne souhaitez-vous pas que le président de la République prenne la parole prochainement, il le fait régulièrement, face aux Français, je ne sais pas une émission de télévision ou une interview pour dire certaines choses ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, il va y avoir la semaine prochaine la réunion sur le dialogue social, ça sera un moment fort -l y aura une intervention du président de la République, du Premier ministre - et le président de la République peut s'exprimer à chaque moment. Mais ne soyons pas nous-mêmes j'allais dire dans l'événementiel, voyez-vous je trouve artificiel encore une fois de rapprocher, même si je le comprends dans le moment, mais c'est artificiel, il faut savoir regarder les problèmes et voir que le problème des policiers c'est un sujet, le problème des médecins – on n'en a pas parlé – c'en est un autre, le problème d'AIR FRANCE c'en est un troisième…

BRUCE TOUSSAINT
D'accord !

JEAN-MARIE LE GUEN
Et STX c'est une entreprise qui réussit, ce n'est pas une entreprise qui recule.

BRUCE TOUSSAINT
J'aimerais qu'on écoute ensemble Jean-Pierre RAFFARIN qui était à votre place hier matin, écoutez ce qu'il dit justement à la fois sur le climat social et sur ce qu'on appelle l'absence de réponse du gouvernement.

JEAN-PIERRE RAFFARIN, SÉNATEUR LES RÉPUBLICAINS DE LA VIENNE, ANCIEN PREMIER MINISTRE - EXTRAIT INTERVENTION HIER MATIN SUR I TÉLÉ
Dans cette violence dans la société on a le sentiment que le gouvernement s'occupe d'autre chose, la crise elle est là, parlons de la crise, le gouvernement ne donne pas le sentiment de se battre pour l'emploi, de se battre pour la sécurité, l'attitude du gouvernement aujourd'hui qui donne le sentiment d'être observateur de la société plutôt qu'acteur de la réforme.

BRUCE TOUSSAINT
Voilà ce que disait hier matin Jean-Pierre RAFFARIN. Qu'est-ce que vous lui répondez ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez je pense que nous sommes des acteurs de la réforme, nous le faisons effectivement d'une façon qui n'est pas celle de la brutalité des réformes sociales, parce que si l'on se pose aujourd'hui les questions sur est-ce que le climat social et la négociation sociale est-elle bonne, je rappelle que nos opposants – ceux qui sont aujourd'hui dans l'opposition – proposent tout simplement la suppression du dialogue social et le passage en force, ce n'est pas notre attitude. Donc nous avons, vous le savez, une politique de réforme qui est en permanence, on va avoir une réforme du Code du travail qui est un élément tout à fait fondamental à la réforme dite Combrexelle et vous aurez régulièrement… il y a quelque chose de très important qui apparait un peu aujourd'hui lointain c'est le compte personnel d'activités, qui est une transformation complète de notre protection sociale pour aller vers une individualisation, une adaptation au monde moderne de notre protection sociale, mais avec un haut niveau de protection sociale. Alors c'est un peu, parmi nos auditeurs, nos téléspectateurs, c'est un peu techno au point de départ, mais quand ça va prendre une réalité et que les gens vont percevoir la manière nouvelle dont nous faisons évoluer sans à-coup cette protection sociale, alors on verra que la réunion de la semaine prochaine elle sera très importante. Lorsqu'on fait la COP21 ce n'est pas pour les petits oiseaux c'est pour la réalité du monde dans 5 ans, dans 10 ans, dans 15 ans, or il faut bouger les comportements, la question du diesel, partout ce gouvernement essaie de bouger.

BRUCE TOUSSAINT
On va y venir ! J'aimerais qu'on parle d'AIR FRANCE et qu'on écoute ensemble ce que disait Manuel VALLS à l'Assemblée hier.

MANUEL VALLS, PREMIER MINISTRE – EXTRAIT INTERVENTION HIER À L'ASSEMBLÉE NATIONALE
La direction a proposé ce qu'on appelle un plan B qui envisage la suppression, non pas les licenciements, la suppression de 2.900 postes, nous nous pensons que ce plan peut être aujourd'hui évité si le dialogue social s‘approfondit – c‘est le cas depuis quelques jours et je m'en réjouis – et qu'on puisse avancer avec l'ensemble des professions.

BRUCE TOUSSAINT
Vous avez vu, vous étiez à quelques centimètres du Premier ministre à l'Assemblée, on a là encore le sentiment que le gouvernement navigue un peu à vue sur ce dossier ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui ! Mais le gouvernement a une politique très claire depuis le début. Il y a maintenant 15 jours, est-ce qu'on s'en souvient quand la question AIR FRANCE a été posée, pourquoi elle est posée ? Parce que c'est une grande compagnie nationale qui est aujourd'hui avec des normes de fonctionnement qui ne sont pas exactement les mêmes que les autres compagnies du type, pas les low cost non, mettons par exemple LUFTHANSA… Bien ! Et donc il faudrait qu'on ait peu près les mêmes coûts et les mêmes types de fonctionnement que cette grande compagnie allemande LUFTHANSA, compagnie nationale allemande, ce qu'on demande c'est cette mutation, qui est une mutation nécessaire et qui est possible. Le Premier ministre il y a 15 jours est intervenu, il a dit notamment aux pilotes : « Attention ! Ne bloquez pas l'entreprise, vous êtes des gens responsables lorsque vous conduisez des avions, soyez-le aussi au plan social », les pilotes ont bloqué et n'ont pas avancé ; Il y a eu à ce moment-là, la direction d'AIR FRANCE a avancé : « Mais s'il n'y a pas le plan A, il y aura le plan B », le plan B ce sont les licenciements, il s'est passé les évènements, ce sont les suppressions de poste plus précisément - ce que nous ne souhaitons pas - mais nous ne pouvons pas : premièrement, considérer que cette entreprise vivrait dans un monde irréel, s'il y a une compagnie qui est évidemment dans la mondialisation c'est bien AIR FRANCE, donc il faut qu'elle s'adapte au moins aux standards européens, aux standards par exemple de la LUFTHANSA, c'est cette négociation. Si on a évoqué un plan B c'est parce qu'il y a un plan A, moi je souhaite que tout le monde revienne au plan A, c'est-à-dire à l'effort qui permet à la fois aux pilotes et c'est vrai à l'ensemble du personne d'AIR FRANCE de faire un certain nombre d'efforts pour que cette compagnie soit viable. Quelle est l'alternative ? Est-ce qu'on peut raisonnablement dire que la compétitivité d'AIR FRANCE elle doit fonctionner sur l'aide fiscale du contribuable ? Ce n'est pas souhaitable, ce n'est pas possible.

BRUCE TOUSSAINT
D'accord ! Mais le monde entier a vu que le dialogue social était résumé à des affrontements il y a quelques jours.

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais alors ça…

BRUCE TOUSSAINT
Moi j'aimerais vous poser une question beaucoup plus précise, est-ce qu'il y a un problème Alexandre de JUNIAC dans cette affaire ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non ! Nous n'avons pas…

BRUCE TOUSSAINT
Est-ce que vous avez raison de soutenir le président d'AIR FRANCE – KLM ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Nous soutenons la direction d'AIR FRANCE sur l'idée qu'elle doit aboutir véritablement à une compagnie qui soit en compétitivité normale dans une ligne standard européen, voilà ce que nous disons. Pour le reste…

BRUCE TOUSSAINT
Ce n'était pas ma question !

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez on peut toujours rentrer dans les détails, mais aujourd'hui l'axe stratégique…

BRUCE TOUSSAINT
Moi je vous parle du patron de la compagnie, je vous demande est-ce qu'il y a un problème…

JEAN-MARIE LE GUEN
Attendez ! Ce qui s'est passé…

BRUCE TOUSSAINT
Avec ce monsieur ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non ! Ce qui s'est passé, parce que vous dites il n'y a pas eu de négociation sociale, il y avait un CE qui était en train de se tenir, il s'est passé des choses qui ont été des problèmes que vous aviez évoqués - vous comme tous les autres commentaires – en disant que c'était une forme dévoyée de la négociation sociale, c'est-à-dire la violence contre un certain nombre de personnes, c'est un fait qui a marqué non seulement l'opinion française mais aussi l'opinion publique internationale., nous ne pouvons pas accepter parce que c'est la dénaturation du dialogue social ce type d'attitude. Donc, il ne faut pas de ce point de vue… il faut hiérarchiser les choses, et d'ailleurs le lendemain Manuel VALLS est allé au siège d'AIR FRANCE, il a discuté – y compris avec la CGT – et quand j'ai vu plusieurs responsables de la CGT sur vos antennes ils tenaient des discours qui étaient parfaitement responsables et ils ne se sentaient absolument pas responsables des heurts qui ont eu lieu et des attitudes qui ont eu lieu, donc le dialogue social il est possible à l'intérieur des organes normaux, le comité d'entreprise est la volonté, excusez-moi de le dire , que les pilotes rentrent véritablement dans la négociation.

BRUCE TOUSSAINT
J'aimerais qu'on parle des élections régionales ! Alors donc on a appris hier que votre collègue du gouvernement Jean-Yves LE DRIAN serait candidat de la gauche en Bretagne…

JEAN-MARIE LE GUEN
Alors vous avez appris qu'il allait s'exprimer demain…

BRUCE TOUSSAINT
Oui !

JEAN-MARIE LE GUEN
Et que, voilà, vous anticipez avec une capacité d'analyse politique toujours forte…

BRUCE TOUSSAINT
Toujours en avance sur l'info ! Mais alors tout en restant ministre pendant la campagne, ça ne pose pas un problème quand même ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais enfin où est-ce que vous avez vu qu'un ministre ne pouvait pas être candidat à des élections locales et territoriales ?

BRUCE TOUSSAINT
Mais le ministre de la Défense Jean-Yves LE DRIAN il passe sa vie à l'étranger à gérer des situations….

JEAN-MARIE LE GUEN
Jean-Yves LE DRIAN est un président emblématique de la Bretagne, il est attendu très largement par les Bretons et il aura les moyens…

BRUCE TOUSSAINT
Tout de même se consacrer…

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais il n'y aucune raison, ne tombons pas dans les… il peut mener une campagne électorale tout à fait normalement et être ministre de la Défense avec efficacité, on ne va quand même pas à Jean-Yves LE DRIAN, qui est sans doute évidemment - vous l'avez souligné - l'un des ministres les plus efficaces de ce gouvernement et surtout un des ministres de la Défense les plus efficaces de la Vème République, pour ne pas dire celui qui a été le plus efficace - lui faire le procession d'intention de ne pas se consacrer à son travail ?

BRUCE TOUSSAINT
Et s'il gagne, là par contre, il quitte le gouvernement ou ce n'est pas clair ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, il y a des règles, elles sont connues… Voilà ! Et Jean-Yves LE DRIAN s'exprimera demain, vous lui poserez la question. Mais on n'est pas encore…

BRUCE TOUSSAINT
Ce n'est pas clair ! Non ce n'est pas clair, je vous le dis.

JEAN-MARIE LE GUEN
Ce n'est pas ça, c'est que les réponses sont apportées au moment où les questions se posent, on ne va pas anticiper… je remercie vous-même et l'ensemble des commentateurs d'anticiper la victoire de Jean-Yves LE DRIAN, elle est normale et elle est effectivement attendue…

BRUCE TOUSSAINT
Ca sent l'exception quand même, on le voit venir, on le voit venir le président de la Région Bretagne, mais qui – en raison des circonstances exceptionnelles – reste ministre de la Défense.

JEAN-MARIE LE GUEN
Vous savez très bien qu'il y a un adage qui dit que l'exception confirme la règle, donc si vous voulez…

BRUCE TOUSSAINT
Donc, ce n'est pas impossible ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Dans les généralités. Mais ce n'est pas à moi qui décide…

BRUCE TOUSSAINT
Oui ! Ca je vous l'accorde.

JEAN-MARIE LE GUEN
Et ce n'est pas vous non plus et chaque chose en son temps. Voilà !

BRUCE TOUSSAINT
Allez ! On parle du diesel quand même, parce que cette décision…

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui ! Ca c'est important.

BRUCE TOUSSAINT
Qui a été donc annoncée hier là aussi d'augmenter progressivement la taxation du gasoil c'est quand même une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui roulent en diesel et ça concerne une majorité de Français ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ah ! Voilà. Est-ce qu'on mettre, est-ce qu'on peut opposer les Français qui respirent et ceux qui ont une voiture avec le diesel ? Je pense que cette façon de voir les choses, il faut voir que nous avons un problème global, tout le monde respire, tout le monde a des problèmes avec les particules, tout le monde a sa santé altérée par un niveau de particules trop important. Bien ! Nous avons évidemment… la France, depuis des dizaines d'années, a joué plutôt à favoriser le diesel, on s'aperçoit aujourd'hui que cette situation aboutit à des éléments impensables, on demande une évolution, une évolution, qui va se faire sur les cinq ans avec des aides, on multiplie les aides pour que les personnes – notamment qui ont des diesels assez anciens, qui polluent tout particulièrement – puissent opérer une mutation notamment vers les véhicules électriques. Est-ce qu'il faudrait ne jamais rien changer dans ce pays quand par ailleurs on a des raisons de s'indigner notamment sur la santé publique ? Moi je pense qu'il faut dire à tous nos compatriotes que des petits efforts peuvent être demandés aux uns et aux autres pour l'intérêt général, l'intérêt général il ne faudrait pas l'oublier.

BRUCE TOUSSAINT
Vous pouvez nous éclairer sur ce qui s'est passé hier soir à l'Assemblée sur ce geste supplémentaire qui a été décidé pour les foyers les plus modestes grâce à la hausse de la taxation du gasoil, ça va concerner qui, qu'est-ce qui va se passer ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, je ne vais pas rentrer dans tous les détails. Je pense que le ministre du Budget…

BRUCE TOUSSAINT
Apparemment, il y a eu question d'alléger les impôts locaux.

JEAN-MARIE LE GUEN
Voilà. Le ministre du Budget sera plus précis que je ne le suis pour détailler une mesure qui a été adoptée dans la nuit mais ce que je peux vous dire, c'est que le petit reliquat qui existe entre la hausse progressive et modérée du diesel et la baisse parallèle de l'essence – il faut aussi le dire, c'est-à-dire que ce n'est pas un mouvement unilatéral.

BRUCE TOUSSAINT
Le reliquat, ça va représenter quoi ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Quelques centaines de millions d'euros sur les cinq ans et ces centaines de millions d'euros vont être concentrées sur la baisse des impôts locaux, notamment des personnes retraitées et, en tout cas, des petites retraites évidemment.

BRUCE TOUSSAINT
Deux derniers mots, d'abord un mot du rugby. Vous êtes pessimiste pour samedi contre les All Blacks ou pas ?

JEAN-MARIE LE GUEN
On est derrière les Bleus. L'optimisme de la volonté et le pessimisme de…

BRUCE TOUSSAINT
La réalité !

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, non. Non, non ! Je pense qu'il faut que notre équipe nationale ait un sentiment de révolte. Je pense qu'ils valent véritablement mieux que ce qui s'est passé devant l'Irlande.

BRUCE TOUSSAINT
Il faut qu'ils sauvent l'honneur, non ? Même s'ils perdent.

JEAN-MARIE LE GUEN
En tout cas, c'est une bataille où leur génération de rugbymen est attendue objectivement.

BRUCE TOUSSAINT
Et puis je voudrais vous demander quel hebdo vous choisissez de lire cette semaine ? La Une avec Julie GAYET ou la Une avec Nicolas SARKOZY rebaptisé « Le nettoyeur » par Le Point ?

JEAN-MARIE LE GUEN
D'un point de vue esthétique, monsieur SARKOZY ne m'en voudra pas que je préfère Le Nouvel Observateur. Pour le reste, le domaine qui est le mien, c'est plutôt de regarder ce que dit monsieur SARKOZY. Là en l'occurrence, le titre semble lui prêter des intentions qui ne sont pas totalement de rassemblement, mais c'est peut-être ce que l'on constate.

BRUCE TOUSSAINT
Merci beaucoup, merci d'avoir été avec nous ce matin sur I Télé. Bonne journée à vous.

JEAN-MARIE LE GUEN
Bonne journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 19 octobre 2015

Rechercher