Point presse de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur la tenue de la conférence sur le climat (COP 21) dans le contexte de l'état d'urgence, à l'hôtel de Beauvau à Paris le 25 novembre 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Point presse de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur la tenue de la conférence sur le climat (COP 21) dans le contexte de l'état d'urgence, à l'hôtel de Beauvau à Paris le 25 novembre 2015.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

ti : Mme la Ministre de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, Chère Ségolène ROYAL,
M. le Secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Cher Alain VIDALIES,
Mme la Maire de Paris, chère Anne HIDALGO,
M. le Président du conseil régional d'Ile-de-France, cher Jean-Paul HUCHON,
M. le Président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, cher Stéphane TROUSSEL,
Messieurs les Préfets,
Mesdames et messieurs,


Dans quelques jours, du 30 novembre au 11 décembre prochain, se tiendra au Bourget la 21ème conférence des parties de la convention-cadre des nations-Unies sur les changements climatiques, communément appelée la COP 21. C'est un événement d'ampleur planétaire, aux enjeux environnementaux cruciaux dont parlera dans quelques instants la Ministre Ségolène Royal. Lundi 30 novembre, 147 chefs d'Etat et de Gouvernement seront accueillis par le Président de la République, le Secrétaire Général de l'ONU et le Président de la COP 21 sur le site du Bourget. Tout au long de la journée, les chefs d'Etat et de Gouvernement du monde entier diront leur mobilisation et leur engagement à faire de la conférence de Paris un succès. Ils rendront également hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Dans le contexte de menace très élevée que connaît notre pays, la réussite de la COP 21 passe aussi par la sécurisation optimale de cette manifestation. Je le dis avec force devant vous : tout est mis en œuvre pour sécuriser au maximum la conférence elle-même et son environnement. Les forces de l'ordre et les services de l'Etat concernés, les collectivités locales, le Secrétariat général de la COP 21 travaillent depuis des semaines en parfaite collaboration pour parvenir à cet objectif.

Je rappelle que depuis le 13 novembre, l'état d'urgence a été décidé par le Président de la République et par le Premier Ministre sur l'ensemble du territoire national. Et je rappelle également que depuis le 13 novembre, comme le code Schengen lui en donne la possibilité, la France a rétabli les contrôles à ses frontières. J'ai indiqué très clairement à mes homologues européens réunis à ma demande à Bruxelles vendredi dernier, et je le redis aussi clairement devant vous : ces contrôles se poursuivront aussi longtemps que la menace terroriste le nécessitera. Il s'agit d'un élément-clé de la sécurisation de notre pays dans un contexte de menace élevée. Ces contrôles aux frontières permettent aussi de nous prémunir contre des activistes violents qui voudraient porter atteinte à l'ordre public. Nous serons dans la tolérance zéro à leur égard.

Ces contrôles sont effectués par 8000 policiers et gendarmes spécifiquement déployés à nos frontières aériennes, maritimes et terrestres. En ce qui concerne le déploiement des forces de l'ordre, en plus de ces 8000 policiers aux frontières, 2800 policiers et gendarmes officieront sur le site même de la COP. Les unités de forces mobiles – compagnies de CRS et escadrons de gendarmes mobiles – seront sollicitées à un niveau sans précédent, tant à Paris qu'en province afin que l'ordre public soit assuré en permanence et éviter tout débordement. Aujourd'hui, au total, ce sont 120 000 policiers, gendarmes et militaires qui sont déployés sur l'ensemble du territoire national pour assurer la sécurité des Français.

L'évaluation de la menace terroriste quant à elle est faite en temps réel par les différents services concourant au renseignement afin que tout risque puisse en permanence être évalué, et qu'une réponse dimensionnée soit immédiatement apportée. Je rappelle également que dans le cadre de l'état d'urgence, les préfets peuvent interdire des manifestations sur l'ensemble du territoire. Je tiens à saluer à cet égard les membres de la Coalition 21, qui ont compris que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour la grande marche initialement prévue dimanche 29 novembre, et qui ont en conséquence renoncé à l'organiser, faisant preuve d'un remarquable esprit de responsabilité.

Afin de perturber le moins possible les trajets des habitants de Paris et d'Ile de France et d'assurer aux délégations un accès rapide et sécurisé sur le site du Bourget, les mesures nécessaires pour renforcer et aménager les réseaux de transports en communs existants durant la Conférence ont été prises, en lien avec les opérateurs de transports concernés.

Je laisserai à Jean-Paul HUCHON, également Président du STIF, le soin de compléter les informations à destination du grand public les transports en commun en Ile-de-France.

En outre, Cette situation implique une organisation particulière des flux de circulation entre la capitale, le centre de conférence du Bourget et les aéroports parisiens (Roissy, Le Bourget, Orly). Cette organisation doit prendre en compte des impératifs de fluidité du trafic, comme les exigences de sécurité liées à l'état d'urgence. Des restrictions importantes de circulation seront donc nécessaires dimanche 29 et lundi 30 novembre ; elles seront détaillées par le Préfet de Police Michel CADOT à 11h00 lors d'un point presse particulier organisé à cet effet.

Pour permettre à chacun de s'y conformer dans de bonnes conditions, Une information large et anticipée sera réalisée à destination du public et des entreprises. En amont tout d'abord, par un dispositif d'information spécifique comprenant affichage, spots radios, communication digitale, insertions dans la presse : ce dispositif portera recommandation - et j'insiste sur ce point - d'éviter les déplacements et de reporter les livraisons non indispensables, permettra l'identification des itinéraires de substitution et encouragera fortement à l'utilisation des transports en commun - dont l'offre de service et la sécurisation seront très sensiblement renforcées. Pendant les deux journées concernées, ces informations seront actualisées en permanence via les réseaux sociaux et sur le site internet de la préfecture de police. Une recommandation sera également adressée aux employeurs de faciliter les autorisations d'absence ou de départ anticipé des salariés.

Il est donc indispensable qu'il y est cette mobilisation générale et que le message, à partir d'aujourd'hui et dans les jours qui viennent, passe massivement, de la nécessité de ne pas utiliser les voitures personnelles pendant quelques heures dimanche et lundi et de privilégier les transports en commun.

Je tiens à remercier l'engagement sans faille des forces de l'ordre pour assurer la sécurité et la réussite de la COP 21, qui mérite la reconnaissance de tous nos concitoyens.

Au nom de mes collègues du Gouvernement et des élus d'Ile-de-France ici présents, je tiens également à remercier par avance et très sincèrement chaque citoyen pour sa compréhension et pour son respect de ces mesures, contraignantes, nous en avons conscience, mais indispensables à la sécurité de tous, dans le contexte particulier auquel notre pays est confronté.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 26 novembre 2015

Rechercher