Conseil des ministres du 8 juillet 2015. La situation de l’économie | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 8 juillet 2015. La situation de l’économie

Personnalité, fonction : SAPIN Michel.

FRANCE. Ministre des finances et des comptes publics

ti : Le ministre des finances et des comptes publics et le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique ont présenté une communication relative à la situation de l’économie.

Après l’accélération de la croissance au premier trimestre (+ 0,6 %), la France est clairement entrée dans une phase de reprise de l’activité. Le consensus des économistes et les institutions nationales et internationales prévoient désormais une croissance d’au moins 1 % en 2015 et 1,5 % en 2016.

Les bases de la reprise sont en train de se solidifier et de s’élargir. Il n’y a pas lieu de penser que les difficultés que connaît la Grèce la compromettront, car le poids de l’économie grecque dans les échanges est limité et la zone euro s’est dotée depuis 2012 de mécanismes pour prévenir les risques de contagion.

Après avoir recommencé à progresser en 2014 (+ 1,1 %), le pouvoir d’achat des ménages va continuer à accélérer (l’Insee anticipe + 1,9 % en 2015), grâce au ralentissement de l’inflation et à la stabilité des impôts, ce qui soutiendra la consommation.

Les exportations devraient aussi repartir à la hausse. Selon les industriels interrogés par l’Insee, les perspectives générales d’exportation atteignent un niveau inégalé depuis 15 ans. En outre, sur les cinq premiers mois de l’année 2015, les exportations progressent déjà de 3,8 % par rapport à la même période l’an dernier.

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour que les entreprises s’engagent sur des projets d’investissement et d’embauche. Soutenu par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi et le pacte de responsabilité et de solidarité, le taux de marge des entreprises a regagné déjà près de 2 points, sur les 3 points perdus depuis la crise. A 31,1 % au 1er trimestre 2015, il retrouve son plus haut niveau depuis début 2011. Soutenu par la demande, par des conditions de financement favorables, par la restauration des marges et par les mesures du plan de soutien à l’investissement, notamment le suramortissement, l’investissement devrait redémarrer. Ainsi, l’Insee estime que ces mesures soutiendraient fortement (+ 0,6 point) l’investissement des entreprises en produits manufacturés au second semestre 2015.

Cette reprise de l’activité à l’œuvre, portée par le dynamisme de la consommation puis par la reprise de l’investissement, permettra une reprise progressive de l’emploi. Pour accompagner ce mouvement, le Gouvernement amplifie son action tant sur le volet des politiques de l’emploi, avec l’extension de l’enveloppe de contrats aidés pour lutter contre le chômage de longue durée, que de la politique économique, avec le plan « Tout pour l’emploi » au profit des très petites entreprises et des petites et moyennes entreprises. Les entrepreneurs individuels bénéficient en particulier d’une prime de 4 000 € pour les embauches d’un premier salarié dans l’année qui vient.

La politique du Gouvernement commence à produire ses effets. Sa mise en œuvre doit se poursuivre avec détermination.

Rechercher