Conseil des ministres du 25 novembre 2015. Livre et lecture publique. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 25 novembre 2015. Livre et lecture publique.

Personnalité, fonction : PELLERIN Fleur.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

ti : La ministre de la culture et de la communication a présenté une communication relative au livre et à la lecture publique.

Malgré des mutations technologiques importantes et un contexte de concurrence accrue, le livre demeure la première industrie culturelle française. Il joue un rôle essentiel pour l'accès de tous à la culture et à la connaissance et fait l'objet d'un attachement singulier des Français dont témoigne la popularité de certains ouvrages érigés au rang de symboles à la suite des attentats qui ont frappé la France en janvier et en novembre 2015. Afin d'accroitre l'accessibilité des livres pour tous et la vitalité de la filière, le Gouvernement a engagé une série de mesures autour de trois priorités.

Le Gouvernement a d'abord souhaité lutter contre l'érosion de la lecture, en s'appuyant sur les 16 000 bibliothèques publiques qui constituent le premier réseau culturel de notre pays, de trois manières :

- l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques, aujourd'hui limités et parfois mal adaptés au rythme de vie des populations : dès l'année prochaine, l'Etat soutiendra financièrement les collectivités qui s'engagent dans une démarche d'extension des horaires des bibliothèques ;

- la promotion de la lecture auprès des plus jeunes : lancée l'été dernier, la grande fête du livre pour la jeunesse « Lire en short », qui a rassemblé en juillet dernier plus de 300 000 enfants et adolescents, sera reconduite à l'été 2016 ;

- la renforcement du maillage territorial de la lecture publique : le doublement des moyens consacrés aux contrats « territoire lecture » permettra de soutenir les initiatives des collectivités en faveur de la lecture, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville et les territoires ruraux, où l'offre est plus rare et moins accessible.

Le deuxième défi est la préservation de la diversité de la production éditoriale incarnée par un réseau de librairies indépendantes d'une grande richesse. Un plan en faveur de la librairie, doté de 11 millions d'euros mis en œuvre en 2014, a aidé ce secteur fragile à surmonter une conjoncture défavorable. De nouvelles mesures seront mises en place en 2016 afin d'aider les librairies à faire face au développement de la vente en ligne, notamment une adaptation de la formation au terme d'assises du métier de libraire en cours et la mise en place d'un accompagnement financier pour soutenir la modernisation des commerces.

La troisième priorité fixée par le Gouvernement est le soutien à la création et aux auteurs. Le Gouvernement, par l'adoption de l'ordonnance du 12 novembre 2014 relative au contrat d'édition, a opéré la plus grande réforme des règles qui encadrent les relations entre auteurs et éditeurs depuis 1958. Ces relations sont désormais plus équilibrées et mieux adaptées au contexte numérique. Dans le cadre des discussions en cours au niveau européen sur la réforme du droit d'auteur, le Gouvernement veillera à ce que l'accroissement de l'accès aux œuvres ne se fasse pas au détriment d'une juste rémunération des auteurs et continuera à faire de propositions à la Commission montrant la compatibilité entre ces deux principes. Enfin, à l'échelon national, une réforme ambitieuse de la protection sociale des auteurs et des artistes fait actuellement l'objet d'une large concertation. Les objectifs du Gouvernement sont, tout en préservant l'attention spécifique due par la Nation aux créateurs, d'améliorer la performance de la gestion et de renforcer le niveau de la protection garantie aux artistes et aux auteurs.

Rechercher