Conseil des ministres du 2 décembre 2015. Les aides à la presse. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 2 décembre 2015. Les aides à la presse.

Personnalité, fonction : PELLERIN Fleur.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

ti : La ministre de la culture et de la communication a présenté une communication relative aux aides à la presse.

L'attentat contre « Charlie Hebdo » a été l'occasion douloureuse de rappeler l'attachement de la Nation toute entière à la liberté et au pluralisme de l'information. Pour mieux protéger l'un et l'autre, le Gouvernement a décidé de poursuivre sa réforme des aides à la presse en ciblant mieux l'aide postale vers les titres qui participent du débat démocratique et en apportant son soutien à l'innovation et à l'émergence de nouveaux médias.

Tout d'abord, comme le Président de la République l'a annoncé au début de l'année, le Gouvernement a décidé d'étendre l'aide aux quotidiens les plus fragiles à tous les périodiques d'information politique et générale à faibles ressources publicitaires. Dotée de 4 M€ en 2016, cette extension va permettre à de nombreux titres qui participent de la conversation nationale d'affronter les difficultés qu'ils traversent. Cette aide publique ne pourra être versée aux titres condamnés pénalement pour incitation à la haine, à la discrimination ou à la violence au cours des cinq dernières années.

Ensuite, la politique gouvernementale vise à réorienter les aides postales vers les titres de presse contribuant au débat citoyen, au savoir et à la connaissance.

A la suite de la mission confiée à Emmanuel Giannesini, conseiller maître à la Cour des Comptes, et des travaux conduits par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), le Gouvernement a ainsi décidé que les tarifs de La Poste pour la période 2017/2022 n'augmenteraient pas au-delà de l'inflation pour les titres à faibles ressources publicitaires, qu'ils augmenteraient – hors inflation - de 1 % pour la presse d'information politique et générale, de 3 % pour la presse de la connaissance et du savoir et de 5 % enfin pour la presse de loisirs et de divertissements.

Durant l'année 2016, qui sera nécessaire à la reclassification des titres entre ces différentes catégories, la Poste appliquera une augmentation hors inflation de 0 % pour les titres à faibles ressources publicitaires, 1 % pour la presse d'information politique et générale et de 3 % pour les autres titres.

Parallèlement à cette redéfinition des aides indirectes, le Gouvernement réaffirme ses priorités en faveur de l'innovation numérique, de l'émergence et de l'incubation de nouveaux médias pour mieux accompagner la presse française qui invente et qui innove.

Un plan de soutien aux marchands de journaux, qui connaissent de graves difficultés, sera aussi présenté.

Rechercher