Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur la candidature de la France pour l'organisation de la compétition « l'Olympiade des métiers » à Paris en 2019, à Paris le 29 juin 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur la candidature de la France pour l'organisation de la compétition « l'Olympiade des métiers » à Paris en 2019, à Paris le 29 juin 2015.

Personnalité, fonction : HOLLANDE François.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Réception organisée en l'honneur des représentants des membres de WorldSkills International dans le cadre de la candidature de la France pour l'organisation de la compétition à Paris en 2019 « l'Olympiade des métiers », à Paris le 29 juin 2015

ti :
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,


Bienvenue ici, au Palais de l'Elysée. Nous voulions vous accueillir parce que vous êtes les membres d'une grande organisation, WorldSkills International, et parce que vous organisez des Olympiades. Nous ne sommes pas candidats pour tous les Jeux olympiques qui existent au monde, et qui peuvent intéresser des secteurs très différents. Il se trouve néanmoins que le 11 août prochain, vous allez décider à Sao Paulo de l'attribution de cette grande compétition pour l'édition 2019 : les Olympiades des métiers.

J'ai souhaité, avec le Gouvernement français, les ministres qui sont ici présents, porter notre candidature pour cette organisation. Nous l'avons exprimé, c'était il y a deux ans, et Paris se portait déjà candidate.

Pour trois raisons. D'abord, parce que la France est très attachée à l'Olympiade des métiers, et je crois que le Président GUISEMBERT en est le symbole. Pour nous, ces Olympiades, qui réunissent plus de 1.200 jeunes, provenant de 60 pays, c'est une mobilisation très importante de nombreux secteurs économiques. Le bâtiment, les travaux publics, la maintenance, l'industrie, l'automobile, les nouvelles technologies, les services, l'alimentation, bref, ce sont des secteurs économiques très importants. Ce sont des métiers pour nous essentiels.

La France obtient en plus à ces Olympiades de bons résultats. En 2013, nous avions remporté 8 médailles, 2 en or, 5 en argent, 1 en bronze, et 16 médaillons d'excellence. Autrement dit, plus d'un membre sur deux de l'Equipe de France avait été primé. Nous voudrions que ce soit le cas pour d'autres compétitions, n'est-ce pas, Monsieur le ministre des Sports ? Parmi ces médaillés, Caroline LIENART, ici présente, qui avait été 4ème et qui a suivi grâce à ce résultat un stage de 5 semaines à l'Elysée. Cela ne vaut pas pour tous les médaillés, mais vous, vous avez pu justement être repérée et identifiée grâce aux Olympiades, et ensuite, venir ici, continuer votre formation.

La seconde raison qui justifie notre candidature, c'est que nous croyons à l'apprentissage et nous voulons développer l'apprentissage. Nous avons d'ailleurs pris des mesures pour aller dans ce sens. Nous voulons qu'il y ait 500.000 jeunes qui puissent être en apprentissage à l'horizon 2017. Nous avons simplifié l'accès à l'apprentissage pour de nombreuses entreprises, et même fait en sorte que toute entreprise qui recrutera un jeune de moins de 18 ans en première année d'apprentissage n'ait plus à payer ni le salaire ni les cotisations sociales ; tout lui sera remboursé, parce que nous voulons récompenser le chef d'entreprise qui s'engage dans l'apprentissage, parce que ce sont des frais. En même temps, nous voulons saluer ce geste de solidarité, de transmission de métier, de formation, de savoir faire.

La troisième raison qui explique notre candidature, c'est que les établissements de formation français sont prêts à s'engager avec les jeunes, avec les enseignants, avec les familles, mais aussi avec les collectivités locales. Les Présidents de région ont confirmé également cet engagement. Je salue ici le président de la région Ile-de-France, qui est sans doute celui qui fait le plus avec sa collectivité pour l'apprentissage dans notre pays.

Nous avons reçu également le soutien de toutes les organisations syndicales françaises pour la candidature pour les Olympiades des métiers. Réussir, en France, à réunir toutes les organisations syndicales et les organisations d'employeurs, c'est tellement exceptionnel que cela ne pouvait être fait que pour les Olympiades des métiers, et c'est ce qui a été réussi.

Il y a 10.000 entreprises qui se sont également mobilisées, et nous avons également voulu qu'un grand cuisinier, Alain DUCASSE, puisse être le parrain actif de cette candidature. Nous ne voulons pas laisser penser que dès lors que vous auriez choisi la candidature de Paris, vous auriez table ouverte ici, en France ou même à l'Elysée ! Nous vous laissons toute indépendance pour le choix que vous avez à faire. Vous pouvez être certain en tout cas que si vous faisiez ce choix, le projet qui serait le nôtre correspondrait à l'ambition qui est la vôtre. Nous aurions une équipe motivée, des projets qui pourraient correspondre à votre philosophie, et nous aurions aussi des installations de premier plan.

Voilà le message que je voulais vous transmettre. Nous croyons aux valeurs qui sont les vôtres, nous croyons au travail, nous croyons à l'apprentissage, nous croyons à la transmission, et nous voulons que la jeunesse puisse avoir une chance de plus de réussir.

Avec ces Olympiades, avec les compétitions que vous offrez, avec ces formations que vous dispensez, vous permettez à la jeunesse du monde d'avoir davantage d'espérance, davantage de chance de réussir. Je voulais ici saluer toute la démarche qui est la vôtre, à travers ces Olympiades, et d'une manière générale, à travers les actions que vous organisez dans vos propres pays.


Merci.

Rechercher