Déclaration de Mme Martine Pinville, secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire, sur la réhabilitation d'un quartier commercial, Saint-Joseph (Ile de La Réunion) le 6 janvier 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Martine Pinville, secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire, sur la réhabilitation d'un quartier commercial, Saint-Joseph (Ile de La Réunion) le 6 janvier 2016.

Personnalité, fonction : PINVILLE Martine.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire

Circonstances : Signature de la convention d'application locale du Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (FISAC), à Saint-Joseph (Ile de La Réunion) le 6 janvier 2016

ti : Monsieur le Député-Maire,
Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les élus et représentants du monde économique,
Mesdames et Messieurs,
Bonjour à tous,


Je veux d'abord vous remercier pour votre accueil ici à Saint-Joseph.

Je n'étais jamais venue encore dans cette région et je dois dire que c'est avec beaucoup de plaisir que je la découvre.

Je découvre bien sûr la beauté de cette île, de ses paysages et de sa nature.

Mais ce que je constate surtout, en échangeant avec les uns et les autres, c'est la volonté d'aller de l'avant. Une volonté partagée par les habitants, les élus, les collectivités et les acteurs économiques, d'avancer ensemble au service du développement de l'île. Et c'est certainement cette même volonté qui a conduit les réunionnais à refuser de faire le choix du repli et de la peur lors des dernières élections régionales. Bien sûr des problèmes existent, il y a des difficultés qui ne peuvent pas être ignorées, mais il y a malgré tout un attachement indéniable aux valeurs de la République et à l'intérêt général. Ensemble, nous devons donc répondre à ces attentes et agir en bonne intelligence pour construire une région encore plus dynamique et plus forte.

Cette ambition, je sais que c'est la vôtre, et je peux vous affirmer que c'est plus que jamais celle du gouvernement.
C'est le message que je suis venu vous transmettre : l'État est à vos côtés.

Et la signature de cette convention qui ouvre une nouvelle tranche de financements via le Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (FISAC) à Saint-Joseph, en est la matérialisation la plus concrète et la plus immédiate.

L'État n'oublie aucun territoire, la République s'adresse à tous, et le Gouvernement est pleinement engagé auprès des français.

Et il est pleinement engagé ici à Saint-Joseph pour accompagner le renouveau du centre-ville et plus largement de l'ensemble du Sud Sauvage.


I. [L'État s'engage financièrement aux côtés des acteurs locaux pour soutenir le commerce de Saint-joseph]

J'ai en effet décidé de renouveler et d'augmenter les investissements du FISAC pour le développement économique de Saint-Joseph pour un montant total de 357 000 euros, en complément des financements de la commune et de la Chambre de Commerce et d'Industrie. Ce à quoi s'ajoute un apport supplémentaire de l'État à hauteur de 510 000 euros via le Fonds exceptionnel d'investissement.

C'était une attente de l'ensemble des acteurs de la ville et nous y avons répondu. C'est un soutien important malgré, il faut le rappeler, un contexte budgétaire très contraint.

Cet investissement, c'est plus de vitalité économique pour la ville et l'ensemble de la région, c'est plus de commandes publiques pour les entreprises locales et c'est un soutien, même indirect, à l'emploi.

Si l'État est engagé à vos côtés, je veux le souligner, c'est grâce à la très forte mobilisation de la commune, de la Chambre de commerce et d'industrie, de la région et des commerçants.

Nous savons d'expérience qu'aucun projet de réhabilitation d'un quartier commercial ne peut réussir sans cette mobilisation collective. Si la commune agit sans les commerçants, ça ne marche pas ; et si les commerçants agissent sans les pouvoirs publics, ça ne suffit pas.

C'est bien une coordination des efforts qui permet d'initier un mouvement positif. Ce mouvement – et je pense que je vais pouvoir le constater lors ma visite du centre-ville tout à l'heure - ce mouvement est en marche à Saint-Joseph et il faut désormais le faire durer.

Je veux souligner ici tout particulièrement le travail des élus locaux et des services municipaux, qu'on oublie trop souvent. Je pense notamment à Monsieur D'Jaffar [élu au développement économique], Monsieur Gonneville [responsable des services techniques] et Monsieur Payet [chargé du suivi des travaux] qui, je le sais, se sont investis sans compter pour la réalisation de la Halle François Mitterrand. Je sais qu'au-delà de ce projet emblématique tous les agents de la commune sont mobilisés au quotidien, chacun dans son secteur et à son échelle pour le renouveau du centre-ville de Saint-Joseph.

Il faut également rappeler le rôle crucial et l'implication personnelle de Monsieur le Député-Maire [Patrick Lebreton] dans la conduite et le pilotage de ce projet. Mon cher Patrick, vous avez su créer un consensus, débloquer et mobiliser les énergies et conduire à leurs termes des chantiers d'envergure. C'est aussi cette impulsion politique et cet engagement continu qui ont convaincu l'État de renouveler ses investissements à Saint-Joseph.

J'en profite pour rappeler que nous constatons ici de nouveau l'efficacité du FISAC. C'est un outil qui fonctionne, un outil que les élus savent utiliser et qui est au service de l'égalité des territoires. C'est pour cette raison qu'il était primordial qu'il soit maintenu dans le budget de l'État de 2016. Ce n'était pas nécessairement acquis au regard des contraintes budgétaires auxquelles nous faisons tous face, et je suis heureuse de pouvoir compter sur votre soutien, Monsieur le Député-Maire, pour continuer de militer en faveur de son maintien à l'Assemblée Nationale.

Parmi les acteurs du renouveau du centre-ville de Saint-Joseph, je n'oublie pas bien sûr les services de l'État que vous dirigez Monsieur le Préfet et ceux de la Chambre de commerce et d'industrie. Vous apportez un soutien et un accompagnement indispensables au succès des projets des collectivités et entreprises de La Réunion, qu'il faut saluer ici.


II. [Les projets soutenus vont permettre de soutenir le dynamisme économique de la ville et du sud de l'Île]

Au-delà de cette mobilisation collective exemplaire, la deuxième raison qui a conduit l'État à s'engager pour Saint-Joseph, c'est la qualité du programme de revitalisation présenté.

C'est un programme cohérent et ambitieux, qui comprend des réalisations uniques à la Réunion.

Il repose sur trois piliers complémentaires :

- D'abord, des études approfondies menées par la ville et la Chambre de Commerce et d'Industrie pour mieux connaître les besoins commerciaux du territoire,
- Ensuite, des infrastructures collectives et individuelles rénovées pour bénéficier d'espaces commerciaux modernes et accueillants,
- Enfin, de l'animation de qualité pour renforcer l'attractivité de la ville pour ses habitants et l'ensemble de la population du sud de l'île.

Parmi les réalisations les plus marquantes, je pense bien sûr à la très belle Halle François Mitterrand financée à 50% par l'État et ouverte le 16 octobre dernier.

Ce bâtiment situé au coeur de la ville offre plus de 110 emplacements commerciaux, a été pensé pour s'adapter aux fortes intempéries que peut connaître cette région de l'île, et a également vocation à devenir un lieu culturel riche et vivant.

Je sais que déjà pendant la période des fêtes, la Halle a accueilli de nombreux évènements, des concerts et des soirées. C'est un très bon début et il faut continuer d'utiliser cette structure au maximum de ses capacités.

Je sais que la mise en place d'un 2ème jour de marché est à l'étude, en plus du marché du sud sauvage du vendredi. Je ne peux que soutenir cette initiative : comme je vous le disais, un mouvement de renouveau commercial est désormais enclenché ici à Saint-Joseph et il faut le faire vivre, tous ensemble - élus, commerçants, associations et habitants- en saisissant toutes les opportunités.


Voici ce que je souhaitais vous dire aujourd'hui.

J'ai tenu en ce début d'année, juste après les fêtes, à faire ce déplacement au plus près des français, au plus près des acteurs locaux pour soutenir un projet économique fort.

Le Président de la République m'a confiée pour mission d'accompagner l'économie de proximité et je ne peux pas concevoir de remplir cette tâche sans me rendre sur le terrain.

Je suis moi aussi une élue locale et je sais que l'action publique implique de se rendre sur les territoires, de rencontrer l'ensemble des acteurs privés et publics pour construire ensemble une action efficace et durable.

C'est ma volonté depuis le début de ma prise de fonction et c'est la marque de fabrique du Secrétariat d'État au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire dont j'ai la charge au sein du gouvernement.

Et ces rencontres, ces échanges avec les acteurs de l'économie de proximité, je veux les faire, à l'image de l'ensemble des membres du gouvernement, sur tous les territoires.

Merci donc pour votre accueil à l'occasion de la signature de cette convention du FISAC qui symbolise l'engagement du gouvernement à vos côtés.

Il me reste à vous souhaiter à tous et à vos proches une très bonne année, pleine de projets et d'accomplissements individuels et collectifs. 2015 aura été une année forte pour Saint-Joseph, une année charnière et ils nous restent donc à continuer pour cette année 2016 à construire le Saint-Joseph de demain, encore plus attractif et encore plus dynamique.

Et si vous me le permettez, je vais essayer de m'exprimer en créole pour conclure ce discours et vous dire cette phrase de circonstance : « Mi souhaite a zot tout' une bonne année 2016 »


Je vous remercie.


Source http://www.economie.gouv.fr, le 15 janvier 2016

Rechercher