Déclaration de M. Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, sur la prévention des dérives des supporters lors des manifestations sportives, Paris le 3 mars 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, sur la prévention des dérives des supporters lors des manifestations sportives, Paris le 3 mars 2016.

Personnalité, fonction : BRAILLARD Thierry.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux sports

ti :


A quelques 100 jours du lancement officiel de l'Euro 2016, cette troisième édition des Ambassades de Supporters revêt un sens tout particulier.

La présence autour de la Fédération Européenne des Supporters, de l'UEFA et de la FFF traduit une volonté commune à laquelle je m'associe volontiers, celle de la reconnaissance des Supporters.

Car, le supporter est celui qui « supporte » le sport, celui qui le vulgarise, qui le PORTE PLUS HAUT.

C'est le sens même du mot ! Tous ici aujourd'hui, nous avons à l'esprit la nécessité d'accorder au supporter une place réelle.

Cette prise de conscience n'est pas nouvelle. En revanche, elle évolue et l'on peut dire que nous sommes même à un tournant.

En effet, la Convention Européenne de 1985 concernait jusque là l'encadrement de la violence et les débordements des spectateurs dans les manifestations sportives.

Par ailleurs, divers lois ou dispositifs ont été mis en place afin de réprimer des comportements inadmissibles.

Mais, l'on est resté focalisé souvent sur cet aspect répressif.

Aujourd'hui, et les Ambassades de supporters vont dans ce sens, l'enjeu est différent parce que prendre en compte le supporter est sans doute la meilleure façon de prévenir les dérives.

Et puis, il me semble capital de ne pas amalgamer les hooligans et les autres supporters.

Les premiers n'aiment pas le sport.

A ce titre, Le livre vert du supportérisme, paru en 2010, et auquel a participé Nicolas Hourcade, catégorise les supporters.

Il apporte des distinctions précieuses et préconise de sortir du tout répressif et d'associer prévention et répression.

Au plan international, la Convention Européenne est actuellement en révision et les conclusions seront présentées début juin et applicables dès l'Euro 2016 pour changer le regard sur le supporter.

Au plan national, la proposition de loi votée le 4 février dernier à l'Assemblée Nationale et examinée au Sénat le 5 avril prochain, l'affirme très clairement : il ne s'agit plus d'envisager les supporters comme un groupe à canaliser mais de leur faire confiance en allant notamment dans le sens de la création d'instances de dialogues entre les clubs et eux, tant au niveau local que national, voire, dans le cadre de l'EURO, au niveau international.

L'amendement porté par plusieurs députés dont François de Rugy et Jean Glavany, prône en particulier la création d'une Instance Nationale du Supportérisme.

C'est finalement le sens de ces Ambassades qui rassemblent, pour dialoguer, de nombreux représentants, des supporters aux institutions, tous concernés par l'Euro.

Toutes ces actions rejoignent la philosophie de rassemblement des Ambassades de supporters.

Reconnaître le supporter, c'est affirmer la reconnaissance que le sport français lui accorde.

Mais cette reconnaissance n'a de sens et n'est envisageable qu'à la seule condition que les interlocuteurs soient à la fois crédibles et responsables.

L'on a désormais acquis l'évidence que le supporter doit s'inscrire pleinement comme un pilier dans l'organisation des grands événements sportifs.

Il est le cœur de la vie sportive, celui qui l'anime ou la réanime ! Le degré de la ferveur du supportérisme joue sur l'intensité du spectacle sportif et sur la santé des équipes en compétition.

Il engage sa responsabilité dans la transmission des valeurs du sport qu'il défend et du sport en général.

Le sport est important dans la société et c'est justement cette importance qui confère au supporter l'impératif de respecter un code.

Le sport et le supporter doivent ensemble renvoyer une image positive et respectueuse des valeurs citoyennes de la République.

C'est aussi parce que le sport rassemble un grand nombre de supporters qu'il faut encadrer les manifestations sportives en prenant appui sur les expériences de tous, à tous les niveaux de participation.

Le supporter est inclus parmi ces différentes strates.

En réalité, c'est comme si le sport et tous les acteurs qui participent à une rencontre sportive formaient une microsociété.

Or, la société a besoin de règles pour fonctionner.

Alors, toute manifestation sportive également.

Nous veillerons à ce que ces règles soient appliquées.

Le respect de la loi est indispensable dans l'intérêt de tous et pour le bon déroulement des rassemblements.

Il n'est pas liberticide, il est protecteur.

Ne pas réprimer un comportement violent, qu'il soit verbal ou physique, reviendrait à accepter qu'il soit admis comme l'une des représentations du supporter.

Il me paraît clair que le supporter mérite une autre image !

Aussi, différentes actions sont menées pour arriver au plus près de la meilleure considération du supporter, en particulier dans la perspective de l'Euro 2016.

Rappelons que la question de la sécurité est primordiale.

L'actualité récente l'a montré : les stades sont visés par la menace terroriste.

L'Euro 2016 est un événement d'envergure : 5 semaines, 10 villes hôtes et au-delà, la France entière !

Nicolas Desforges, Délégué interministériel aux grands événements sportifs, le rappelait en début d'après-midi.

L'Euro mobilise 24 équipes de 24 nations différentes mais aussi 2.5 millions de spectateurs attendus dans les stades et plus de 8 millions dans les fans zones !

Ces données comptent autant que la coopération de tous.

Le ministre de l'Intérieur, M. Bernard Cazeneuve, a considérablement renforcé les moyens de sécurité.

En particulier, les forces de l'ordre publiques et des agents de sécurité privés formés pour l'événement, seront déployés sur l'ensemble des sites.

Cela concerne toute la géographie liée à l'EURO : stades et fans zones dans les dix villes hôtes et tous les autres lieux de retransmission ouverts au public.

Avec Patrick Kanner, nous y sommes très attentifs.

Le soutien des supporters dans ces dispositifs est capital pour le bon déroulement des matches, pour que la compétition s'inscrive dans l'esprit festif.

Le rôle des supporters ne se limite pas à la sécurité.

Une autre action me tient à cœur.

C'est l'accès à l'Euro pour tous les supporters, issus de tous les territoires.

Dans cette optique, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, en lien étroit avec la FFF, a souhaité que les jeunes supporters s'impliquent dans le dispositif « tous PRETS ».

Si le sport est un rassemblement, alors tout le monde doit avoir sa chance d'y participer.

Je disais, il y a quelques minutes, que l'événement sportif résonne comme une microsociété.

En ce sens, il est indispensable de veiller à lutter contre l'exclusion, quelle qu'elle soit.

C'est la vocation de « tous PRETS ».

Prêts comme Plaisir, Respect, Engagement, Tolérance, et Solidarité : les 5 valeurs spécifiques au sport.

Les jeunes de métropole et d'outre-mer avaient jusqu'au 1er mars pour déposer des projets construits avec des clubs de football affiliés à la FFF, des associations sportives, de jeunesse et d'éducation populaire ou encore les collectivités locales, pour gagner 20 000 places dont 1000 pour l'outre-mer.

Enfin, si cette fête du football se décline sur 10 sites, elle garde une dimension internationale.

La France doit alors jouer son rôle d'hôtesse.

Pour ce faire, et toujours dans la prise en compte des supporters, différentes opérations seront menées.

Parmi celles-ci, la ville de Paris prévoit l'aménagement des « berges de l'Europe » en bordure de Seine pour favoriser les rencontres entre supporters européens unis autour du sport.

Le ministère des Sports, quant à lui, a créé un site, France.fr, destiné à accueillir dans les meilleures conditions tous les supporters.

Il est traduit dans 11 langues et actif depuis plusieurs mois.

Le plan « Citoyen du sport », mis en place en 2015, véritable travail de fond, défend les valeurs citoyennes et entend lutter contre toutes les formes de discriminations tant au quotidien que dans les événements exceptionnels auquel l'Euro appartient.

Vous le voyez, les mesures et les projets concrets sont nombreux pour que chacun trouve sa place dans cet Euro.

J'ajoute que tout cela n'aura pas vocation à s'arrêter au lendemain de la finale.

Non. Le dialogue est ouvert pour ne pas se refermer.

La prise en compte des supporters et leur responsabilisation dans le cadre de l'Euro permettra de les impliquer de façon encore plus systématique dans l'organisation de grands événements sportifs.

A ce titre, la direction des sports a engagé en janvier 2016 un projet de partenariat avec la société COVISION qui mettra en place, à l'occasion de l'Euro 2016, un livret intitulé « C.O.D.E des supporters ».

Cet outil a pour objectif de participer aux fondations d'un nouveau supportérisme à la française au-delà de l'EURO 2016 et dans la continuité des actions que j'ai engagées.

Enfin, les associations de supporters vont gagner en crédibilité grâce à l'EURO.

Le sport doit être participatif et inclure tous les acteurs qui le font vivre !

Au final, chacun œuvre pour la réussite de cette immense rencontre avec le même objectif : faire en sorte que cet EURO 2016 se revendique comme une fête du rassemblement.

Je salue tout particulièrement l'investissement de la FSE -et à ses côtés de l'UEFA et de la FFF- pour l'organisation de ces ambassades car elles sont à l'image de ce que nous souhaitons tous impulser dans le rapport des supporters au sport.

C'est « le rendez-vous » ! Non pas seulement celui des équipes de football. Non.

Ce doit être aussi le rendez-vous de tous les supporters.

Les Ambassades de ces deux jours écrivent une page importante et lancent le dialogue entre les différentes représentations des supporters du national à l'international.

Super Victor ne m'en voudra pas d'emprunter ses mots car ce seront les mots de tous : « aller à la rencontre des autres et rassembler les peuples ».

Une devise que ne manqueront pas de s'approprier les supporters.


Source http://www.thierrybraillard.fr, le 4 mars 2016

Rechercher