Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur les efforts gouvernementaux en faveur du tourisme en France, à Paris le 1er mars 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur les efforts gouvernementaux en faveur du tourisme en France, à Paris le 1er mars 2016.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et du développement international

Circonstances : Réunion avec les professionnels du tourisme - Conclusions, à Paris le 1er mars 2016

ti : Je tenais à vous remercier pour votre présence, votre mobilisation et pour votre engagement durant cette période où nous avons un défi à relever : celui de la relative baisse d'activité à la suite des événements tragiques de l'année dernière. Je constate, autour de cette table, que tous les partenaires publics de l'État, des collectivités territoriales, - régions, villes, départements - mais aussi tous les professionnels des grands réseaux, des professionnels de l'ensemble du territoire français, partagent la même conviction et la même ambition. Nous sommes une destination formidable et il faut être positif sur la France, nous sommes le premier pays à avoir cette attractivité touristique : 84 millions de visiteurs, c'est considérable, c'est une chance et c'est un levier.

Cela ne nous interdit pas d'être lucides et vous avez les uns et les autres, souligné des difficultés. Quand elles sont précises et détaillées, comme certains l'ont fait, elles seront examinées, notamment par les deux secrétaires d'État qui sont à votre disposition - ils l'ont dit - ainsi que mes services, pour que l'on puisse vous aider sur les étapes transitoires et les difficultés que vous pourriez rencontrer. Mais nous avons un objectif commun : c'est l'ambition d'atteindre d'ici 2020 cent millions de visiteurs.

Il faut garder cet objectif à l'esprit en permanence. C'est tout ce que nous avons à faire, aussi bien pour régler la question de l'urgence, pour remonter la pente de ces derniers mois, mais aussi pour préparer l'avenir, c'est-à-dire tous les investissements qu'il faut faire, la formation professionnelle et la présence sur l'ensemble du territoire français, non seulement les grandes villes et les grandes régions, mais aussi les territoires ruraux. Je crois que c'est notre mission collective.

Cela passe aussi par la prise en compte des mutations. On a évoqué la numérisation, l'économie collaborative. Nous examinons tout, nous prenons toutes les questions et nous les traitons avec la même volonté, le même objectif, il faut atteindre cet objectif ambitieux.

Je rappelle encore une fois, en conclusion - mais les professionnels qui sont là le savent - l'importance du tourisme dans l'économie française. Je le redis devant les médias, peut-être que les Français qui sont fiers de la France - et ils ont raison - et qui aiment leur pays ne savent pas toujours assez que, dans les activités économiques du pays, le tourisme représente un secteur extrêmement important. Ce n'est peut-être pas le premier, mais l'un des premiers avec deux millions d'emplois qui ne sont pas délocalisables. Il faut donc les consolider et même en amplifier le nombre.

Si nous réussissons à mettre en oeuvre notre feuille de route, celle de la modernisation, de notre offre, la qualité, l'investissement, la formation, la qualité du service et de l'accueil, nous pouvons réussir et atteindre cet objectif de cent millions de visiteurs. C'est 7% de la richesse produite en France ; c'est considérable. Quand on regarde les chiffres du commerce extérieur - le secrétaire d'État au commerce extérieur pourrait vous le dire, il se bat tous les jours pour les améliorer -, on se rend compte que le tourisme y contribue fortement et que les résultats du tourisme sont positifs pour le commerce extérieur de la France. Donc, soyons fiers de cela et faisons-le partager à tous nos compatriotes.

Nous devons gérer cette période un peu délicate, nous allons le faire, nous assurons la sécurité de tous nos visiteurs à Paris, en Ile-de-France et en province, partout. On peut donc venir confiants en France, c'est ce message positif que je voudrais adresser.

Nous nous donnons les moyens, mais nous nous donnons les moyens aussi de faire connaître la destination France sous toutes ses facettes, non seulement Paris et l'Ile-de-France, mais également l'ensemble du territoire national dans sa diversité. Cette offre est extrêmement riche et variée et elle est intéressante sur le plan de la découverte des paysages, du patrimoine, de la culture, du mode de vie français, de l'art de vivre français, du vivre ensemble. C'est notre force et nous voulons le faire savoir.

Nous avons décidé de débloquer des moyens pour financer une campagne, non pas une campagne avec des panneaux publicitaires mais une campagne de réseaux pour expliquer les atouts de la France et tout l'intérêt qu'il y a à venir visiter notre pays et y séjourner. C'est une campagne de 2.500.000 euros. Nous utiliserons beaucoup les réseaux sociaux et nous aurons beaucoup recours aux rencontres, notamment la presse internationale qui est invitée et qui pourra venir sur place et témoigner de ce que nous sommes, de ce que nous faisons et des conditions dans lesquelles on peut venir séjourner agréablement et en toute sécurité en France.

Voilà ce que je voulais vous dire, ce sont des conclusions brèves mais c'est un message de mobilisation qui concerne ceux qui sont autour de la table, les partenaires publics et privés, mais qui concerne aussi tous les Français que j'invite encore à visiter davantage notre pays. Bien sûr, les Français connaissent nos régions, ils visitent la France, mais ils peuvent le faire encore davantage parce que je suis certain qu'il y a énormément de découvertes à faire et de plaisir à vivre et à séjourner dans notre pays. Et pour ceux qui ne sont pas Français, qu'ils se sentent les bienvenus et ils sont les bienvenus. C'est notre message, c'est un message positif.

Mme Hidalgo et Mme Pécresse ne pouvaient pas se rendre à notre réunion car elles sont au Japon pour parler de la France et faire connaître la destination France. Je rencontrerai d'ailleurs bientôt Mme Hidalgo, la maire de Paris, pour parler de plusieurs sujets que nous avons en commun.

En même temps, ce que je voudrais dire, c'est que la mobilisation existe bien sûr pour Paris et l'Ile-de-France plus concernés par la mauvaise conjoncture économique que nous avons connue depuis quelques semaines, mais nous sommes en train de remonter la pente, et ce message de mobilisation, je le répète, concerne tous les territoires de la France, les plus connus comme les moins connus, qui justement ont besoin d'être davantage connus et découverts.

C'est ce que nous allons faire ensemble. Merci de nous aider, merci d'y contribuer, merci pour votre mobilisation à la fois pour aujourd'hui, mais aussi dans la durée. Quand nous nous retrouverons, nous pourrons faire des bilans d'étapes et je suis sûr que ces bilans seront encourageants, car nous avons là un vrai savoir-faire, une vraie force. C'est important car nous avons, dans notre pays, parfois tendance à voir ce qui ne va pas. Moi je veux voir ce qui fonctionne. Aujourd'hui, j'ai pu voir des hommes et des femmes qui y croient, qui se battent et qui sont aussi la fierté de la France.


Je vous remercie.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 4 mars 2016

Rechercher