Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur l'attaque terroriste à Grand-Bassam, à Abidjan le 15 mars 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur l'attaque terroriste à Grand-Bassam, à Abidjan le 15 mars 2016.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et du développement international

Circonstances : Audience avec le président de la République de la Côte d'Ivoire, à Abidjan le 15 mars 2016

ti :

Je suis venu ici au nom de la France, accompagné de Bernard Cazeneuve, mon collègue du gouvernement, ministre de l'intérieur, adresser un message.

D'abord celui du président de la République, François Hollande, qui s'est entretenu avec vous hier après-midi. Un message de solidarité, de condoléances, d'affection envers votre pays, au peuple ivoirien touché dans sa chair.

Et après ce lâche attentat, nous voulons exprimer nos condoléances à toutes les victimes et leurs familles. Nous nous sommes recueillis, il y a quelques instants, devant la dépouille des quatre Français décédés mais bien sûr, dans cet hommage que nous avons rendu, nous nous sommes recueillis à la mémoire de toutes les victimes.

Après les attentats à Bamako et à Ouagadougou, mais aussi au Kenya, en Tunisie et en France - comme vous le savez, à deux reprises, l'année dernière -, nous sommes sous la menace des terroristes de la même façon.

Ce qui est en cause, c'est notre mode de vie, notre volonté de réussir notre développement dans la démocratie et la liberté. C'est ce modèle de société qui est menacé et qui est en cause. Nous devons le défendre de toutes nos forces, de tout notre coeur, avec nos convictions et les moyens nécessaires, de façon solidaire.

Dans quelques instants, nous aurons Bernard Cazeneuve et moi, une réunion de travail avec nos homologues ministres des affaires étrangères, de l'intérieur et de la défense. Nous pourrons regarder plus en détail les coopérations nécessaires.

En tout cas, Monsieur le Président, je voulais aussi vous exprimer notre admiration pour le courage avec lequel les forces de la police et les forces spéciales ivoiriennes sont intervenues pour arrêter le carnage, avec un mode opératoire qui est similaire à ce qui s'est produit dans d'autres pays. Il faut renforcer encore notre coopération pour que les terroristes n'aient aucune chance.

Le message que je voudrais adresser pour terminer cette intervention, c'est aussi un message de confiance pour tous ceux qui croient à la liberté, qui croient à la démocratie, et un message de confiance pour la Côte d'Ivoire.

Des réunions économiques sont prévues dans les jours qui viennent. Elles sont toutes maintenues. C'est la meilleure façon de répondre aux terroristes qui veulent nous briser. La vie continue. La vie pour nos peuples, pour qu'ils puissent avoir un avenir en toute sécurité.

Donc, nous mettrons les moyens qu'il faut et nous continuerons à nous soutenir mutuellement. Nous continuerons en particulier à soutenir la Côte d'Ivoire qui a désormais engagé, depuis plusieurs années, un processus politique remarquable et, en même temps, qui est en train de retrouver son dynamisme économique, retrouver son rôle moteur dans cette région d'Afrique.

C'est aussi à tout cela, à toute votre ambition que nous sommes venus apporter notre soutien : un soutien à vous-même, Monsieur le Président, à votre gouvernement et au peuple ivoirien. C'est-à-dire le soutien des Français, et le soutien de l'amitié de la France.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 21 mars 2016

Rechercher