Déclaration à la presse de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur la coopération franco-tunisienne face au terrorisme et sur la situation en Libye, à Tunis le 18 mars 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration à la presse de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, sur la coopération franco-tunisienne face au terrorisme et sur la situation en Libye, à Tunis le 18 mars 2016.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et du développement international

Circonstances : Déplacement en Tunisie les 17 et 18 mars ; rencontre avec le président de l'Assemblée des représentants du peuple, à Tunis le 18 mars 2016

ti :
M. le président m'a reçu avec une délégation du Parlement tunisien. Je suis heureux d'avoir pu faire cette visite car dans une constitution démocratique comme celle dont la Tunisie s'est dotée, le rôle du Parlement est essentiel. Il représente la diversité des sensibilités politiques. Bien entendu, M. le président et ses collègues m'ont exprimé leur détermination à contribuer à la mise en oeuvre, par la voix législative, de toutes les réformes dont la Tunisie a besoin.

Nous avons évoqué plusieurs sujets d'actualité, comme la lutte contre le terrorisme, le développement économique, l'emploi des jeunes, mais aussi la situation en Libye. Nous avons pu partager le même objectif, c'est que le plus vite possible, un gouvernement légal reconnu par la communauté international se mette en place, j'ai pu d'ailleurs rencontrer M. Sarraj, le chef du gouvernement de Libye. Je lui ai dit le soutien de la France. Je lui ai dit que l'Union européenne reconnaissait sa légitimité et que nous souhaitions qu'il puisse, en sécurité, s'installer le plus vite possible à Tripoli. Ce sera une étape extrêmement importante et nos amis tunisiens m'ont rappelé que pour eux aussi, la stabilité politique en Libye était une nécessité absolue.


Q - Monsieur le ministre, une année après les attaques du musée du Bardo, quel soutien la France peut-elle apporter à la Tunisie ?

R - La France soutient la Tunisie dans sa lutte contre le terrorisme et pour la sécurité. Depuis 2014, nous n'avons cessé de monter en puissance sur cette intervention à travers une coopération la plus étroite possible, à la fois en termes de moyens financiers, en termes de moyens humains et en termes de moyens de formations, en termes de moyens matériels.

Nous nous ne sommes pas seuls, puisque d'autres pays de l'Union européenne et même de la communauté internationale travaillent sur la sécurisation de la frontière avec la Libye.

Nous avons également évoqué les questions économiques parce que la sécurité concerne aussi, par exemple, le développement du tourisme. Il y a un gros travail qui est fait par le G7 et trois autres pays. Nous avons identifié point par point chaque sujet en matière de sécurité, sur le plan touristique, pour justement rassurer les clients potentiels. Le tourisme est en effet un atout économique majeur. C'est un atout pour l'emploi et quand le tourisme baisse, c'est le chômage qui monte. Nous voulons vraiment que la Tunisie réussisse et s'en sorte. Tout y est : démocratie, sécurité et développement économique.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 22 mars 2016

Rechercher