Déclaration de Mme Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, sur les liens entre la santé mentale et la santé physique, Argelès sur Mer le 25 mars 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, sur les liens entre la santé mentale et la santé physique, Argelès sur Mer le 25 mars 2016.

Personnalité, fonction : NEUVILLE Ségolène.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion

ti :


Je suis ravie d'être ici à Argelès-sur-Mer à l'occasion de la Semaine d'information en santé mentale 2016 qui prend la forme d'un double évènement : la marche « Ensemble, bougeons-nous pour la santé mentale » qui a précédé ce colloque sur la santé mentale.

Je veux saluer le dynamisme et la confiance qui existent ici à Argelès-sur-Mer puisque c'est dès 2010 que le conseil local de santé mentale a été créé à l'initiative de la Mairie d'Argelès-sur-Mer en lien étroit avec les associations d'usagers (dont l'UNAFAM) et bien sûr l'hôpital de Thuir.

Vous avez donc fait partie des pionniers dans la création des conseils locaux de santé mentale.

Les CLSM ont été au cœur de la journée internationale d'étude sur la santé mentale qui a eu lieu au Ministère des Affaires sociale de la santé et sous l'égide du CCOMS-France dirigé par le Dr Jean-Luc Roelandt.

C'était jeudi dernier et j'ai eu le plaisir d'en faire l'ouverture au nom de Marisol TOURAINE.

C'est donc un vrai bonheur d'être ici aujourd'hui pour constater que notre département est à la pointe des avancées en matière de santé mentale.

Car la santé mentale, est un enjeu majeur de santé publique mais plus encore c'est un enjeu de société.

Agir pour une santé mentale positive, cela ne se résume pas à l'absence de maladie. C'est agir pour la cohésion de nos sociétés et contribuer ainsi à réduire les inégalités sociales, la perte de chance et l'isolement.

Nous sommes tous concernés de près ou de loin par la santé mentale et la journée d'aujourd'hui contribue à renforcer l'engagement collectif pour continuer à progresser.

En France comme ici dans les Pyrénées-Orientales, la santé mentale et la psychiatrie de secteur sont en mouvement. Les choses changent même si nous devons reconnaître nos marges de progrès et combattre ensemble les fortes inégalités qui existent encore selon les endroits.

C'est pour soutenir ces changements réduire les inégalités d'accès aux soins, aux droits pour les personnes ayant des troubles psychiques que Marisol Touraine a souhaité dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé, donner toute son importance à la santé mentale.

Les mesures concernant la psychiatrie et la santé mentale réaffirment l'organisation de la psychiatrie par secteur, ce dispositif spécifiquement français et que de nombreux pays nous envient, qui permet à la population d'un territoire géographique d'avoir accès à des soins coordonnés, de proximité, et dispensés par une même équipe. Mais la mission de psychiatrie de secteur est incitée à évoluer.

Une adaptation est tout d'abord nécessaire pour que l'hospitalisation ne soit qu'une période la plus courte possible dans un parcours de soins et de vie. Cela implique de développer une offre de services diversifiée et basée sur l'ambulatoire et la proximité, à partir du lieu de vie des personnes. Nous savons par exemple que chaque fois qu'une équipe mobile est mise en place dans le cadre du secteur de psychiatrie, le nombre d'hospitalisations diminue ainsi que le taux d'occupation des lits.

Et bien le conseil local de santé mentale d'Argelès-sur-Mer a déjà permis de faire ces évolutions. Et c'est donc une démarche exemplaire qu'il faut poursuivre ensemble.

C'est parce que la santé mentale est l'affaire de tous que Marisol Touraine a souhaité que les conseils locaux de santé mentale soient entérinés par la loi : pilotés par les élus, ils font partie intégrante du projet territorial de santé, et sont les instances de concertation et de coordination entre la psychiatrie et les habitants, pour l'inclusion sociale, le logement, les loisirs, le travail.

En agissant sur les déterminants de santé, ils participent aussi à la prévention et à la promotion de la santé mentale à l'échelle de leur territoire (souvent un quartier, une commune, ou une intercommunalité).

La santé physique est l'un des déterminants de santé que l'on oublie souvent dans le domaine des troubles psychiques, des maladies psychiatriques et ce d'autant plus quand les personnes sont en situation de précarité.

C'est le thème de la semaine d'information en santé mentale 2016 et de nombreux experts vont en parler ici lors de ce colloque. J'y suis particulièrement sensible à la fois que Secrétaire d'Etat en charge du handicap et de la lutte contre l'exclusion mais aussi comme élue locale et médecin.

Nous devons progresser sur l'éducation à la santé et la prévention. C'est un facteur de meilleure qualité de vie, d'image de soi mais aussi de pronostic de rétablissement. Le rétablissement est désormais au cœur des approches en santé mentale et les techniques de réhabilitation psychosociale viennent donc compléter les soins et les accompagnements sociaux.

C'est tout le sens de l'action menée par Marisol Touraine et de mon engagement politique local et national également.

Je veux partager avec vous un principe qui me tient particulièrement à cœur : ne rien faire sans les personnes elles-mêmes et sans les familles.

Ce que les anglo-saxons appellent l'« empowerment » et que l'on pourrait tout simplement appeler l'exercice de l'autonomie, la capacitépour les personnes de faire ses choix, décider et agir. Cela suppose que les soins et services qui étaient l'affaire des professionnels et des institutions, doivent se recentrer sur la capacité et le pouvoir des personnes malades à gérer leurs troubles avec l'aide des professionnels.

C'est en réalité ce que vous faites ici avec le soutien et la mobilisation des élus car rien n'est possible si les élus locaux ne sont pas mobilisés et par leur intermédiaire l'ensemble des services, des associations et des habitants.

C'est tous ces ingrédients que l'on retrouve ici et je tiens à vous en féliciter.

Je serai toujours à vos côtés pour soutenir les initiatives portées dans le cadre du CLSM et je sais que vous ne manquez pas d'idées et de projets.

Je vous remercie pour la qualité des actions que vous menez tous ensemble.

Je vous souhaite d'excellents échanges et travaux.

Je vous remercie.


Source http://social-sante.gouv.fr, le 12 avril 2016

Rechercher