Déclaration de Mme Audrey Azoulay, ministre de la culture et de la communication, sur la production de séries télévisuelles et la fiction audiovisuelle, Paris le 15 avril 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Audrey Azoulay, ministre de la culture et de la communication, sur la production de séries télévisuelles et la fiction audiovisuelle, Paris le 15 avril 2016.

Personnalité, fonction : AZOULAY Audrey.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

ti :


Je suis heureuse de vous recevoir pour la remise du Rapport d'étude : Créer en France un festival des séries de renommée internationale, que vous avez co-écrit avec Iris Buscher et Anne Landois.

Comme vous, j'ai découvert la ville de Baltimore dans toute sa complexité avec The Wire, disséqué une époque avec Un Village Français, suivie une femme au cœur du pouvoir danois avec Borgen ou américain avec House of cards ; plongé dans l'univers de la police, de la justice, du renseignement avec Engrenages et Le Bureau des Légendes. J'ai beaucoup ri avec 10%, frémi avec Hatufim avant qu'il ne se transforme en Homeland.

La série est devenue en quelques années un genre majeur, un espace de création aussi riche que diversifié.

Elle offre à nos auteurs la possibilité d'inventer de nouvelles narrations, de porter un nouveau regard sur nos sociétés et le monde. De construire des arches narratives qui laissent une place nouvelle aux personnages secondaires, qui ne le sont plus.

Cet espace ne se substitue pas à la littérature ou au cinéma, mais il s'y ajoute comme un mode d'expression pleinement adapté à notre époque. Il peut se rattacher au roman, ou aux premiers feuilletons littéraires ou cinématographiques.

Cela explique que de grands artistes comme David Lynch, se sont très tôt emparés de ce format pour en exploiter l'immense potentiel créatif.

Le phénomène des séries est aujourd'hui une évidence qui s'est imposée à nous par l'immense engouement populaire qu'il suscite.

Peu importe l'époque ou l'intrigue, les séries résonnent avec le monde. Elles créent du lien autour de sujets, de personnages, et d'univers dans lesquels nous nous reconnaissons et dans lesquels nous reconnaissons ceux qui nous entourent. Elles forment nos imaginaires. Elles nous donnent de nouvelles représentations des institutions.

C'est pour cette raison que les séries séduisent tous les publics et en particulier les plus jeunes. C'est pour cette raison aussi qu'elles parviennent à aborder tous les sujets qui mobilisent nos sociétés, y compris les plus difficiles et les plus complexes.

Comme vous l'expliquez très bien dans votre rapport, les séries revêtent désormais des enjeux culturels, économiques, politiques, voire diplomatiques, majeurs.


Chers amis,

Dans ce contexte, la vitalité de la production française et européenne constitue un enjeu majeur pour la défense de l'exception culturelle. L'enjeu de création, d'influence, d'impact sur les imaginaires l'impose.

La France bénéficie aujourd'hui d'une plus grande reconnaissance en la matière. D'abord dans notre pays, je pense au succès de P.J qui a été parmi les premiers des ateliers d'écriture. Aujourd'hui, des productions françaises rencontrent un succès grandissant à l'étranger : Les Témoins, Les Revenants ou Engrenages ont fait le tour du monde, diffusées respectivement dans 10, 25 et 70 pays.

Pourtant, la France avait accumulé un certain retard en quantité et en qualité des productions, en comparaison avec d'autres pays européens, comme l'Angleterre, ou nos amis nordiques.

Avec la mobilisation des pouvoirs publics, qui ont modernisé les systèmes de soutien du CNC et de crédit d'impôt, les professionnels, auteurs, producteurs et diffuseurs, dont je veux saluer les prises de risque et le dynamisme, ont créé un élan positif a été créé au cours des dernières années.

Cette embellie doit être confortée et soutenue.

Il doit s'appuyer sur un grand événement de renommée internationale.

C'est ce projet qui nous réunit ici aujourd'hui.

Quel pourrait être la nature, le format, le lieu d'un tel événement ?

Comme vous l'indiquez dans votre rapport, pour avoir la résonance et la reconnaissance attendue, cet événement ne peut pas être limité à une « section » d'un festival de Cinéma existant, comme c'est le cas à Berlin ou Toronto.

Je partage pleinement ce constat.

Les séries et l'ensemble des professionnels qui les font exister méritent qu'un grand festival de référence international leur soit consacré. Qui puisse mettre en valeur la création européenne.

Vous proposez que cet événement soit organisé le plus tôt possible et là encore je rejoins pleinement votre analyse.

A ce jour, aucun événement mondial de référence ne s'est imposé.

Mais les initiatives se multiplient en Europe et dans le monde entier.

Cette urgence commande d'agir avec pragmatisme et de construire sur les bases des initiatives existantes.

Séries Mania, que vous avez développé, dans le cadre du Forum des Images, avec le soutien de la Ville de Paris, du CNC et de la Région est aujourd'hui clairement identifié par le public et les professionnels.

Par ailleurs, l'Ile de France est également riche d'un deuxième festival, Séries Séries, qui se déroule à Fontainebleau avec le soutien de la Région, de la Ville et du CNC.

Le travail réalisé par les équipes de Séries Séries est reconnu par les professionnels qui saluent notamment la dimension européenne du festival.

Comme vous le proposez, l'événement que nous souhaitons construire devra pleinement mobiliser les équipes de ces deux festivals et, s'appuyer ainsi sur les forces existantes.

Le rayonnement international doit être, à mon sens, la spécificité de cet événement.

Comme vous le proposez, il aura vocation à vivre tout au long de l'année et à développer de multiples initiatives en matière de promotion de la filière de la fiction audiovisuelle, mais aussi en matière d'actions éducatives. Il s'adressera au grand public et aux professionnels.

Enfin, naturellement la dimension internationale du projet passera par le développement de partenariats et l'organisation d'événements relais en Europe et dans le monde.


Chère Laurence,

Je vous remercie pour ce travail de très grande qualité, qui permet aujourd'hui de poser les fondations de ce grand festival des séries en France.

Sur cette base, des travaux de préfiguration vont commencer, sous l'égide du National du Cinéma et avec le concours de Marc Tessier.

Ce travaux auront vocation à réunir toutes les parties prenantes, les collectivités déjà impliquées, la Ville de Paris, la Région Île de France, les équipes de Séries Mania et de Séries Séries, tous les acteurs publics qui voudront s'y joindre, ainsi que les professionnels, pour dessiner les contours d'une organisation fédératrice et d'une gouvernance partagée, au service d'un projet ambitieux.


Je vous remercie de votre engagement et prends date avec vous pour ce nouvel événement.


Source http://www.culturecommunication.gouv.fr, le 19 avril 2016

Rechercher