Déclaration de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, en réponse à une question sur la gouvernance à long terme, le suivi et la garantie de la mise en oeuvre des engagements contenus dans l'Accord de Paris sur le climat, à l'Assemblée nationale le 17 mai 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, en réponse à une question sur la gouvernance à long terme, le suivi et la garantie de la mise en oeuvre des engagements contenus dans l'Accord de Paris sur le climat, à l'Assemblée nationale le 17 mai 2016.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène.

FRANCE. Ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat

Circonstances : Question au gouvernement posée par M. Philippe Plisson, député (Socialiste, écologiste et républicain) de Gironde, à l'Assemblée nationale le 17 mai 2016

ti : Monsieur le Député, le monde est à un tournant de son histoire. Pour la première fois, enfin, dans l'histoire de l'humanité, la communauté internationale reconnaît que la nature n'est pas au service des activités humaines, que l'homme ne peut construire son équilibre sans la respecter - même lorsque celui-ci imagine qu'il a pu se développer contre la nature, celle-ci se retourne contre lui, d'une certaine façon.

La communauté internationale a accompli un acte majeur lors de la conférence de Paris sur le climat, puis lors d'une seconde étape, qui n'allait pas de soi, quand 175 pays sont venus signer à New York, au mois d'avril, cet accord de Paris. Cet après-midi, c'est une grande première et c'est l'honneur de la France et du Parlement français, la France sera le premier pays de l'Union européenne et le premier pays industrialisé à ratifier l'accord de Paris. C'est un moment extrêmement important. La communauté internationale nous regarde, car c'est la France qui a accueilli la conférence sur le climat.

Vous m'avez interrogée sur nos actions. Elles ont déjà commencé, de manière opérationnelle, avec les grandes coalitions sur l'énergie solaire, sur les énergies renouvelables en Afrique, sur l'innovation, sur la géothermie, sur le bâtiment ou sur le prix du carbone, qui est un élément clé pour lequel la France veut être à l'offensive. Ensuite, elles prennent la forme des financements privés, mais également des grandes organisations internationales. La dernière action relève de la citoyenneté. C'est quand tous les citoyens bougeront, ainsi que leurs territoires, que nous aurons des résultats.

Pour le dire en un mot, il faut agir vite, agir juste et avec efficacité. Nous devons saisir toutes les chances qui se présentent en faveur de la croissance verte, qui peut créer des emplois.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 19 mai 2016

Rechercher