Déclaration de M. André Vallini, secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie, sur les relations franco-togolaises et sur le Centre de formation aux métiers de l'industrie, à Lomé (Togo) le 4 mai 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. André Vallini, secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie, sur les relations franco-togolaises et sur le Centre de formation aux métiers de l'industrie, à Lomé (Togo) le 4 mai 2016.

Personnalité, fonction : VALLINI André.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie

Circonstances : Déplacement au Bénin et au Togo du 2 au 6 mai ; inauguration du Centre de formation aux métiers de l'industrie, à Lomé (Togo) le 4 mai 2016

ti :

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Président de l'Assemblée nationale,
Monsieur le Premier ministre,
Messieurs les anciens Premiers ministres,
Monsieur le Ministre des enseignements primaire, secondaire et de la Formation professionnelle,
Monsieur le Ministre chargé de l'enseignement technique et de la Formation professionnelle,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres de l'Assemblée nationale,
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique,
Mesdames et Messieurs les représentants des institutions multilatérales accréditées au Togo,
Messieurs les chefs traditionnels, gardiens des us et coutumes,
Chers invités,
Mesdames et Messieurs,


C'est un très grand honneur pour moi d'être aujourd'hui au Togo et d'être à vos côtés, Monsieur le Président de la République, à l'occasion de l'inauguration du Centre de Formation aux Métiers de l'Industrie.

L'accueil que vous me réservez me touche profondément. Il est à la mesure de la force des liens entre nos pays et de l'excellence de nos coopérations.

Je suis heureux de venir à Lomé porteur d'un triple message.

Ce message est d'abord un message d'amitié car nous sommes liés par une histoire et une langue communes.

Mon deuxième message est un message de solidarité. Nous sommes engagés, côte à côte, dans des actions communes pour la sécurité nationale, pour le développement humain et économique, pour la modernisation des infrastructures et des services collectifs. La France cherche à répondre à vos souhaits et à vos besoins, avec tous les amis et partenaires du Togo. Et nos soldats sont également côte à côte au Mali, où ils luttent courageusement contre le terrorisme.

Mon troisième message est un message d'espérance et d'avenir. Votre pays est entré, ces dernières années, dans une phase de transformation économique, sociale et politique. L'ambition de faire du Togo une plate-forme régionale d'échanges prend forme, avec le port, l'aéroport, les banques, les hôtels, les routes. La France désire ardemment, avec ses entreprises, avec ses volontaires, accompagner votre pays sur le chemin du progrès et du développement.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

La modernisation touche aussi l'organisation de la Cité. Vous avez lancé, Monsieur le Président, un processus de décentralisation, avec des élections locales, qui traduit une belle ambition de réforme de la vie publique togolaise.

Quant à la modernisation dont nous parlons aujourd'hui avec le Centre de Formation aux métiers de l'industrie (CFMI), elle est sans doute une des plus grandes batailles à mener, au Togo et en Afrique en général, mais aussi en Europe, en France. C'est la bataille de l'intelligence. C'est le défi d'accompagner la jeunesse togolaise vers les métiers de demain, vers l'emploi et donc, vers l'autonomie.

L'inauguration de ce jour, à laquelle vous m'avez fait l'honneur de m'associer, est donc à l'intersection de deux grands enjeux: un enjeu économique, puisqu'il s'agit d'étayer la vocation de "hub" du Togo, en développant les compétences nécessaires à une plate-forme d'échanges ; un enjeu social, en contribuant à un haut niveau d'emploi et à un partage équitable des fruits de la croissance.

Ce Centre est novateur : il fonctionne pour et par les entreprises, afin d'assurer une parfaite adéquation entre l'offre de formation et les besoins d'une industrie et de services modernes. On y apprend les métiers d'aujourd'hui et de demain. On s'y confronte aux réalités du monde du travail.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Nous sommes bien conscients que ce Centre de Formation aux Métiers de l'Industrie ne répondra pas à l'ensemble des besoins. En revanche, nous sommes convaincus que ce modèle inédit dans la sous-région, qui a d'ailleurs une vocation régionale, est pertinent et gagnera à être reproduit. Le CFMI est une institution nouvelle, souple et évolutive: ce Centre permettra de répondre aux besoins des secteurs porteurs de l'économie togolaise. Il reposera sur un partenariat public-privé, qui est assurément l'une des grandes voies d'avenir pour le Togo.

Le bilan provisoire de cette jeune institution autorise tous les espoirs : à ce jour, 80 jeunes sont formés en formation initiale dans les 5 filières industrielles du centre ; c'est d'ores et déjà un beau résultat pour une première année d'activité ! Nous espérons que dans les prochaines années, un plus grand nombre de jeunes femmes feront le choix d'intégrer ces filières.

Pour la formation continue, les chiffres parlent d'eux même avec, en quelques mois à peine, plus de 200 techniciens et ouvriers formés, provenant d'une quinzaine d'entreprises partenaires, déjà fidèles du Centre. La formation continue illustre parfaitement la dialectique du Centre : les entreprises irriguent le contenu des formations, contribuent à leur financement, et au final, retrouvent des salariés mieux formés et plus performants.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Ces premiers résultats confirment le dynamisme du CFMI et augurent d'un bel avenir pour cette formation professionnelle du troisième millénaire ! J'y vois le résultat d'une conjonction de bonnes volontés. Il repose sur la forte implication de tous les acteurs, de la vôtre en premier lieu, ainsi que de celle des entreprises partenaires et de l'Agence Française de Développement. Je tiens à tous les féliciter pour leur dévouement et saluer leur foi dans un schéma innovant. Je voudrais tout particulièrement remercier M. Georges Kawu Aïdam, Ministre délégué auprès du Ministre des Enseignements primaire, secondaire et de la Formation professionnelle, chargé de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Il connait parfaitement ces sujets. Il a cru en ce projet. Il l'a porté pour permettre ce grand moment.

Je précise, pour terminer, que l'Agence Française de Développement et son agence de Lomé travaillent depuis plusieurs mois déjà, avec votre Gouvernement, à la conception d'une seconde phase du projet qui permettrait à la fois d'ouvrir de nouvelles filières et de consolider définitivement les activités du CFMI. Je suis persuadé que tout sera fait pour que les résultats de ces études soient disponibles rapidement, afin de permettre à l'AFD de valider, au cours du deuxième semestre 2016, cette nouvelle phase de financement.


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Il n'est de richesse que d'hommes. Le Togo est riche de ses hommes et de ses femmes, de sa jeunesse, de leur énergie, de leur désir d'avenir. La formation, l'apprentissage, la découverte d'un métier sont le plus sûr moyen de répondre à leur enthousiasme.

Avec ce Centre et cette remarquable coopération franco-togolaise, concrète, ancrée dans la vie réelle, chevillée à l'économie et au monde globalisé, nous accompagnons le Togo sur le chemin de son développement.


Vive le Togo, vive la France, vive les relations franco-togolaises.

Je vous remercie.


source http://www.ambafrance-tg.org, le 20 mai 2016

Rechercher