Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, dans l'émission "Les 4 vérités" à France 2 le 3 juin 2016, sur le suivi de la crue de la Seine, l'évaluation des dégâts et les grèves dans les transports. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, dans l'émission "Les 4 vérités" à France 2 le 3 juin 2016, sur le suivi de la crue de la Seine, l'évaluation des dégâts et les grèves dans les transports.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène, SICARD Roland.

FRANCE. Ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat;

ti : WILLIAM LEYMERGIE
Pour l'instant, ce sont « Les 4 vérités » et Roland SICARD reçoit ce matin Ségolène ROYAL.

ROLAND SICARD
Bonjour à tous. Bonjour Ségolène ROYAL.

SEGOLENE ROYAL
Bonjour.

ROLAND SICARD
On va faire le point avec vous, ce matin, sur les inondations qui menacent le centre et l'Ile-de-France. Quelles sont, donc, ce matin, les zones les plus menacées ?

SEGOLENE ROYAL
D'abord, je voudrais dire à toutes les victimes de ces inondations, toute la solidarité de la Nation, du pays, puisque mercredi prochain il y aura la déclaration de catastrophe naturelle. Vous savez peut-être que ce sont les services de mon ministère qui évaluent les dégâts, donc je souhaite vraiment que les victimes soient le plus rapidement indemnisées, le plus rapidement aidées à retrouver…

ROLAND SICARD
Est-ce qu'on a justement une idée, déjà, des dégâts provoqués ?

SEGOLENE ROYAL
Je pense que d'abord il y a plusieurs dizaines de milliers de victimes, les dégâts sont très importants, et surtout, ce qui va être encore plus douloureux pour les familles qui ont perdu leur habitation, les entreprises qui ont perdu… les chefs d'entreprise qui ont perdu leurs entreprises, les salariés aussi qui vont être au chômage technique, c'est que la décrue va être très lente. On a en France deux types de phénomènes climatiques liés aux précipitations, soit les phénomènes très violents, comme on a eu malheureusement il y a quelques mois, qui ont fait beaucoup de victimes dans le Sud du pays, soit des phénomènes plus lents, mais qui sont tout aussi douloureux, parce que les dégâts sont tout aussi considérables, mais surtout que la décrue est beaucoup plus lente également. Je survolais, vous savez, avant-hier je suis allée voir l'ensemble des dégâts, depuis un hélicoptère, et en même temps auprès des victimes et auprès des élus, et je voudrais vraiment saluer aussi le formidable engagement des services de secours, des élus, j'étais là avec la maire de Nemours, vraiment nuit et jour auprès des habitants, et donc, il y avait 4,60 m, aujourd'hui il y a 4 m, donc il y a une petite décrue, qui redonne un petit peu d'espoir. Mais quand on survole la zone, on voit quand même des centaines de maisons touchées, des entreprises, des zones de camping aussi également, donc il est à craindre aussi qu'au moment de la décrue, on puisse découvrir des victimes, et donc tout ce travail ensuite de reconstruction, va être lent. C'est pourquoi, je souhaite qu'on puisse accélérer les indemnisations, les solidarités, et que chacun puisse retrouver la sérénité…

ROLAND SICARD
Ça prendra combien de temps ?

SEGOLENE ROYAL
Je pense que ça prendra plusieurs semaines. Et en plus, là, on a un système de généralisation et d'écoulement des eaux vers l'aval, encore, puisqu'en amont de Rouen il y aura sans doute la vigilance orange qui va être déclenchée. Donc voyez, là on a le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine, les Yvelines, Paris, évidemment. Le pic à Paris sera atteint sans doute dans la journée, pas loin des 6 ml, c'est-à-dire qu'on est dans la fourchette haute des prévisions de Météo France.

ROLAND SICARD
Est-ce qu'à Paris, par exemple, l'urbanisation est en cause, l'aménagement des bords de Seine ?

SEGOLENE ROYAL
Je crois que non. C'est pas le sujet. Le sujet c'est la concentration des précipitations, on le voit sur des cartographies, je ne sais pas si on peut les montrer…

ROLAND SICARD
On va voir ces graphiques, oui.

SEGOLENE ROYAL
Vous allez voir que par exemple, pour aller simple, voyez le mois de mai que vous voyez, ça c'est tous les mois de mai depuis 1960, regardez le dernier pic du mois de mai que nous venons de connaitre, donc c'est les précipitations les plus fortes depuis un siècle, que nous avons connues là, et puis par exemple il a plu sur certains territoires, en trois jours, les précipitations de trois mois. Donc une très très forte concentration…

ROLAND SICARD
Alors, on va voir le second graphique, qui montre bien justement…

SEGOLENE ROYAL
Voilà, vous voyez la concentration à la fin du mois de mai, des précipitations, celles que nous venons de connaitre en quatre jour, et comme, vous voyez d'autres précipitations au courant du mois de mai, c'est-à-dire que le sol étant gorgé d'eau, le ruissellement de l'eau a été bien évidemment plus violent, plus instance, puisque l'eau n'a pas pu s'infiltrer dans la terre, d'où les questions pour savoir si c'est phénomènes sont liés au dérèglement climatique.

ROLAND SICARD
Précisément, des crues comme ça, il y en a déjà eu, mais…

SEGOLENE ROYAL
Il y en a déjà eu, on n'est pas au niveau de la crue de 1910…

ROLAND SICARD
Mais à cette période, c'est quand même exceptionnel, donc est-ce que c'est lié au dérèglement climatique ?

SEGOLENE ROYAL
Alors, ce que disent les scientifiques climatologues que j'ai réunis hier, c'est que, à partir d'un seul phénomène, on ne peut pas scientifiquement généraliser, il faudrait une succession de plusieurs phénomènes de ce type, pour dire qu'il y a en effet un lien entre le dérèglement climatique et cette densité des précipitations. Mais ce qui est clair, ce qui est évident, c'est que le dérèglement climatique, le réchauffement climatique, paradoxalement, accentue les précipitations. Pourquoi ? Parce que le dérèglement climatique se caractérise par deux phénomènes, une violence des phénomènes atmosphériques, c'est-à-dire quand il pleut, il pleut beaucoup plus violemment, quand il y a des sécheresses, les sécheresses sont beaucoup plus sévères, donc une aggravation des phénomènes climatiques dans leur intensité et une aggravation des phénomènes climatiques dans leur succession, c'est-à-dire qu'on a une succession de vagues de chaleur, de vague de froid, de sécheresse ou de perturbations climatiques de pluies violentes, mais une succession de phénomènes contrariés et contraires. Donc il n'est pas impossible, par exemple, qu'ensuite, après ces lourdes précipitations, on ait des mécanismes de sécheresse. Pour moi, le point positif, c'est que les nappes phréatiques sont toutes reconstituées pour l'été, on n'aura pas de sécheresse, les agriculteurs n'auront pas à souffrir de la sécheresse cet été, mais à quel prix, si j'ose dire. Donc, c'est pour ça qu'il faut parallèlement lutter contre le dérèglement climatique, c'est-à-dire qu'il y a un travail d'urgence, là, qui est assumé, je le répète, vraiment avec beaucoup d'attention, et en même temps un travail de fond, donc c'est l'enjeu, de la COP21, de la loi de transition énergétique…

ROLAND SICARD
L'accord va être ratifié.

SEGOLENE ROYAL
L'accord va être ratifié au niveau européen, ça c'est une très bonne nouvelle, parce que ça veut dire que face, justement, à ces catastrophes naturelles, qui sont à la fois naturelles mais qui sont en même temps liées à nos modes de développement, il faut donc réduire les consommations d'énergie, réduire le recours aux énergies fossiles, faire attention justement à l'harmonie entre le développement économique et la protection de l'environnement et c'est une très bonne chose qu'hier nous ayons décidé, avec le président de la Commission, Jean-Claude JUNCKER, de faire en sorte que l'Europe soit à l'avant-garde de ces actions contre le dérèglement climatique, parce que derrière aussi ce sont des créations d'emploi, on le voit en France, avec les créations d'emploi dans le domaine de la croissance verte, qui expliquent aussi une partie du recul du chômage.

ROLAND SICARD
Vous êtes aussi ministre des Transports. Il y a des grèves des transports, est-ce qu'elles vont perturber notamment l'Euro ?

SEGOLENE ROYAL
Il faut espérer que non. Déjà, les perturbations sont suffisamment pénibles pour les usagers, pour les entreprises, pour les citoyens, pour le développement économique. Donc il est vraiment temps maintenant que le dialogue se renoue, que vraiment chacun revienne à des responsabilités, et considère aussi l'intérêt du pays, et faire en sorte que tout puisse redémarrer et que s'apaisent toutes ces tensions.

ROLAND SICARD
Est-ce que vous demandez, justement, aux syndicats, compte tenu des évènements, de faire un effort, particulier ?

SEGOLENE ROYAL
Même compte non tenu des évènements, je veux dire, c'est un… Les Français n'en peuvent plus de ces tensions, de ces perturbations, donc il faut maintenant que les choses rentrent dans le bon ordre, je veux dire, dans l'ordre juste. Je crois que les choses doivent être regardées avec bon sens, avec sens des responsabilités également.

ROLAND SICARD
Et pour autant, la loi El Khomri sera maintenue.

SEGOLENE ROYAL
Ecoutez, moi je ne vais pas rajouter de la polémique à la polémique, je crois qu'il faut, pour qu'un pays fonctionne bien, il faut que chacun soit mis au clair devant ses responsabilités, que des justes équilibres soient trouvés, entre l'agilité des entreprises et la protection du statut des salariés, c'est le modèle français qui est en jeu, nous devons protéger ce modèle français et faire en sorte que les explications soient données, que le dialogue se renoue, que les choses soient améliorées, s'il faut les améliorer, c'est la bonne gouvernance, que les citoyens se sent associés aux décisions qui les concernent et qu'il y ait un respect mutuel.

ROLAND SICARD
Merci Ségolène ROYAL.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 6 juin 2016

Rechercher