Déclaration de Mme Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l'habitat durable, sur le bilan de la politique du logement et les objectifs, démarches et chantiers emblématiques à venir, à Paris le 8 juin 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l'habitat durable, sur le bilan de la politique du logement et les objectifs, démarches et chantiers emblématiques à venir, à Paris le 8 juin 2016.

Personnalité, fonction : COSSE Emmanuelle.

FRANCE. Ministre du logement et de l'habitat durable

Circonstances : Point de presse sur le thème "Pour le logement abordable et l'habitat durable, mobilisons-nous", au ministère du Logement et de l'Habitat durable, à Paris le 8 juin 2016

ti : Bonjour à tous et merci de votre présence pour cette conférence de presse ici au ministère du Logement et l'Habitat durable.

En premier lieu, je voudrais saluer les acteurs du secteur du logement qui nous font le plaisir d'être avec nous aujourd'hui : Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI, Patrick Liebus, président de la CAPEB, Frédéric Paul (Délégué général de l'USH), Bernard Coloos (FFB), ... Leur présence ici est importante à mes yeux, car elle est au coeur de la démarche que je vous présenterai tout à l'heure.

J'ai souhaité m'adresser à vous aujourd'hui pour, à partir d'un tour d'horizon des nombreux changements à l'oeuvre dans le domaine du logement et de l'habitat durable, tracer les perspectives politiques, de travail et d'action au cours des mois à venir.

Je crois en effet utile de faire ensemble un point d'étape sur le secteur aujourd'hui, tant la dynamique de résultats comme de réformes législatives et réglementaires dont il fait l'objet est riche.

Sous l'effet de la politique de relance initiée par le Gouvernement, la reprise se confirme de mois en mois.

Cet élan retrouvé s'appuie désormais sur un cadre législatif et rglementaire amélioré, sous l'effet de nombreuses réformes que nous avons menées à bien ces derniers mois, et qui vont se parachever d'ici l'été.


I. Etat des lieux : l'essor confirmé du secteur du logement

Je voudrais tout d'abord revenir sur la situation du secteur. Comme c'est le cas depuis plusieurs mois maintenant, les derniers résultats de la construction et de la commercialisation de logements sont venus confirmer que l'ensemble du secteur s'inscrit désormais dans une dynamique de reprise solide et durable.

A fin avril 2016, le nombre de logements commencés en travaux sur les 12 derniers mois s'établit à près de 400.000 unités, c'est-à-dire une augmentation de 7,5% par rapport à l'année précédente.

Cette dynamique est particulièrement marquée dans le domaine des logements collectifs : cumulé sur 12 mois, le nombre d'autorisations s'élève à 202.700 unités, en hausse de 9,5% par rapport à l'année précédente.

Cette tendance positive devrait se voir confortée dans les prochains mois par la hausse des mises en chantier, déjà en augmentation de 3,8% par rapport à l'an dernier.

De plus, les indicateurs de la commercialisation de logements reflètent eux aussi une dynamique de fond, à même de prolonger durablement l'orientation à la hausse du secteur dans son ensemble : sur un an, ce sont 107 253 logements qui ont été réservés à la vente, soit une augmentation de 18,1% par rapport à l'année dernière, qui confirme l'accélération de la reprise observée depuis fin 2014.


II. Une politique en acte : poursuite du plan de relance, réforme du logement social et accélération sur la rénovation énergétique

1/ Poursuivre le plan de relance

Ces résultats découlent en grande partie du plan national de relance voulu par le Président de la République et mis en oeuvre par le Gouvernement depuis 2 ans, notamment par la création de logements à prix abordables pour satisfaire les besoins des ménages.

Depuis 2014, ce sont plus de 5,5 milliards € qui ont été consacrés à accompagner cette relance, dont 2 milliards pour le développement du parc social et le soutien à l'offre de logement notamment en zones tendues (aides à la pierre, PTZ, accession…) et 3,5 milliards en faveur de la rénovation et de la réhabilitation des logements.

Les mesures ainsi engagées montrent aujourd'hui leur efficacité, et mettent le bâtiment en position de jouer pleinement son rôle de moteur de la reprise de l'activité économique et de la création d'emploi, priorité du Gouvernement.

Mais la reprise économique n'est pas une fin en soi. Elle n'est utile que si elle est qualitative, sociale et écologique, si elle permet d'offrir à toutes et tous un logement abordable et de qualité.

C'est pour cette ambition, et parce qu'il reste encore beaucoup à faire, il nous faut poursuivre cette politique, et je m'y attache depuis mon entrée en fonction.

C'est ce que nous faisons avec les nouvelles mesures relatives à l'accession à la propriété en place depuis le mois de janvier - le nombre de PTZ a ainsi doublé par rapport au 1er trimestre 2015 – ou encore avec la reconduction du dispositif d'investissement locatif « Pinel », qui continue à tirer le marché du neuf.

2/ Financement sécurisé, cadre législatif et réglementaire réformé : priorité au logement social

Cela passe aussi par la poursuite de l'engagement prioritaire pour le logement social, qui commence lui aussi à produire ses effets positifs. Les résultats de l'année 2015 en attestent : plus de 120 000 logements locatifs sociaux (en incluant l'ANRU) ont été lancés. Dans la continuité de cette augmentation, le PLF 2016 prévoit le financement de 140 000 logements sociaux et les premières remontées des préfets nous laissent penser que cet objectif sera atteint.

Il nous faut poursuivre l'effort pour amplifier cette dynamique. Je m'y suis attelée depuis 4 mois, à travers une action d'ensemble de sécurisation du financement, d'avancées législatives et de transformations des organisations.

Car l'engagement et l'ambition pour le logement social sont, vous le savez, au coeur de ma vision de l'habitat dans notre pays.

* Sur la sécurisation du financement : Prêts de Haut de bilan, création du Fonds National des Aides à la Pierre, Baisse du taux de commissionnement des banques, Mutualisation des fonds propres, traduisent l'engagement sans faille du Gouvernement aux côtés des acteurs pour le développement pérenne du logement social, et j'y vois une réussite collective du monde HLM ;
* Sur les avancées législatives et la transformation des organisations : les Projet de Loi Action Logement et Egalité Citoyenneté fourniront non seulement un cadre institutionnel rénové, mais aussi des outils et des moyens renforcés.

Avec les Prêts de Haut de Bilan, d'ici 2019, c'est la rénovation de 150 000 et la création de 20 000 logements locatifs sociaux supplémentaires qui pourra être accompagnée générant 7 à 8 Md€ d'investissements additionnels, en soutien à l'amélioration du parc social, mais aussi à la production d'un habitat durable.

Le financement du logement social est sécurisé pour l'avenir. Car la mise en oeuvre des prêts de haut de bilan s'inscrit dans une évolution profonde des outils de financement avec notamment la création du Fonds National des Aides à la Pierre, le FNAP, qui sera opérationnel en juillet 2016.

Le FNAP permettra d'associer plus étroitement les bailleurs sociaux et les collectivités locales à la définition de la politique de production de logements sociaux, sur la programmation par territoire et sur la typologie de logements.

Le Président de la République avait également annoncé au congrès de l'USH la baisse du taux de commissionnement des banques pour dégager 170 M€, répercutés sur les Organismes de Logements Sociaux

L'utilisation de cette enveloppe sera fléchée sur 2 types de mesures :

- La mise en place d'un dispositif de bonification destiné à accompagner la conversion de loyer PLS ou PLUS en PLAI, répondant à l'objectif de mixité sociale dans le parc de Logement Social porté dans le PJL Egalité Citoyenneté ;
- le soutien aux opérations de démolition/reconstruction de parcs sociaux dans les zones détendues.

En parallèle de ces avancées en matière de production et de financement, le logement social fait l'objet d'une importante actualité législative sur laquelle je souhaite revenir rapidement.

* En premier lieu, la réforme d'Action Logement

Vous le savez, le texte a été adopté à l'Assemblée nationale, puis au Sénat très récemment. J'ai porté ce texte au nom des partenaires sociaux.

Cette réforme permettra de rester au plus près des territoires et de répondre au mieux aux enjeux et besoins locaux des salariés et des entreprises.

Elle permet enfin de mobiliser des ressources sur des domaines variées et d'associer Action Logement au financement de dispositifs prioritaires pour le ministère et disposant si possible d'une forte visibilité pour les publics bénéficiaires.

* Quelques mots enfin sur le projet de loi « Egalité et citoyenneté »

Sujet encore plus d'actualité, le projet de loi égalité et citoyenneté sera discuté à l'Assemblée nationale fin juin en séance.

Vous le savez, le titre II du PJL a pour ambition de favoriser la mixité sociale dans l'habitat. Cette loi n'est pas une loi sur le logement, en revanche, je suis absolument convaincue que nous devons tout faire pour redonner à chacun la possibilité réelle de choisir l'endroit où il habite.

3/ Un effort accru sur la rénovation énergétique

L'action menée par le Gouvernement en faveur du logement et de l'habitat durable s'est aussi traduite par un accent particulièrement marqué dans le domaine de la rénovation des logements.

J'ai ainsi obtenu l'augmentation de 40% des objectifs du programme Habiter Mieux de l'ANAH, pour la rénovation énergétique de logements pour les ménages les plus modestes. Ce sont ainsi 70 000 logements qui seront rénovés cette année, et 100 000 en 2017.

C'est aussi le CITE qui a été prolongé en 2016 pour un montant de 1 milliard €, et qui peut désormais être cumulé avec le prêt Eco-PTZ.

Ce sont enfin les décrets majeurs de mise en oeuvre de la LTE qui sont en train d'être promulgués et qui permettront de stimuler les travaux : obligation d'efficacité énergétique dans le tertiaire, travaux énergétiques, etc.

Bien d'autres politiques portées par mon ministère viennent compléter ces grands domaines d'action, que ce soit en matière de simplification des normes de construction et d'urbanisme (70 mesures réalisées ou en cours), de mobilisation du foncier public, de transparence sur les données SRU ou de poursuite de la mise en oeuvre de la loi ALUR et de l'encadrement des loyers pour contribuer à l'équilibre des marchés immobiliers.


III. Mobilisation pour le logement abordable et l'habitat durable : objectifs, démarche et chantiers emblématiques

1/ Priorités politiques

L'ensemble de ces mesures converge pour soutenir la reprise et poser le cadre d'un renouveau du secteur du logement.

La dynamique est là, et nous pouvons nous en réjouir ; mais cette nouvelle donne doit être le socle d'un renouveau durable, et pour cela je veux continuer à agir.

Agir pour consolider dans la durée les outils qui soutiennent la reprise, car celle-ci est indispensable pour répondre au manque de logements de notre pays, héritage ancien et aujourd'hui encore trop pesant.

Mais agir aussi pour que cette reprise du secteur bénéficie à tous nos concitoyens, et cela passe à mes yeux par deux priorités :

Une priorité de justice sociale : que chacun puisse choisir où il habite
Une priorité environnementale : l'habitat écologique pour tous

La mise en oeuvre de ces priorités s'effectuera au travers de trois objectifs de mon ministère au cours des mois à venir :

* Renforcer l'accès de toutes et de tous à un logement abordable dans tous les quartiers

L'année 2016 doit permettre de concrétiser des mesures plus ambitieuses en matière de mixité sociale, notamment à travers le projet de loi Egalité et Citoyenneté qui porte dans son titre II une réforme volontariste des attributions, une nouvelle politique de loyers en matière de logement social et un renforcement de la mise en oeuvre de la loi SRU y compris au regard du droit au logement opposable (DALO).

En complément du projet de loi et des dispositifs à l'oeuvre dans les territoires (observation et encadrement des loyers par exemple), j'entends faciliter la mobilisation du foncier public et privé, mobiliser les logements vacants pour les rendre à la location mais aussi développer l'intermédiation locative en faveur des populations les plus fragiles, tout particulièrement dans les communes soumises à la loi SRU. Ces mesures sont autant de choix forts pour agir efficacement sur les marchés locatifs et le pouvoir d'achat.

* Accélérer la rénovation des logements et changer d'échelle

Une politique équilibrée du logement et de l'habitat durable ne saurait concerner la seule construction neuve, qui ne représente qu'1% du parc.

Passer à l'acte en matière de réduction des consommations énergétiques et d'empreinte carbone, pour concrétiser les engagements de la COP21, impose d'intervenir prioritairement sur l'amélioration de l'habitat existant. C'est un enjeu environnemental évident, mais aussi un enjeu social tant les charges peuvent peser lourd sur le reste-à-vivre des occupants. C'est également un enjeu de solidarité nationale et intergénérationnelle à l'heure où notre pays doit s'adapter au vieillissement de sa population et à l'évolution de ses modes de vie.

Le Gouvernement apportera son soutien aux propriétaires occupants modestes. Il accompagnera une meilleure organisation de la filière pour un service intégré aux usagers et à des fins de rénovation thermique à grande échelle, tant dans ses procédés que dans ses matériaux. Le tiers financement sera facilité, en particulier pour les copropriétés. Des commandes groupées favorisant les innovations de filières pourront être expérimentées.

* Faire de l'aménagement et de l'habitat durables notre environnement quotidien

La qualité urbaine et la santé constituent une attente forte de nos concitoyens. Elle suppose des opérations exemplaires et innovantes en matière de construction et d'urbanisme opérationnel, susceptibles aussi d'avoir un effet d'entraînement plus large.

A ce titre, je veux développer et promouvoir des projets de construction et d'aménagement valorisant les éco-matériaux, la qualité de l'air intérieur, l'accès aux services, la qualité des espaces publics, le bien-être, la construction locale tant en matière de forme urbaine que de forme architecturale et de proximité des entreprises intervenantes, l'économie circulaire et le soutien à des opérations innovantes (ex tour de bois de grande hauteur).

Une nouvelle génération d'éco-quartiers, intégrant l'ensemble de ces dimensions, sera initiée pour mieux intégrer les dimensions énergie, santé, matériaux biosourcés, nature en ville dans la réalisation des opérations d'aménagement.

Tels sont les objectifs de mon action au cours des mois qui viennent, car j'ai la conviction que c'est en apportant des réponses aux enjeux sociaux et aux défis environnementaux du pays dans son ensemble, mais aussi propres à chacun, selon ses moyens et besoins, là où il vit, que l'élan retrouvé du secteur du logement sera réellement durable.

Et ce faisant, le secteur du logement et de l'habitat, parce qu'il est déterminant pour l'emploi, pour le pouvoir d'achat et en termes impacts sur l'environnement, peut être un moteur de la transition économique, sociale et écologique dans laquelle nous sommes engagés.

La meilleure réponse que le politique peut apporter à la défiance dont il est l'objet comme aux troubles sociaux qui traversent notre pays, c'est l'action concrète, écologique et sociale, pour améliorer le quotidien et la cadre de vie de chacun.

C'est le sens de ma présence au Gouvernement, c'est que je me suis appliquée à faire depuis 4 mois, et c'est ce que continuerai à faire sans relâche.

C'est pour cela que je veux, pour les mois à venir, mobiliser les acteurs de toutes les régions et ouvrir ces nouveaux chantiers, ceux de la démocratisation du logement abordable et de l'habitat durable.

2/ Une démarche, trois chantiers emblématiques

* Une démarche : mobiliser les énergies dans toutes les régions

La mise en oeuvre de ces objectifs politiques nécessite la mobilisation des acteurs à travers tous les territoires.

C'est pourquoi j'entends bâtir un partenariat renouvelé pour le logement abordable et l'habitat durable avec tous ceux qui contribuent à mieux loger les Françaises et les Français :

-les professionnels du bâtiment et les filières : pour conforter les économies locales et innover dans nos modes de construction et de rénovation
-les collectivités locales : pour adapter l'offre de logements aux besoins et spécificités des territoires
-les bailleurs sociaux, les propriétaires privés et institutionnels, les professionnels de l'immobilier : pour veiller à offrir un logement à chacun, adapté à ses aspirations et ses ressources
-les partenaires sociaux : pour mieux coordonner localisation des emplois et des logements et apporter des solutions concrètes, en particulier aux jeunes actifs et salariés en mobilité.

Afin de décliner les priorités gouvernementales au plus près des territoires et de leurs besoins, je participerai à tous les grands rendez-vous du secteur à l'initiative des fédérations nationales.

Et je souhaite que les instances et tous les réseaux partenariaux déjà existants avec lesquels nous collaborons régulièrement participent de cette mobilisation : le conseil supérieur de la construction, le réseau des aménageurs, le réseau des acteurs foncier, les plans transition numérique, amiante, le programme d'action pour la construction et la transition énergétique et enfin le réseau Vivapolis des acteurs de la ville durable. Ils ont été le support du plan de relance, ils doivent maintenant contribuer à amplifier nos actions.

J'irai aussi à la rencontre des acteurs de terrain et de leurs associations locales et les réunirai en séminaire de travail dans chacune des treize régions métropolitaines de juin à octobre pour évoquer avec eux les besoins en logement de leur territoire, les tendances de marché de leur région, l'effet du plan de relance, la mise en oeuvre et l'adaptation des chantiers prioritaires à leurs spécificités locales ainsi que les levées d'obstacles nécessaires à l'accélération de la reprise.

Des zooms thématiques seront également faits sur des problématiques spécifiques telles que le littoral, l'éco-construction, la montagne, la ville durable, la rénovation thermique, la périurbanisation ou encore la cherté du logement.

(Séminaires de travail « Pour le logement abordable et l'habitat durable : mobilisons les énergies en régions » :

-Le 10 juin à Pau
-En juillet : en Ile-de-France, à Marseille, Brest et Toulouse
-En septembre : à Dijon, Caen, Grenoble et Nantes
-En octobre : à Strasbourg et Boulogne-sur-mer
-En novembre à Orléans.

Une synthèse nationale sera réalisée le 15 novembre à Paris.)

Ces rencontres associeront notamment les bailleurs sociaux, les fédérations des professionnels du bâtiment, de la promotion et de l'immobilier, la chambre des notaires, l'ordre des architectes, les agences d'urbanisme, les établissements publics d'aménagement, les établissements publics fonciers et les élus.

3 chantiers :

* Mobiliser les logements vacants pour les ménages modestes

Avec 100 000 logements vacants immédiatement mobilisables en zones tendues, une remise sur le marché de ces logements est un moyen rapide et efficace d'apporter des solutions aux ménages éprouvant des difficultés à trouver un logement à loyer abordable dans le parc privé.

Par ailleurs, des propriétaires peuvent être disposés à proposer un loyer maîtrisé, via un engagement gagnant-gagnant avec la collectivité.

De nombreux dispositifs ont été essayés mais sans jamais véritablement faire leurs preuves. Je veux initier un changement de méthode permettant de :

-garantir que les logements libérés soient destinés, de façon prioritaire, à des ménages modestes ou ayant des difficultés à se reloger dans le parc privé ;
-sécuriser des propriétaires individuels qui ont eu une mauvaise expérience locative ou dont les logements nécessitent de petits travaux.

Pour ce faire, je :

-mettrai en place un conventionnement d'un nouveau type entre les propriétaires particuliers disposant d'un logement vacant ou qui se libère, l'Anah et des collectivités locales. Je souhaite un dispositif rénové, simple, dématérialisé pour les propriétaires qui acceptent de minorer leur loyer par rapport au prix du marché.
Ce dispositif bénéficiera, de façon prioritaire, à des ménages modestes pour les propriétaires souhaitant réaliser un geste « solidaire ». Dans certains cas, ces propriétaires pourront, le cas échéant, être accompagnés par des associations d'intermédiation locative afin de faciliter la remise sur le marché de leurs logements.
-Proposerai dans le projet de loi de finances une évolution des dispositifs fiscaux pour accompagner ce conventionnement rénové, afin de le rendre plus attractif et mieux adaptés aux réalités locales ;
-lancerai, à la rentrée, une campagne de communication destinée à mieux faire connaitre les dispositifs accompagnant et facilitant la libération du parc de logements vacants.

L'objectif de ces dispositifs est de reloger plus de 115 000 personnes en 3 ans, grâce à la mobilisation de plus de 50 000 logements du parc privé.

* Accélérer la rénovation énergétique de l'ensemble des bâtiments

Le parc existant de logements est la première source d'économie d'énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un tiers des résidences principales a une très faible qualité thermique (étiquette F ou G).

La récente loi transition énergétique a rappelé nos ambitions en la matière : rénover plus de 500 000 logements par an d'ici 2017, dont la moitié pour des ménages modestes. L'enquête sur les rénovations énergétiques (enquête OPEN) publiée récemment par l'ADEME le montre pourtant : il nous faut encore amplifier nos efforts pour atteindre cet objectif.

Or, aujourd'hui encore, l'offre de travaux de rénovation demeure trop atomisée et sectorielle (isolation, chauffage, toiture, etc.). Faute d'un accompagnement global par des professionnels, les ménages ont du mal à se projeter et à phaser les travaux nécessaires dans leurs habitations.

L'accélération de la rénovation énergétique passe, notamment, par une meilleure structuration de cette offre de travaux.

C'est pourquoi :

-Je lancerai, avec l'Association des Régions de France, une mission sur le déploiement dans les territoires d'un véritable service public de l'efficacité énergétique ;
-J'engagerai, avec les collectivités locales et les professionnels de la construction, une démarche sur la mise en place de « plateformes de la rénovation énergétique ». Ces plateformes visent à grouper particuliers demandeurs de travaux et prestataires afin de réduire les coûts et d'augmenter la qualité des travaux réalisés. De telles plateformes peuvent être, par exemple, particulièrement utiles dans des zones résidentielles confrontées à des problématiques similaires en termes de rénovation. Des expérimentations en ce sens ont été menées aux Pays-Bas (« EnergySprong » et en Picardie (dispositif « Picardie Pass Rénovation »), notamment ;
-Je structurerai l'offre en ingénierie et en travaux, notamment, par la montée en compétences de la maitrise d'oeuvre privé (architectes, bureaux d'études, entreprises générales du bâtiment, etc.) ;
-Je mettrai en réseau les acteurs qui portent les ambitions de rénovation énergétique dans les territoires, à travers un club national des initiatives locales pour la rénovation énergétique ;
-Je soutiendrai le développement de société de tiers-financement pour accompagner les copropriétés fragiles dans le financement de leurs travaux de rénovation énergétique.

* Renouveler la démarche Ecoquartiers

La qualité du cadre de vie, le confort d'usage sont des attentes fortes de nos concitoyens. C'est pourquoi je veux renouveler les ambitions et le partenariat autour de la démarche des Ecoquartiers.

Cette démarche a près de 10 ans. Elle a porté ses fruits : plus de 150 collectivités sont aujourd'hui membre du club national Ecoquartiers, près de 100 opérations d'aménagement sont engagés dans le processus de labellisation, 39 ont été labellisées.

Tout d'abord, de nouvelles thématiques doivent être travaillées ou approfondies pour répondre aux enjeux de transition écologique des territoires : la valorisation des éco-matériaux, la construction locale à la fois respectueuse des formes urbaines du territoire mais également des matériaux locaux, le soutien à l'économie circulaire. Le confort d'usage du logement doit également être au coeur de notre réflexion avec la qualité de l'air intérieur par exemple.

Pour travailler toutes ces problématiques, j'ai confié à Alain Jund, vice-président de l'Eurométropole de Strasbourg, une mission pour évaluer les apports des actuels Ecoquartiers, et travailler sur un renouveau du référentiel.

Au-delà des thématiques, c'est également un nouveau souffle dans la collaboration entre les différents acteurs qu'il nous faut imaginer, pour prendre en compte les nouvelles technologies, mettre en valeur l'innovation. Il y a là un enjeu de valorisation et de diffusion à l'international du savoir-faire Français.

Le 28 juin un premier séminaire de travail rassemblant tous les acteurs se tiendra sous sa présidence pour faire émerger les nouveaux axes de travail comme notamment sur la santé, le confort, l'économie circulaire

Je présenterai cette nouvelle démarche d'éco quartiers en décembre 2016, à l'issu de la concertation avec l'ensemble des acteurs.

Alors que le secteur du logement est confronté à une grave crise depuis 2008, les politiques publiques mises en oeuvre depuis 2012 portent leurs fruits. Les résultats de la construction sur le début de l'année 2016 attestent en effet de la solidité de la reprise du secteur.

Cette reprise doit être encouragée pour servir la transition écologique et sociale, combattre les inégalités et permettre aux Françaises et aux Français d'habiter dans un cadre de vie agréable et respectueux de la nature.

J'inscris ainsi mon action dans la continuité de cette mobilisation, afin de proposer à toutes et tous l'accès à un logement abordable et de qualité.

Et j'entends reformer jusqu'au bout, jusqu'au dernier jour du quinquennat.

C'est pourquoi je lance cette mobilisation générale : le logement n'est pas un bien comme un autre et doit être au coeur du développement personnel comme de la construction d'une société plus juste, durable et apaisée.


Je vous remercie


source http://www.logement.gouv.fr, le 10 juin 2016

Rechercher