Interview de Mme Audrey Azoulay, ministre de la culture et de la communication à Europe 1 le 21 juin 2016, sur la fête de la musique et les problèmes de sécurité dans les festivals d'été. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Audrey Azoulay, ministre de la culture et de la communication à Europe 1 le 21 juin 2016, sur la fête de la musique et les problèmes de sécurité dans les festivals d'été.

Personnalité, fonction : AZOULAY Audrey, SOTTO Thomas.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication;

ti :


Ce matin Thomas vous recevez Audrey AZOULAY, ministre de la Culture et de la communication.

THOMAS SOTTO
Voilà, ministre de la Culture et de la communication depuis un peu plus de quatre mois aujourd'hui, les oreilles d'Audrey AZOULAY vont donc vivre leurs premières Fête de la musique ministérielle, bonjour Audrey AZOULAY.

AUDREY AZOULAY
Bonjour.

THOMAS SOTTO
Commençons par quelques notes peut-être, quel est le morceau de musique que vous avez en tête, le dernier que vous avez écouté ?

AUDREY AZOULAY
Le dernier que j'ai écouté c'est Keïta NOVELOSO !

THOMAS SOTTO
Brésilien donc !

AUDREY AZOULAY
Brésilien, brésilien.

THOMAS SOTTO
Oui, ce n'est pas très bien pour les quotas français ça ?

AUDREY AZOULAY
Mais c'est la diversité.

THOMAS SOTTO
Bon, on va y revenir. La Fête de la musique c'est le jour de l'année où l'on rappelle à tous les ministres de la Culture qu'ils descendent directement de Jack LANG, est-ce que dans votre contrat il est écrit doit dire du bien de Jack LANG le 21 juin ?

AUDREY AZOULAY
Non, tous les jours, il est écrit doit dire du bien de Jack LANG tous les jours.

THOMAS SOTTO
Ça, c'est tous les jours.

AUDREY AZOULAY
Il y a toujours une occasion.

THOMAS SOTTO
Plus sérieusement le thème cette année de la Fête de la musique c'est « la musique plus forte qu'eux », mais est-elle, sera-t-elle ce soir plus forte que la menace terroriste qui, décidément, nous pourrit tous les plaisirs en ce moment ?

AUDREY AZOULAY
D'ailleurs ce terrorisme s'est attaqué à la musique, on l'a vu – et ce n'est pas hasard – s'est attaqué à la culture en général…

THOMAS SOTTO
Au Bataclan évidemment.

AUDREY AZOULAY
Au Bataclan, d'une certaine façon au Puzzle aussi à Orlando : et ce qui est important je crois et ce qui reste – et c'est pour ça que la Fête de la musique reste aussi forte longtemps après sa création – c'est que justement la musique nous rassemble alors que le terrorisme cherche à nous diviser, et la musique nous rassemble c'est un évènement où les gens participent avec de la musique amateur, chacun peut contribuer, chacun peut participer, aussi c'est un évènement non commercial, ce qui nous fait du bien.

THOMAS SOTTO
Et vous, malgré la menace, malgré le contexte, malgré les forces de sécurité qui sont légitimement épuisées, vous dites il faut qu'il y ait le plus de monde possible dans les rues ce soir, le plus de musique possible, on peut y aller sans crainte ?

AUDREY AZOULAY
En fait il faut faire les choses de façon responsable – et ça été organisé de la sorte avec le ministère de l'Intérieur – ça pousse aussi à revenir à des formes qui sont moins des formes de grands concerts, mais qui d'ailleurs ne sont pas l'esprit de la Fête de la musique, mais plus à des petites formes et c'est chacun partout qui peut jouer, qui peut descendre dans la rue si la météo le permet selon l'endroit où l'on se trouve.

THOMAS SOTTO
Evidemment ces problèmes de sécurité, ces problématiques de sécurité coûtent très cher aux festivals, beaucoup voient leur coût exploser, est-ce que l'Etat va les aider - cet été notamment – dans ces surcoûts ?

AUDREY AZOULAY
En fait l'Etat a déjà commencé à les aider dès après le Bataclan, puisqu'il y a eu deux choses, il y a la fois…

THOMAS SOTTO
Il y a eu un fonds de sept millions !

AUDREY AZOULAY
Il y a eu un premier fonds de sept millions, dans lequel l'Etat a été le principal financeur, mais pas seulement les organisations professionnelles aussi ont contribué, parce qu'à la fois il y avait une baisse de la fréquentation puisque les gens avaient peur, sortaient moins tout au début et aussi des dépenses nouvelles pour les salles de spectacles cet été pour les festivals, des dépenses de sécurité tout à fait légitimes et nécessaires et nous venons d'annoncer – ça été salué d'ailleurs par plus de 35 organisations professionnelles – un nouveau financement pour ce fonds, sept millions d'euros en plus ont été ajoutés pour aider…

THOMAS SOTTO
Donc, ça fait 14 au total.

AUDREY AZOULAY
Absolument, pour que les festivals puissent faire face à ces dépenses.

THOMAS SOTTO
Ça veut dire qu'on pourra aller cet été dans les festivals avec le maximum de sécurité possible, il faut y aller en confiance ?

AUDREY AZOULAY
Absolument, absolument.

THOMAS SOTTO
A propos de chanson les artistes Français sont un peu inquiets ces temps-ci parce qu'il existe, pour faire simple, un système de quotas de chansons françaises diffusées à la radio, 40 %, système que certains veulent remettre en cause, plus de 1.800 artistes - parmi lesquels Jean-Jacques GOLDMAN, Francis CABREL, M, Renaud, M. POKORA, Dominique A, Benjamin BIOLAY - ont lancé un appel « Touches pas à mes quotas ». Est-ce que ce matin vous pouvez, vous la ministre de la Culture, les rassurer ces artistes ?

AUDREY AZOULAY
Absolument, puisqu'il y a eu une disposition qui a été adoptée sur proposition du gouvernement, sur ma proposition à l'Assemblée nationale et au Sénat, qui va faire quelque chose je crois de très important pour les quotas, c'est-à-dire d'abord les préserver au niveau de…

THOMAS SOTTO
Donc, on ne touche pas aux 40 % de chansons françaises...

AUDREY AZOULAY
On ne touche pas aux 40 % et la chose la plus importante c'est que les radios ne pourront pas faire leurs quotas avec toujours les mêmes titres qui tournent mais devront avoir une diversité dans ce qu'elles proposent…

THOMAS SOTTO
Oui, parce qu'aujourd'hui certaines radios commerciales jouent toujours les mêmes titres français.

AUDREY AZOULAY
Voilà !

THOMAS SOTTO
Voilà !

AUDREY AZOULAY
Et concentrent je dirais leurs programmations sur les titres les plus porteurs, or ce n'est pas ça l'esprit, l'esprit c'est la chanson française mais c'est aussi la diversité, et il y a un régime qui a été adapté pour les radios qui prennent des engagements en matière de diversité pour qu'elles aient des quotas qui soient adaptés. Mais ce système, qui a été donc adopté par le Sénat, par l'Assemblée nationale, a reçu le soutien de toutes les organisations professionnelles et de tous les artistes qui s'étaient légitimement mobilisés.

THOMAS SOTTO
Mais en même temps Audrey AZOULAY, quand je vous ai demandé ce que vous aviez écouté en arrivant, vous m'avez dit de la musique brésilienne, de très bonne qualité, il y a aussi beaucoup de chanteurs français qui chantent en anglais : DAFT PUNK, THE AVENER, ARON, NEW DEHLI, David GUETTA, etc., ça cartonne - mais ça cartonne en anglais – et eux ne comptent pas dans les quotas, est-ce que ce n'est pas un peu injuste ça ?

AUDREY AZOULAY
Non, mais ce n'est pas ça. Non, je pense qu'il faut…

THOMAS SOTTO
Est-ce que ce n'est pas une vision un peu à l'ancienne de la chanson ?

AUDREY AZOULAY
Au contraire, moi j'assume tout à fait la défense des quotas. Parce que la diversité n'est pas spontanée, on l'a vu aussi au cinéma, à la télévision, il faut qu'on l'organise, il faut défendre cet espace pour la création francophone, mais pour autant la diversité qui est de nouvelles productions qui soient en anglais c'est très important aussi et d'ailleurs dans les aménagements prévus pour les radios c'est pris en compte au nom de la diversité et c'est important qu'il y ait cette diversité, on peut défendre la chanson française sans se réduire uniquement à la chanson française francophone.

THOMAS SOTTO
Audrey AZOULAY vous êtes aussi la ministre de la Communication, quelques questions télé. La première concerne la future chaîne d'infos du service public, d'abord oui ou non cette chaîne sera-t-elle lancée coûte que coûte le 1er septembre ?

AUDREY AZOULAY
Coûte que coûte je pense que ce n'est pas tout à fait le terme, mais il est prévu qu'elle soit lancée le 1er septembre, pour l'instant c'est parti pour cela, c'est le projet de FRANCETELEVISIONS, c'est le projet de RADIO FRANCE…

THOMAS SOTTO
Mais ça sera peut-être après, alors ?

AUDREY AZOULAY
Non, aujourd'hui c'est ce qui est prévu, 1er septembre, les équipes travaillent, les rédactions travaillent ensemble pour ce faire, moi je pense que c'est un beau projet et qu'il est important que le service public ait sa chaîne d'informations. C'est un projet qui date, il y a plus de 10 ans déjà il avait été élaboré, il y a eu un changement de majorité, quand la droite est venue au pouvoir elle l'avait stoppé, je pense que c'est important, c'est quelque chose qui manque au service public aujourd'hui et c'est un service qui n'est pas que de télévision, qui ne sera pas que de télévision, mais aussi sur le numérique.

THOMAS SOTTO
C'est un beau projet ! Mais un beau projet ça doit avoir un nom, elle va s'appeler comment cette chaîne ?

AUDREY AZOULAY
Heureusement ce n'est pas le ministre de la Culture qui va fixer son nom, même si ça sera repris dans les cahiers des charges…

THOMAS SOTTO
Mais elle a une idée le ministre de la Culture ?

AUDREY AZOULAY
Mais pour moi c'est de la responsabilité des éditeurs et ils sont en train de s'entendre là-dessus.

THOMAS SOTTO
Bon ! Alors le nom on ne saura pas si vous préférez FRANC INFOS ou FRANCE INFOS TV, en revanche sur…

AUDREY AZOULAY
Si on n'a que ce sujet, tout va bien.

THOMAS SOTTO
On en a d'autres, on en a d'autres. Elle sera diffusée sur quel canal cette chaîne ? Est-ce que, pour faire clair, vous souhaitez que ça soit à la place de FRANCE O sur le canal 19 de la TNT ?

AUDREY AZOULAY
La façon dont ça fonctionne c'est que ça c'est de la responsabilité du CSA qui va en fait donner le numéro de la fréquence. Moi, en tant que ministre...

THOMAS SOTTO
On vous consulte quand même ? Vous servez un peu à quelque chose quand même, rassurez-nous, Audrey AZOULAY ?

AUDREY AZOULAY
En tant que ministre je préempte une fréquence, c'est très important…

THOMAS SOTTO
D'accord. Donc, laquelle vous préemptez ?

AUDREY AZOULAY
Je préempte une fréquence sans choisir la numérotation et, ça, ça relève du CSA, après le CSA peut éventuellement réorganiser les chaînes, c'est possible…

THOMAS SOTTO
Evidemment c'est très stratégique sachant qu'il y a BFM sur la 15, qu'il y a I TELE sur la 16, qu'il y a LCI sur la 26. Vous votre préférence qu'est-ce qui vous semblerait logique, la 27 peut-être ?

AUDREY AZOULAY
Encore une fois ce n'est pas compétence là-dessus, aujourd'hui je crois que c'est le canal qui est disponible et donc ce sera probablement celui-là…

THOMAS SOTTO
La 27 !

AUDREY AZOULAY
Est-ce qu'à terme il faudra réorganiser les chaînes selon une logique, par exemple de dire un bloc de chaînes infos c'est possible ? Est-ce qu'il y aura une autre logique ? Vous savez la technologie évolue si vite sur les canaux de diffusions qu'on aura peut-être un réaménagement.

THOMAS SOTTO
Il y a une chaîne infos qui ne va pas fort c'est I TELE, qui a voté une motion de défiance à près de 90 %, décidément – que ce soit avec I ou avec CANAL PLUS - la gestion de Vincent BOLLORE, le patron, fait des vagues. Est-ce que sa gestion vous pose un problème à vous, aujourd'hui, ministre de la Culture ?

AUDREY AZOULAY
Non. On a eu un débat et des explications sur le rôle que joue CANAL PLUS, qui est un rôle très important, qui est lié à son histoire, dans le financement de la création – notamment le rôle qu'il joue auprès du cinéma français – et ça c'est quelque chose auquel je suis très attachée ; après CANAL PLUS est confronté à des sujets que vous connaissez bien ici, notamment sur les droits sportifs, à une concurrence très forte et qu'il gère de la façon… il a essayé de la gérer par un accord de distribution exclusive avec beIN Sports, là il va peut-être changer de stratégie…

THOMAS SOTTO
Il a été retoqué ! Voilà.

AUDREY AZOULAY
Par l'Autorité de la concurrence ! Et je dirais que c'est normal qu'il ait ces inflexions stratégiques.

THOMAS SOTTO
Vous êtes inquiète pour l'avenir de CANAL ou pas ?

AUDREY AZOULAY
Pour nous ce qui compte c'est que CANAL continue à jouer ce rôle important pour le financement de la création dans les programmes.

THOMAS SOTTO
Et vous êtes inquiète pour l'avenir de CANAL ?

AUDREY AZOULAY
Pas inquiète pour l'avenir de CANAL en tant que tel.

THOMAS SOTTO
Dernière question, la question des intermittents, elle semble réglée. Il n'y aura pas d'inquiétude, tous les festivals vont se dérouler comme prévu cette année, ce problème-là est derrière vous ?

AUDREY AZOULAY
Ah ! Je crois qu'il faut prendre la mesure de ce qui s'est passé, parce qu'il y a eu un accord historique entre tous les partenaires sociaux du spectacle : les employeurs, les syndicats de salariés, un accord que le gouvernement va prendre en compte dans le décret qui va prolonger le régime de l'assurance chômage, et, pour la première fois on aura…

THOMAS SOTTO
Il va en financer une partie !

AUDREY AZOULAY
Non, on aura réglé un sujet qui était compliqué depuis plusieurs années, qui va être réglé de façon pérenne, et ce sont bien les partenaires sociaux qui ont créé cet accord, un accord qui fait des économies - un accord responsable – et un accord qui donne aussi des droits nouveaux pour les intermittents.

THOMAS SOTTO
Merci beaucoup Audrey AZOULAY d'être venue ce matin sur Europe 1. Vous nous chantez quelques notes, du brésilien, là ou pas, vous l'avez, vous l'avez en tête ou pas ?

AUDREY AZOULAY
Non, non, je ne veux pas gâcher la météo qui déjà à Paris n'est fameuse.

THOMAS SOTTO
Qui déjà n'est pas simple. Merci beaucoup.

AUDREY AZOULAY
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juin 2016

Rechercher