Conférence de presse de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, sur l'augmentation des crédits du ministère de la ville, de la jeunesse et des sports pour le budget 2016, Paris le 30 septembre 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, sur l'augmentation des crédits du ministère de la ville, de la jeunesse et des sports pour le budget 2016, Paris le 30 septembre 2015.

Personnalité, fonction : KANNER Patrick.

FRANCE. Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports

Circonstances : Conférence de presse sur le budget 2016 du ministère de la ville, de la jeunesse et des sports à Paris le 30 septembre 2015

ti : Mesdames, Messieurs les journalistes,
Mesdames, Messieurs les Directeurs,
Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs,


Comme à chaque budget, il est question de faire des choix. Le choix fait cette année est très clair : 17% d'augmentation pour le budget de mon ministère.

Vous connaissez le contexte d'économie budgétaire dans lequel nous évoluons.

Cette augmentation des crédits ville, jeunesse et sports est donc tout à fait significative. Significative dans les deux sens du terme : à la fois importante et pleine de sens.

Je commencerai par le sens – parce qu'il faut toujours commencer par le sens – avant de préciser les évolutions.

Ce que je pouvais vous dire l'an dernier sur l'impératif de cohésion n'est que plus fort et plus urgent aujourd'hui.

Entretemps, les attentats, la stupeur devant la violence, les doutes devant les mots d'ordre, ont engendré un besoin plus grand encore de se rassembler, de se retrouver dans l'idée que nous sommes une nation.

Une nation avec des valeurs, elles sont connues, et elles sont toujours d'actualité : c'est celles de la République.

La prime, si je puis dire, donnée à l'emploi et à la sécurité, s'inscrivent dans cet objectif de cohésion.

Pour ce qui concerne le budget de mon ministère, il me donne les moyens d'agir.

Les moyens d'agir pour les jeunes – ils restent la priorité du quinquennat. Je veux qu'ils prennent toute leur place, et pour cela, je veux qu'ils puissent se former, trouver du travail, s'engager, se faire entendre, et découvrir le monde, une expérience essentielle aujourd'hui.

Les moyens d'agir pour les habitants des quartiers populaires. Ils subissent une relégation insupportable, une entorse grave aux principes que je rappelai à l'instant. Ce n'est acceptable ni pour ces personnes ni pour notre nation.

Les moyens d'agir pour la vitalité associative dans notre pays. Les associations qui dans tous les domaines permettent que malgré tout, malgré les chocs, l'édifice tienne.

Les moyens d'agir enfin pour le sport, le sport pour tous, tant dans la pratique que dans le spectacle. Les deux dimensions sont importantes.

Quels événements sont capables de fédérer comme les grandes compétitions sportives ? C'est là un outil puissant de cohésion.

Je suis très fier d'être à la tête d'un ministère qui défend une certaine vision de la société, où chacun trouve sa place, et où tous sont considérés.

Je suis également très fier d'être le ministère du mouvement, du dynamisme, de l'élan, d'un autre visage de la France qui est cher au Gouvernement : celui d'une France en mouvement, d'une France qui entreprend, qui croit en l'avenir.

Pas de cohésion, sans une forme d'optimisme. En tout cas de confiance. Il ne s'agit pas d'être béat. Mais il ne s'agit pas non plus de céder à la morosité et à l'auto-dénigrement.

Je rentre plus en détail dans ce budget 2016.

Pour la jeunesse, nous augmentons le budget avec notamment 151 millions d'euros supplémentaires attribués au service civique.

Le service civique, c'est du gagnant-gagnant : gagnant pour les jeunes qui s'engagent et gagnant pour les structures qui les accueillent.

C'est une opportunité unique de s'engager au service du bien commun et de gagner en autonomie, en responsabilité.

C'est pourquoi je travaille également à diversifier les structures d'accueil.

Mon objectif est que d'ici à 2017, tous les jeunes qui le désirent puissent trouver un service civique, et que les jeunes les plus défavorisés puissent plus facilement bénéficier de ce dispositif. Une nouvelle étape est franchie puisque qu'avec ce doublement des crédits alloués au Service civique et plus de 300 millions d'euros au total, c'est 110 000 jeunes qui pourront y accéder après les 70 000 jeunes que nous visons en 2015. Ce sera 150 000 jeunes en 2017.

Mais nous n'oublions pas que la première demande de la jeunesse, c'est l'emploi. Ce gouvernement met tout en œuvre dans sa lutte contre le chômage.

Une lutte menée désormais en premier lieu par Myriam El Khomri, dont je salue le travail à mes côtés pendant un an.

A l'échelle du Ministère de la Jeunesse, ce combat se traduit par des dispositifs de formation dans les domaines du sport ou de l'animation, viviers d'emploi trop méconnu, mais également dans le secteur numérique avec la Grande Ecole du Numérique , pour répondre aux besoins d'une société qui évolue.

Surtout, l'emploi des jeunes passe par la mise en place et le développement de dispositifs spécifiques : ainsi le contrat starter, les 4 milliards dédiés à la prime d'activité qui touchera 1,2 millions de bénéficiaires, ou la garantie jeunes dont le déploiement continuera en 2016 pour atteindre 100 000 jeunes d'ici 2017.

Mon Ministère est aussi celui de la vie associative et de l'éducation populaire.

Dans un contexte de rationalisation de la dépense publique, les associations souffrent, alors même qu'elles sont en première ligne pour accompagner des publics en difficulté. N'oublions pas non plus que le secteur associatif est un grand pourvoyeur d'emplois. Près d'un million 800 000 emplois dans les 165 000 associations qui irriguent le territoire.

Soucieux de préserver le monde associatif, j'ai obtenu des moyens supplémentaires au titre du CIEC, soit une augmentation de 11 millions d'euros qui soutiendront des actions en faveur de l'éducation populaire, de la cohésion et de la mixité sociale.

Je ne ferai qu'évoquer le sport, car je vais laisser la parole à Thierry Braillard pour ce chapitre.

A périmètre constant, le budget 2016 alloué au sport augmente de 4%, et le niveau des ETP des opérateurs du sport (les CREPS notamment), est maintenu.

Nous tenons les « deux bouts » : le sport pour tous et le sport citoyens d'un côté, le sport de très haut niveau de l'autre.

Ainsi le budget du plan « Citoyens du Sport » s'élèvera à 12,1 millions d'euros, pour appuyer le sport comme outil d'intégration, tandis que nous apporterons 10 millions d'euros à la candidature de Paris 2024.

Mais je laisse la parole à Thierry.

Dans le domaine de la politique de la ville, l'objectif principal était de redonner corps à la promesse d'égalité républicaine dans les territoires prioritaires.

Une action qui se traduit sur le terrain, et donc également dans les chiffres.

Très concrètement, il s'agit ici d'une augmentation de 4% du budget, soit plus de 350 millions d'euros consacrés aux territoires prioritaires sur les 438 millions du budget politique de la ville.

Avec cette enveloppe, nous reconduirons les dispositifs qui ont fait leurs preuves, comme les adultes relais dont le forfait d'aide aux collectivités employeuses sera revalorisé, car les jeunes des quartiers prioritaires ont besoin de référents à qui parler, des gens avec qui ils se sentent en confiance, des personnes qui vivent dans leur quartier.

Mais nous ne nous contenterons pas de reprendre ce qui fonctionne déjà. Je veux en 2016 lancer deux programmes ambitieux, l'un sur la réussite éducative pour couvrir les réseaux d'éducation prioritaires qui n'étaient pas couverts (45 sites), et l'autre, sur la formation à la laïcité et aux valeurs de la République, à la veille du 1er anniversaire du 11 janvier.

La restauration – oui, ils avaient été supprimés entre 2009 et 2012 – des crédits aux associations œuvrant dans ces quartiers, décidée le 6 mars dernier à l'occasion du CIEC, se poursuit.

Après les 50 millions de 2015, ce seront 131 millions tous ministères confondus en 2016.

Enfin, au-delà des mesures concernant l'égalité et la citoyenneté, nous voulons aussi favoriser le développement économique des quartiers prioritaires. Il faut donner aux habitants les moyens d'y vivre bien, et ne plus laisser se perdre le potentiel de ces territoires, potentiel qui sera utile à tout le pays. C'est pourquoi nous créerons en 2016 une agence de développement économique en liaison avec la Caisse des dépôts et des Consignations et l'ARF pour faciliter la création d'entreprises.

Il faut également noter que 2016 sera l'année de la maturité pour la politique de la ville portée depuis 2012, avec 438 contrats de ville, 100 Territoires Entrepreneurs, 5 milliards d'équivalent subventions au titre du NPRU et des exonérations de fiscalité locale pour le commerce de proximité et les très petites entreprises implantés dans les 1500 quartiers prioritaires, autant de mesures appuyant une certaine idée de l'égalité qui fonde notre République.

Vous avez devant vous un ministre à l'offensive, doté d'un budget que je qualifierai à la fois de cohérent par rapport à l'objectif national de redressement des comptes publics et d'ambitieux.


Source http://www.patrickkanner.fr, le 7 juillet 2016

Rechercher