Déclaration de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, sur le plan de développement des équipements sportifs en Outre-mer, Guadeloupe le 22 septembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, sur le plan de développement des équipements sportifs en Outre-mer, Guadeloupe le 22 septembre 2016.

Personnalité, fonction : KANNER Patrick.

FRANCE. Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports

ti :


La Guadeloupe est une terre de champions !

18 sélectionnés aux jeux de Rio sont nés ou sont d'origine guadeloupéenne.
10 médaillés, dont 4 médailles d'or.

Un palmarès impressionnant, rapporté par des icônes telles que Teddy Riner, Estelle Mossely, Yannick Borel, ou Jefrent Daniel.

Le travail, l'effort, un entraînement rigoureux et une détermination à toute épreuve ont fait d'eux ce qu'ils sont.

Ces champions sont de formidables ambassadeurs de la France et des références pour nombre de nos jeunes. Je souhaite qu'ils trouvent chez eux l'inspiration de leurs exploits futurs.

Mais derrière ces performances exceptionnelles et ces sportifs qui nous font rêver, il faut regarder avec lucidité la situation des équipements sportifs et de la pratique sportive du plus grand nombre.

Il serait trop confortable de se réfugier derrière les médailles, pour ne pas faire le diagnostic de carence qui est celui de l'ile en termes d'équipements, et surtout pour ne pas agir.

Non seulement les sportifs de Guadeloupe s'entraînent, se forment et se préparent aujourd'hui dans des conditions inférieures à ce qu'elles devraient être.

Mais au-delà de ces sportifs de haut niveau et de l'olympisme, je veux promouvoir un sport populaire, un sport pour tous.

Parce que le sport est incontestablement un facteur de santé.

Parce que j'ai la conviction profonde que le sport est un vecteur d'émancipation et de réalisation personnelle.

Parce que je crois qu'il permet de se découvrir, de se dépasser, mais aussi d'apprendre à vivre avec les autres.

Parce qu'il est une grande aventure collective, qui réunit tous les français par-delà les clivages ou les différences.

Peu d'activités humaines peuvent prétendre rassembler comme le sport rassemble, que ce soit dans la pratique ou dans le supporterisme autour des grands événements sportifs.

Pour toutes ces raisons donc, je souhaite que mes concitoyens pratiquent toujours plus nombreux le sport. Et pour cela, il faut des lieux dédiés.

Or, la Guadeloupe et plus généralement les Outre-Mer en manquent.

Il y a des raisons objectives à cela, comme le surcoût qu'entraîne l'adaptation des équipements à un cadre géographique et géologique particuliers, ou la faible disponibilité de foncier.

Cela n'en demeure pas moins une injustice. Dès lors que l'on croit à l'idée que la République est une et indivisible, alors il y a une obligation politique à donner corps à cette conviction.

Avec Erika Bareigts, Ministre en charge des Outre-mer, nous avons donc décidé de débloquer une enveloppe exceptionnelle de 20 millions d'euros dès janvier.

Elle sera financée à parité par le ministère des sports et des Outre-Mer. Cette initiative va bénéficier aux projets d'équipements sportifs de proximité, et représente un pas important dans la résorption des inégalités d'accès au sport.

Nous avons la volonté de rattraper le retard, mais celui-ci s'est accumulé au fil des années. L'inaction est un choix qui a des conséquences : équipements insuffisants, vétustes, inadaptés à la pratique de certains sports et une offre de disciplines sportives parfois limitées.

Je ne peux m'en satisfaire. Ministre des sports mais aussi de la ville, l'idée que des territoires soient laissés sur le côté m'est insupportable.

Ce n'est pas ma conception de la justice.

Pas la peine de se payer de discours sur la République si l'égalité n'est pas au rendez-vous.

Nous engagerons donc ce plan de rattrapage sans tarder, dès 2017.

L'enveloppe de 20 millions d'euros sera mise à disposition des porteurs de projet d'équipements sportifs, essentiellement les collectivités territoriales. Leur rôle dans la pratique de sport et l'entretien des structures est essentiel, et j'aimerais ici saluer leurs efforts.

C'est pour les aider qu'une première séquence d'investissement au premier trimestre 2017 ciblera les équipements sportifs de proximité.

Il s'agit essentiellement de financer des opérations de petits équipements ou d'installation hors sols, pour donner aux sportifs l'occasion de pratiquer dans de meilleures conditions.

Il s'agit aussi de réaliser des diagnostiques territoriaux approfondis pour préparer le lancement d'opérations d'ampleur.

Une seconde phase d'investissement en 2018-2019 visera à combler les lacunes du maillage territorial et permettre la diversification des disciplines proposées.

Enfin, une dernière phase sera dédiée au financement des opérations structurantes, susceptibles d'accueillir des manifestations sportives d'envergure nationale et internationale.

Les grandes compétitions sont pour la France, toute la France, l'occasion de rayonner dans le monde.

La tenue à Baie-Mahault en avril dernier du premier tour de la Coupe Davis a été l'occasion de le prouver, avec plus de 6000 spectateurs venus soutenir leurs champions.

C'est aussi pour soutenir ce type d'événements, qui permettent à la Guadeloupe de mettre en valeur ses atouts notamment touristiques, que le gouvernement investit.

J'attire votre attention sur le fait que ce nouvel effort budgétaire ne vient en rien remettre en cause l'enveloppe exceptionnelle dédiée à la rénovation des infrastructures des CREPS.

Les grandes compétitions internationales, où nos sportifs ont tant brillé, sont des moments importants pour la cohésion de notre pays.

Au-delà de l'image projetée à l'étranger, c'est aussi en France un formidable vecteur d'unité. Nous avons tant besoin de cette unité…

Le plan de rattrapage que je suis venu présenter aujourd'hui concerne pour ainsi dire le « dur », le bâti, les équipements.

Mais je n'oublie surtout pas que pour que le sport vive dans ces équipements, il faut des femmes et des hommes passionnés, qui ont envie de transmettre.

J'adresse donc ma reconnaissance à tous les bénévoles qui font vivre les clubs et les associations sportives, mais aussi les salariés de ces structures.

Nous avons d'ailleurs orienté les emplois d'avenir et les crédits du plan citoyens du sport pour renforcer cet encadrement.

Les Outre-Mer ont pu correctement bénéficier de ces crédits liés au comité interministériel égalité et citoyenneté ce dont je me réjouis et me félicite.

Tous les problèmes ne sont pas réglés avec ces dispositions et ces annonces, mais nous prenons la bonne direction : la direction d'une égalité territoriale retrouvée et d'une jeunesse ultramarine à qui l'on offre de nouvelles perspectives.


Source http://www.patrickkanner.fr, le 26 septembre 2016

Rechercher