Interview de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports à France-Info le 7 octobre 2016, sur le dopage dans le football et la candidature de la France pour les Jeux Olympiques de 2024. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports à France-Info le 7 octobre 2016, sur le dopage dans le football et la candidature de la France pour les Jeux Olympiques de 2024.

Personnalité, fonction : KANNER Patrick, APHATIE Jean-Michel.

FRANCE. Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports;

ti :


INTERVENANTE
Tout de suite sur Franceinfo le ministre de la Jeunesse et des Sports est l'invité de Fabienne SINTES et Jean-Michel APHATIE, on se retrouve à 9 h pour une prochaine édition, à tout à l'heure.

FABIENNE SINTES
Bienvenue dans l'émission politique de Franceinfo, une ½ heure ensemble comme tous les matins et bonjour à ceux qui nous rejoignent sur le canal 27 de la TNT et bonjour à vous Jean-Michel APHATIE...

JEAN-MICHEL APHATIE
Bonjour Fabienne

FABIENNE SINTES
Avec vous Gilles BRONSTEIN et Guy BIRENBAUM et notre invité ce matin est ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

JEAN-MICHEL APHATIE
Bonjour Patrick KANNER...

PATRICK KANNER
Bonjour.

JEAN-MICHEL APHATIE
Le journal l'Equipe rapporte que des jours du RACING 92 seraient soupçonnés de dopage aux corticoïdes, il s'agit de Dan CARTER, ROKOCOKO et IMHOF, trois joueurs importants de cette équipe, comment vous réagissez quand vous lisez cet article sur le dopage dans le rugby, dopage possible ?

PATRICK KANNER
Je l'ai lu comme vous, j'ai entendu les commentaires. Rappelons aux téléspectateurs quelles sont les procédures ! Il y a ce qu'on appelle des A.U.T, Autorisations d'Usage de médicaments à des fins thérapeutiques, ces autorisations sont demandées à l'Agence française de lutte contre le dopage - donc qui est un organisme placé sous l'autorité du gouvernement – et qui vérifie si l'état de santé justifie ou non qu'on puisse donner des médicaments, parfois donc des corticoïdes. Donc là, manifestement, il n'y a pas eu de demande, d'après les éléments que j'ai aujourd'hui il n'y a pas eu de demande préalable...

JEAN-MICHEL APHATIE
D'accord !

PATRICK KANNER
Mais on peut régulariser a posteriori après l'évènement de ce type de...

JEAN-MICHEL APHATIE
On peut arranger le quoi ? On a été maladroit, on peut arranger le coup ?

PATRICK KANNER
C'est peut-être une faille de la loi française, je le dis...

JEAN-MICHEL APHATIE
Ah ! D'accord.

PATRICK KANNER
Il faudra regarder cela de très près.

JEAN-MICHEL APHATIE
La loi pourrait changer éventuellement ?

PATRICK KANNER
Ecoutez, là, on a un cas typique qui montre que la loi doit s'adapter parfois aux pratiques.

GILLES BORNSTEIN
Si effectivement il n'avait pas le droit de prendre de corticoïdes, est-ce que le titre pourrait être retiré au RACING ?

PATRICK KANNER
La fédération française a 40 jours pour faire son travail...

GILLES BORNSTEIN
Il faut préciser que c'était la finale du championnat de France de rugby !

JEAN-MICHEL APHATIE
Voilà !

PATRICK KANNER
C'est la finale du championnat, qui s'est faite d'ailleurs...

JEAN-MICHEL APHATIE
A Barcelone !

PATRICK KANNER
En Espagne, à Barcelone, mais il faut remarquer que la FLD – donc notre agence de lutte contre le dopage – a pu faire ces contrôles en Espagne parce qu'il y a eu un accord avec l'Espagne, c'est un point quand même positif qu'il faut savoir souligner...

GILLES BORNSTEIN
Le titre ?

PATRICK KANNER
Le titre...

JEAN-MICHEL APHATIE
Le Brennus !

PATRICK KANNER
Si très concrètement la fédération estime qu'il y a eu triche, parlons clair, je pense qu'elle prendra ses responsabilités. Mais on est au début de la procédure, soyons prudents, n'attaquons pas ou n'accusons pas sans élément probant – et vous le comprendrez – mais voilà ça montre que la lutte contre le dopage c'est une course contre la montre, je l'ai toujours dit, c'est voilà une course de vitesse, il faut adapter le droit en permanence, c'est ce que d'ailleurs nous avons fait puisque je vous rappelle en quelques mots que la France s'est mise d'équerre avec le Code mondial antidopage et que nous sommes maintenant dans les cinq pays les plus remarquables en termes de lutte contre ce type de fléau.

FABIENNE SINTES
Juste un dernier mot là-dessus monsieur KANNER, c'est vrai que ce n'est que le début, mais est-ce que vous ne croyez pas qu'il commence à y avoir quand même un problème avec le rugby, de plus en plus on voit sortir des affaires, on voit des livres écrits, on voit surtout des tailles de rugbymen qui changent avec le temps, est-ce qu'il ne commence pas à y avoir un souci ?

GILLES BORNSTEIN
CARTER et ROKOCOKO c'est des grandes stars mondiales, c'est certainement les plus grandes stars du championnat.

PATRICK KANNER
Oui, c'est des grandes stars. Je ne ferai pas de commentaire sur l'évolution physique des rugbymen...

FABIENNE SINTES
Quand même ! Mais enfin, sinon sur le principe en tout cas du fait que le rugby commence à être touché au même titre que les autres ?

PATRICK KANNER
Oui, mais pourquoi voulez-vous que le rugby malheureusement ne soit pas touché ? Voilà ! C'est la rigueur, cette course de vitesse comme je vous l'ai évoquée, il faut être d'une vigilance totale et sanctionner, il faut lutter contre cette triche. Moi je suis pour un sport loyal, donc un sport naturellement sans dop.

JEAN-MICHEL APHATIE
Ce soir, on va parler de football, France/Bulgarie, match qualificatif pour la coupe du monde qui aura lieu en 2018 en Russie. France/Bulgarie ça rappelle des souvenirs évidemment aux amateurs de football, c'était le 17 novembre 1993, et, dans les dernières secondes, voilà ce qu'a fait la Bulgarie.

(…) extrait match France/Bulgarie le 17 novembre 1993//

JEAN-MICHEL APHATIE
Oh ! Aie, aie, aie. Ce soir c'est...

PATRICK KANNER
Vous êtes un peu sado-maso, vous ?

GILLES BORNSTEIN
Non, c'est l'histoire.

JEAN-MICHEL APHATIE
C'était Thierry ROLAND, voilà, qui était aux commentaires...

PATRICK KANNER
Une pensée, une pensée pour Thierry.

JEAN-MICHEL APHATIE
On espérait que ce soir...

PATRICK KANNER
KOSTADINOV contre Bernard LAMA, mais qui a été crucifié Bernard LAMA...

GILLES BORNSTEIN
Bernard LAMA c'est le goal !

PATRICK KANNER
C'était le goal, oui.

GILLES BORNSTEIN
Je précise pour ceux qui ne connaissent pas le foot.

PATRICK KANNER
C'est vrai, c'est vrai.

JEAN-MICHEL APHATIE
On ne va pas refaire le match !

PATRICK KANNER
Mais 17 novembre 93 vous savez Kingsley COMAN n'était pas encore né, donc il y a prescription.

JEAN-MICHEL APHATIE
Pourquoi est-ce qu'on vous parle de football ce matin Patrick KANNER, parce que nous avons été surpris de lire une interview de Noël LE GRAET – le président de la Fédération française – dans Le Figaro hier et il dit : « Karim BENZEMA est sélectionnable » alors que la mise en examen est toujours là pour tentative de chantage et participation à association de malfaiteurs, quel est votre point de vue Patrick KANNER ?

PATRICK KANNER
Ah ! Vous savez ça fait une dizaine de fois qu'on me demande mon point de vue sur BENZEMA...

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, mais là le patron de la fédé il dit qu'il est sélectionnable.

PATRICK KANNER
Mais je pense que Noël LE GRAET n'a jamais dit le contraire, il est sélectionnable, sur le plan sportif il est sélectionnable, mais il n'est pas sélectionné...

JEAN-MICHEL APHATIE
Manuel VALLS avait dit le contraire !

PATRICK KANNER
Qu'est-ce que vous voulez, c'est comme ça. Je ne suis pas le sélectionneur, c'est Didier DESCHAMPS, donc Didier DESCHAMPS estime aujourd'hui que les conditions ne sont pas réunies pour qu'il réintègre l'équipe de France, ce n'est pas le... vous avez bien compris que ce n'est pas le sportif qui est en cause, c'est l'environnement autour du sportif, donc...

JEAN-MICHEL APHATIE
Et, de votre point de vue, rien n'a changé ?

PATRICK KANNER
Ecoutez la procédure est toujours en cours, Noël LE GRAET a toujours eu beaucoup je dirais de finesse et d'appréciation positive par rapport à BENZEMA qui est un immense joueur - chacun le sait bien - donc après Didier DESCHAMPS estime qu'il ne rentre pas aujourd'hui dans son périmètre de sélection, dont acte, moi je n'ai pas de commentaire à faire. Par contre ce que je vois...

GILLES BORNSTEIN
Si, vous pouvez estimer qu'il y a un devoir d'exemplarité pour les joueurs de foot et que, quand on est mis en examen, voilà, on ne le remplit pas tellement ?

PATRICK KANNER
Je l'ai toujours dit ! Et en même temps, voilà, moi je l'ai fait à une époque bien précise qui était celle de l'Euro, où le gouvernement avait un rôle particulier, l'Etat avait un rôle particulier, là nous sommes dans une autre phase de la vie de l'équipe de France, si demain Didier DESCHAMPS estime qu'il faut BENZEMA pour la réussite de l'équipe de France...

GILLES BORNSTEIN
Ca ne vous gêne pas ?

PATRICK KANNER
Ecoutez, je ne sais pas s'il fera, mais je ne ferai pas de commentaire sur un choix qui relève de la compétence exclusive de Didier DESCHAMPS. Après que la procédure judiciaire, ce que dit aussi d'ailleurs Noël LE GRAET - vous ne l'avez pas évoqué monsieur APHATIE – aille vite...

JEAN-MICHEL APHATIE
Qui trouve que la procédure est trop lente !

PATRICK KANNER
Je pense qu'il a raison ! Il a raison, parce que c'est quand même un sujet qui maintenant date depuis presque un an.

JEAN-MICHEL APHATIE
Et donc Karim BENZEMA vous l'avez dit ne jouera pas ce soir, mais c'est sur les principes que...

PATRICK KANNER
Mais il reste encore huit matches pour les sélections pour Moscou, donc...

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui c'est ça, donc...

PATRICK KANNER
Après le match de ce soir.

JEAN-MICHEL APHATIE
Voilà, donc on verra à quels seront les choix de Didier DESCHAMPS. Un autre dossier sportif est important puisqu'aujourd'hui va être déposé la deuxième partie du dossier pour Paris 2024, nous parlons là des Jeux Olympiques, mais il est 8 h 39 - bientôt 8 h 40 – et donc on n'en parle pas tout de suite.

FABIENNE SINTES
Oui, c'est exactement... Voilà, vous faites ça très bien Jean-Michel, merci beaucoup, on parlera des J.O dans un instant, on va aussi parler politique ensemble Patrick KANNER. 8 h 40 ! L'info en 90 secondes, c'est donc Victor NOTET.

(…)

FABIENNE SINTES
Retour dans l'émission politique de Franceinfo avec Patrick KANNER ce matin. Question, Jean-Michel, on reprend là où on avait laissé ?

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, les Jeux Olympiques.

FABIENNE SINTES
Exactement !

JEAN-MICHEL APHATIE
Le financement des Jeux Olympiques, puisqu'aujourd'hui Paris 2024 dépose la deuxième partie du dossier. Comment on finance exactement ces jeux ? Quel est l'apport de la puissance publique ? Donc, je crois que le gouvernement prévoit d'apporter un milliard d'euros, c'est ça ?

PATRICK KANNER
Oui, c'est bien cela, ce sera annoncé tout à l'heure.

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais quand on voit l'état des caisses, on se dit : « Tiens ! On se demande où on le prend ce milliard ».

PATRICK KANNER
C'est un milliard d'euros sur neuf années, une fois que...

GILLES BORNSTEIN
Une paille !

PATRICK KANNER
Ce n'est pas une paille !

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est facile, hein ?

PATRICK KANNER
Mais vous savez sur un budget, celui de l'État, je pense qu'on est capables d'amener cet apport financier ; et puis on n'est pas tout seul puisqu'il y a quand même 500 millions qui sont portés par les collectivités territoriales, la Région, la ville de Paris, le département de Seine-Saint-Denis et d'autres collectivités. Non, c'est un dossier qui est très important. Vraiment nous sommes totalement mobilisés, vous savez qu'on a déjà eu trois échecs – dont le dernier qui était cuisant par rapport à la candidature sur 2012 – donc là on est vraiment bien partis, on a mis les choses d'équerre, à savoir c'est bien le Mouvement sportif qui porte la candidature avec LAPASSET et ESTANGUET, c'est un couple gagnant ; le président est à sa place, je vois cette belle photo avec Thomas BACH dimanche dernier lui remettant un drapeau de 1924, la dernière fois que Paris a obtenu les Jeux Olympiques et organisé les Jeux Olympiques, donc un dossier important. 17 février dernier on a déposé le dossier général avec notamment le choix des sites, aujourd'hui c'est le dossier financier que vous évoquiez, je vous rappelle quand même les grands enjeux, c'est six milliards d'euros environ, six milliards d'euros : trois milliards d'euros pour l'évènement sportif stricto sensu, qui est totalement autofinancé - droits TV, billetterie, mécénat, partenariats divers et variés – et trois milliards pour la partie équipements...

JEAN-MICHEL APHATIE
Sur le papier c'est formidable mais on sait toujours qu'il y a beaucoup de dépassements, plusieurs villes...

PATRICK KANNER
Il ne peut pas y en avoir !

GUY BIRENBAUM
Il y en a toujours !

JEAN-MICHEL APHATIE
Pourquoi il ne peut pas y en avoir ? C'est interdit ?

PATRICK KANNER
Mais vous êtes affirmatif !

GUY BIRENBAUM
C'est le cas dans toutes les villes, il y en a à chaque fois.

JEAN-MICHEL APHATIE
Il y en a tout le temps, pourquoi il n'y en aurait pas cette fois-ci ?

PATRICK KANNER
Pourquoi il n'y en aurait pas ?

JEAN-MICHEL APHATIE
Eh oui ! Là c'est une bonne question, tiens, que j'ai posée.

PATRICK KANNER
Pour des raisons extrêmement simples...

FABIENNE SINTES
... qu'on va construire le village olympique, on va construire un centre aquatique, il faut élargir le Bercy Aréna, ça fait effectivement... c'est du lourd quand même ?

PATRICK KANNER
Écoutez, vous savez ce qui s'est passé à Sotchi ou à Pékin, où là il fallait qu'on construire complètement tous les équipements...

JEAN-MICHEL APHATIE
Eh bien justement, et tous les budgets ont été acceptés.

PATRICK KANNER
Et même chose au Japon, à Tokyo ils ont du refaire complètement leur projet sur le stade...

FABIENNE SINTES
Et Londres pareil, enfin tous.

GUY BIRENBAUM
Et le budget a explosé.

PATRICK KANNER
Je vais vous dire la France maîtrise, nous avons eu 20 mois d'expertises financières sur la maîtrise du dossier, je voudrais vraiment vous le dire. C'est quoi les trois milliards d'infrastructures publiques qui sont nécessaires ? C'est le village olympique et le village des médias, 5.000 logements, 1.800.000.000 d'euros, excusez-moi mais on sait combien coûte aujourd'hui un logement en France...

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais tout le monde sait, les autres ils n'étaient pas plus bêtes que nous...

PATRICK KANNER
Non, mais attendez...

JEAN-MICHEL APHATIE
Et ça dépasse partout, parce que c'est un évènement très complexe à organiser ?

PATRICK KANNER
Monsieur APHATIE permettez-moi, je connais bien le dossier, je vais essayer non pas de vous convaincre mais en tout d'expliquer cela.

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais si vous allez me convaincre !

PATRICK KANNER
1.800.00.000 d'euros pour la partie, sur les trois milliards, sur la partie logements, donc totalement maitrisés. Qu'est-ce qu'il nous reste à construire ? La piscine olympique, l'Aréna 2 – donc l'Aréna de Bercy...

FABIENNE SINTES
Et le village !

PATRICK KANNER
Mais le village je viens de vous l'évoquer déjà. Ce qui veut dire que, allez-même s'il y avait un dépassement, allez je vous accorde un dépassement de 10 % - c'est beaucoup...

FABIENNE SINTES
Ah ! Quand même.

JEAN-MICHEL APHATIE
Ah ! Quand même, ça c'est un scoop tiens, ça va être...

PATRICK KANNER
Attendez, attendez, je vous accorde un dépassement de 10 %...

JEAN-MICHEL APHATIE
La facture va être dépassée de 10 %.

PATRICK KANNER
Ca ferait 300.000.000 d'euros...

GUY BIRENBAUM
Oh ! Ce n'est rien.

PATRICK KANNER
Non, mais attendez - eh oui c'est rien par rapport à Pékin qui a été à 30 ou 35 milliards d'euros ou à Sotchi qui a eu les mêmes - donc on est vraiment sur une candidature maîtrisée. Je vais vous le dire, si vous journalistes – que je respecte – vous n'êtes pas convaincus avec nous que cette candidature est bonne, qu'elle est maîtrisée, excusez-moi mais on va avoir un peu de mal à aller convaincre nos...

JEAN-MICHEL APHATIE
Notre métier c'est le doute, notre métier c'est le doute, je ne suis pas sûr qu'on influencera le CIO par...

PATRICK KANNER
Votre métier c'est le doute mais c'est aussi l'encouragement, l'encouragement à ce qui est un beau dossier rassembleur pour le pays, le 15 novembre nous irons présenter la candidature à Doha avec les autres candidats, que je salue - puisqu'on n'a pas le droit de les critiquer, donc je les salue...

GILLES BORNSTEIN
Ce qui suppose d'être gentil avec le Qatar ?

PATRICK KANNER
Los Angeles c'est... Doha ne fait qu'accueillir le CIO. Mais il faudra être surtout convaincant vis-à-vis environ de 90 personnes qui seront celles qui auront le droit de vote le 13 septembre 2017 à Lima.

GILLES BORNSTEIN
Un autre mot concernant le dossier, c'est la sécurité, de ce point de vue là est-ce que l'agression de Kim KARDASHIAN n'est pas un problème comme vitrine ?

FABIENNE SINTES
On s'en souviendra en 2024 ? Peut-être !

PATRICK KANNER
Je ne suis pas sûr que cette agression, bien dommageable naturellement, pèse beaucoup le 13 septembre 2017 à Lima.

JEAN-MICHEL APHATIE
Merci !

PATRICK KANNER
Voilà ! Donc, avec tout le respect que je porte pour l'intéressée, mais c'est une affaire privée, dont acte. Vous savez ce qui pèsera plus... Vous ne m'écoutez pas d'ailleurs, il est dissipé...

GUY BIRENBAUM
Si, si, il écoute, il écoute.

GILLES BORNSTEIN
Moi j'écoute attentivement mais c'est eux que ça n'intéresse pas.

PATRICK KANNER
Vous savez ce qui va peser beaucoup plus – et Thomas BACH nous l'a dit dimanche – c'est la manière dont nous avons géré l'Euro...

GUY BIRENBAUM
Et notamment la sécurité ?

PATRICK KANNER
Notamment la sécurité, même si...

JEAN-MICHEL APHATIE
Qui a été positive !

PATRICK KANNER
Même si malheureusement il y a eu ce drame terrible quatre jours après la finale à Nice naturellement, mais l'Euro en tant que tel a été... Par contre il y a eu un incident, je le reconnais, ça été l‘affaire russe...

JEAN-MICHEL APHATIE
A Marseille !

PATRICK KANNER
Angleterre, Russie/Angleterre...

GUY BIRENBAUM
Et aussi des incidents au champ de Mars !

PATRICK KANNER
Oui, enfin ça c'était vraiment... honnêtement quatre millions de personnes dans les Fan zones, 2,5 millions de personnes dans les stades, on peut dire quand même que l'euro aura été un succès.

JEAN-MICHEL APHATIE
Une autre compétition s'annonce Patrick KANNER, mais celle-là elle est politique, la Présidentielle dans sept mois, ça va vite.

PATRICK KANNER
Beaucoup plus dangereuse !

JEAN-MICHEL APHATIE
François HOLLANDE il y va ou pas ?

PATRICK KANNER
Je le souhaite !

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous le souhaitez, vous avez des informations vous ?

PATRICK KANNER
Il m'arrive de voir le président de la République, c'est mon candidat, d'ailleurs je ne suis pas le seul à espérer que ce soit notre candidat.

JEAN-MICHEL APHATIE
Pourquoi, vous avez envie d'y aller vous ?

PATRICK KANNER
Oh ! Parce que c'est.... j'entends parfois parler de candidat naturel, non il n'est pas naturel, il est nécessaire, pour moi il est nécessaire...

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais pourquoi il est nécessaire, pourquoi ?

PATRICK KANNER
Parce que je crois qu'il n'y a que lui qui peut être présent au second tour pour la gauche, donc voilà...

JEAN-MICHEL APHATIE
Ah ! Bon.

PATRICK KANNER
Avec l'expérience qui est la sienne...

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous voyez les sondages, personne ne dit qu'il peut être présent au second tour.

PATRICK KANNER
Oui, oui, mais vous savez les sondages sont faits sur aujourd'hui des cotes de popularité ou des intentions de vote, mais savoir s'il est déjà candidat, quand il sera candidat – ce que je souhaite – comme il l'a annoncé mi-décembre, je pense qu'il y aura un changement d'appréciation ; et puis d'ici là ce sera passé la primaire à droite, j'ai écouté attentivement hier pendant deux heures Alain JUPPE, je ne l'ai pas entendu complètement, mais en grande partie...

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, sur FRANCE 2.

PATRICK KANNER
Et je vois bien que finalement les candidats de droite sont de droite et je l'ai vécu il y a 48 heures au Sénat sur un projet de loi égalité et citoyenneté qui a bien montré que la sagesse nationale de droite ça reste la droite.

GUY BIRENBAUM
Monsieur le Ministre ! Et donc, si les candidats de droite sont de droite, les gens de gauche ne doivent pas aller voter à la primaire ?

PATRICK KANNER
Moi je ne comprends pas comment quelqu'un qui est de gauche pourra signer la charte, voilà, moi ça me semble aberrant, donc je préfère qu'il vienne voter en janvier - le 22 et le 29 janvier – pour la primaire de gauche et qu'il se mobilise pour qu'un candidat de gauche soit vraiment présent au second tour.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous êtes ministre de la Jeunesse, en 2012 François HOLLANDE – candidat – parlait de la jeunesse ainsi.

(…)

JEAN-MICHEL APHATIE
Est-ce que les jeunes vivent mieux en 2017 qu'en 2012 ? On aurait envie de répondre non ! Hélas. Vous répondez quoi, vous ?

PATRICK KANNER
Vous faites sûrement allusion à ce rapport de la Cour des comptes qui a été publié il y a 48 heures...

JEAN-MICHEL APHATIE
Sur les emplois !

PATRICK KANNER
Sur les emplois en direction de la jeunesse, le chômage de la jeunesse est un drame pour notre pays - il faut le reconnaitre - mais il faut bien placer les choses à l'endroit. Aujourd'hui on a une chance extraordinaire c'est la démographie du pays, avec 100.000 jeunes qui rentrent, enfin 800.000 jeunes qui rentrent sur le marché du travail tous les ans, mais avec un différentiel positif de 100.000 par rapport au nombre de départs en retraite, donc il faut intégrer cela. Je vous rappelle qu'en Allemagne c'est l'inverse, il y a 100.000 départs en retraite de plus...

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, mais ça ne fonctionne quand même pas très bien et le chômage des jeunes demeure important ?

PATRICK KANNER
Il demeure important, il est stabilisé, ce n'est pas suffisant.

JEAN-MICHEL APHATIE
Ailleurs il a baissé et en France il reste très haut !

PATRICK KANNER
Attendez ! Il a baissé pour des raisons démographiques que je viens de vous expliquer, exemple en Allemagne. Donc, moi j'insiste sur le fait – mais on y reviendra – que les mesures qui sont prises, qui méritent sûrement d'être mieux coordonnées, ne sont pas que des mesures d'emploi et je voudrais pouvoir évoquer les autres mesures que nous avons prises pour la jeunesse dans quelques instants.

FABIENNE SINTES
Et on se retrouve dans un instant.

(…)

JEAN-MICHEL APHATIE
Les titres nous ont interrompus, donc le chômage des jeunes ça ne va pas bien, vous vouliez dire quelque chose en particulier…

PATRICK KANNER
Oui, je voulais simplement dire qu'on a fait des mesures en direction de l'emploi des jeunes : emplois d'avenir, contrats Starter, la garantie jeune qui a été soulignée comme étant un point positif pour les jeunes les plus en difficulté, qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en scolarité. Donc on a vraiment des outils qui sont des outils – je le dis – d'accompagnement, certains diront de réparation sociale. Mais s'ils n'étaient pas là, ce serait une catastrophe pour tous ces jeunes. Et puis la jeunesse ce n'est pas que l'emploi, quand un jeune travaille, quand il est salarié modeste, il a la prime activité aujourd'hui, 500.000 jeunes qui ont la prime d'activité, il faut le reconnaître. La garantie logement pour les jeunes qui n'ont pas le moyen de demander à leurs parents de le faire…

JEAN-MICHEL APHATIE
Mais le critère déterminant, ça reste l'emploi.

PATRICK KANNER
Oui, bien sûr…

JEAN-MICHEL APHATIE
Et ça reste le problème…

PATRICK KANNER
Mais c'est le plafond vert, c'est le plafond vert l'emploi.

JEAN-MICHEL APHATIE
Et la COUR DES COMPTES dit que les contrats aidés, ça ne marche pas, donc ce sont quand même des grandes recettes de campagne électorale qu'il faudra peut-être abandonner Patrick KANNER ?

PATRICK KANNER
Mais attendez ! Les contrats aidés, heureusement qu'ils sont là, qu'est-ce que vous auriez fait avec ces 300.000 jeunes qui n'auraient pas eu d'emploi d'avenir ? Ils seraient aujourd'hui totalement en difficulté et totalement en vrille…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ça ne vous incite pas à réfléchir autrement ?

PATRICK KANNER
Ça m'incite à dire simplement que la croissance doit être confortée, on a vu les chiffres qui sont un peu moins bons que ceux que nous espérions, très bien. A partir de là moi, je me refuse à dire que permettre à un jeune de retrouver une place dans la société même avec un emploi aidé soit inutile pour lui-même.

FABIENNE SINTES
Patrick KANNER, France Info rend public un sondage ODOXA ce matin qui parle d'ALSTOM et qui dit que 69 % des personnes interrogées jugent que cette mesure autour d'ALSTOM était électoraliste, ils sont même plus de la moitié à penser que ça ne marchera pas. Qu'est-ce que ça vous inspire ?

PATRICK KANNER
Que nous n'aurions entendu si l'Etat avait « laissé tomber » ALSTOM. Et puis je ne suis pas sûr que dans le sondage que vous évoquez fait par ODOXA et pour France Info, on précise qu'ALSTOM va apporter à Belfort…

JEAN-MICHEL APHATIE
70 millions d'investissement.

PATRICK KANNER
40, 40 sûr.

JEAN-MICHEL APHATIE
70…

PATRICK KANNER
40 sûr, notamment pour développer ce qu'on appelle « la locomotive hybride ». Donc l'effort de l'Etat a permis d'arrêter la saignée qui était annoncée ; et en échange nous avons négocié – et je crois qu'on peut saluer le travail tant de Christophe SIRUGUE que d'Alain VIDALIES – on a négocié qu'ALSTOM réinvestisse pour préparer l'avenir de Belfort. Moi, je crois que c'est un bon accord…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous êtes incompris ?

PATRICK KANNER
Écoutez ! Nous, on doit l'expliquer, vous me permettez de le faire, donc je le fais avec grand plaisir. ALSTOM aurait fermé Belfort, aujourd'hui ALSTOM réinvestit à Belfort, je crois que c'est ça qu'il faut retenir comme message sur la décision de l'Etat.

JEAN-MICHEL APHATIE
En tout cas, les sondages montrent que vous avez encore de la pédagogie à faire sur ce dossier. Guy BIRENBAUM.

GUY BIRENBAUM
Vous êtes le ministre de la Jeunesse, une question va peut-être revenir dans la campagne, en tout cas Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET l'a évoqué sur Europe 1 et a changé d'avis, c'est la dépénalisation du cannabis, je vous propose qu'on l'écoute.

(…)

GUY BIRENBAUM
On sait que Jean-Marie LE GUEN, ministre avec vous, est aussi sur cette position, est-ce qu'à un moment ce sujet peut venir dans la campagne chez le candidat socialiste ?

PATRICK KANNER
On verra bien si ça vient dans la campagne…

JEAN-MICHEL APHATIE
Qu'est-ce que vous souhaitez, vous êtes… la dépénalisation ça vous paraît être une piste ?

PATRICK KANNER
Honnêtement non, honnêtement non…

JEAN-MICHEL APHATIE
Parce que vous êtes prudent ?

PATRICK KANNER
Je crois… tout d'abord Jean-Marie LE GUEN qui a été cité l'a fait à titre personnel, je crois qu'il faut le dire, il peut avoir une opinion personnelle…

JEAN-MICHEL APHATIE
Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, c'est intéressant… excusez-moi, je vous coupe, dit : j'ai parlé avec des spécialistes parce que la prohibition, l'interdiction on voit bien que c'est quand même de l'hypocrisie puisque la consommation est importante.

PATRICK KANNER
Ce qu'il faut c'est développer la prévention naturellement…

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui, bien sûr mais la consommation…

PATRICK KANNER
Moi, je pense que les mentalités ne sont pas aujourd'hui mures pour aboutir à cette dépénalisation, en tout cas… d'ailleurs elle ne dit pas dépénalisation, elle parle encore de contravention…

INTERVENANT
Les mentalités de qui ?

PATRICK KANNER
Les mentalités des Français en général, je crois qu'il faut convaincre pour arriver à un tel résultat. Et dans toutes les hypothèses aujourd'hui, moi je ne suis pas du tout certain sur un plan scientifique que cela serait utile pour les jeunes. Donc je suis pour le statu quo mais que le débat vienne sur la campagne, c'est évident et d'ailleurs ça commence avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, mais qui essaie toujours d'être un peu différente des autres, vous l'avez compris, pour pouvoir exister politiquement.

GILLES BORSTEIN
Vous aimiez beaucoup Emmanuel MACRON quand il était au gouvernement ?

PATRICK KANNER
Oui.

GILLES BORSTEIN
Vous étiez assez proche ?

PATRICK KANNER
Oui.

GILLES BORSTEIN
Que cette proximité est toujours la même !

PATRICK KANNER
Je n'ai plus de contact avec Emmanuel depuis qu'il a quitté le gouvernement…

JEAN-MICHEL APHATIE
Il a changé de portable ?

GILLES BORSTEIN
Pas un coup de fil, rien ?

PATRICK KANNER
Non, pas du tout, pas du tout, je suppose qu'il a dû le garder parce qu'il avait de ministre et son portable… comme moi d'ailleurs, j'ai deux portables aussi. Je lui ai souhaité bon vent par un texto…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ah ! Sympa ça.

PATRICK KANNER
Oui…

FABIENNE SINTES
Et il a répondu ?

PATRICK KANNER
Il m'a répondu, il m'a répondu notamment en disant : mais je n'oublierai pas que tu m'as défendu quand notamment… vous savez, il a reçu les oeufs par la CGT dans sa visite d'une antenne postale, mais je n'ai plus de contact depuis. Et puis je ne vous cache pas que voilà ! Je suis maintenant surpris, surpris de cette évolution. Emmanuel MACRON est un homme brillant mais qui, je crois, veut faire de la politique comme un trader. Et aujourd'hui, aujourd'hui vous savez, je suis un ancien joueur de Monopoly comme vous sûrement…

JEAN-MICHEL APHATIE
J'en ai joué, il y a longtemps, j'ai même acheté la rue de la Paix des fois.

PATRICK KANNER
Oui, voilà ! Donc si vous voulez, je pense qu'il veut passer de la case départ à la rue de la Paix sans passer par la rue Lecourbe.

INTERVENANT
Il peut toucher 20.000.

FABIENNE SINTES
Oui, il peut toucher 20.000, des fois il y en a qui vont en prison, directement en prison sans passer par la case départ.

PATRICK KANNER
Mais il y a des cases au milieu à franchir, voilà ! Il veut aller vite, je pense qu'il veut aller beaucoup trop vite et que le sport, le sport politique c'est autre chose.

JEAN-MICHEL APHATIE
On finit avec le sport. Gilles BORNSTEIN.

GILLES BORSTEIN
Alors un dernier mot, tout à l'heure vous avez dit Kingsley ou Coman, alors je vais vous faire un aveu, c'est le même, c'est Kingsley COMAN, c'est un seul et même joueur…

PATRICK KANNER
C'est vrai, c'est vrai.

GILLES BORSTEIN
Anthony MARTIAL…

PATRICK KANNER
C'est vrai, c'est vrai… voilà ! Vous avez raison de me reprendre. C'est vrai que j'ai…

GILLES BORSTEIN
Il n'y en a qu'un.

PATRICK KANNER
Il n'y en a qu'un.

JEAN-MICHEL APHATIE
Parce que sur les réseaux sociaux, les internautes disent « à bas le ministre des Sports »…

PATRICK KANNER
Non mais c'est vrai, c'est vrai.

INTERVENANT
Mais ils n'étaient pas nés, ni l'un ni l'autre.

(…) Brouhaha

PATRICK KANNER
Je m'excuse devant les internautes pour cette bévue, mais il est tôt le matin et puis je termine tard avec le Sénat. Vous ne m'avez pas interrogé sur ma loi sur Egalité et Citoyenneté, c'est dommage mais vraiment je vous assure, regardez-là parce qu'il y a des belles mesures qui, malheureusement, ont été supprimées par la droite.

JEAN-MICHEL APHATIE
Merci Patrick KANNER d'avoir accepté l'invitation de France Info.

FABIENNE SINTES
Et merci à tous, bon week-end.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 octobre 2016

Rechercher