Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur les négociations entre la France et la Grande-Bretagne concernant le sort des migrants mineurs isolés à la suite du démantèlement du campement de la Lande de Calais, à l'Assemblée nationale le 2 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur les négociations entre la France et la Grande-Bretagne concernant le sort des migrants mineurs isolés à la suite du démantèlement du campement de la Lande de Calais, à l'Assemblée nationale le 2 novembre 2016.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Question au gouvernement posée par M. Stéphane Saint-André, député (Radical, républicain, démocrate et progressiste - RRDP) du Pas-de-Calais, à l'Assemblée nationale le 2 novembre 2016

ti : Monsieur le Député, vous avez rappelé les objectifs que le gouvernement poursuit à travers le démantèlement de ce que l'on a appelé la «jungle» de Calais. Le principal objectif est humanitaire : nous ne voulions pas que des femmes, des hommes, a fortiori des enfants passent un nouvel hiver dans le froid et la boue du camp. Nous avons mis en place un dispositif qui permette de mettre à l'abri ces migrants, dont 95% relèvent du statut de réfugié en France.

Au cours de la semaine dernière, ce sont 6.000 personnes environ qui ont été réparties entre 460 centres d'accueil et d'orientation. Elles sont désormais à l'abri, reçoivent deux repas par jour, et se voient offrir par l'OFII l'accès à l'apprentissage de la langue française. Je vous invite d'ailleurs à visiter ces centres d'accueil et d'orientation et à constater la différence entre la situation qui était celle des réfugiés à Calais et le sort qui leur est désormais réservé.

On dénombrait 2.000 mineurs isolés à Calais. Même s'ils étaient logés dans le centre d'accueil provisoire, nous ne voulions pas qu'ils demeurent en nombre sur place et nous souhaitions qu'ils bénéficient de conditions d'existence dignes. Depuis ce matin, 1.300 mineurs ont quitté Calais pour des centres d'accueil et d'orientation pour mineurs isolés. La totalité d'entre eux aura été prise en charge ce soir.

Dans le cadre d'une négociation avec la France, les Britanniques prendront en charge ceux qui ont des liens familiaux au Royaume-Uni ou qui relèvent de l'amendement Dubs - soit plusieurs centaines de mineurs isolés non accompagnés. Cette négociation s'est passée dans des conditions équilibrées, positives. Il nous appartient maintenant de mettre en oeuvre les termes de l'accord que nous avons conclu avec les Britanniques.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 4 novembre 2016

Rechercher