Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en hommage au lieutenant Franck Brinsolaro, officier du Service de la Protection, décédé lors de l'attaque de la rédaction du journal "Charlie Hebdo" le 7 janvier 2015, à Marseille le 3 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en hommage au lieutenant Franck Brinsolaro, officier du Service de la Protection, décédé lors de l'attaque de la rédaction du journal "Charlie Hebdo" le 7 janvier 2015, à Marseille le 3 novembre 2016.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Inauguration de la place Franck Brinsolaro, à Marseille le 3 novembre 2016

ti : Monsieur le Ministre et Sénateur-Maire,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Préfet de Police,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Monsieur le Maire d'arrondissement,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mon Général, commandant la région de gendarmerie Provence-Alpes-Côte-D'azur,
Monsieur le Directeur départemental de la Sécurité publique,
Monsieur le Directeur interrégional de la Police judiciaire,
Chers Denise et Pierre BRINSOLARO,
Cher Philippe BRINSOLARO,
Cher Kevin,
Mesdames et Messieurs,


Je veux tout d'abord vous remercier à mon tour, cher Philippe, pour les mots particulièrement émouvants que vous avez prononcés il y a quelques instants et pour l'hommage bouleversant que vous venez de rendre à votre frère, Franck, tombé en héros de la République.

Aujourd'hui, à l'occasion de l'inauguration d'une place à son nom, nous sommes tous rassemblés pour rendre hommage au lieutenant Franck BRINSOLARO, officier du Service de la Protection (SDLP) qui a tragiquement perdu la vie, le 7 janvier 2015, sous les balles des terroristes lors de l'attaque de la rédaction du journal « Charlie Hebdo ».

Cette cérémonie du souvenir prend évidemment un sens particulier, ici, à Marseille. Parce que c'est là une ville que Franck connaissait bien, une ville qu'il aimait, vous l'avez rappelé – il y avait servi comme gardien de la paix, entre 1995 et 1997. Marseille était aussi la ville de la famille – vous-même, cher Philippe, vous y êtes policier –, un port d'attache, un lieu de répit et de bonheur partagé.

A mon tour, je veux vous parler un peu de l'homme et du policier qu'était Franck, de son courage et de son intégrité.

Franck exerçait un métier où l'on accepte de pouvoir croiser sur son chemin la violence et peut-être la mort. Et il n'est pas inutile de méditer sur cette réalité, que peu d'agents de l'Etat partagent, celle du risque permanent qui fait des policiers, et plus encore de celles et ceux qui protègent des personnes menacées, des serviteurs de la République à part.

Oui, Franck BRINSOLARO était un policier, un grand policier, et il en était fier. Il avait raison de l'être. Comme je l'ai dit, il était un policier d'un genre particulier, puisqu'il était membre du Service de la Protection. Il appartenait à cette catégorie de policiers spécialement entraînés pour assurer la sécurité des personnalités menacées ou bien exposées à des risques spéciaux.

C'est là un métier particulièrement difficile et, par définition, très dangereux. Prévoir l'imprévisible, anticiper, maîtriser le risque, empêcher le pire, mais aussi rassurer, partager le quotidien d'une personnalité sans jamais y interférer, demeurer discret autant que faire se peut, supporter parfois des comportements irrationnels avec le tact qu'il faut pour que la mission, jamais, ne soit fragilisée… Un tel métier ne mobilise pas seulement l'usage de techniques pointues, il exige aussi, des policiers qui l'exercent, des qualités humaines, psychologiques et relationnelles qui sont peu partagées.

Franck BRINSOLARO était un grand professionnel qui aimait son métier, dont il connaissait les risques et qui les a assumés et affrontés jusqu'au bout, avec un courage hors du commun. Car telle était sa mission, et tel était son devoir.

On ne recule pas devant le danger, on ne se défile pas, dès lors que l'on a fait le choix, en conscience, dès lors que l'on s'est engagé, corps et âme, à protéger la vie de femmes et d'hommes qui vous accordent une totale confiance et qui, précisément, ont remis leur vie entre vos mains.

C'est bien sûr le cas des policiers du Service de la Protection. Mais, plus largement, c'est aussi le cas de l'ensemble des policiers et des gendarmes de France, quelle que soit leur spécialité, quel que soit le service auquel ils appartiennent, quelles que soient les missions dont ils s'acquittent. Car protéger les Français, défendre la République, faire respecter les lois que le peuple souverain s'est données à lui-même, c'est là plus qu'un métier : c'est une vocation, un véritable sacerdoce.

Un sacerdoce qui, malheureusement, peut aller jusqu'au sacrifice ultime. Ce fut le cas de Franck BRINSOLARO, mort en héros, l'arme à la main, alors qu'il cherchait à protéger l'équipe de « Charlie Hebdo » contre la barbarie terroriste. Comme ses collègues, il partageait une volonté et un idéal : la volonté d'assumer pleinement sa mission et l'idéal du service de la République.

C'était là un idéal que votre frère avait chevillé au cœur depuis toujours, depuis ses toutes premières affectations au sein de la Police nationale. Tout comme vous, cher Philippe, il y était entré très jeune, en tant que gardien de la paix. Après avoir exercé sa mission au sein de la Brigade de surveillance de la voie publique de Bobigny, puis à la BAC de Seine-Saint-Denis, il avait été sélectionné pour être formé aux emplois de protection des ambassades et aux missions de protection rapprochée – un métier très particulier qui requiert une expertise spécifique, un sang-froid et un dévouement exceptionnels. Cette compétence et ces qualités, Frank les possédait au plus haut point. Au cours de sa riche carrière, il avait en effet acquis toutes les qualifications professionnelles utiles aux missions sensibles et dangereuses qui lui ont été confiées, par la suite, au sein du Service de la Protection.

La Police, le risque, l'épreuve du feu, c'était là sa vie, faite de noblesse et d'abnégation.

Mais Franck se signalait aussi, vous l'avez dit, par de très grandes qualités humaines, celles-là mêmes qui expliquent que les femmes et les hommes qu'il était chargé de protéger l'appréciaient tout particulièrement : une capacité d'empathie, une attention au détail et un soin minutieux de l'organisation, un calme et une sérénité de tous les instants qui inspiraient à chacun une parfaite confiance.

Pendant 20 ans, Franck BRINSOLARO a ainsi assuré la sécurité des personnalités parmi les plus menacées – je pense notamment aux magistrats du pôle anti-terroriste du parquet de Paris –, mais aussi celle de nos représentations diplomatiques dans les contextes les plus délicats et les plus périlleux.

Je sais que Franck manifestait une très grande humilité, il n'aimait pas particulièrement rappeler les actions héroïques qu'il avait accomplies, encore moins s'en vanter. Parce qu'il estimait qu'il n'avait fait que son travail de policier, ni plus ni moins. C'était là tout à son honneur, et, à mes yeux, il s'agit là de la marque des véritables héros. Il n'est nul besoin de se répandre en paroles lorsque vos actes parlent d'eux-mêmes.

Vous permettrez néanmoins de rappeler quelques-uns des hauts faits, quelques-unes des actions exemplaires qui ont jalonné la carrière de Franck au sein du Service de la protection.

En 1996, à Kaboul, en Afghanistan, il assura le regroupement et l'évacuation des 46 ressortissants français pris sous le feu des Talibans.

L'année suivante, il fut chargé, avec son équipe, de la sécurité des personnels de l'Ambassade de France au Cambodge, dont le site reçut 39 obus lors du coup d'Etat mené par HUN SEN.

En 2005, au Congo cette fois, il assura la sécurité de notre Ambassade à Brazzaville et permit l'évacuation de 35 écoliers de l'école française lors d'affrontements armés entre les forces gouvernementales et les rebelles Ninja.

On fit à nouveau appel à lui, au cours des années, pour des missions tout aussi délicates en Bosnie-Herzégovine, en Slovaquie, en Slovénie, en République Dominicaine, au Liban et au Rwanda.

Parce que ses états de services étaient éloquents, c'est à lui qu'a été confiée la protection rapprochée de CHARB, Stéphane CHARBONNIER, le rédacteur en chef de «Charlie Hebdo ». Des relations d'amitié et d'estime s'étaient nouées au fil des mois entre ces deux hommes, que leurs cultures et leurs parcours réciproques auraient pu tenir éloignés l'un de l'autre, comme avec le reste de la rédaction de l'hebdomadaire. La présence de Frank BRINSOLARO au sein de la conférence de rédaction de «Charlie » témoigne, du reste, de la confiance qui lui était faite par toute l'équipe de journalistes et de dessinateurs – celles et ceux aux côtés de qui il est tombé, le 7 janvier 2015.

Nous savons que, lorsque les terroristes ont fait irruption dans les locaux du journal, Frank a tenté de riposter pour défendre les femmes et les hommes qui l'entouraient et qui étaient devenus ses amis. Le combat, face à des ennemis décidés à tuer, bénéficiant de l'effet de surprise et supérieurement armés, était inégal. Mais pourtant Frank n'a pas reculé, il n'a pas flanché devant le danger, jusqu'au bout il s'est comporté en policier, en grand policier, et c'est, comme je l'ai dit, l'arme au poing qu'il est mort, avec le courage et l'abnégation qui le caractérisaient.

Sa mort a plongé dans le deuil l'ensemble du ministère de l'Intérieur, cette grande famille qui est plus que jamais solidaire, comme à chaque fois qu'elle perd l'un des siens.

Notre peine est immense. Mais je sais qu'elle n'est rien à côté de la douleur qu'éprouve sa famille – cette douleur, Philippe BRINSOLARO l'a exprimée il y a quelques instants avec une dignité et une émotion contenue qui nous bouleversent et forcent notre admiration tout à la fois.

Le métier de policier se partage en famille, et j'ai bien conscience des inquiétudes rentrées, des angoisses que peut susciter un simple retard, de la crainte que le pire ne survienne, des questions que l'on n'ose pas poser et de la force qu'il faut pour surmonter tout cela, pour maintenir une vie familiale et créer, malgré tout, le climat de paix et de sérénité dont chacun d'entre nous a besoin pour continuer à avancer.

Nous sommes à vos côtés, sachez-le. Nous le serons toujours. Un service, un commissariat, c'est une famille. Quand un policier tombe, ou bien quand il est blessé, souffre, se bat, on est avec lui, on le soutient, jusqu'au bout. Quand un policier nous quitte, parce qu'il a accompli sa mission au point de perdre la vie, on se tient aux côtés de ses proches, on ne les abandonne pas. Car c'est cela, une famille. C'est cela, un service de police. C'est cela, la Police nationale.

Alors, oui, chers Denise et Pierre, cher Philippe, cher Kévin, autour de vous, il n'y a que des amis, qui partagent votre peine et souhaiteraient tant l'apaiser. Vous pourrez toujours compter sur nous et sur notre soutien, avec discrétion et humilité.

Depuis janvier 2015, les forces de l'ordre ont payé un lourd tribut à la lutte antiterroriste. Franck BRINSOLARO ne fut pas le seul policier à se sacrifier en service. Il y eut aussi le lieutenant Ahmed MERABET et la jeune Clarissa JEAN-PHILIPPE, policière municipale à Montrouge.

D'autres encore constituaient des cibles des terroristes – le commissaire Jean-Baptiste SALVAING et sa compagne Jessica SCHNEIDER, elle aussi fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, tous deux assassinés par un djihadiste, le 13 juin dernier, à leur domicile de Magnanville.

Il y eut aussi le gardien de la paix Thierry HARDOUIN, tué le 13 novembre à la terrasse du café « La Belle Equipe », lui aussi avec sa compagne.

Il y eut enfin le commissaire Emmanuel GROUT, assassiné le soir de la Fête nationale, à Nice, sur la Promenade des Anglais.

Tous, quels que soient leur grade et leur service, leur mission et leur histoire, tous étaient de grands serviteurs de l'Etat dont nos concitoyens conserveront longtemps la mémoire.

A chaque fois que nous avons été attaqués, des policiers et des gendarmes ont pris tous les risques, au péril de leur vie, pour accomplir leur mission, neutraliser les assaillants et protéger les Français.

Les Français le savent bien et leur en sont pleinement reconnaissants. Depuis janvier 2015, par des gestes de soutien, par des mots de gratitude, ils expriment régulièrement aux policiers et aux gendarmes combien ils mesurent la portée de leur engagement pour les protéger et pour défendre leurs libertés.

Mais ce dévouement exceptionnel, ce courage, ce sens profond de la République, les policiers et les gendarmes ne l'expriment pas seulement face à la menace terroriste. Car c'est chaque jour, dans toute l'étendue de leurs missions, dans les commissariats de police comme dans les brigades de gendarmerie, sur la voie publique comme dans les services spécialisés, face à toutes les formes de délinquance et de criminalité, qu'ils risquent leur vie pour nous et font preuve de ces qualités éminentes qui constituent un exemple pour chacun d'entre nous.

C'est cela, Mesdames et Messieurs, l'héroïsme du quotidien.

Cela ne va pas non plus sans risques ni dangers. Je pense au drame atroce de Viry-Châtillon, survenu il y a un peu moins d'un mois – cette attaque barbare dont quatre policiers ont été les victimes, pris pour cible par une bande de criminels cagoulés, alors qu'ils accomplissaient leur mission de surveillance d'un carrefour connu pour être un lieu de vols à l'arraché et de trafic de stupéfiants.

De tels actes, de telles violences sont intolérables, et je ne les tolèrerai jamais. Tous les moyens nécessaires ont été mis en œuvre pour interpeller les criminels afin de les traduire devant la Justice. Car la Justice doit passer pour celles et ceux qui s'en prennent aux représentants de l'ordre et de la loi, comme elle doit passer pour celles et ceux qui s'en prennent à n'importe lequel de nos concitoyens. Et elle doit le faire avec la plus grande sévérité.

Les policiers et les gendarmes ont la volonté farouche de remplir leurs missions avec exigence, dans des circonstances dont chacun sait qu'elles sont de plus en plus difficiles. Je mesure chaque jour les sacrifices auxquels ils doivent consentir pour accomplir leur vocation. Et ces sacrifices sont d'autant plus lourds depuis janvier 2015 qu'ils sont mobilisés sur tous les fronts à la fois. Plus que jamais, les policiers et les gendarmes sont les sentinelles de la République, présents 24 heures sur 24, 365 jours par an.

Voilà pourquoi ils bénéficieront toujours de mon total soutien et de mon immense respect – ce soutien et ce respect que l'écrasante majorité des Français partage, je le sais, à l'égard de TOUS les policiers et de TOUS les gendarmes, ceux du service général comme ceux des services spécialisés.

Le 7 janvier 2015, n'oublions jamais que sont tombés, sous les balles des mêmes terroristes, presque au même endroit et à quelques minutes d'écart seulement, le lieutenant Franck BRINSOLARO, policier d'élite du Service de la Protection, et le lieutenant Ahmed MERABET, policier du quotidien qui appartenait à la Brigade VTT du commissariat du 11e arrondissement de Paris. Par-delà leurs carrières différentes, ces deux hommes étaient animés par les mêmes valeurs, le même attachement à la République, le même courage, le même dévouement et, finalement, le même héroïsme. S'ils ne sont pas tombés côte à côte, ils se sont sacrifiés pour la même cause et au nom de la même idée qu'ils se faisaient de leur métier de Policier.

Mesdames et Messieurs, quelles que soient les missions, il n'y a qu'une seule Police. C'est celle de la République. C'est la raison pour laquelle, comme je l'ai dit, à tous les policiers, comme à tous les gendarmes, où qu'ils servent sur le territoire national, quel que soit leur métier, nous devons le même respect et la même reconnaissance.

Aujourd'hui, à travers la mémoire de Franck BRINSOLARO, c'est à tous les policiers et à tous les gendarmes de France – et notamment à celles et ceux qui sont tombés en service, pour leur pays et pour la République – que je veux rendre hommage.

Le nom de Franck BRINSOLARO est désormais inscrit à jamais au cœur de Marseille. Il nous rappellera pour toujours le sens du devoir et l'exigence d'un métier que seule une poignée d'hommes et de femmes sont capables d'exercer. Ces femmes et ces hommes, ce sont les policiers et les gendarmes de France.


Je vous remercie.


source http://www.interieur.gouv.fr, le 14 novembre 2016

Rechercher