Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'achèvement du démantèlement du camp de la Lande de Calais et la prise en charge, le transfert et l'accueil des migrants en centre d'accueil et d'orientation, à Calais le 7 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'achèvement du démantèlement du camp de la Lande de Calais et la prise en charge, le transfert et l'accueil des migrants en centre d'accueil et d'orientation, à Calais le 7 novembre 2016.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Cérémonie de remerciements aux agents de l'État et aux associatifs, à Calais le 7 novembre 2016

ti : Monsieur le Préfet de Région,
Madame la Préfète du Pas-de-Calais,
Monsieur le Député,
Monsieur le Président du Conseil départemental,
Madame la Maire de Calais,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les Directeurs généraux, les Directeurs et les chefs des services de l'État,
Mesdames et Messieurs les responsables des associations,
Mesdames et Messieurs,


C'est la dixième fois que je viens à Calais depuis que je suis à la tête du ministère de l'Intérieur. Mais cette fois-ci, les circonstances sont différentes. Nous avons en effet démantelé le campement de la Lande. Nous l'avons fait en mettant à l'abri toutes les personnes qui s'y trouvaient et qui y vivaient dans des conditions d'une extrême précarité. Ce démantèlement, nous l'avons soigneusement préparé. Nous l'avons voulu comme une opération exclusivement humanitaire, et non comme une démonstration de force policière, même si les forces de sécurité y ont apporté un concours décisif, sans lequel rien n'eût été possible. Si nous avons pu atteindre nos objectifs, si nous avons tenu nos engagements devant les Calaisiens et devant les Français, c'est grâce à vous, grâce à votre action et grâce à votre détermination.

Aujourd'hui, je suis donc venu vous dire, tout simplement : merci.

En effet, depuis le début de la crise migratoire à laquelle le monde et l'Europe se trouvent confrontés, le Calaisis, pour des raisons qui tiennent avant tout à la géographie, a dû faire face à une situation particulièrement difficile, engendrant à la fois de la détresse humanitaire et de graves troubles à l'ordre public.

Comme j'avais eu l'occasion de l'exprimer à maintes reprises, Calais était devenu le baromètre de la crise migratoire euro-méditerranéenne – une crise dont l'ampleur est sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Des femmes, des hommes, des enfants, parfois des familles entières, originaires de Syrie, d'Irak, d'Afghanistan, ou encore d'Erythrée, ont en effet pris tous les risques pour fuir la violence extrême dont ils étaient les victimes. Plusieurs fois au cours de leur exode, ils ont connu les pires exactions, ont subi les violences des filières internationales de la traite des êtres humains. Entre les mains de ces criminels, ils ont voulu croire à la possibilité d'un passage vers le Royaume-Uni et ont fini par se retrouver ici, à Calais, sans perspectives et sans espoir. Chaque jour, encouragés par les passeurs et les « no borders », certains ont cherché à forcer la frontière au péril même de leur vie. Pendant plusieurs mois, des centaines de migrants ont vécu dans un campement de fortune sur la Lande, dans des conditions inacceptables que les associations – dont je veux saluer l'immense dévouement –, la municipalité de Calais, les collectivités territoriales et l'État se sont efforcés d'améliorer : la mise en place du Centre Jules Ferry, du Centre d'accueil provisoire (CAP), l'organisation des maraudes humanitaires, la sécurisation de la rocade et des infrastructures de transport à Calais, constituent autant de dispositifs que nous avons mis en œuvre au cours de ces deux dernières années pour apporter de premières réponses à la détresse des migrants, mais aussi à l'inquiétude croissante des Calaisiens.

Evidemment, une telle situation ne pouvait pas durer, elle n'était absolument pas tenable sur le long terme, chacun en convenait. La très grande majorité des migrants de Calais relevant du statut de réfugiés, il était de notre devoir de leur permettre d'y accéder. Voilà pourquoi nous nous sommes engagés à sortir du campement les personnes qui y vivaient pour les mettre à l'abri et leur offrir la protection de la France. Il y avait là une véritable urgence humanitaire, qui nous dictait d'être à la hauteur des valeurs portées par la France depuis plus de deux siècles. De même, il était aussi de notre devoir de garantir aux habitants de Calais la tranquillité à laquelle ils aspiraient légitimement, comme la sécurité à laquelle ils ont droit, dans la ville comme à ses abords.

Voilà les objectifs que nous voulions atteindre, et c'est donc ce défi humanitaire que nous avons réussi à relever ensemble. Aujourd'hui, le bidonville a été détruit. Les intrusions sur la rocade ont cessé. Le Centre Jules Ferry et le Centre d'accueil provisoire (CAP) ont été fermés. La Lande fait l'objet d'aménagements nécessaires, grâce notamment aux ouvriers de l'entreprise COLAS, présents ce soir parmi nous et dont je veux saluer l'engagement sans répit au cours de ces derniers jours.

Surtout, et cela m'importe plus que tout, chaque migrant de Calais a été mis à l'abri, sous l'œil vigilant d'institutions telles que le Défenseur des Droits et la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté ; sous l'œil tout aussi vigilant d'ONG internationales comme Amnesty etHuman Rights Watch, ainsi que de quelque 700 journalistes ayant souhaité se faire accréditer.

En un temps record – quelques jours à peine –, ce sont un peu plus de 7 000 personnes qui ont été évacuées et prises en charge par les pouvoirs publics. Parmi elles, 5 132 adultes ont été accueillis dans des Centres d'accueil et d'orientation (CAO), tandis que 1 932 mineurs ont été pris en charge à l'issue de l'opération de démantèlement.

A cet égard, je veux rappeler le dialogue constant et fructueux que j'ai entretenu avec mon homologue britannique Amber RUDD, que je veux remercier pour l'engagement de son pays, lequel s'est traduit par une mobilisation remarquable des fonctionnaires anglais lors du démantèlement. Cet engagement va se poursuivre, notamment sur le dossier délicat des mineurs isolés. Dans ce cadre et depuis le 17 octobre, 274 mineurs ont d'ores et déjà pu rejoindre le Royaume-Uni, où ils ont pu retrouver leurs proches. Ces transferts doivent et vont se poursuivre, de façon accélérée, depuis les CAOMI où ont été mis à l'abri les mineurs sortie de la Lande.

La prise en charge, le transfert et l'accueil des migrants en CAO ont eu lieu dans le calme et n'ont posé, pour l'heure, aucune difficulté. Aujourd'hui, les migrants sont enfin à l'abri dans des centres à taille humaine, qui ne sont en rien des « mini-Calais ». Ils vivent en effet dans des bâtiments en dur, au chaud. J'ai moi-même visité, il y a quelques jours, le CAO de Gelos, dans les Pyrénées-Atlantiques, et j'ai pu mesurer la force d'engagement des collectivités locales qui accueillent ces centres, mais aussi celle des associations et des bénévoles qui les gèrent. Sur l'ensemble du territoire national, et grâce à cet humanisme à l'œuvre, qui honore la France et les Français, des réfugiés trouvent la chaleur d'un accueil, une solidarité, un accompagnement, qui les guident vers le commencement d'une nouvelle vie.

Toutes celles et ceux qui ont participé à ces opérations complexes et lourdes savent ce qu'ont représenté la gestion des effets de la crise migratoire à Calais, l'évacuation et le démantèlement – d'abord de la zone Sud, puis du reste du campement –, ainsi que la mise en place des CAO depuis le mois d'octobre 2015. Pour les acteurs associatifs, pour les collectivités, pour les Calaisiens, pour l'État, pour l'ensemble des acteurs concernés, il aura fallu une mobilisation de très longue haleine, dans des conditions souvent très difficiles, sous une pression médiatique particulièrement forte, pour réussir une opération humanitaire d'une ampleur exceptionnelle.

Aucun d'entre vous – je le sais – n'a économisé son temps ni son énergie au cours de ces derniers mois. Et vous avez tous agi avec pour seule et unique boussole l'intérêt général, dans un esprit permanent de coopération que je veux aujourd'hui saluer. Cette mobilisation générale, Mesdames et Messieurs, vous l'avez assumée, jour et nuit, avec une énergie et une générosité dans l'engagement qui ont forcé, à chaque étape, mon admiration.

Si nous avons pu tenir notre engagement de démanteler le campement de la Lande, c'est aussi parce que l'État a déployé, avec professionnalisme, des moyens exceptionnels, humains et opérationnels, pour y parvenir.

Je tiens, vous le comprendrez, à saluer le remarquable travail accompli par Fabienne BUCCIO, Préfète du Pas-de-Calais, et par ses équipes – je pense tout particulièrement à ses collaborateurs directs, Vincent BERTON, sous-préfet de Calais, Etienne DESPLANQUES, directeur de cabinet, et Delphine BRARD, chargée de mission. Durant des mois, vous avez décuplé vos forces pour Calais, alors que vos missions quotidiennes sur l'ensemble du département étaient déjà très prenantes. Pendant toute la durée de la crise, vous avez été en première ligne. Vous avez su, avec une détermination de chaque instant, assumer la gestion locale de la situation, ainsi que la mise en œuvre de l'opération de démantèlement du campement.

Grâce à la mobilisation de tous les agents concernés, l'État s'est ainsi montré à la hauteur du défi humanitaire que représentait la gestion, à Calais, des effets de la crise migratoire. Nous l'avons fait grâce aux services de la préfecture du Pas-de-Calais, je viens de le rappeler, mais aussi grâce à la mobilisation des agents de la Délégation départementale à la cohésion sociale (DDCS) du Pas-de-Calais, qui ont effectué un important travail de fond auprès des migrants pour, aux côtés des autres acteurs mobilisés, les informer de leurs droits et des possibilités d'asile en France. C'est grâce à cet engagement que les migrants ont accepté de gagner les CAO et de s'engager dans une démarche d'accès à l'asile en France.

A cet égard, je veux bien sûr rendre hommage à l'action déterminante des équipes de Pascal BRICE, les agents de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), ainsi qu'à celle des équipes de Didier LESCHI, les agents de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), qui se sont, eux aussi, portés en toute première ligne au cours de ces derniers mois et ont mis leur expertise technique et juridique au service des migrants, aux côtés de l'association AUDASSE, dans le cadre des maraudes humanitaires organisées, avec les associations, dans le campement de la Lande.

Bien sûr, je veux également saluer l'ensemble des agents de la Direction générale des étrangers en France (DGEF), ainsi que leur Directeur général Pierre-Antoine MOLINA, et notamment les agents de la Direction de l'asile et leur Directeur Raphaël SODINI. Car la gestion de la crise à Calais a puissamment et quotidiennement mobilisé les services centraux du ministère de l'Intérieur, tout autant que ses services déconcentrés.

La problématique de l'accueil des migrants est par définition interministérielle. Je veux donc saluer la forte implication des services du ministère du Logement et de ma collègue Emmanuelle COSSE, les équipes de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et de la Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement (DIHAL), mais aussi les fonctionnaires du ministère des Affaires sociales et de la Santé, ainsi que ceux des ministères de la Justice et des Familles. Nous avons travaillé en étroite relations les uns avec les autres, dans une atmosphère de grande confiance.

Comme je l'ai dit, la situation qui prévalait à Calais emportait de nombreuses difficultés. Chacun le sait, il y a eu des tensions, parfois très fortes. Il y a eu les tentatives de passage en force des migrants dans le Tunnel, il y a eu les assauts incessants sur la rocade, qui ont nécessité une mobilisation hors norme des forces de l'ordre et des agents de la Direction interrégionale des routes (DIR). Il y a eu aussi, parfois, des affrontements à l'intérieur du campement. Il y a eu, enfin, les actions irresponsables des militantsno borders. Nous avons donc dû faire face à de très fortes exigences en termes de sécurisation et de maintien de l'ordre public. Là aussi, comme sur le volet humanitaire, la mobilisation de l'État a été puissante, permanente, déterminée, à la hauteur des enjeux.

Je veux rendre un hommage particulièrement appuyé à l'action décisive menée, au cours de ces longs mois, par les forces de l'ordre, les policiers et les gendarmes, pour garantir la sécurité des migrants comme celle des habitants de Calais. Les missions dont vous vous êtes acquittées ont souvent été conduites dans des conditions difficiles. Il vous est souvent arrivé d'être la cible d'agressions et de violences. Plusieurs d'entre vous ont même été blessés. Mais, en dépit des difficultés du terrain, en dépit aussi des mises en cause injustifiées et indignes dont vous avez pu être l'objet dans le débat public, vous ne vous êtes jamais départis de votre sang-froid et de votre très grande rigueur professionnelle. Vous avez notamment joué un rôle déterminant pour sécuriser les opérations de démantèlement et de transfert des migrants vers les CAO.

Il y a encore quelques jours, plus de 2 100 policiers et gendarmes étaient présents à Calais et dans le Calaisis pour y accomplir leurs missions de sécurisation et de maintien de l'ordre public. Je pense aux CRS et aux gendarmes mobiles, en charge de la sécurité du port et du Tunnel, ainsi que de la rocade. Je pense à la police du quotidien, celle du service général, aux 220 agents de la circonscription de Calais, en charge de la protection des habitants et de la lutte contre la délinquance, avec leurs collègues de la BAC du département. Je pense aux gendarmes départementaux de la communauté de brigades de Frethun et du PSIG de la compagnie de Calais.

Je pense aussi, bien sûr, aux agents de la Police aux frontières (PAF), qui, à Calais et à Dunkerque, luttent sans relâche contre les filières de passeurs et la traite des êtres humains. Par ailleurs, la PAF réalise l'indispensable travail d'éloignement de ceux qui, parmi les migrants, sont en situation irrégulière et n'ont donc pas vocation à accéder à l'asile en France. Je sais que c'est là une tâche délicate – qu'ils accomplissent aux côtés des agents des douanes, à qui je veux également rendre hommage –, mais c'est là une tâche qui porte ses fruits. Ainsi, depuis le début de l'année, 1 900 reconduites ont été réalisées depuis Calais. Je rappelle également que, l'année dernière, nous avons démantelé, à Calais, 28 filières de trafics d'êtres humains, soit deux fois plus qu'en 2014. Et, depuis le début de l'année, nous avons démantelé une trentaine d'autres filières à destination du Royaume-Uni, en coopération avec les autorités britanniques.

Enfin, je n'oublie pas non plus les 730 militaires de l'opération Sentinelle, intervenus en soutien des forces de l'ordre, dans le cadre des contrôles à la frontière et de la lutte contre l'immigration irrégulière.

Je veux également saluer la puissante mobilisation des personnels de la sécurité civile. Lors du démantèlement, bien sûr, mais aussi, d'une manière générale, depuis maintenant plus de deux ans. Je pense aux sapeurs-pompiers et aux personnels du SDIS du Pas-de-Calais, qui ont été très fortement sollicités par l'afflux des migrants et qui n'ont jamais cessé d'être présents – tous les jours – pour sécuriser le campement de la Lande et ses abords. Depuis octobre 2014, plus de 4 100 interventions ont ainsi eu lieu – dont plus de 230 visaient à maîtriser des départs de feu –, souvent de nuit et, la plupart du temps, dans des conditions délicates, voire périlleuses, en raison des tensions, des agressions, notamment de jets de projectiles dont vous avez pu être la cible. C'était donc, là aussi, une très lourde tâche, que vous avez assumée avec courage et professionnalisme.

Je veux tout particulièrement souligner le rôle irremplaçable qu'ont joué les sapeurs-pompiers des SDIS de la zone Nord, les militaires de la sécurité civile et les membres des associations agréées de sécurité civile, lors du démantèlement du campement. Car vous avez, vous aussi, très fortement contribué à la réussite de cette opération humanitaire, malgré la complexité de la situation, le très grand nombre de personnes à mettre à l'abri et les contraintes de temps particulièrement serrées. Chaque jour, pendant toute la durée des opérations, plus de 235 personnels de la sécurité civile ont ainsi été déployés à Calais. Au plus fort de l'opération, l'encadrement et l'accompagnement des migrants dans les bus spécialement affrétés ont mobilisé 120 sapeurs-pompiers par jour. Parallèlement, 62 militaires de la sécurité civile ont assuré la logistique opérationnelle et l'activation du poste de commandement, tandis qu'une cinquantaine de sapeurs-pompiers supplémentaires étaient mobilisés pour assurer la protection des forces de l'ordre et celle de leurs propres camarades. Comme pour la Police et la Gendarmerie, nous avons donc mis en place un dispositif très ambitieux, lequel a exigé la mobilisation de moyens considérables, ainsi que, de la part de chacun des acteurs, un effort important de coordination et d'échange d'informations.

Bien sûr, l'État n'a jamais agi seul, car, seul, il n'aurait rien pu faire. L'État a toujours pu compter sur l'engagement déterminé des acteurs associatifs, sans lesquels il n'aurait pas été en mesure d'assurer la gestion du campement, ni de mener à bien la préparation de son démantèlement. Chacune des associations missionnées par l'État ou présentes sur la Lande a ainsi apporté à l'œuvre collective ses compétences, sa parfaite connaissance des enjeux et, bien sûr, son sens de la solidarité.

Je veux bien sûr saluer l'association « La Vie active », partenaire indéfectible, dont les membres ont animé le CAP et le Centre Jules Ferry. Cela a représenté un investissement humain, matériel et logistique très important, toujours au service des migrants. Je rappelle que, chaque jour, 2 000 petits déjeuners et 2 500 repas ont été servis aux résidents du centre d'accueil, jusqu'à la date du démantèlement. Vous avez également assuré l'accès à la permanence de soins et à la laverie. Vous avez animé des espaces de vie pour les migrants, notamment les enfants, qui, dans les circonstances très difficiles où ils se trouvaient, avaient d'autant plus besoin de ces moments de répit. 140 personnes travaillaient au CAP, salariées par « La Vie active ». Je sais que la fermeture du centre représente, pour l'association, une étape nouvelle pour laquelle nous devons l'accompagner. C'est là un sujet bien légitime que nous avons abordé ensemble, et je veux une fois de plus vous assurer de mon soutien et de ma vigilance pour que tous ceux qui ont œuvré ici puissent poursuivre leur mission ailleurs, là où leurs compétences reconnues seront également mises à profit.

Je souhaite également remercier les membres de l'association « Acted », dont la grande expérience, le savoir-faire et les compétences techniques nous ont été particulièrement précieux pour nous aider à gérer la vie quotidienne au sein du campement de la Lande. Je pense notamment aux enjeux sanitaires. Je pense également au travail de prévention des conflits entre les différentes communautés qui y étaient présentes.

Je remercie bien sûr les associations AUDASSE et « France Terre d'Asile », ainsi que le groupe SOS, qui, aux côtés de la DDCS, de l'OFII et de l'OFPRA, ont assuré, pendant des mois, les maraudes humanitaires auprès des migrants. Je mesure ce qu'il a fallu de patience, d'énergie, de force de conviction, mais aussi d'empathie et de diplomatie, pour transmettre les messages essentiels à des personnes qui, pour la plupart, ne parlaient pas le français et se trouvaient dans une situation de profonde détresse. Je n'oublie pas non plus toutes les associations mobilisées, depuis le début, aux côtés des migrants : Salam, L'Auberge des migrants, Médecins sans Frontières, Médecins du Monde, le Secours catholique et Utopia 56. Je veux également saluer le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) pour l'appui qu'il nous a apporté et pour son approche toujours constructive des enjeux.

Je tiens également à rendre un hommage appuyé aux élus et à tous leurs collaborateurs fonctionnaires, à la maire de Calais Natacha BOUCHART, au député Yann CAPET, au président de la Région Xavier BERTRAND et au président du Conseil départemental Michel DAGBERT. Pendant de longs mois, nous avons travaillé ensemble, par-delà les étiquettes politiques, pour trouver une solution définitive à la crise, et je tiens à les remercier, devant vous, pour leur engagement face aux répercussions de la crise migratoire sur leur territoire.

A cet égard, je veux aussi saluer la grande patience, la générosité et le véritable sens de la solidarité dont les habitants de Calais ont fait preuve depuis au moins deux ans. Pour cela, ils méritent notre reconnaissance et notre gratitude.

Enfin, je tiens à rappeler que, si le démantèlement de la Lande a pu avoir lieu, c'est parce que la mobilisation s'est organisée à l'échelle nationale. Je veux bien sûr remercier les Préfets qui, avec leurs équipes, n'ont pas ménagé leurs efforts, au cours de ces dernières semaines, pour trouver des places en CAO, en étroite liaison avec les élus, et ce sur l'ensemble du territoire national. Leur mobilisation remarquable a permis de créer, en un temps record, 7 000 places, qui étaient absolument nécessaires pour mettre tout le monde à l'abri. Si nous avons pu relever ce défi, c'est aussi grâce à l'extraordinaire mobilisation des collectivités territoriales, des maires et de leurs communes, pour offrir des places d'accueil aux migrants de Calais. Qu'ils en soient remerciés de tout cœur. Sans leur accord, sans leur mobilisation, sans leur engagement, la création des CAO et des CAOMI n'aurait pas été possible. Cette mobilisation nous prouve que, malgré les tentations de certains élus d'inciter au repli et au rejet des réfugiés, la France a voulu faire honneur à sa tradition d'accueil.

A cet égard, je veux profiter de l'occasion qui m'est offerte pour saluer l'implication décisive du Préfet Jean ARIBAUD, président du Comité des œuvres sociales (COS), et de Jérôme VIGNON, président de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale, à qui, dès la fin du mois d'août 2014, j'avais confié une mission sur la situation des migrants dans le Calaisis. C'est le rapport particulièrement détaillé et précis qu'ils ont rendu, qui a servi de point de départ à la mise en place des CAO, d'emblée conçus comme des « centres de répit » pour les migrants, où ces derniers peuvent à la fois reconsidérer leur parcours migratoire et trouver l'information et le soutien nécessaires à la suite de leurs démarches. Ils viennent d'ailleurs de nous remettre un rapport portant sur l'appréhension du post-démantèlement.

Si ce n'est pas le lieu, aujourd'hui, d'aborder en détail cette question, je veux néanmoins en dire quelques mots. Comme je l'ai déjà dit, le démantèlement est définitif et je maintiendrai à Calais les moyens adaptés pour éviter toute réinstallation de campement ou de squat. Des forces de police et de gendarmerie seront maintenues sur place pour lutter contre l'immigration irrégulière et les filières de passeurs. Il nous faut aussi mettre en place un dispositif qui permette de répondre aux situations humanitaires qui continueront de se présenter. J'ai pris des engagements vis-à-vis des associations. Des dispositifs de prise en charge des migrants qui reviendraient à Calais devront ainsi être activés par l'État. Nous aurons l'occasion, avec Emmanuelle COSSE, de revenir plus en détail sur ce point dans les prochains jours, des annonces auront lieu en fin de semaine, car nous souhaitons poursuivre le travail engagé avec les associations et les ONG, dans une relation de confiance.

Mesdames et Messieurs, il n'était pas acceptable qu'un territoire soit contraint d'assumer seul l'accueil des migrants. Il y avait là un devoir de solidarité entre les différents territoires de la République. Parce que la République est une et indivisible, comme l'est la solidarité nationale face au drame migratoire.

Face à la crise migratoire, Mesdames et Messieurs, la France, qui est forte de ses traditions d'accueil et riche de la diversité de tous ses territoires, la France assume son rôle et tient son rang. Et, encore une fois, Mesdames et Messieurs, si nous sommes parvenus à relever ce défi exceptionnel, c'est grâce à VOTRE engagement sans relâche.

C'est là un très beau visage de la France que vous avez montré. Car, depuis plus de deux siècles, notre pays est une terre d'asile pour les femmes et les hommes qui sont persécutés dans leur pays ou bien qui y sont victimes de la guerre ou de la violence. Grâce à vous, grâce à votre mobilisation, la France demeure la France.


Je vous remercie.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 14 novembre 2016

Rechercher