Déclaration de M. Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche, sur l'avenir du secteur des transports publics particuliers de personnes (taxis et véhicules de tourisme avec chauffeur - VTC), au Sénat le 2 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche, sur l'avenir du secteur des transports publics particuliers de personnes (taxis et véhicules de tourisme avec chauffeur - VTC), au Sénat le 2 novembre 2016.

Personnalité, fonction : VIDALIES Alain.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche

Circonstances : Examen en séance de la proposition de loi relative à la régulation, à la responsabilisation et à la simplification dans le transport public particulier de personnes, au Sénat le 2 novembre 2016

ti : Mesdames, Messieurs les parlementaires,
Monsieur le rapporteur,


Je ne saurais débuter mon intervention sans rappeler le contexte de cette proposition de loi du député Laurent Grandguillaume, issue des mouvements sociaux des chauffeurs taxis comme des VTC en début d'année 2016.

Cette proposition de loi est le résultat d'un remarquable travail de médiation et de concertation du député qui a permis d'apaiser une situation explosive. Et contrairement aux allégations de certains des acteurs qui trouvent, hélas, un certain écho, cette proposition rencontre une approbation très majoritaire des organisations syndicales et professionnelles des taxis et des VTC.

Le secteur du transport public particulier de personnes connait depuis plusieurs années un développement heurté, marqué par l'apparition de nouveaux acteurs. Certes, des services innovants pour les usagers ont émergé, mais la principale réalité de ce secteur est bien celle de sa déstabilisation et de la paupérisation de l'ensemble des professions historiques qui la composent, et les milliers d'emplois créés sont trop vite marqués du sceau de la précarité.

Je veux d'ailleurs tout d'abord faire une mise au point sur les enjeux de cette proposition de loi. Il s'agit bien d'un texte d'équilibre, qui vise à ce que chacun puisse travailler dans ce secteur avec un rythme de travail et un salaire décents.

Je souhaite rappeler que ce n'est pas un problème franco- français, que partout dans le monde l'émergence de ce nouveau modèle, qui n'est en réalité que le retour à un ancien monde, se heurte à des conflits sociaux et à la nécessité d'une intervention des Etats pour parvenir à une régulation juridique. C'est vrai en Grande-Bretagne où un tribunal vient de reconnaitre la qualité de salariés à ces chauffeurs soi-disant travailleurs indépendants ; c'est vrai aux Etats-Unis où un juge vient de refuser d'homologuer une transaction indemnitaire au profit de ces chauffeurs en retenant que la gravité du préjudice n'était pas prise en compte.

Partout dans le monde mes collègues Ministres des transports m'exposent les mêmes difficultés, les mêmes conflits et la nécessité d'une réponse politique, d'une réponse de régulation. Ce qui est particulier à la France c'est en plus le constat d'un détournement de la loi LOTI pour créer des emplois de chauffeurs, avec pour seule règle la détention d'un permis de conduire et d'un certificat médical. Cette fraude massive a créé dans notre pays une tension supplémentaire avec les professionnels qu'ils soient taxis ou VTC.

J'observe que votre commission sénatoriale partage ce constat et qu'elle a utilement développé cette analyse dans son rapport sous le titre approprié : « le détournement massif de la loi d'orientation des transports intérieurs ».

Soyez-en certains, le développement de ce secteur d'activité ne pourra se faire que dans un climat apaisé, avec une réelle prise en compte des conditions sociales des conducteurs par les plateformes, sous peine de conflits durs à venir.

J'ai depuis le mois de mars la charge de la coordination interministérielle pour l'avenir des transports publics particuliers de personnes. Historiquement partagée entre les ministères de l'Intérieur pour les taxis, du Tourisme pour les VTC et des Transports pour les LOTI, il était temps de penser le secteur comme un tout cohérent et de cesser d'opposer les uns aux autres pour parvenir à une structuration durable du transport public particulier de personnes. Ce sont dorénavant les services de la DGITM (Direction Générale des Infrastructures de Transports et de la Mer) du ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer qui sont en charge du secteur.

Dès le mois de janvier, le Premier Ministre, qui avait reçu l'ensemble des acteurs du transport public particulier de personnes, avait souhaité un retour à l'équilibre en posant les bases de la feuille de route que j'ai présentée le 4 avril 2016.

Cette journée fondatrice a permis la constitution de quatre groupes de travail portant notamment sur les thématiques de l'accès aux métiers du secteur, des contrôles, de la gouvernance et la création d'un fonds de garantie pour les taxis.

J'ai voulu appliquer une méthode simple, pragmatique et dont le premier résultat fut le retour à une confiance mutuelle entre les pouvoirs publics et les acteurs du secteur : rien ne peut être décidé sans une large concertation des professionnels du terrain. Cette concertation, au sein des différents groupes de travail, s'est traduite par la tenue de plusieurs dizaines de réunions associant les représentants des professionnels taxis, VTC et LOTI.

J'ai réuni le 7 juillet dernier l'ensemble des représentants qui ont pris part aux travaux, afin de leur faire un premier bilan de cette concertation, à l'heure où la majorité des groupes de travail avaient rendu leurs conclusions. A l'occasion de cette matinée d'échanges, les représentants des chauffeurs taxis, des VTC et des LOTI étaient réunis, ensemble, pour la première fois, ce qui symbolise les avancées de ces derniers mois. Une prise de conscience a bien eu lieu : celle de la responsabilité collective de l'avenir de ce secteur. Il fallait avancer vite pour structurer l'avenir du transport public particulier de personnes. A la mesure, sans doute, de la rapidité des évolutions qu'il connaît actuellement, et probablement pour longtemps.

Les traductions concrètes de l'ensemble des avancées réalisées au sein des groupes de travail sont déjà bien visibles.

Ainsi, une nouvelle signalétique des VTC, plus claire et plus sécurisée, sera mise en place dès le début 2017.

Un nouveau référentiel de connaissance a été construit. Il sera sanctionné par un examen commun, avec des modules spécifiques pour les taxis et les VTC, et d'une épreuve pratique. Le gouvernement souhaite confier au réseau des chambres des métiers, établissements publics, assurant un service public, l'organisation de ces examens.

J'entends les critiques, fondées sur une suspicion contre cette solution. C'est exactement les mêmes critiques, le même débat, que lorsqu'un gouvernement avait confié aux chambres des métiers une mission pour l'inscription des auto-entrepreneurs. Or vous observerez qu'aujourd'hui plus personne n'en parle.

Votre commission a considéré que ces dispositions relevaient du règlement et a supprimé en conséquence l'article 6. Le gouvernement ne souhaite pas à ce stade nourrir ce débat juridique mais je réaffirme notre volonté du choix des chambres des métiers pour l'organisation des examens.

Des méthodes de gouvernance plus structurelles et pérennes vont être mises en oeuvre. En ce sens, un observatoire national du transport public particulier de personnes et des commissions locales regroupant maintenant l'ensemble des métiers du secteur seront créés. Ce décret, le dernier de la loi du 1er octobre 2014, est en cours de publication.

En outre, les données deviennent un enjeu primordial dans les politiques publiques et tout particulièrement dans le transport. Je voudrais saisir cette occasion pour rappeler une disposition de la loi du 1er octobre 2014 prévoyant la mise en place d'une base de données sur les licences de taxi. Elle n'avait jamais été constituée jusque-là en raison de la multitude des sources, les 36 000 communes, qui peuvent toutes créer des licences de taxi.

Cette base de données, qui comprend les 59 000 licences de taxi, a été constituée. Elle contient plus de 900 000 données qui seront précieuses pour la connaissance du secteur du taxi qui fait souvent l'objet d'analyses rapides, voire souvent déformées par la spécificité de la situation parisienne.

Ce travail sur les données, indispensable pour la construction de politiques publiques cohérentes et documentées, est d'ailleurs poursuivi dans la proposition de loi qui vous est présentée.

L'ensemble des travaux menés ont favorisé une vision nouvelle pour la cohérence du secteur du transport public particulier de personnes, avec une première traduction dans les textes réglementaires que je viens d'évoquer, et son aboutissement dans la proposition de loi dont nous allons débattre aujourd'hui.

La proposition de loi de Laurent Grandguillaume porte la vision d'un secteur décloisonné, tendant au rapprochement des rgles qui s'imposent aux métiers du transport public particulier de personnes. La situation actuelle oblige à une plus grande cohérence entre les différents régimes, mais aussi une meilleure régulation des centrales, dont le développement rapide est l'un des éléments qui a conduit aux tensions que connait la profession.

Le rapporteur Laurent Grandguillaume a ainsi fait le choix d'une régulation renforcée des plateformes, afin d'éviter les détournements du Code des Transports et du Code du Travail que tout le monde connaît désormais. En ce sens, l'évolution du statut LOTI porté par l'article 4 de sa proposition de loi permettra d'interdire son utilisation pour une activité VTC, qui a créé une situation de concurrence inégale et déloyale entre les acteurs du transport public particulier de personnes.

Qui peut réellement imaginer que le gouvernement souhaite que les 15 000 chauffeurs LOTI qui exercent aujourd'hui leur activité se retrouvent au chômage du jour au lendemain comme l'affirment les plateformes ? N'oublions pas que cette mesure trouve son origine dans le détournement par ces dernières du régime des LOTI dans les zones de développement de l'activité VTC, à savoir les zones urbaines. Et c'est bien pour continuer à pouvoir embaucher des conducteurs sans les former que les plateformes se battent, car elles sont confrontées à un turn-over très important de conducteurs déçus par leur rémunération au regard du nombre d'heures de travail réalisées.

La concertation menée avec l'ensemble des acteurs, dont les plateformes, nous a amenés à prévoir une période de transition suffisante pour leur permettre de passer du statut LOTI (je parle ici des chauffeurs, qui ne sont pas responsables, eux, du détournement de la loi LOTI) à celui de VTC de manière quasi automatique pour ceux qui n'ont pas de casier judiciaire. Et des dispositions semblables ont été prises pour leur véhicule.

La responsabilisation des plateformes est le deuxième grand enjeu de cette proposition de loi. Elles ne peuvent pas se considérer que comme de simples intermédiaires s'octroyant une commission de 20%, voire plus, sur les courses réalisées. Il est bien normal, pour éviter tout contournement, que les conducteurs mis en relation respectent bien les règles d'accès à l'ensemble des professions du secteur du transport public de personnes.

Sur le sujet du transfert des examens au réseau des chambres de métiers, je voudrais rétablir quelques vérités. Selon le rythme actuel, 10 000 personnes réussiront l'examen VTC en 2016 ce qui est conforme aux besoins affichés par les plateformes. Il n'y a donc pas de barrière d'accès à la profession comme elles le laissent entendre.

Mais le dispositif actuel n'est pas satisfaisant. Alors qu'il existe des similitudes fortes entre les deux métiers, les voies d'accès sont déséquilibrées. Un examen est organisé tous les mois pour les VTC, et seul un examen par an est obligatoire pour les taxis. Les taxis sont soumis à un examen pratique, mais pas les VTC. Il s'agit pourtant de transport public, avec une exigence sans compromis sur la sécurité routière. N'est-il donc pas normal de demander dans tous les cas aux futurs conducteurs de la profession de passer une épreuve pratique ?

La proposition de loi autorisera également l'Etat à collecter les données du secteur afin de nourrir les travaux de l'Observatoire. Ces données sont indispensables au contrôle, à la régulation et à la connaissance du secteur par les autorités compétentes.

Je souhaite terminer mon propos en réponse à certaines interrogations sur l'opportunité de légiférer une nouvelle fois. Vous le savez, le transport public particulier de personnes est l'un des secteurs les plus innovants, en France comme dans le monde entier. Il a notamment pleinement profité de l'apparition des smartphones et des applications qui ont bouleversé les attentes et les usages de leurs utilisateurs.

Dans ce contexte, la loi de 2009 a autorisé, de fait, l'invasion des grandes plateformes de mise en relation sur le marché français, sans jamais l'avoir anticipé. Il ne faut pas nier, bien évidemment, l'apport massif de ces nouveaux services dans la vie quotidienne de milliers d'usagers dans les grandes villes. Mais le résultat premier a bien été la profonde déstabilisation de ce secteur, en l'absence de règles pour un développement équilibré.

La loi du 1er octobre 2014 posait les bases d'une concurrence équilibrée entre taxis et VTC, dans le souci de préserver l'innovation, nécessaire pour ce secteur qui a peiné à se réformer de lui-même, et sécuriser l'activité des taxis, dont les spécificités devaient être pleinement assumées.

Elle fixait un nouveau cadre législatif dans le code des transports. Contrairement à certains commentaires, elle ne tournait pas le dos à la modernité. Des dispositions innovantes ont été mises en oeuvre comme la mise en place de « l'open data des taxis », plateforme numérique qui permet à un client de commander un taxi le plus proche avec un smartphone. J'ai d'ailleurs lancé ce nouveau service le 4 octobre dernier, aujourd'hui déployé sur Montpellier, Marseille, La Rochelle, Rennes, Aix-en-Provence, et bien sûr Paris. Il permettra ainsi à plus de 3000 chauffeurs des taxis parisiens qui se sont portés volontaires pour adhérer à la plateforme et à tous leurs clients d'accéder eux aussi à l'innovation.

Notre ambition, pour la proposition de loi aujourd'hui examinée, est qu'elle trouve elle aussi des concrétisations dans la vie quotidienne, à la fois des usagers des taxis et des VTC, mais aussi pour tous les chauffeurs qui font vivre le secteur. Cette loi doit favoriser l'innovation, les nouveaux usages, accompagner le développement du numérique dont les promesses pour la profession semblent aujourd'hui exponentielles.

J'en suis certain, les réponses aux problématiques que rencontre le transport public particulier de personnes ne peuvent venir seulement des taxis, des VTC ou des LOTI. Nos choix doivent être équilibrés et permettre à toutes les professions de se développer dans des conditions qui doivent être justes et équitables.

Le texte de la proposition de loi de Laurent Grandguillaume répond à ces enjeux : favoriser le développement de l'innovation et des emplois mais adapter nos règles afin de créer les conditions d'une concurrence saine et équilibrée dont le secteur a besoin pour se développer, et construire enfin les conditions d'une innovation qui profite autant aux usagers qu'aux chauffeurs. Le Gouvernement avait pleinement confiance dans le travail mené par Laurent Grandguillaume : il soutient donc pleinement sa proposition de loi.

Monsieur le rapporteur, vous avez accompli un important travail sur cette proposition de loi. Je ne partage pas toutes vos propositions mais nombre d'entre elles, dont nous allons maintenant discuter, me semblent apporter de réelles améliorations.

Je formule le voeu que nous puissions conjointement aboutir à un texte dans le respect de ses objectifs initiaux, à savoir la régulation, la responsabilisation et la simplification du secteur du transport public particulier de personnes, pour le respect de tous ses acteurs et la sécurité des consommateurs.


Je vous remercie.


Source http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 17 novembre 2016

Rechercher