Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur le décret de 1976 ouvrant aux femmes l'accès aux corps de sapeurs-pompiers, à Paris le 10 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur le décret de 1976 ouvrant aux femmes l'accès aux corps de sapeurs-pompiers, à Paris le 10 novembre 2016.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : 40ème anniversaire de l'incorporation des femmes dans les corps de sapeurs-pompiers, à Paris le 10 novembre 2016

ti : Monsieur le Préfet, Directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises,
Mon Général, commandant la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris,
Monsieur le Président de la Conférence nationale des services d'incendie et de secours,
Monsieur le Président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, Mon Colonel,
Madame la Présidente de l'association « Femmes de l'intérieur »,
Madame la Haute fonctionnaire adjointe à l'égalité femmes-hommes,
Monsieur le Président de l'Association nationale des directeurs et directeurs adjoints des services d'incendie et de secours,
Mesdames et Messieurs les Directeurs départementaux des services d'incendie et de secours,
Mesdames et Messieurs, chers amis,


« Les corps des sapeurs-pompiers communaux peuvent être composés de personnels tant masculins que féminins » : voilà ce que les lecteurs assidus du Journal officiel ont pu lire dans son édition du 7 novembre 1976. Une phrase brève et sobre, rédigée dans le plus pur style administratif. Mais, sous ses apparences banales, cette simple phrase a contribué à changer le visage des sapeurs-pompiers en France.

En effet, pour la toute première fois, un décret affirmait de façon officielle que les femmes pouvaient intégrer un corps communal et, par là même, participer pleinement aux missions des sapeurs-pompiers, dans les mêmes conditions que les hommes. Cinq ans auparavant, les fonctions de médecin et de pharmacien de sapeur-pompier avaient déjà été ouvertes aux femmes. Il y avait donc là une continuité évidente, une marche ininterrompue vers l'égalité, tout simplement parce que c'était là le sens de l'histoire.

Aujourd'hui, nous voici donc réunis pour fêter le 40e anniversaire de ce décret fondateur, trop peu connu des Français alors qu'il a représenté à l'époque un progrès décisif pour notre modèle de sécurité civile et, plus largement, une étape importante du combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes.

Certes, les Françaises n'ont pas attendu le décret de 1976 pour participer activement aux missions de sécurité civile. C'est même là, d'ailleurs, une histoire très ancienne, qui remonte au moins jusqu'au Moyen Age, quand les femmes étaient mobilisées pour participer à la chaîne des seaux d'eau que l'on utilisait alors pour éteindre les incendies. Plus tard, on les verra également alimenter la pompe à bras, avec la même hardiesse que les hommes.

Je parcours l'histoire à grandes enjambées et j'en arrive au moment où le téléphone a été installé dans les centres de secours. Ce sont les femmes qui ont alors été chargées, la plupart du temps, d'assurer la veille permanente des appels de détresse. L'histoire nous enseigne que, souvent, elles étaient aussi chargées, de facto, d'actionner la sirène, puis d'enfourcher leur vélo pour aller prévenir les équipes d'astreinte – alors qu'en réalité, c'était là la mission du chef de centre ou bien de ses adjoints. D'ailleurs, la circulaire d'application du décret du 25 octobre 1976 le reconnaît elle-même, dans le style de l'époque, je cite : « des filles et des épouses de sapeurs-pompiers participent déjà au relevage et au transport des blessés de la route et interviennent parfois pour assurer le premier départ de véhicules de lutte contre l'incendie ».

Dans le droit fil de cette histoire, le décret du 25 octobre est donc venu poser la dernière pierre d'un édifice construit patiemment au fil du temps par les femmes elles-mêmes, qui longtemps se sont engagées en dehors de tout cadre juridique, mais en toute conscience, et ce au service de leurs concitoyens.

Ce soir, je veux rendre hommage à toutes ces pionnières, qui, par leur force de caractère, leur force de conviction, leur courage et leur abnégation, ont su s'imposer dans un monde d'hommes, celui des sapeurs-pompiers, de telle sorte qu'elles constituent encore aujourd'hui de véritables exemples pour les jeunes générations, pour les jeunes filles comme pour les jeunes gens.

Je pense notamment à Françoise MABILLE, la première femme sapeur-pompier officiellement reconnue en France. Je pense à Sylvie ROQUE, qui est parmi nous ce soir et qui a été la première femme officier des sapeurs-pompiers professionnels et la première directrice départementale d'un service d'incendie et de secours. Pour cette raison même et pour l'ensemble de sa brillante carrière, je vais avoir le plaisir, dans quelques instants, de lui remettre la Médaille de la Sécurité intérieure, de même qu'à huit autres de ses camarades. Je pense enfin à toutes ces femmes anonymes qui leur ont ouvert le chemin et auxquelles je souhaite que nous rendions hommage. A cet égard, je veux aussi saluer le volontarisme de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, qui a joué un rôle essentiel auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître la place des femmes dans les corps de sapeurs-pompiers.

Au cours de ces quarante dernières années, le nombre de femmes sapeurs-pompiers a progressé de façon régulière. Elles sont aujourd'hui plus de 1 800 chez les sapeurs-pompiers professionnels et plus de 33 000 chez les sapeurs-pompiers volontaires. Mais c'est encore trop peu, bien trop peu, lorsque l'on songe que cela ne représente que 14% des effectifs, soit à peine un sapeur-pompier sur sept. Et, comme c'est le cas dans d'autres corps de la fonction publique, plus on monte dans la hiérarchie, moins les femmes sont présentes. Par exemple, elles ne représentent que 4% des officiers de sapeurs-pompiers.

Nul ne peut s'en satisfaire – en tout cas, moi je ne m'en satisfais pas. Mais cette situation, Mesdames et Messieurs, n'est pas une fatalité. Voilà pourquoi nous lançons un grand plan d'action pour la féminisation des effectifs des sapeurs-pompiers, dont les principaux axes viennent de nous être présentés. Ce plan présente le grand mérite d'aborder le sujet avec pragmatisme. Il entend en effet adapter les matériels et les équipements, proposer des réponses adaptées aux problématiques de gardes d'enfants, dont chacun sait combien elles peuvent parfois être dissuasives, ou encore accompagner les femmes qui le souhaitent dans leur parcours au sein des SDIS grâce à un système de parrainage.

Surtout, pour atteindre nos objectifs, nous devons agir sur la représentation que beaucoup trop de femmes se font encore des activités de sapeur-pompier. Trop souvent, on les décrit comme faisant uniquement appel à la force physique. Cette représentation-là, trop réductrice, nous souhaitons la faire évoluer en profondeur. Car elle peut s'avérer dissuasive pour des femmes qui sont pourtant susceptibles de s'engager dans les rangs des sapeurs-pompiers. Nous voulons donc lutter contre les phénomènes d'autocensure pour encourager les femmes qui le souhaitent à pousser la porte d'une caserne en vue d'un éventuel recrutement. Le plan d'action prévoit là aussi toute une série de mesures visant à faire tomber les clichés qui s'attachent à l'univers et aux missions des sapeurs-pompiers.

Qui peut croire que les valeurs qui animent les sapeurs-pompiers de France, le courage, la force d'âme, le dépassement de soi, le sens du service public, seraient l'apanage d'un seul et unique sexe ? Qui peut croire que la force physique serait réservée aux seuls hommes ? Les femmes et les hommes sont absolument égaux en la matière, vous en êtes, Mesdames, la preuve vivante.

J'ajoute que les femmes sapeurs-pompiers consentent les mêmes sacrifices que leurs camarades masculins. Elles prennent les mêmes risques. Elles bravent les mêmes dangers. Elles versent le même sang. Elles aussi tombent en mission, au nom de l'idée qu'elles se font de leur engagement et au nom de la protection des Français.

A cet instant, j'ai une pensée émue pour quatre femmes qui, l'année dernière, avec un courage hors du commun ont fait le sacrifice de leur vie pour venir en aide à leurs concitoyens. Elles l'ont fait avec un courage hors du commun, un courage que bien des hommes n'ont pas. Je pense au sergent Aurélie SALEL, première femme de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris à être tombée en intervention, sur un incendie à Livry-Gargan. Elle avait seulement 25 ans. Je pense à Patricia FILIPPI, sapeur-pompier volontaire du SDIS des Pyrénées-Orientales, qui a perdu la vie en luttant aux ctés de ses camarades contre un violent feu de forêt. Je pense à la toute jeune Fanny SIMON – 18 ans à peine – qui appartenait au SDIS du Doubs et qui est décédée dans un accident alors qu'elle partait en intervention. Je pense enfin à Iris EHRMANN qui a trouvé la mort dans le crash de son hélicoptère bombardier d'eau, alors que celui-ci était engagé contre un feu de forêt en Nouvelle-Calédonie. Ces quatre femmes étaient des héroïnes. Leur engagement, qu'elles ont assumé jusqu'au sacrifice, doit nous conforter dans la conviction que les femmes sont des sapeurs-pompiers comme les autres.

Grâce à notre plan d'action, nous allons donc enclencher un véritable cercle vertueux. Les femmes sapeurs-pompiers qui franchiront aujourd'hui le cap de l'engagement seront demain les porte-paroles les plus éloquentes de la féminisation des SDIS, et les ambassadrices les plus efficaces des sapeurs-pompiers auprès des autres femmes qui souhaitent les rejoindre.

A vous Mesdames, qui êtes parmi nous ce soir, je veux dire que je compte sur vous pour porter ce message volontariste d'encouragement et de mobilisation et pour transmettre votre propre expérience, la fierté qui est la vôtre lorsque vous accomplissez cet engagement républicain. Je compte sur vous pour transmettre autour de vous ces belles valeurs de solidarité, d'unité et de fraternité qui unissent la grande famille des sapeurs-pompiers et de la sécurité civile. Et aux femmes qui s'interrogent et hésitent à s'engager, dites-leur qu'elles ont toute leur place à vos côtés, parmi les sapeurs-pompiers de France. Je compte sur vous.

La féminisation des SDIS répond à un enjeu d'égalité, je viens d'en parler. Mais elle répond aussi à un enjeu d'efficacité. Car elle contribue à renforcer le service public du secours et de la sécurité civile. Tel est aussi, évidemment, notre objectif.

Plus les femmes seront nombreuses dans les centres de secours, plus les profils des sapeurs-pompiers qui y servent se diversifieront et s'enrichiront. Sans verser le moins du monde dans les stéréotypes, les approches des femmes et des hommes en intervention sont par ailleurs complémentaires. Souvent, l'on constate que la présence d'une ou de plusieurs femmes dans un équipage contribue à mettre en confiance les victimes, les conduit à se confier plus facilement et à mieux accepter les soins, même lorsqu'elles sont agitées, voire agressives.

La féminisation constitue également un élément de réponse à la problématique du volontariat. Elle permet en effet d'augmenter le nombre de volontaires disponibles. En milieu rural, je suis même convaincu que le recrutement volontariste des femmes pourrait aider à pérenniser des centres menacés par la disponibilité parfois aléatoire de leurs volontaires. Si nous voulons préserver notre modèle de sécurité civile, lequel repose, je le rappelle, sur près de 200 000 sapeurs-pompiers volontaires, nous devons élargir notre vivier de recrutement à de nouveaux publics.

Il nous faut aussi continuer à développer des formes d'engagement qui rencontrent aujourd'hui un véritable succès auprès des jeunes filles et qui constituent bien souvent une étape préalable à l'engagement parmi les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires. Je pense notamment aux jeunes sapeurs-pompiers, ils sont 28 000 actuellement, dont près d'un tiers sont des filles. Je veux là aussi remercier la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France pour son engagement dans la promotion de ce dispositif. C'est aussi l'avenir des SDIS qui se joue dans ces sections de jeunes sapeurs-pompiers, et tout l'enjeu est de permettre à ces jeunes filles de concrétiser leur engagement dans les rangs des sapeurs-pompiers.

Nous avons également expérimenté, au cours de l'année scolaire 2015-2016, une nouvelle forme de participation de la jeunesse aux activités de sécurité civile et des SDIS, à travers les classes de cadets de la sécurité civile, dont la moitié des effectifs sont des jeunes filles. Cette expérimentation a rencontré un grand succès, aussi j'ai pris la décision de la généraliser en 2016-2017, et ce dès la rentrée scolaire de septembre dernier. Désormais, il y aura, dans chaque département, au moins une classe de cadets de la sécurité civile. Pendant une année scolaire, tous les élèves concernés seront ainsi sensibilisés aux gestes qui sauvent et à la prévention des risques courants. Ils seront en contact régulier avec des sapeurs-pompiers des centres de secours de leur département. C'est aussi de cette façon que nous allons renforcer les capacités de résilience de notre pays.

Enfin, je souhaite que l'on continue à développer le service civique dans les SDIS, qui leur apportera aussi des publics jeunes, issus de tous les milieux sociaux et fortement féminisés. En 2017, nous avons ainsi l'intention de recruter 1 000 volontaires du service civique dans les SDIS, alors qu'ils n'étaient qu'environ 170 en 2015. Le projet de loi « Egalité et Citoyenneté », actuellement en discussion au Parlement, élargira le champ d'action des volontaires du service civique à l'ensemble des missions assurées par les SDIS, et ce afin que nous puissions atteindre plus facilement notre objectif.

Mesdames et Messieurs, je le répète, le ministère de l'Intérieur est pleinement mobilisé en faveur de la féminisation des effectifs de sapeurs-pompiers. Au cours de mes nombreux déplacements, je rencontre des centaines de femmes qui portent avec fierté, avec énergie et avec enthousiasme leur tenue de sapeur-pompier. Elles ont gardé l'esprit pionnier de leurs aînées.

Ce soir, j'ai donc souhaité transgresser toutes les règles de la parité en mettant à l'honneur exclusivement des femmes, neuf femmes sapeurs-pompiers, auxquelles, comme je l'ai dit, je vais à présent remettre la Médaille de la Sécurité intérieure. J'espère que vous me pardonnerez cette entorse au traditionnel protocole habituel des remises de décorations, mais de la sorte j'ai souhaité rendre hommage à ces femmes d'exception qui représentent, pour leurs camarades – femmes ou hommes –, ainsi que pour chacun d'entre nous, un exemple et une source inspiration. Je vous remercie.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 18 novembre 2016

Rechercher