Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'enquête et l'action de la DGSI visant à déjouer un nouvel attentat et l'ampleur inédite de la menace terroriste en France, à Paris le 21 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'enquête et l'action de la DGSI visant à déjouer un nouvel attentat et l'ampleur inédite de la menace terroriste en France, à Paris le 21 novembre 2016.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Opération anti-terroriste menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Strasbourg et Marseille dans la nuit du 19 au 20 novembre 2016

ti : Mesdames, Messieurs,


Le Gouvernement poursuit sans relâche le combat contre le terrorisme.

Une opération antiterroriste conduite par la Direction Générale de la Sécurité Intérieure sous l'autorité de la Justice s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche à Marseille et à Strasbourg. Elle a permis l'interpellation de sept individus âgés de 29 à 37 ans, de nationalités française, marocaine et afghane. Parmi eux, six étaient inconnus des services de renseignement et un ressortissant marocain, dont la résidence n'était pas en France, était signalé par un pays partenaire.

Je veux ici saluer de façon appuyée l'action exemplaire et d'une remarquable efficacité de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, qui conduit cette enquête depuis plus de huit mois et a mobilisé pour réussir des moyens exceptionnels. Une première série d'interpellations de cinq individus liés à ce réseau était intervenue le 14 juin 2016, au début de l'EURO, et avait conduit à deux premières incarcérations. Hier, l'aboutissement du travail de DGSI a donc permis mettre en échec une action terroriste envisagée de longue date sur notre sol. C'est donc un nouvel attentat déjoué. Les investigations se poursuivent sous l'autorité du Procureur de la République de Paris, qui s'exprimera lorsqu'il le jugera opportun. Sous sa direction, l'enquête s'attachera à définir les rôles respectifs des personnes interpellées et à établir si l'attentat ainsi déjoué était une attaque coordonnée visant à frapper simultanément plusieurs sites sur le territoire.

Les interpellations de ce dimanche portent à 418 le nombre des interpellations d'individus en lien avec des réseaux terroristes réalisées depuis le début de l'année 2016. Depuis le 1er septembre de cette année, 143 interpellations sont intervenues, 52 individus ont été écroués et 21 ont été placés sous contrôle judiciaire. Pour le seul mois de novembre, les services anti-terroristes ont procédé aux interpellations de 43 individus, dont 28 ont été déférés.

Ces interpellations ont souvent représenté autant d'attentats et de drames évités.

Mesdames et Messieurs, ces chiffres précis en témoignent : comme le Président de la République, le Premier Ministre et moi-même avons eu l'occasion de le dire, jamais la menace terroriste n'a été aussi élevée sur notre territoire. La mobilisation des services anti-terroristes placés sous la responsabilité du ministère de l'Intérieur est totale. A ces femmes, à ces hommes qui travaillent dans l'ombre à notre protection, je souhaite redire, au nom de tous nos concitoyens, le respect immense que nous avons pour leur travail et notre très grande gratitude.

Cette menace terroriste d'une ampleur inédite à laquelle nous sommes confrontés présente des caractéristiques très hétérogènes et demeure particulièrement complexe à détecter et à prévenir. Pour la combattre, le ministère de l'Intérieur a réorganisé l'ensemble du dispositif d'échange d'informations entre services, et mobilise tous les moyens qu'offre notre Etat de droit. Moyens budgétaires, qui permettent un renforcement inédit de nos services de renseignement et de police, incluant l'indispensable renseignement territorial de proximité. En effectifs, en équipements, les efforts sont partout et importants. Moyens d'action, par l'adaptation de notre arsenal législatif qui n'a cessé de monter en puissance depuis 2012, et par le rétablissement de nos contrôles aux frontières. Moyens de l'état d'urgence, qui permet une totale réactivité des services, notamment des services de sécurité intérieure face à la menace. Moyens européens enfin, par une mobilisation constante de notre pays auprès de nos partenaires pour renforcer le niveau de sécurité à l'échelle de l'Union européenne – renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l'Union sous l'égide de l'agence Frontex, interrogation systématique du système d'information Schengen et interopérabilité des fichiers, lutte résolue contre le trafic d'armes avec la révision de la directive sur les armes à feu.

Toujours en matière coopération internationale contre le terrorisme, je recevrai ce soir et demain matin Place Beauvau l'ensemble des Ministres de l'Intérieur des pays de la bande sahélienne et d'Afrique de l'Ouest pour travailler ensemble sur ces sujets et faire des propositions communes.

Mesdames et messieurs, le défi est immense, et le risque zéro ne peut être garanti – ceux qui le garantissent mentent aux Français. Mais dans ma responsabilité de Ministre de l'Intérieur, en coordination étroite avec la Justice, je le redis à nos compatriotes : tout est mis en œuvre, à chaque minute, à chaque instant, pour prévenir cette menace et protéger les Français.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 22 novembre 2016

Rechercher