Déclaration de M. Christophe Sirugue, secrétaire d'Etat à l'industrie, sur le climat social à l'Office européen des brevets, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christophe Sirugue, secrétaire d'Etat à l'industrie, sur le climat social à l'Office européen des brevets, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2016.

Personnalité, fonction : SIRUGUE Christophe.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'industrie

Circonstances : Séance de questions d'actualité, à l'Assemblée nationale le 30 novembre 2016

ti : Monsieur le Député, je veux d'abord me joindre à vous pour saluer l'engagement des agents de l'office européen des brevets au service de la protection de la propriété intellectuelle dans l'ensemble des États membres de cette organisation internationale.

Comme vous, je regarde avec beaucoup d'inquiétude le climat social qui règne au sein de l'office et qui s'est fortement dégradé au cours des deux dernières années. En effet, plusieurs éléments extrêmement préoccupants nous alertent.

Concernant les cas de suicides, des procédures sont en cours : je ne les commenterai donc pas. Il n'en demeure pas moins que nous avons l'obligation de constater qu'à plusieurs reprises, les agissements de la direction de l'office européen des brevets ont fait l'objet de condamnations par les instances judiciaires des Pays-Bas, par les instances de l'OIT et par le conseil d'administration de l'office, dans lequel la France joue un rôle extrêmement important. Du reste, une décision récente du tribunal administratif de l'OIT a confirmé le caractère extrêmement négatif des décisions prises par cette direction.

Plusieurs actions ont été menées. Au conseil d'administration d'octobre 2015, un audit externe sur la situation sociale a été demandé, notamment par la France. Lors du conseil d'administration de mars dernier, nous avons également fait adopter une résolution qui désapprouve les méthodes utilisées envers les représentants syndicaux. Cette même résolution prévoit une suspension des procédures disciplinaires.

Malheureusement, M. Battistelli a fait le choix de ne pas respecter l'orientation adoptée par son conseil d'administration. J'ai échangé avec lui par téléphone, et je lui ai dit mon mécontentement par rapport à cette situation.

Nous continuons bien évidemment à faire pression, avec d'autres, pour que soient entendues les causes que je crois justes des salariés que vous avez évoqués. Je dois reconnaître que nous manquons d'alliés dans ce dossier, mais soyez sûrs de notre détermination à faire respecter les droits des salariés.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 5 décembre 2016

Rechercher