Interview de Mme Barbara Pompili, secrétaire d'Etat aux relations internationales chargée de la biodiversité, à Radio Classique le 7 décembre 2016, sur son soutien à François de Rugy, député écologiste et candidat à la primaire de la gauche, et l'instauration de la circulation alternée en raison du pic de pollution à Paris. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Barbara Pompili, secrétaire d'Etat aux relations internationales chargée de la biodiversité, à Radio Classique le 7 décembre 2016, sur son soutien à François de Rugy, député écologiste et candidat à la primaire de la gauche, et l'instauration de la circulation alternée en raison du pic de pollution à Paris.

Personnalité, fonction : POMPILI Barbara, DURAND Guillaume.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations internationales sur le climat, chargée de la biodiversité;

ti : GUILLAUME DURAND
Bonjour, bienvenue à vous tous, nous sommes ravis de vous accueillir évidemment comme tous les matins vous qui nous rejoignez de Paris Première, c'est Barbara POMPILI - qui est face à nous – donc qui est l'invitée politique de la matinale, bonjour et bienvenue...

BARBARA POMPILI
Bonjour.

GUILLAUME DURAND
Je rappelle que vous êtes députée écologiste de la Somme...

BARBARA POMPILI
Non.

GUILLAUME DURAND
Depuis 2012...

BARBARA POMPILI
Ah ! Oui.

GUILLAUME DURAND
Enfin vous y êtes depuis 2012 et que vous êtes maintenant secrétaire d'Etat à la Biodiversité auprès de la ministre de l'Environnement Ségolène ROYAL. J'ai bon, tout est bon ?

BARBARA POMPILI
Tout est bon, parfait.

GUILLAUME DURAND
Tout est bon, merci, prenez votre café, tout va bien. Et donc, maintenant, nous allons entendre un moment historique dans l'histoire de Radio Classique et de Guillaume TABARD puisqu'il va dire du bien de quelqu'un qui appartient à un gouvernement de gauche, il s'agit de Bernard CAZENEUVE.

GUILLAUME TABARD
Ca à l'air de vous surprendre ?

GUILLAUME DURAND
Pas du tout, je plaisante, nous avons le droit de plaisanter, c'était une sorte d'humour british puisque de toute façon Bernard CAZENEUVE a un côté anglo-maniaque. Question simple, mon cher Guillaume TABARD, revenons aux choses sérieuses, pourquoi CAZENEUVE ?

//diffusion de la chronique de Guillaume TABARD//

GUILLAUME DURAND
Quelquefois on se dit, Barbara POMPILI, donc bonjour, que Bernard CAZENEUVE ressemble à un personnage de MAGRITTE, c'est-à-dire qu'il a à la fois cette allure qui semble rigide - presque à la limite du chapeau melon – et, en même temps, c'est un personnage assez chaleureux, les Français le connaissent assez mal, il a occupé plusieurs postes ministériels, il était porte-parole de François HOLLANDE. Qu'est-ce que vous pourriez nous dire de lui ce matin qui le caractériserait ?

BARBARA POMPILI
Ouf ! C'est impossible de le caractériser en un mot et c'est d'ailleurs pour ça que j'aime bien la comparaison que vous faites avec MAGRITTE parce qu'on voit que c'est un personnage qui a de nombreuses facettes. Mais ce que j'aime beaucoup chez lui c'est que c'est quelqu'un qui est capable de ne pas se prendre au sérieux et qui, en même temps, quand il doit gérer les affaires du pays ou à l'époque quand il gérait le ministère de l'Intérieur, le faisait avec beaucoup de sérieux et on peut, on sent qu'avec lui on peut être en confiance et qu'il fera les choses correctement. Je crois que c'est un excellent choix pour mener ce gouvernement.

GUILLAUME DURAND
C'est une question qu'on peut poser à votre génération finalement, vous allez évidemment soutenir pour les primaires François de RUGY, au fond d''un côté il y a l'aspect pour votre génération extraordinairement idéologique c'est d'allier l'aventure des Verts et de l'autre côté vous faites un hommage ce matin à la responsabilité, comme s'il n'y avait pas, enfin comme s'il y avait plutôt une contradiction fondamentale entre ces deux choses ?

BARBARA POMPILI
Ah ! Mais non, pas du tout, pas du tout.

GUILLAUME DURAND
Pourquoi replonger dans....

BARBARA POMPILI
Je plaide pour la responsabilité et je crois que des personnes comme Bernard CAZENEUVE sont non seulement très responsables mais ouverts aussi à la possibilité d'évoluer sur des politiques publiques. Vous ne m'avez pas demandé : est-ce qu'on a discuté, en l'occurrence ce n'est pas le cas, avec Bernard CAZENEUVE de questions d'écologie ? Mais on sent que c'est quelqu'un qui peut avancer sur ces questions-là. Donc là on parle de personnalité, sa personnalité est une personnalité intéressante et sérieuse, on a vu quand il a dû gérer des dossiers il les a bien gérés à bien gérer. Après, moi qui suis une écologiste, je ne me réjouis pas de voir à quel point le débat sur l'écologie est absent de la campagne présidentielle et c'est pourquoi d'ailleurs nous avons travaillé avec François de RUGY pour qu'il y ait une candidature écologiste pour porter ces questions qui sont absolument essentielles. Vous savez là je reviens de Cancun où il y avait la COP13, alors tout le monde connait la COP21 sur le climat, mais il y a aussi une COP sur la biodiversité, qui montre qu'aujourd'hui nous avons à gérer de manière urgente ces questions.

GUILLAUME DURAND
Justement je vous montre ce matin Le Parisien « mais quelle pagaille », il s'agit de la circulation alternée, il s'agit effectivement après la fermeture des voies sur berge d'essayer de faire diminuer la pollution à Paris - au contraire elle augmente, maintenant les gens hurlent, ne sont pas contents vous le savez – il y a une véritable fronde qui existe chez les automobilistes parisiens, pour une raison simple c'est qu'on a calculé qu'entre 70 et 80 % d'entre eux le faisait non pas pour des raisons le plaisir de conduire sa voiture le matin mais tout simplement pour aller au travail parce qu'il y a beaucoup de banlieusards. Est-ce que cette affaire n'est pas totalement absurde d'engorger Paris, d'augmenter la pollution en diminuant la circulation ?

BARBARA POMPILI
Non. Ce qui est ce qui est absurde, c'est... même pas absurde...

GUILLAUME DURAND
C'est vrai qu'on est loin de Cancun, mais...

BARBARA POMPILI
Ce qui est absurde c'est que c'est l'irresponsabilité qui a prévalu pendant des années sur le fait qu'on ne s'est pas occupé de cette question-là et qu'aujourd'hui la question de la pollution atmosphérique on sait qu'elle tue, on sait que...

GUILLAUME DURAND
On dirait qu'on en a plus ?

BARBARA POMPILI
Non, il n'y en a pas plus.

GUILLAUME DURAND
Mais si quand même !

BARBARA POMPILI
Quand il y a une circulation alternée il n'y en a pas plus, c'est faux, c'est faux...

GUILLAUME DURAND
Vous voulez que je vous ressorte Le Parisien ?

BARBARA POMPILI
Oui, eh bien Le Parisien... Le Parisien je vais regarder leurs chiffres, sauf que là aujourd'hui, mais ça ne sent même... enfin je ne sais pas, vous êtes sorti aujourd'hui...

GUILLAUME DURAND
Oui ! Tout à fait, autrement je ne serais pas là.

BARBARA POMPILI
Vous êtes sorti hier... Voilà ! Sinon, vous auriez eu du mal à venir. Vous sentez et vous voyez que ne serait-ce qu'en termes de bruit il y a moins de bruit parce qu'il y a moins de voitures, moins de voitures et il y aura moins de pollution c'est une évidence. Mais vous croyez que c'est de gaieté de coeur qu'on prend ce genre de décision ? C'est assez...

GUILLAUME DURAND
Non, mais il y a toujours eu une posture idéologique des écologistes qui considérant à dire : « il faut que les voitures sortent de la ville »...

BARBARA POMPILI
Non. Où est l'idéologie quand on voit que le secteur des transports est un des secteurs qui entraîne le plus d'émissions polluants, ce n'est pas le seul on est bien d'accord, mais c'est un secteur très important...

GUILLAUME DURAND
Et en jouant du sur place pendant...

BARBARA POMPILI
Et aujourd'hui, si on n'agit pas, on participe à la responsabilité de 42.000 morts par an. Donc à un moment il faut prendre ses responsabilités, prendre ses responsabilités c'est des mesures d'urgence comme les mesures de circulation alternée, on est obligés - je veux dire à un moment il faut arrêter de se voiler la face- et après il faut évidemment proposer des solutions pour les gens, parce que c'est facile de demander aux citoyens de faire des efforts, on doit le faire, mais il faut aussi qu'on se penche sur la question des constructeurs automobiles qui aujourd'hui traînent à changer leurs véhicules, nous ce qu'on propose avec François de RUGY c'est d'ici 2025 il n'ait plus en France que de la vente de véhicules électriques ou hybrides pour les particuliers...

GUILLAUME DURAND
Qui sont beaucoup plus chers que les autres, vous le savez...

BARBARA POMPILI
Oui, c'est pour ça que...

GUILLAUME DURAND
Donc qui pose un problème social ?

BARBARA POMPILI
Non.

GUILLAUME DURAND
Donc, on se demande si...

BARBARA POMPILI
C'est pour ça qu'on a mis en place et qu'il faut continuer, et approfondir, des aides financières pour justement aider à l'acquisition de ces véhicules-là ; et puis aussi et hélas, j'espère que ça va faire l'objet de débats lors de la campagne présidentielle, enfin de remettre en place une loi sur les transports intérieurs, c'est-à-dire développer enfin le ferroutage qui est en panne dans ce pays et qui désengorgerait les autoroutes, etc., etc., le transport par camion... Voilà ! Et puis évidemment s'occuper des autres polluants qui sont les polluants notamment liés aux habitations et aux entreprises. Bref, on a des vrais sujets. Je n'accepte pas de...

GUILLAUME DURAND
Vous ne voulez pas voir la colère qui monte dans la Capitale, mais ce n'est pas grave, les encombrements monstrueux...

BARBARA POMPILI
Mais ce n'est pas une question de colère dans la Capitale...

GUILLAUME DURAND
Et la contestation des chiffres...

BARBARA POMPILI
La contestation des chiffres, moi j'aimerais bien qu'on me dise comment on fait pour limiter la pollution dans ce pays, parce que c'est facile de contester les chiffres, il faut avoir du courage politique pour prendre un certain nombre de décisions, les enfants aujourd'hui qui sont asthmatiques, les personnes âgées qui ne peuvent pas sortir parce que l'air est pollué, on ne peut pas rester sans réagir.

GUILLAUME DURAND
Et ils sont moins nombreux que les gens qui travaillent à Paris et qui habitent à Pontoise, et qui travaillent vous le savez très bien ?

BARBARA POMPILI
Les gens qui travaillent à Paris et qui habitent à Pontoise doivent pouvoir avoir des solutions...

GUILLAUME DURAND
Je dis Pontoise par hasard !

BARBARA POMPILI
Oui - peu importe – doivent pouvoir avoir des solutions de covoiturage. Aujourd'hui, il y a des transports en commun, pas de bol le RER B – alors là on n'a pas de chance – le RER B est arrêté...

GUILLAUME DURAND
C'est une autre question.

BARBARA POMPILI
Et il y a des transports en commun qui doivent pouvoir être utilisés, je peux vous dire que c'est plus compliqué dans des agglomérations plus petites comme celle d'Amiens par exemple qui elles n'ont pas de réseau de transports en commun suffisant, là c'est un problème.

GUILLAUME DURAND
Vous allez donc soutenir François de RUGY à la primaire, est-ce que vous avez l'impression qu'est en train de se monter actuellement - à la fois à la primaire et hors primaire à gauche - avec AUBRY, MONTEBOURG, HAMON, FILLOCHE, MELENCHON, MACRON et les autres, une sorte de front anti-VALLS, est-ce vous le voyez venir ce front anti-VALLS ? Soyez franche !

BARBARA POMPILI
Non, pas tant que ça en fait, pas tant que ça. Moi ce qui me fais un peu peur c'est qu'on est tellement pris dans ces débats qu'on oublie de prendre un peu de hauteur et de voir où on en est aujourd'hui, et où on est aujourd'hui ? Moi je le répète à chaque fois, c'est le Front national qui risque d'être au second tour, quasiment 90 % de chance. Face à cela, on ne peut pas se permettre de...

GUILLAUME DURAND
Donc vous croyez ce que dit Manuel VALLS ou ce qu'a dit à la mairie d'Evry, à savoir qu'au fond il est le meilleur rempart contre l'accession du Front national au deuxième tour, sincèrement ?

BARBARA POMPILI
Franchement, je ne sais pas qui est le meilleur rempart. Ce que je sais c'est que...

GUILLAUME DURAND
Parce que, lui, il dit : « c'est moi, j'ai ça en moi » dit-il.

BARBARA POMPILI
Mais il a parfaitement le droit de le dire, il a parfaitement le droit de le dire. Moi je crois que le vrai problème aujourd‘hui c'est l'éclatement de la gauche, c'est l'éclatement des progressistes notamment, de tous ceux qui aujourd'hui ont envie de faire avancer les choses...

GUILLAUME DURAND
Progressiste MACRON ?

BARBARA POMPILI
Oui, y compris MACRON, moi je suis inquiète par le fait que MACRON parte tout seul.

GUILLAUME DURAND
Mais alors, soyez franche, entre VALLS... Voilà ! Entre VALLS, MACRON et MONTEBOURG, oublions un instant François de RUGY, où va votre coeur ?

BARBARA POMPILI
Comment voulez-vous que j'oublie François de RUGY ?

GUILLAUME DURAND
Oui, mais d'accord, mais oubliez-le. Où va votre coeur, politique évidemment ?

BARBARA POMPILI
Mon coeur politique il va à l'écologie, excusez-moi...

GUILLAUME DURAND
Oui, non mais d'accord, mais moi je vous parle...

BARBARA POMPILI
Non, mais c'est facile de dire : « Ah ! Eh bien non, vous devez choisir entre MACRON...

GUILLAUME DURAND
Et s'il y a personne pour l'incarner, ça ne servira à rien ?

BARBARA POMPILI
Celui qui incarnera l'écologie dans la primaire il s'appelle François de RUGY, il doit...

GUILLAUME DURAND
Il n'a aucune chance !

BARBARA POMPILI
Voilà ! Il n'a aucune chance, comme FILLON n'en avait aucune chance...

GUILLAUME DURAND
Non, mais, pardonnez-moi...

BARBARA POMPILI
Moi je veux bien qu'on dise ça, mais en même...

GUILLAUME DURAND
Non, mais je ne veux pas être docte, je veux simplement être très lucide.

BARBARA POMPILI
Moi ce que je vais vous dire c'est que plus François de RUGY fait un bon score à la primaire, plus sa parole et l'écologie aura du poids par la suite et plus les candidats qui peut-être seront au second tour reprendront l'écologie dans leur programme, aujourd'hui encore une fois face à l'urgence c'est ça qui m'intéresse.

GUILLAUME DURAND
Mais c'est une candidature donc de témoignage...

BARBARA POMPILI
Non, non, c'est...

GUILLAUME DURAND
C'est-à-dire pousser les autres à adopter...

BARBARA POMPILI
Oui c'est une candidature pour pousser, mais dans le cadre d'un rassemblement, ce n'est pas une candidature d'isolement comme la candidature des Verts aujourd'hui qui est une candidature qui veut faire perdre la gauche et faire gagner la droite.

GUILLAUME DURAND
Là, il s'agit de Yannick JADOT. Je voudrais simplement vous poser la question : entre MONTEBOURG, VALLS et MACRON, puisque vous êtes une jeune personnalité politique française, au fond à un moment la gauche il va bien falloir que ce soit l'un des trois qui l'incarne ?

BARBARA POMPILI
Quel qu'il soit, quel qu'il soit, celui qui : 1) sera capable de faire gagner les progressistes pour arriver au second tour de la Présidentielle...

GUILLAUME DURAND
Donc, vous prendrez le gagnant quoi ?

BARBARA POMPILI
Je prendrai celui qui est le plus capable de rassembler et celui qui intègre l'écologie dans ses politiques publiques. Moi, encore une fois – et je sais que tout le monde le fait – mais j'appelle Emmanuel MACRON à rejoindre la primaire pour que justement ça ne soit pas ce qu'il reproche à cette primaire que ce soit un maxi-congrès du Parti socialiste et qu'il y rentre...

GUILLAUME DURAND
Mais il ne le fera pas, il ne fera pas.

BARBARA POMPILI
Mais, s'il ne le fait pas, ça veut dire que les progressistes seront éclatés et que ni lui, ni personne de gauche ne sera au second tour de la Présidentielle, c'est une lourde responsabilité.

GUILLAUME DURAND
J'ai une dernière question, vous étiez peut-être dans l'avion avec Ségolène ROYAL quand vous êtes rentrée de Cancun ?

BARBARA POMPILI
Non, je n'étais pas dans l'avion avec elle, non parce qu'elle n'était pas à Cancun, elle était au Mexique avec Anne HIDALGO sur les villes et, après, elle est partie à Cuba.

GUILLAUME DURAND
Vous avez parlé de CASTRO ?

BARBARA POMPILI
Comme je ne l'ai pas vue, je n'ai pas pu en parler avec elle.

GUILLAUME DURAND
Vous n'êtes pas d'accord avec elle ?

BARBARA POMPILI
Non, je ne suis pas d'accord avec elle sur ce point.

GUILLAUME DURAND
Pourquoi ?

BARBARA POMPILI
Parce que je crois que... qu'elle essaie de mettre un peu de complexité dans une situation qui est complexe, ça on ne peut pas lui reprocher, maintenant je crois qu'on ne peut pas dire – et de loin – que Cuba est une démocratie.

GUILLAUME DURAND
Merci mille fois Barbara POMPILI, donc je le rappelle est secrétaire d'État à la Biodiversité auprès de la ministre de l'Environnement donc qui est Ségolène ROYAL, merci à vous, bonne journée et merci d'être venue.

BARBARA POMPILI
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 9 décembre 2016

Rechercher