Interview de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports à France-Info le 13 décembre 2016, sur la situation en Syrie et le dopage dans les compétitions sportives. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports à France-Info le 13 décembre 2016, sur la situation en Syrie et le dopage dans les compétitions sportives.

Personnalité, fonction : KANNER Patrick, GOOSZ Yaël.

FRANCE. Ministre de la ville, de la jeunesse et des sports;

ti :


FABIENNE SINTES
Et bonjour à tous. Bienvenue dans l'émission politique de France Info, une demi-heure ensemble comme tous les matins. Bonjour à vous, Yaël GOOSZ.

YAËL GOOSZ
Bonjour Fabienne.

FABIENNE SINTES
Gilles BORNSTEIN est là aussi avec Guy BIRENBAUM. Et notre invité ce matin est ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports.

YAËL GOOSZ
Bonjour Patrick KANNER.

PATRICK KANNER
Bonjour.

YAËL GOOSZ
D'abord, la situation à Alep, l'ONU se dit alarmée par des informations faisant état d'atrocités. Au sein du gouvernement, est-ce que vous avez des informations plus précises sur ce qui s'est passé cette nuit dans cette ville de Syrie ?

PATRICK KANNER
Ecoutez, depuis de très nombreux mois, et à chaque Conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères fait le point de la situation en Syrie et la situation à Alep avec ce sentiment d'horreur qui existe. Nous sommes aujourd'hui interpellés, la situation à Alep, manifestement, continue à se dégrader, sur le plan notamment des civils. Moi, je pense que la communauté internationale a vu passer ce drame, sans pouvoir agir réellement, à un moment donné, il faudra que chacun prenne ses responsabilités et qu'on puisse dire : mais comment a-t-on pu en arriver-là aujourd'hui, dans cette ville d'Alep, en laissant les massacres qui s'y sont déroulés.

YAËL GOOSZ
Est-ce que ce n'est pas le moment pour François HOLLANDE de monter maintenant très fort au créneau, comme il l'avait fait en 2013 contre Bachar EL ASSAD ?

PATRICK KANNER
En tout cas, en 2013, il n'a pas été suivi, rappelez-vous…

GILLES BORNSTEIN
Par OBAMA…

PATRICK KANNER
Par OBAMA, il faut être très clair. En 2013, il aurait pu y avoir une intervention militaire qui aurait empêché cette situation, ça n'a pas été possible, parce que la France s'est retrouvée seule. Je pense qu'il faut saluer le courage d'ailleurs…

GILLES BORNSTEIN
Ça veut dire qu'il faut prendre ses responsabilités, vous avez dit : il faut prendre nos responsabilités, concrètement, ça veut dire quoi ?

PATRICK KANNER
Eh bien, c'est-à-dire que, au Conseil de sécurité, nous l'avons fait, nous avons demandé l'arrêt des combats, nous avons demandé une trêve humanitaire…

FABIENNE SINTES
Vous savez qu'il y a un veto russe et un véto chinois qui font que ça ne sert à rien, en fait…

PATRICK KANNER
Voilà, et le Conseil de sécurité aujourd'hui, et il y aura bientôt un nouveau secrétaire général, aujourd'hui peut être bloqué, comme nous le voyons en permanence, parce que, une des grandes puissances ayant gagné la seconde guerre mondiale, peut arrêter un processus, qui est pourtant un processus nécessaire. Donc manifestement, l'ONU est peut-être à un tournant, un nouveau secrétaire général peut-être nous permettra d'aller plus loin aujourd'hui.

GUY BIRENBAUM
Si vous deviez qualifier la situation, vous utiliseriez quel mot ce matin ?

PATRICK KANNER
Honteuse, honteuse.

GILLES BORNSTEIN
C'est un génocide ?

PATRICK KANNER
Le mot de génocide est extrêmement marqué, en tout cas, c'est un massacre de civils qui est devant nous, et avec le recul, quand les choses seront pacifiées, vous verrez que nous aurons du mal peut-être à nous regarder les uns, les autres, parce qu'on se dira : mais, comment a-t-on pu laisser faire cela. Et je le dis avec beaucoup de solennité, parce que, voilà, je sais trop ce que ça veut dire, y compris pour mon histoire personnelle, que de voir des civils massacrés comme ils l'ont été.

YAËL GOOSZ
On change complètement de sujet, on s'adresse maintenant au ministre des Sports, amateur de football. Hier soir, Cristiano RONALDO, le joueur portugais, avait dans ses mains son quatrième Ballon d'or.

/// Images de la remise du Ballon d'or //

Voilà, un sacre sur fond de scandale, puisqu'on le soupçonne d'avoir mis près de 150 millions d'euros de revenus liés à ses droits à l'image dans des paradis fiscaux. Est-ce que ça vous choque ? Est-ce que ça vous déçoit ? Est-ce que cette récompense est méritée ?

PATRICK KANNER
Écoutez, il y a ce que vous avez appelé le scandale du football Leaks, pour être très clair, il y a le champion, le sportif RONALDO. Là, on a consacré le champion, le grand sportif…

YAËL GOOSZ
Le champion sportif.

GILLES BORNSTEIN
C'est le même, si je puis me permettre…

FABIENNE SINTES
Oui, c'est ça qui est compliqué…

PATRICK KANNER
Oui, bien sûr, les procédures sont un peu différentes quand même. Donc là, il y a une reconnaissance du champion, et puis, il y a les pratiques, pratiques des agents visant à protéger, entre guillemets, les intérêts des joueurs au travers de leurs droits à l'image…

GILLES BORNSTEIN
… C'est les joueurs qui signent à la fin, je veux bien que ça soit toujours les agents, mais…

PATRICK KANNER
Non, mais les agents sont responsables, les joueurs sont coresponsables…

GUY BIRENBAUM
Ils seraient même coupables si les faits étaient avérés, et c'est eux qui paieraient…

PATRICK KANNER
Alors si les faits sont avérés, si l'enquête le prouve en tant que tel. A un moment donné, ces joueurs sont sur tel territoire en matière fiscale, c'est à la législation locale de faire le point : est-ce qu'ils sont en légalité ou pas ? On a le droit de mettre, même en France, vous avez le droit de placer votre argent à l'étranger, à condition que vous le déclariez au fisc, et que vous payiez des impôts sur les revenus de cet argent. Est-ce que ça a été le cas pour RONALDO ? Je n'en sais rien. Il y a d'autres cas qui sont évoqués…

YAËL GOOSZ
Paul POGBA, joueur français, qui joue à Manchester et qui aurait mis son argent à Jersey…

PATRICK KANNER
Paul POGBA, voilà, donc le numéro 6 de Manchester United, aujourd'hui, l'enquête est en cours. Nous verrons si elle prospère. Et si elle prospère en mettant en accusation Paul POGBA.

YAËL GOOSZ
C'était un exemple pour vous, on vous a vu pendant l'Euro dire : l'Equipe de France, le maillot, le symbole.

PATRICK KANNER
Écoutez, pour l'instant, Paul POGBA ne s'est pas exprimé, sauf erreur de ma part, il va sûrement se défendre, est-ce qu'il paie des impôts sur l'Angleterre avec cet argent placé à l'étranger ? Laissons l'enquête prospérer. Encore une fois, je ne suis ni juge d'instruction, ni procureur, ni avocat. Ce qui est important, c'est qu'il y a un groupe de médias qui ont décidé de mettre la lumière sur des…

YAËL GOOSZ
Ce qui est important, c'est que vous légifériez peut-être derrière, que vous soyez plus sévère sur la fiscalité, non ?

PATRICK KANNER
Exactement…

GILLES BORNSTEIN
Alors, question, j'ai une question précise sur Paul POGBA…

PATRICK KANNER
Alors, est-ce que je peux répondre à cette question… attendez, je réponds à cette question, nous légiférons actuellement. Nous avons mis en place avec un sénateur, Dominique BAILLY, que je salue, et avec bien sûr le soutien du gouvernement, une proposition de loi sur l'éthique dans le sport, et notamment dans cette proposition de loi, il y a de nouveaux organes de contrôle pour éviter ce type de débordement. C'est un peu une course contre la montre, je vous le concède, qui est devant nous, à nous d'être capables d'avoir une législation française qui le permette. Mais Paul POGBA n'est pas fiscalement français.

YAËL GOOSZ
On a l'impression que vous vous couchez devant les géants du sport ; pour faire venir l'Euro, pour faire venir les JO, si on a la chance de les avoir à Paris, c'est zéro impôt, zéro fiscalité, la garantie fiscale, on appelle ça. Vous disiez : pour être compétitif, il faut que les compétitions ne soient pas fiscalisées…

PATRICK KANNER
Mais je le revendique. Attendez, entre des abus personnels, parce que ce n'est pas le sportif qui est en cause, c'est simplement le citoyen qui est en cause, en l'occurrence, qu'il soit sportif, chef d'entreprise ou médecin, c'est une question de probité et d'éthique personnelle qui est aussi en jeu. Moi, je revendique ce que j'ai mis en oeuvre, à savoir cette absence de fiscalité pour l'Euro, je vais bientôt présenter avec Thierry BRAILLARD les résultats de l'Euro, vous serez surpris des retombées économiques sur les territoires qui ont accueilli l'Euro…

YAËL GOOSZ
Allez-y, allez-y, dites-le-nous maintenant…

PATRICK KANNER
Je vais vous donner un exemple pour ma région, parce que je l'ai déjà évoqué, 71 millions d'euros pour la commune de Lens, 150 millions d'euros pour la métropole lilloise. Vous avez évoqué les 200 millions d'euros d'économies fiscales pour l'organisation de la manifestation. Et puis, si nous ne l'avions pas fait, l'Euro serait partie ailleurs, alors, on peut sauter sur sa chaise en disant : voilà, pas de mesure fiscale favorable, mais nous n'aurions plus aucun événement sportif. Il faut trouver un équilibre entre l'événement et ce qu'il rapporte au pays.

FABIENNE SINTES
Patrick KANNER, vous restez avec nous, on va parler d'une compétition d'un tout autre genre dans 90 secondes. Voici Victor MATE.

/// Pause - Journal ///

Patrick KANNER avec nous dans l'émission politique de France Info. On va terminer la conversation qu'on avait juste à l'instant avec vous, Gilles BORNSTEIN.

GILLES BORNSTEIN
Oui, j'avais une question précise sur Paul POGBA. Si les soupçons sont avérés, et vous dites qu'il y a une enquête, si les soupçons sont avérés, peut-il toujours porter le maillot de l'équipe de France, peut-il encore être international français ?

PATRICK KANNER
Je ne suis pas sélectionneur, je vous l'ai dit, premièrement, c'est un immense joueur qui marque aujourd'hui…

GILLES BORNSTEIN
Manuel VALLS, pour BENZEMA, Manuel VALLS avait pris position.

PATRICK KANNER
Oui, mais encore une fois, c'est une affaire française qui a été amenée pour écarter…

GILLES BORNSTEIN
Il est joueur français, donc peut-il, un joueur qui fraude le FISC peut-il porter le maillot de l'équipe de France ? C'est clair.

PATRICK KANNER
Encore une fois, est-ce que vous pouvez être certain que les accusations qui sont portées sur lui sont avérées ?

GILLES BORNSTEIN
Si c'est confirmé. Il y a un devoir d'exemplarité pour un joueur de l'équipe de France.

PATRICK KANNER
Je n'ai pas à rentrer dans cette logique-là, laissez les faits prospérer, s'ils doivent prospérer, et nous verrons bien ce que fera Didier DESCHAMPS en l'occurrence. Vous ne m'amènerez pas sur le sujet Monsieur BORNSTEIN.

GAËL GOOSZ
Il y a un autre scandale qui éclabousse le monde du sport, Patrick KANNER, c'est le dopage organisé en Russie, si l'on en croit les conclusions du rapport rendu par le juriste McLAREN, Richard McLAREN, il parle de conspiration institutionnelle, et les événements sportifs à venir en Russie, mondiaux de bobsleigh, mondiaux de foot en 2018, est-ce que c'est possible de laisser à la Russie ces événements quand on sait à quel point il y a ce soupçon de dopage ?

PATRICK KANNER
Le rapport McLAREN est terrifiant, sur, finalement, une forme d'organisation d'Etat du dopage, avec des complicités au plus haut niveau de l'Etat, potentiellement, avec les services secrets engagés. Nous sommes là devant une situation qui a d'ailleurs permis à ce qu'il y ait des premières mesures de sanctions à l'occasion des Jeux de Rio, plusieurs fédérations internationales ont interdit aux athlètes de participer aux Jeux de Rio, et la fédération internationale paralympique a totalement…

YAËL GOOSZ
A part vous indigner, vous pouvez faire quoi avec les Russes ?

PATRICK KANNER
Je pense que les Russes sont des gens responsables, ils savent aujourd'hui que leur image est profondément écornée, et que si…

GILLES BORNSTEIN
Alep ça ne les dérange pas par exemple, donc ce n'est pas…

FABIENNE SINTES
Je n'ai pas osé le dire.

PATRICK KANNER
Enfin, il y a une petite différence, c'est que vous évoquez des compétitions internationales qui sont décidées par des organismes internationaux, si la Russie n'est pas d'équerre sur le dopage, vous verrez que les sanctions tomberont, pour les athlètes russes, dans des compétitions à l'extérieur de la Russie, et qu'ils n'auront plus de manifestation.

GILLES BORNSTEIN
Ce n'est pas la question.

PATRICK KANNER
Mais la question, c'est de la responsabilité de chaque Etat, c'est ce que nous faisons en France. Quand nous soutenons l'Agence française de lutte contre le dopage, quand nous mettons notre code interne en lien avec le code mondial antidopage, nous faisons notre travail, la France est exemplaire. La Russie ne l'est pas aujourd'hui, le rapport McLAREN le montre, mais on ne peut pas en même temps dire il y a un rapport et condamner ad vitam aeternam un pays qui peut-être, je l'espère, se remettra sur de bons rails.

YAËL GOOSZ
Allez, on change de compétition, on ne sait pas s'il y a du dopage dedans, la primaire de gauche…

PATRICK KANNER
Sûrement pas. Sûrement pas. Pas connu en tout cas.

YAËL GOOSZ
Déjà des ralliements, Anne HIDALGO choisit Vincent PEILLON, vous avez vu, la Maire de Paris choisit Vincent PEILLON, Najat VALLAUD-BELKACEM, votre collègue, a choisi Manuel VALLS, et vous, Patrick KANNER, dites-nous ce matin pour qui vous roulez ?

PATRICK KANNER
Manuel VALLS, mais de manière extrêmement raisonnée. Vous savez, moi je souhaitais que François HOLLANDE soit candidat, les conditions n'ont pas été rassemblées pour le faire, il a pris cette décision extrêmement forte, que chacun reconnaît aujourd'hui. Moi je me suis fait un petit catalogue du bon candidat, quatre conditions. Première condition, défendre le bilan du quinquennat.

YAËL GOOSZ
Il coche la case.

PATRICK KANNER
Je coche la case. Deuxième condition, être un homme d'Etat ayant réussi à surmonter les plus grandes difficultés de notre pays depuis quelques années, je pense notamment au terrorisme et aux questions de sécurité, je coche la case. Troisième condition, et là c'est le local qui parle, quelqu'un qui est enraciné dans un territoire et qui a eu des responsabilités de gestion d'une grande collectivité, je coche la case, c'est Evry, et la Communauté d'agglomération. Quatrième case, l'énergie, l'énergie, la force d'y aller pour éviter que nous soyons humiliés par un second tour qui serait droite extrême/ extrême droite, et je coche la case.

YAËL GOOSZ
Pourtant ce n'est pas une évidence pour tout le monde au gouvernement, vous allez l'entendre avec Ségolène ROYAL qui était dimanche midi dans « Punchline » sur C8.
(…)
Voilà, le « il », c'était Emmanuel MACRON, pourquoi Manuel VALLS et pas Emmanuel MACRON ?

PATRICK KANNER
Vous avez vu quand même que Ségolène ROYAL a dit « je ne sais pas encore », donc il faut lui laisser le temps de la réflexion.

YAËL GOOSZ
Les doutes et les silences de Ségolène ROYAL disent beaucoup de choses.

PATRICK KANNER
Mais, est-ce qu'il est choquant que les membres du gouvernement puissent avoir « des champions » différents ? C'est une primaire ouverte.

YAËL GOOSZ
La question c'est pourquoi MACRON n'est pas la bonne option pour vous.

PATRICK KANNER
Ah mais moi je… je vous ai donné mon profil, il ne coche pas toutes les cases.

GUY BIRENBAUM
Oui, mais peut-être que vous avez fabriqué le profil pour que ça colle avec ce qui vous arrange, pardonnez-moi.

PATRICK KANNER
Vous pensez ?

GUY BIRENBAUM
Ah oui !

PATRICK KANNER
C'est très bien, mais en tout cas moi je raisonne, je suis un juriste, vous savez, un peu borné, je me suis fait une raison, mais c'est un choix nécessaire pour moi, Manuel VALLS, et je le vois dans ma région…

GILLES BORNSTEIN
Je ne sais pas un entrain considérable quand même, vous dites c'est un choix raisonné, j'ai dû faire mes petites listes, etc., il n'y a pas…

YAËL GOOSZ
Vous n'êtes pas à fond quoi !

PATRICK KANNER
Attendez… tout d'abord je tiens à vous dire que Bernard CAZENEUVE, et à juste titre, nous a demandé de ne pas rentrer dans un pugilat interne à la primaire en tant que membres du gouvernement, nous sommes là pour servir l'Etat, il nous demande de la modération, de la pondération, et moi je…

GILLES BORNSTEIN
Donc vous le soutenez avec pondération et modération.

PATRICK KANNER
Je serai dans la campagne avec modération et pondération, c'est-à-dire, très concrètement, qu'il n'est pas question de monter sur les tribunes. Le gouvernement…

GUY BIRENBAUM
Pas de meeting, vous n'allez pas soutenir votre candidat ?

PATRICK KANNER
Je serai peut-être dans un meeting, mais pas pour prendre la parole. Bernard CAZENEUVE a raison, il ne veut pas que les ministres soient distraits par cette période un peu particulière.

GUY BIRENBAUM
Et vous croyez qu'ils vont tous l'écouter, au bout de 3 mois on sait bien ce qui va se passer ?

PATRICK KANNER
Je peux vous dire que le message de Bernard CAZENEUVE a été extrêmement ferme sur le sujet.

GUY BIRENBAUM
Sinon vous allez virer.

PATRICK KANNER
Il nous dit, vous avez le droit de dire sur un plateau, ce que je fais aujourd'hui, qui vous soutenez, mais ne rentrez pas dans le pugilat de la primaire parce que, parce que – en tout cas j'espère qu'il n'y aura pas de pugilat, mais qu'il y aura un débat démocratique utile – parce que nous sommes d'abord au service du pays, c'est ça l'objectif. Mais pour moi Manuel VALLS est aujourd'hui le mieux placé pour nous mener le plus haut possible dans cette élection présidentielle.

FABIENNE SINTES
Justement, avant qu'on en arrive à François FILLON, une primaire réussie c'est combien d'électeurs selon vous ? Il y en a eu combien, 4 millions et quelques à droite…

PATRICK KANNER
4,5 millions au second tour.

FABIENNE SINTES
Pour que ce soit réussi de votre côté, qu'on ne dise pas primaire ratée, il faudrait que ce soit combien ?

PATRICK KANNER
Moi je souhaite qu'on soit autour de 1,5 million, 2 millions de citoyens qui puissent montrer leur préférence. Ce n'est pas facile, et d'ailleurs, vous savez hier j'ai rencontré à titre privé des militants dans le centre de la France, dans un déplacement, à la fin d'un déplacement, et je leur ai dit que la première responsabilité aujourd'hui c'était, de tenir les bureaux de vote bien sûr, mais surtout qu'il y ait du monde dans les bureaux de vote. Et ça, ça passe par la qualité de notre débat, et je fais confiance à nos candidats.

YAËL GOOSZ
Quand vous parlez de la primaire de la droite qui avait beaucoup mobilisé, François FILLON, qui en est sorti vainqueur, rétropédale ce matin dans une tribune dans Le Figaro, à propos de la Sécurité sociale : « l'Assurance maladie continuera à rembourser comme aujourd'hui. » Qu'est-ce que ça veut dire sur sa campagne, d'après vous, il recule, pourquoi ?

PATRICK KANNER
Écoutez, c'est un programme FILLON punition, tel qu'il était présenté. Voyez que je parle au passé parce qu'il faudra qu'il confirme, mais je pense que ce sera ça, ce sera ça, un programme de réaction, c'est-à-dire de retour en arrière, et moi je n'ai aucune confiance en monsieur FILLON sur, voyez, les sujets qui sont les miens, la jeunesse. Qu'est-ce qu'il m'a « laissé » monsieur FILLON comme Premier ministre, une page blanche sur la jeunesse, une page trouée en matière d'Education nationale, qu'on a dû réparer en permanence, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai essayé de faire un petit essai sur la jeunesse française.

YAËL GOOSZ
On va en parler.

PATRICK KANNER
Une page blanche, et je pense qu'aujourd'hui monsieur FILLON c'est vraiment l'homme du passé, en tant que tel, à nous de savoir montrer qu'il n'a aucune perspective progressiste pour notre pays.

FABIENNE SINTES
Et on voit ça dans un instant.
/// Journal ///
Et dernière partie de l'émission politique sur France Info avec Patrick KANNER. Question, Gilles BORNSTEIN.

GILLES BORNSTEIN
Oui, depuis une semaine, un reportage diffusé au 20h de France 2 bat des records d'audience sur le site de France Info, où il montre un café à Sevran où les femmes n'ont pas le droit de rentrer. On écoute, on regarde.
/// Extrait du reportage sur France 2 ///
C'est comme au bled dans ce café, il n'y a pas de mixité, c'est une réalité, c'est une caricature, qu'est-ce que vous en pensez ?

PATRICK KANNER
Il y a des problèmes dans les quartiers français, mais pas que dans les quartiers, le ministre des Sports que je suis voit bien que parfois, il n'y a pas de section féminine dans les clubs, parce qu'il n'y a pas de vestiaires, ça peut aussi être ça. Je vois bien aussi que dans la vie politique…

GILLES BORNSTEIN
Non, non, non, le ministre de la Ville que vous… commentaire du ministre de la Ville que vous êtes sur cette réalité des… enfin, est-ce une réalité dans un certain nombre de quartiers français ?
Revue de presse audiovisuelle

PATRICK KANNER
C'est une réalité, mais c'est un problème en général d'accès aux femmes à l'espace public, et d'accès aux femmes aussi aux responsabilités. Moi, j'ai lancé et j'ai accompagné les marches exploratoires. C'est quoi une marche exploratoire ? Dans les quartiers, elles seront développées partout en France. Ce sont des femmes, des groupes de femmes, 15 femmes, 20 femmes, qui vont dans les quartiers et qui regardent les dysfonctionnements d'urbanisme, les dysfonctionnements sociaux, dysfonctionnements en termes de mixité, et on le voit bien. Donc moi, je considère aujourd'hui que les femmes sont en train de prendre une forme de responsabilité extrêmement positive en disant : mais on ne veut pas que cela soit possible dans un pays comme la France. Mais c'est valable dans les quartiers, mais c'est valable dans bien d'autres domaines. Le ministre des Sports, on a parlé beaucoup de sport, moi, je vois que dans les 31 fédérations olympiques, il n'y a qu'une seule femme présidente. Donc c'est un combat de tous les jours.

GUY BIRENBAUM
Mais Monsieur KANNER, on ne va pas tourner autour du pot, est-ce que c'est un problème de religion, est-ce que c'est un problème social, est-ce que c'est un problème de mixité ? Quel est le problème que vous identifiez quand vous voyez ces images ?

PATRICK KANNER
C'est le problème pour les femmes d'accéder aux lieux publics sans qu'il y ait de discrimination, quel que soit l'objet, quelle que soit l'origine de la discrimination, c'est un combat de tous les jours.

GUY BIRENBAUM
Vous écrivez dans votre petit essai : « La relève », qui est publié aux Editions de la Fondation Jean Jaurès, vous écrivez précisément : avec la gauche, la République a repris ses quartiers, c'est écrit noir sur blanc, force est de constater que pas partout…

GILLES BORNSTEIN
Pas tout à fait.

PATRICK KANNER
C'est un combat, encore une fois, c'est une progression. Aujourd'hui, l'inactivité économique, le repliement sur soi, le sentiment de relégation peut aboutir à ce type de… voilà, je dirais, d'incompréhension…

GILLES BORNSTEIN
Ce n'est pas lié à l'islam, ce n'est pas lié à l'islam, pour dire les choses clairement ?

PATRICK KANNER
Mais, arrêtons de stigmatiser, entre guillemets, une culture ou une religion, il y a aujourd'hui dans l'islam ou dans d'autres religions des gens parfaitement intégrés et qui considèrent que la mixité fait partie, et heureusement, du bien-être collectif…

FABIENNE SINTES
Oui, mais ça n'empêche pas, bien sûr.

PATRICK KANNER
Donc s'il y a un dysfonctionnement à Sevran et ou ailleurs, eh bien, il faut le combattre, il faut nommer les choses…

GUY BIRENBAUM
Vous irez ? Vous irez voir ?

PATRICK KANNER
Mais moi, je connais Sevran, et j'ai été à Sevran pour voir une pièce de théâtre de la Poudrerie, il y a quelques semaines, où j'ai vu des femmes qui relataient leur vie dans les quartiers. Donc…

GUY BIRENBAUM
Mais c'est là qu'il faut aller, c'est dans celui-là ! Dans ce café !

PATRICK KANNER
Mais il n'y a pas que ce café-là !

GUY BIRENBAUM
Mais bien sûr que non !

PATRICK KANNER
Il y en a d'autres. Et il y a d'autres lieux où la mixité n'existe pas, et pas que dans les cafés, j'insiste là-dessus. Vous avez dans le sud de l'Europe, voilà, des comportements sexistes qui n'ont rien à voir avec la religion…

GUY BIRENBAUM
… On est en France, là, on parle de France…

YAËL GOOSZ
Patrick KANNER, vous parliez religion justement, discrimination, aujourd'hui, l'université de Strasbourg pourrait nommer un prêtre, monsieur Michel DENEKEN, à sa présidence, est-ce que ça vous semble poser un problème en termes de respect de la laïcité en France ?

PATRICK KANNER
Ah, mais ça, c'est le droit local, ça, c'est le droit local…

YAËL GOOSZ
Un prêtre à la tête d'une université, ce serait inédit…

PATRICK KANNER
Non, mais attendez, non, mais attendez, je suis du Nord, vous le savez, et il y a eu l'Abbé LEMIRE, qui a été maire d'Hazebrouck, qui a créé les jardins ouvriers, on empêcherait un prêtre d'avoir une activité publique ? Enfin, excusez-moi, mais…

YAËL GOOSZ
Non, on vous pose la question, il n'y a pas d'arrière-pensée…

PATRICK KANNER
Non, non, mais je veux dire, attention de ne pas avoir des stigmatisations à l'envers, un citoyen peut, quelle que soit sa fonction personnelle, peut avoir des responsabilités, et heureusement. Et en tout cas, là où je vous rejoins toutes et tous, c'est que, aujourd'hui, les femmes n'accèdent pas encore suffisamment à des responsabilités, et parfois, il y a des espaces publics qui leur sont fermés, eh bien, il faut combattre cela.

GILLES BORNSTEIN
On parle de vous, comment voyez-vous votre avenir ? Pour dire les choses clairement, est-ce que vous envisagez… alors, je vais vous demander…

PATRICK KANNER
C'est une question particulière ça…

GILLES BORNSTEIN
Alors, je vais vous demander les choses plus précisément, est-ce que vous envisagez de vous présenter à la mairie de Lille ? Martine AUBRY termine son troisième mandat.

PATRICK KANNER
Son troisième mandat, oui, tout à fait.

GILLES BORNSTEIN
Est-ce que vous envisagez…

PATRICK KANNER
Sera-t-elle candidate à un quatrième mandat, il faut lui poser d'abord la question…

GUY BIRENBAUM
Ce n'est pas ce que vous demande Gilles, il vous demande si vous, vous serez candidat.

PATRICK KANNER
Oui, il m'avait bien semblé entendre la question. Je suis Lillois, donc tout ce qui concerne ma ville m'intéresse, naturellement…

YAËL GOOSZ
Mais encore ?

PATRICK KANNER
La meilleure preuve c'est que je suis encore conseiller départemental lillois, même d'opposition, malheureusement aujourd'hui, pour ce qui me concerne, mais conseiller départemental lillois. Moi, vous savez, je me projette naturellement…

GILLES BORNSTEIN
Et donc ?

PATRICK KANNER
Ma projection c'est d'abord les primaires.

GILLES BORNSTEIN
Puis les sénatoriales, d'accord.

PATRICK KANNER
Puis les élections présidentielles, si vous me permettez, un peu avant. Les élections législatives, où je compte bien donner un coup de main à tous mes camarades qui se présenteront en tant que tels.

YAËL GOOSZ
Et en 2020 ?

PATRICK KANNER
Et, septembre 2017, il y a, semble-t-il, une élection sénatoriale, et si je deviens sénateur, eh bien je me mettrai à la disposition de mes concitoyens nordistes, et, dans le Nord il y a Lille.

FABIENNE SINTES
Est-ce que vous serez sénateur maire ?

GILLES BORNSTEIN
Donc il y a Lille et ?

YAËL GOOSZ
Je n'ai pas compris la réponse…

FABIENNE SINTES
Moi non plus.

YAËL GOOSZ
Est-ce que vous serez candidat…

GUY BIRENBAUM
Clairement, ça vous intéresse.

YAËL GOOSZ
Oui, non ?

PATRICK KANNER
Ce n'est pas aujourd'hui ma préoccupation.

GUY BIRENBAUM
Mais ça vous intéresse.

PATRICK KANNER
Ma préoccupation… mais arrêtez de me harceler, 2020 c'est dans plus de 3 ans, c'est dans plus de 3 ans…

YAËL GOOSZ
Anne HIDALGO se prépare pour 2020 !

PATRICK KANNER
Mais Anne HIDALGO est sortante. Quelles seront les conditions de l'élection municipale à l'époque, nous verrons bien.

FABIENNE SINTES
Et merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 14 décembre 2016

Rechercher