Interview de Mme Juliette Méadel, secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes, à France Inter le 20 décembre 2016, sur l'attaque d'un marché de Noël à Berlin et l'état d'avancement des dossiers d'indemnisation des victimes d'attentats auprès du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions (FGTI). | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Juliette Méadel, secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes, à France Inter le 20 décembre 2016, sur l'attaque d'un marché de Noël à Berlin et l'état d'avancement des dossiers d'indemnisation des victimes d'attentats auprès du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et autres infractions (FGTI).

Personnalité, fonction : MEADEL Juliette, SALAME Léa.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes;

ti : MARC FAUVELLE
Léa SALAME vous recevez la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes.

LÉA SALAME
Bonjour Juliette MEADEL.

JULIETTE MEADEL
Bonjour.

LÉA SALAME
L'Allemagne touchée à son tour, votre réaction ce matin à l'attaque d'un marché de Noël à Berlin cette nuit ?

JULIETTE MEADEL
Berlin hier soir, Nice il y a cinq mois, c'était deux rassemblements qui devaient être joyeux et ces images tragiques me touchent beaucoup, on a l'impression d'une forme de mimétisme tragique de deux démocraties – la France, l‘Allemagne – qui ont une histoire commune et qui sont aujourd'hui frappées au coeur et d'une façon aujourd'hui qui est bouleversante. Moi je me souviens de ce que nous avons vécu à Nice et je me dis qu'aujourd'hui ces 12 morts, je pense à leurs proches, à leurs parents, à leurs enfants ; je pense à ces près de 50 blessés – et il y en aura probablement d'autres – qui sont aujourd'hui évidemment blessés physiquement, psychiquement et je pense aussi aux témoins car une ville frappée en son coeur comme ça, c'est des dizaines de témoins, c'est des dizaines de personnes qui ont assisté à l'horreur et qui pour une partie d'entre eux ont vu la mort arriver.

LÉA SALAME
Et est-ce qu'on sait à cette heure, est-ce que vous savez s'il y a des victimes françaises ?

JULIETTE MEADEL
Pour le moment, nous n'avons pas d'information de cette nature.

LÉA SALAME
Le nouveau ministre de l'Intérieur Bruno LE ROUX a annoncé hier soir que la sécurité allait être renforcée sur les marchés de Noël en France, ce n'était pas déjà le cas, il fallait une nouvelle attaque pour renforcer la sécurité sur les marchés de Noël, je ne comprends pas bien ?

JULIETTE MEADEL
On est à un niveau évidemment avec l'état d'urgence qui va être voté et prolongé à nouveau, on est évidemment à un niveau de protection maximum – ce qui n'empêche pas qu'il puisse y avoir sur quelques points précis un renforcement et un renfort de forces de l'ordre...

LÉA SALAME
Mais ce n'était pas le cas sur les marchés de Noël, parce que les marchés de Noël ça fait plusieurs semaines qu'on y va à Paris, à Strasbourg et ailleurs, aujourd'hui ils n'étaient pas suffisamment protégés, il y a un besoin de renforcement ?

JULIETTE MEADEL
A Strasbourg, par exemple si, la mairie bien sûr à renforcer les moyens...

LÉA SALAME
Et à Paris ?

JULIETTE MEADEL
Honnêtement il y a des policiers et la réserve militaire partout, promenez-vous dans Paris, franchement...

LÉA SALAME
Moi je me suis promenée sur le marché de Noël aux Champs-Elysées, est-ce que vous êtes vraiment certaine que la sécurité était renforcée ?

JULIETTE MEADEL
Si vous ne les avez pas vues, c'est bon signe, c'est précisément parce qu'il y a beaucoup de forces de l'ordre en civil et c'est exactement comme ça qu'on est bien protégés en France. Mais évidemment Léa SALAME, vous avez raison, le risque zéro n'existe pas - je ne vais pas vous dire demain qu'il est certain que nous n‘aurons plus d'attentat - et c'est d'ailleurs pour ça qu'on a créé, que le gouvernement a créé, que le président de la République a créé un secrétariat d'Etat à l'Aide aux victimes, c'est parce qu'il y a un besoin de protection, un besoin de protection avec des forces de sécurité mais aussi un besoin de prise en charge des victimes.

LÉA SALAME
Justement parlez-nous un petit peu de votre mission, puisque vous êtes secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, après l'attentat de Nice il y a six mois vous avez reçu un peu plus de 2.000 demandes d'indemnisation, on est six mois après, aujourd'hui combien de personnes ont été indemnisées ?

JULIETTE MEADEL
Il y a 881 personnes sur ces 2.000 qui ont reçu aujourd'hui presque 10 millions d'euros du fonds qui s'occupe de l'indemnisation, ces 10 millions d'euros ça sert pour des dépenses d'urgence, 10 jours après Nice il y a des premières provisions qui ont été reçues qui vous permettent quand hélas vous avez perdu un proche de venir, d'avoir un billet d'avion qui est payé, d'avoir des premières aides, tout ça c'est un dispositif de solidarité. Mais il n'y a pas que l'argent, quand on est victime d'un attentat de cette nature de quoi on a besoin ? D'abord, on a besoin que l'Etat soit présent – et c'est ce que nous avons fait notamment à Nice, nous avons ouvert un centre d'accueil des familles où il y avait de quoi accueillir, avec des psychologues, avec des médecins, avec des policiers, avec des associations, car les victimes ont besoin que l'Etat soit là, que l'Etat les protège, que l'Etat les accompagne, que l'Etat reconnaisse ce qu'elles ont véçu - et puis le temps de l'indemnisation vient après – mais elles ne demandent pas de l'argent au début.

LÉA SALAME
Mais comment ça se passe, en fait il y a l'attentat de Nice, comment ça se passe ? Vous avez créé une plateforme Internet, c'est-à-dire qu'on s'inscrit, soit la victime, soit les proches des victimes s'inscrivent sur ce site Internet, en disant : « Voilà, je pense avoir été victime ou j'ai été victime » et comment ça se passe ensuite jusqu'au moment où il y a indemnisation, combien de temps ça prend ?

JULIETTE MEADEL
D'abord, quand on dépose une demande d'indemnisation sur ce site Internet, dans les 48 heures j'ai fait en sorte qu'il y a un coup de fil du fonds avec un spécialiste qui vous dit : « est-ce que vous avez rempli tous les papiers, oui, non, et comment ça va se passer », ça c'est comme ça que ça se passe ; Ensuite, dans les 10 jours, vous recevez une première provision, une avance, et puis au bout...

LÉA SALAME
De combien ?

JULIETTE MEADEL
10, 20, 30.000 euros en fonction de vos besoins ; Et puis ensuite, si vous êtes blessé, on attend que vous soyez guéri pour pouvoir évaluer votre préjudice et, là, vous avez des indemnisations qui peuvent monter à plusieurs millions d'euros avec des rentes qui sont versées à vie par le fonds.

LÉA SALAME
Comment on fait, comment vous faites, comment la procédure se passe pour évaluer le préjudice - parce que ce n'est pas la même chose si j'ai perdu un bras ou si j'ai un traumatisme psychologique - comment on l'évalue, combien il y a de médecins qui vous auscultent et qui évaluent le préjudice ?

JULIETTE MEADEL
Il y a un expert qui est un expert diligenté par le FGTI qui vient et qui vous examine, parfois avec une contre-expertise...

LÉA SALAME
FTJI, c'est-à-dire le Fonds...

JULIETTE MEADEL
Le Fonds de Garantie, parfois avec une contre-expertise. Mais ce que je veux dire ici c'est que nous avons tout fait pour simplifier la vie des victimes, tous ces acronymes que vous utilisés, vous avez raison tout ça c'est compliqué, mais moi je veux dire à ceux qui nous écoutent...

LÉA SALAME
Vous utilisez !

JULIETTE MEADEL
Que nous utilisons aussi ! Je veux dire à ceux qui nous écoutent que nous avons simplifié parce que je ne veux pas qu'on ajoute de la douleur à la douleur avec des formalités administratives, qui certes étaient compliquées, nous les avons simplifiées avec un guichet unique de l'aide aux victimes, avec un comité local d'aide aux victimes dans chaque département de France, même quand vous avez été victimes de l'attentat de Nice mais que vous habitez Lille vous avez un préfet qui est là pour vous et puis nous avons créé cette plateforme Internet qui permet d'accélérer les délais d'indemnisation.

LÉA SALAME
Ca va plus vite, mais du coup parfois il y a des usurpations - c'est ce qui s'est passé – il y a deux semaines un couple a été condamné à trois et six ans de prison ferme par le Tribunal correctionnel de Grasse pour avoir été indemnisé, ils ont reçu 60.000 euros par le...

JULIETTE MEADEL
FGTI.

LÉA SALAME
FGFT.

JULIETTE MEADEL
FGTI, pardon.

LÉA SALAME
FGTI, pardon…

JULIETTE MEADEL
Fonds de Garantie on va l'appeler.

LÉA SALAME
Et ils se sont fait passer pour des victimes de l'attentat du 13 novembre à Paris, le problème c'est qu'ils étaient à Antibes, comment faire pour ne pas vous faire avoir, parce que vous vous êtes fait avoir là sur ce coup-là ?

JULIETTE MEADEL
Justement en prenant un minimum de temps pour examiner les demandes, c'est pour ça qu'on a en France un système qui est l'un des plus complets au monde, évidemment on ne peut pas indemniser d'un claquement de doigt, il faut regarder s'il n‘y a pas des fraudes, c'est pour ça que ça prend un peu de temps. Néanmoins, on a quand même un système qui avance relativement vite et on a l‘un des systèmes qui couvre le mieux le préjudice, car en France vous êtes indemnisé pour votre préjudice physique mais aussi pour votre préjudice moral et nous avons reconnu le préjudice d'angoisse en France, ça veut dire que quand vous voyez la mort arriver – comme ce qui est arrivé hier à Berlin – et que vous êtes menacé et que vous pensez que vous allez mourir, il se passe quelque chose dans votre cerveau qui s'appelle un psycho-traumatisme et, ça, ça des conséquences physiques, et ça le gouvernement l'a reconnu, nous sommes en train de réfléchir maintenant à son évaluation – c'est un vrai sujet – mais on va de ce point de vue-là progresser et faire des propositions dans les mois qui viennent.

LÉA SALAME
Juliette MEADEL deux – trois questions d'actualité, si vous le voulez bien. Christine LAGARDE condamnée mais dispensée de peine par la Cour de justice de la République, une réaction ?

JULIETTE MEADEL
Moi j'ai du mal à comprendre ce que c'est qu'être responsable mais pas coupable, ça avait effectivement défrayé la chronique vous l'avez rappelé du temps de l'affaire du sang contaminé, maintenant c'est une cour de justice qui s'est prononcée, mais je comprends...

LÉA SALAME
C'est une justice à deux vitesses ?

JULIETTE MEADEL
Je comprends qu'on s'interroge, je comprends qu'on s'interroge sur ce type de décision qui peut donner l'impression qu'il y aurait deux poids et deux mesures.

LÉA SALAME
Vous vous interroger, quoi ?

JULIETTE MEADEL
Je m'interroge.

LÉA SALAME
Vous soutenez Manuel VALLS pour la primaire de gauche, 15 jours après avoir annoncé sa candidature sa campagne patine un peu, il a du mal à remplir les salles, les sondages sont instables, vous êtes sûre que c'est la bonne personne pour réunir la gauche ?

JULIETTE MEADEL
Franchement, franchement, on a une primaire qui doit nous permettre d'avoir un débat de fond, Manuel VALLS a déjà fait des propositions intéressantes - et il y en aura d'autres au mois de janvier – mais je ne voudrais pas que cette primaire ressemble à un congrès du Parti socialiste, on est....

LÉA SALAME
Ca y ressemble de plus en plus, Juliette MEADEL.

JULIETTE MEADEL
Mais moi je souhaite que ça change, parce qu'on est dans un moment aujourd'hui où on voit la menace avec la menace terroriste, où nous avons besoin d'un homme d'Etat, nous avons besoin de choisir celui qui sera peut-être le futur président de la République française - nous ne sommes pas en train de choisir le Premier secrétaire du PS – et Manuel VALLS est cet homme d'Etat, Manuel VALLS...

LÉA SALAME
Ca veut dire que les autres ne sont que du niveau du Premier secrétaire du PS ?

JULIETTE MEADEL
Ca veut dire que…

LÉA SALAME
Benoît HAMON, Arnaud MONTEBOURG, ça veut dire ça ?

JULIETTE MEADEL
Oui…

LÉA SALAME
Oui ?

JULIETTE MEADEL
C'est très bien, on a besoin d'avoir...

LÉA SALAME
D'être Premier secrétaire du Parti socialiste ?

JULIETTE MEADEL
On a besoin d'avoir des Premiers secrétaires du Parti socialiste, on a besoin d'avoir aussi des talents et évidemment Arnaud MONTEBOURG et Vincent PEILLON ils ont ces talents, mais en ce moment franchement on a besoin de quelqu'un qui est capable de faire face, quelqu'un qui est capable de faire front, Manuel VALLS a été Premier ministre de la France pendant deux ans, il a fait face aux attentats terroristes, il a su prendre les bonnes décisions et pour moi c'est le candidat dont la France a besoin.

LÉA SALAME
Juliette MEADEL était notre invitée ce matin, merci à vous et belle aujourd'hui.

JULIETTE MEADEL
Merci à vous.

MARC FAUVELLE
Et merci à vous Léa SALAME.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 décembre 2016

Rechercher