Déclaration de M. Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux anciens combattants et à la mémoire, sur l'Initiative 5+5, une coopération multilatérale de sécurité et de défense en Méditerranée occidentale, à Alger le 15 décembre 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux anciens combattants et à la mémoire, sur l'Initiative 5+5, une coopération multilatérale de sécurité et de défense en Méditerranée occidentale, à Alger le 15 décembre 2016.

Personnalité, fonction : TODESCHINI Jean-Marc.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux anciens combattants et à la mémoire

Circonstances : Réunion des Ministres de la Défense de l'Initiative 5+5, à Alger (Algérie) le 15 décembre 2016

ti :
Mesdames,
Messieurs les ministres de la Défense de l'Initiative 5+5,
Chers amis,


Permettez-moi de vous dire mon plaisir et l'honneur de vous retrouver à cette réunion annuelle des ministres de la Défense du 5+5 pour la deuxième année consécutive.

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, mon Général, pour votre accueil chaleureux, ici, à Alger.

Je voudrais également vous assurer de toute ma reconnaissance pour la qualité de votre présidence de l'Initiative, et notamment l'accueil exceptionnel lors de l'ensemble des réunions qui se sont déroulées à Alger. Je voudrais aussi saluer les succès de la présidence algérienne, qui a été en initiative tout au long de l'année et a vu 36 activités réussies dans le domaine de la Défense.

L'initiative 5+5 Défense est un instrument fondamental pour renforcer la complémentarité et la solidarité entre les deux rives de la Méditerranée occidentale. Toutes les avancées accomplies dans le cadre du 5+5 restent solides et pérennes car elles reposent sur des choix effectués en commun.

Le consensus existe et perdure grâce à un réel climat de confiance. L'Initiative a atteint une certaine maturité, elle mérite notre engagement plein et entier pour la consolider. C'est ce flambeau que nous reprenons en 2017 non sans fierté.

Dois-je rappeler l'attachement de la France à l'Initiative 5+5, dans un contexte qui nécessite plus que jamais de faire face ensemble aux menaces qui nous touchent tous ?

Je pense notamment au terrorisme, dont nous sommes tous victimes et qui mobilise notre attention, nos populations et nos moyens – notamment militaires. Je tenais à rendre hommage, à ce titre, aux forces de défense et de sécurité de tous nos pays qui luttent tous les jours face aux groupes terroristes et en paient le prix du sang.

Je soulignerais la nécessité, dans ce contexte, de renforcer l'échange d'information entre nous sur ces menaces. C'est la clé de notre efficacité.

Vous le savez, l'Initiative 5+5 Défense n'a pas vocation à être le cadre d'un engagement opérationnel dans les crises régionales. En revanche, elle est un forum qui permet de partager, de manière informelle, nos expériences et de les enrichir au travers d'activités de formation et d'exercices communs.

Elle peut et doit être également mobilisée au service d'une approche globale pour faciliter le développement de réflexion sur des enjeux sécuritaires communs. Je salue par exemple le travail fourni par le Centre euromaghrébin de recherche et d'études stratégiques sur Daech.

Je me réjouis également du sujet choisi pour le travail de recherche de l'année prochaine sur les enjeux de sécurité liés aux changements climatiques dans l'espace 5+5 et ses implications pour nos politiques de défense.

Le changement climatique, nous l'avions rappelé à Tunis, en décembre dernier, exacerbe les fragilités et amplifie les risques de crise au sein des États et au niveau régional.

Je tenais également à exprimer le souhait d'un rétablissement rapide de la sécurité et de la stabilité dans un pays en particulier de l'Initiative : la Libye. La France, comme l'ensemble des pays du 5+5, soutient le gouvernement d'entente nationale et le Premier ministre Fayyez Sarraj.

La voie politique est la seule à même de rétablir la paix et la stabilité dans le pays. Nous sommes inquiets concernant les dissensions et les différents blocages politiques libyens et les affrontements qui ont eu lieu ces derniers jours dans la capitale libyenne et dans le croissant pétrolier.

J'espère que la montée en puissance de la Garde présidentielle pourra représenter un des maillons de futures institutions sécuritaires inclusives, rassemblant toutes les forces libyennes et placées sous l'autorité du Conseil présidentiel.

Je tenais également à saluer les succès des forces libyennes engagées dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes dans tout le pays. Elles paient un lourd tribut. Enfin, j'espère réellement que des activités de l'Initiative pourront se dérouler en Libye dès l'année 2017.

La France se prépare à prendre la responsabilité de la présidence de l'Initiative le 1er janvier 2017. Nous nous inscrirons bien évidemment dans la continuité de la présidence algérienne en préservant les grands principes de l'Initiative : approche pragmatique, volontariat pour participer et organiser les activités, décision par consensus, économie des moyens.

Nous nous attellerons comme notre prédécesseur algérien, que je tiens à nouveau à remercier, au renforcement de ses mécanismes et à la poursuite de notre travail.


Je vous remercie de votre attention.


Source http://www.defense.gouv.fr, le 23 décembre 2016

Rechercher