Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, à France Inter le 22 décembre 2016, sur le lancement des travaux de la future route solaire de Tourouvre dans l'Orne, les pics de pollution dans les grandes agglomérations et la préparation de l'après-diesel. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, à France Inter le 22 décembre 2016, sur le lancement des travaux de la future route solaire de Tourouvre dans l'Orne, les pics de pollution dans les grandes agglomérations et la préparation de l'après-diesel.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène, FAUVELLE Marc .

FRANCE. Ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat;

ti : MARC FAUVELLE
Bonjour Ségolène ROYAL.

SÉGOLÈNE ROYAL
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Vous inaugurez aujourd'hui dans l'Orne un tronçon d'un kilomètre de route solaire, du bitume couvert de panneaux photovoltaïques, c'est une première mondiale ?

SÉGOLÈNE ROYAL
C'est une première mondiale, c'est-à-dire que c'est la première fois qu'on va utiliser, finalement, un espace qui sert, qui a un autre usage, pour fabriquer de l'énergie. Donc c'est un prototype. D'ailleurs, beaucoup de pays étrangers commencent déjà à s'y intéresser, puisque l'entreprise était présente lors de la COP22, et je voyais les Chinois, les Marocains, les Africains aussi beaucoup, il y a à la fois des routes à faire, et en même temps de l'énergie à produire, et ça prouve aussi que la France peut être à l'avant-garde et parmi les meilleurs pays au monde pour la transition énergétique.

MARC FAUVELLE
C'est une vitrine ou il faut le généraliser sur les routes françaises, ce dispositif ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Ce qu'il faut savoir, c'est que depuis le 1er janvier 2015, c'est-à-dire depuis l'adoption de la loi de Transition énergétique, et grâce à l'accélération, qu'a permis aussi le sommet Climat et la COP21, la France a investi un milliard et demi dans le photovoltaïque, dans le solaire, représentant 6.000 emplois. Donc cette route solaire fait partie d'une nouvelle génération de production, qui ne se substitue, c'est-à-dire, on a, à la fois, du solaire, du photovoltaïque sur les toits, du photovoltaïque au sol, et là, ce qui est extrêmement innovant, à partir de brevets français, des plaques aussi construites en France, à proximité de la route, parce que la route a été choisie parce qu'elle est à côté de l'usine, de 70 personnes qui fabriquent ces panneaux solaires, donc qui peuvent aussi réajuster au fur et à mesure du chantier. Et donc ça produit l'équivalent donc de la consommation d'énergie de 5.000 logements. C'est un gap technologique, comme on en voit dans tous les secteurs de la transition énergétique. Il faut savoir aujourd'hui, en France, que les secteurs économiques qui créent le plus d'emplois sont ceux qui se sont attelés, soit aux économies d'énergie, on le voit dans le bâtiment, si le bâtiment marche bien, c'est parce que les chantiers d'économie d'énergie aussi montent fortement en puissance, que les Français d'ailleurs bénéficient du crédit d'impôt de transition énergétique, il y a les nouveaux matériaux, les nouvelles technologies d'isolation. C'est dans les énergies renouvelables, toutes les formes d'énergies renouvelables, j'ai inauguré récemment des énergies des gros méthaniseurs qui réutilisent par exemple les boues des stations d'épuration, c'est-à-dire qu'on est en train de transformer aussi les déchets en énergies. Donc c'est une révolution technologique également, l'éolien, vous savez que la France va être la première puissance à installer de l'éolien flottant, notamment en Méditerranée, avec trois champs d'éoliens tout autour de la France, et puis, dans les Outre-mer aussi avec les énergies marines, et donc il est en train de se passer une révolution silencieuse technologique, qui va permettre de mettre la France à l'avant-garde, à la fois des économies d'énergie, et des productions des énergies propres, qui nous permettent aussi de remplir nos objectifs et nos engagements en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Donc c'est une aventure extraordinaire.

MARC FAUVELLE
Ségolène ROYAL, que dites-vous aux habitants de Grenoble qui nous écoutent ce matin, et qui, depuis trois semaines maintenant, respirent chaque jour à plein poumon la pollution ?

SÉGOLÈNE ROYAL
C'est vrai que c'est une ville très polluée, et en même temps, il y a une équipe municipale et un maire très courageux, parce qu'ils ont pris…

MARC FAUVELLE
Écologistes…

SÉGOLÈNE ROYAL
Des initiatives, dans le cadre d'ailleurs de l'appel à projets sur les villes respirables, que nous avons lancé au ministère de l'Environnement, et c'est pour ça d'ailleurs, c'est en pensant à Grenoble, qui est la première ville à l'utiliser, que j'ai mis au point, vous savez, les certificats qualité de l'air, que l'on peut maintenant mettre sur son pare-brise, pour que les maires puissent prendre…

MARC FAUVELLE
Qui seront obligatoires à Paris à partir de la mi-janvier, dans quelques jours…

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui, exactement…

MARC FAUVELLE
Ça a vocation à être généralisé dans toute la France ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Bien sûr, bien sûr, mais à la limite, il faut que ce soit volontaire, moi, je crois beaucoup à l'écologie volontariste, c'est-à-dire où les citoyens se disent : ça existe, on n'a pas besoin d'attendre que ça soit obligatoire, inscrit dans les lois, etc., faisons-le puisque ça existe. Et tous les concessionnaires automobiles, je leur dis : avant de vendre une voiture, mettez sur le pare-brise le certificat antipollution, parce que ça va permettre justement de réguler la circulation, et surtout, là aussi, puisque je parlais à l'instant de révolution industrielle, c'est bien évidemment la voiture électrique qui constitue vraiment le défi du futur, là aussi, la France est en avance, puisque vous savez que le gouvernement a mis en place un crédit… enfin, une aide de 10.000 euros pour tous les citoyens qui remplacent un vieux diesel de plus de dix ans par une voiture électrique, et à compter du 1er janvier, il y a une prime de 1.000 euros pour l'achat des scooters électriques, là aussi, les deux-roues électriques en ville, scooters et vélos électriques constituent vraiment la mobilité du futur.

MARC FAUVELLE
Dans la région de Grenoble, comme en Ile-de-France lors du pic de pollution il y a quelques jours, il y a la voiture bien sûr, il y a l'industrie aussi, et il y a aussi, pour une part non négligeable, les feux de cheminée. Vous êtes toujours contre leur interdiction ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui, parce qu'il y a des solutions techniques là aussi.

MARC FAUVELLE
Une journée de feu de cheminée dans un foyer ouvert, c'est-à-dire une cheminée classique, c'est 3.500 kilomètres parcourus par une voiture diesel.

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui. Écoutez, d'abord, ce qui est autorisé ce sont ce qu'on appelle les flambées festives…

MARC FAUVELLE
C'est difficile de faire la différence entre une flambée festive et une flambée de chauffage !

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui, mais il y a des gens pauvres qui ne peuvent se chauffer qu'au bois parce que, voilà, ils n'ont pas les moyens de remplacer leur chaudière, à ceux-là je rappelle qu'il y a un crédit d'impôt…

MARC FAUVELLE
Il y a aussi des gens pauvres qui roulent avec des voitures qui polluent et à qui on va demander de ne plus rouler à partir de la mi-janvier.

SÉGOLÈNE ROYAL
Absolument, c'est pour ça qu'il faut faire attention, dans cette transition énergétique, et donner les moyens justement à tout le monde d'accéder aux transports propres et au chauffage propre. J'en profite pour dire que pour changer, pour avoir une chaudière propre, il y a aussi le crédit d'impôt, de transition énergétique, c'est-à-dire que quand vous ne payez pas d'impôt – alors on me dit les gens qui ne paient pas d'impôt ils n'ont pas de réduction sur le changement d'une chaudière par exemple – je dis si, parce qu'à ce moment-là ils sont remboursés…

MARC FAUVELLE
Il y a un crédit d'impôt désormais mis en place, ce n'est pas seulement une réduction.

SÉGOLÈNE ROYAL
Un crédit d'impôt, ce n'est pas seulement une baisse d'impôt, c'est aussi un crédit d'impôt, c'est-à-dire qu'ils sont remboursés de 30 % du coût de cette chaudière plus propre qui peut remplacer des chaudières polluantes.

MARC FAUVELLE
Ségolène ROYAL, le diesel, fiscalité alourdie dans quelques jours, au 1er janvier, plus taxe écologique, environ 4 centimes d'augmentation en 2017 pour le diesel. Est-ce qu'il ne serait pas plus simple, aujourd'hui…

SÉGOLÈNE ROYAL
Des baisses sur l'essence…

MARC FAUVELLE
Des baisses sur l'essence.

SÉGOLÈNE ROYAL
C'est-à-dire on rapproche la fiscalité. C'est-à-dire on fait +1 sur le diesel et -1 sur l'essence, c'est logique, il faut quand même neutraliser la fiscalité. On ne peut pas à la fois dire que le diesel, les particules, provoquent des très très graves problèmes de santé publique, et en même temps continuer à donner un avantage au diesel, c'est fini ça, il faut passer à l'après diesel.

MARC FAUVELLE
Est-ce qu'il ne serait pas plus simple, Ségolène ROYAL, aujourd'hui, d'arrêter de vendre des voitures diesel en France ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Mais si, il faut préparer l'après diesel malgré les résistances. Alors bien sûr, il faut des mutations, parce que c'est des emplois industriels, ça ne peut pas se faire du jour au lendemain…

MARC FAUVELLE
Vous conseillez aux Français qui nous écoutent, et qui éventuellement veulent changer de voiture, de ne pas acheter de diesel ?

SÉGOLÈNE ROYAL
Oui, bien sûr, je vais leur dire de ne pas acheter de diesel parce que progressivement la fiscalité du diesel, l'avantage donné à la fiscalité du diesel, va être supprimé. Donc, on ne peut pas faire les choses du jour au lendemain, il faut être aussi responsable par rapport aux emplois industriels, mais en même temps, il faut que l'industrie du diesel comprenne que c'est de son intérêt à elle d'accélérer la transition, et en particulier la transition vers la voiture électrique.

MARC FAUVELLE
L'interdiction complète des diesels à Paris, comme le fait Anne HIDALGO, pour 2025, c'est une bonne idée ?

SÉGOLÈNE ROYAL
C'est une bonne idée puisqu'il faut anticiper.

MARC FAUVELLE
C'est demain 2025 !

SÉGOLÈNE ROYAL
Ce qui me frappe dans le domaine de l'environnement… regardez, l'interdiction des pesticides, qui sera appliquée au 1er janvier, qu'est-ce que je n'ai pas entendu sur l'interdiction des pesticides, et maintenant on me dit mais pourquoi ce n'est pas allé plus vite, pourquoi vous ne l'avez pas fait plus tôt ? Alors, j'ai entendu tout et n'importe quoi…

MARC FAUVELLE
Ils ne seront pas tout à fait interdits les pesticides, ils ne seront plus en vente libre…

SÉGOLÈNE ROYAL
Non, ils seront interdits dans tous les espaces publics, c'est-à-dire les municipalités, etc., n'ont plus le droit d'utiliser les pesticides…

MARC FAUVELLE
Les particuliers continueront à les trouver, mais il faudra les demander au vendeur, ils seront sous vitre.

SÉGOLÈNE ROYAL
Voilà, l'interdiction en vente libre, donc l'interdiction du Roundup, là aussi je dis à tous ceux qui nous écoutent, on n'a pas besoin d'attendre une interdiction. L'horizon est fixé, le cap est fixé, la transparence sur les informations, et notamment sur les atteintes à la santé que produisent ces perturbateurs endocriniens – d'ailleurs j'ajoute aussi que l'Europe vient aussi de s'aligner sur la France en ce qui concerne l'interdiction des perturbateurs endocriniens, en particulier du bisphénol A dans les tickets de caisse, vous savez que j'ai interdit ça l'année dernière. Là aussi il y a eu des résistances en disant mais comment on va faire ? Et maintenant on dit, mais comment même ça a pu exister de voir des caissières enceintes manipuler toute la journée des tickets de caisse qui contenaient du bisphénol A ? Donc, j'ai interdit le bisphénol A dans les tickets de caisse, dans les jouets, dans les emballages alimentaires aussi, et aujourd'hui je pousse la Commission européenne à faire en sorte que ce soit généralisé à l'échelon européen parce que ce sont des graves atteintes à la santé publique, des cancers, des cancers du sein, des perturbations sur la croissance, des perturbations sur le mécanisme de la reproduction, sur le cerveau, etc. Il y a eu longtemps la loi du silence sur tous ces sujets, il faut aussi, maintenant, que les consommateurs soient informés et qu'ils achètent des produits sans parabène, sans bisphénol, pour que ce soit l'orientation des choix des consommateurs, et mon devoir c'est d'informer les consommateurs pour que justement ils puissent choisir et orienter l'industrie vers ce qui protège l'environnement.

MARC FAUVELLE
Ségolène ROYAL, on marque une petite pause, puis la revue de presse, puis les questions des auditeurs.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 23 décembre 2016

Rechercher