Conseil des ministres du 3 février 2016. La situation de l'économie et de l'emploi. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 3 février 2016. La situation de l'économie et de l'emploi.

Personnalité, fonction : SAPIN Michel, EL KHOMRI Myriam, MACRON Emmanuel.

FRANCE. Ministre des finances et des comptes publics; FRANCE. Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social; FRANCE. Ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique

ti : Le ministre des finances et des comptes publics, la ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social et le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique ont présenté une communication relative à la situation de l'économie et de l'emploi.

L'activité économique aura progressé de + 0,2 % au dernier trimestre 2015. Après trois ans de stagnation, l'année écoulée aura été celle de la reprise, avec une croissance de 1,1 %, conforme et même un peu supérieure à l'hypothèse du Gouvernement arrêtée dès l'automne 2014.

Comme anticipé, la croissance du 4ème trimestre aura été pénalisée par les attentats de novembre dernier, qui ont engendré un repli de la consommation des ménages. Cet effet devrait être transitoire et limité comme le suggère le rebond de la consommation en biens manufacturés en décembre. La confiance des ménages a ainsi retrouvé en décembre son plus haut niveau depuis fin 2007.

Les fondamentaux de la reprise sont solides. Au-delà de l'à-coup dû aux attentats et aux températures clémentes de fin de l'année, la consommation des ménages a nettement progressé en 2015 (+ 1,4 %, après + 0,6 % en 2014), portée par les gains importants de pouvoir d'achat offerts aux ménages par la baisse du prix du pétrole et la modération des prélèvements obligatoires. De même, l'investissement des entreprises accélère franchement en fin d'année (+ 1,3 % au 4ème trimestre et + 2 % en moyenne sur l'année), grâce notamment à la reconstruction des marges qui atteignent 31,3 % au 3ème trimestre et ont ainsi repris les deux-tiers du chemin perdu pendant la crise. L'année 2015 a aussi été celle de la reprise de la production de l'industrie manufacturière (+ 1,4 % après + 0,3 % en 2014) et du rebond des exportations (+ 5,9 % après + 2,4 % en 2014) qui ont bénéficié du regain de compétitivité apporté par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et la baisse de l'euro. Enfin, le secteur de la construction montre des premiers signes d'amélioration en fin d'année après plus de deux ans de repli.

Cette reprise doit s'amplifier en 2016. L'élan pris en fin d'année, comme la bonne orientation du climat des affaires, au plus haut depuis près de cinq ans, confortent ce scénario. Le contexte international apparaît contrasté entre les bonnes perspectives des pays anglo-saxons et de la zone euro, auxquelles s'ajoutent la nouvelle baisse du prix du pétrole et un contexte de bas taux d'intérêt, et les difficultés que rencontrent les pays émergents ainsi que la volatilité sur les marchés financiers. Sans attendre un appui extérieur, le Gouvernement continue la mise en œuvre des réformes pour soutenir l'activité et l'emploi.

Si la croissance a permis de renouer en 2015 avec les créations d'emploi, elle s'est avérée encore insuffisante pour faire reculer le chômage.

En dépit de l'augmentation du nombre d'inscrits en catégorie A, l'année 2015 marque ainsi une inflexion sur le marché du travail : d'après les prévisions de l'Institut national de la statistique et des études économiques, 46 000 créations nettes d'emplois salariés marchands devraient être enregistrées en 2015 après trois années de destructions. Les entreprises recréent donc de l'emploi ce qui démontre qu'elles reprennent confiance. Toutefois, il existe plus d'entrées sur le marché du travail que de départs en retraite, donc ces créations d'emploi demeurent encore insuffisantes pour faire diminuer le chômage.

En outre, le contexte connu en novembre et décembre a pesé sur les embauches qui ont reculé de 2,2 % en décembre. Ceci explique notamment que le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, c'est-à-dire sans aucune activité en décembre, ait augmenté de 15 800 par rapport au mois de novembre, soit + 0,4 %.

L'attention marquée du Gouvernement pour les jeunes donne d'ores et déjà des résultats probants : le nombre de demandeurs d'emploi sans activité de moins de 25 ans a diminué de 4,0 % sur l'année. Il s'agit de la baisse la plus sensible du chômage des jeunes depuis 2010. Ce résultat encourageant est aussi la conséquence de la progression de l'apprentissage, qui permet d'améliorer l'insertion des jeunes dans l'emploi. Sur les sept premiers mois de la campagne 2015/2016, les contrats d'apprentissage ont progressé de 4,2 % par rapport à la même période en 2014.

Ce contexte justifie la poursuite des efforts engagés. C'est l'objet du Plan Emploi présenté par le Président de la République le 18 janvier dernier qui doit accompagner la reprise de l'activité économique afin d'en accélérer et d'en amplifier les effets sur l'emploi. Deux mesures ont déjà commencé à être mises en œuvre :

• 500 000 formations supplémentaires permettront aux demandeurs d'emploi de saisir les opportunités offertes dans les métiers en tension et dans les secteurs d'avenir comme la transformation numérique et la transition écologique. Un pilotage inédit sera mis en place région par région pour partir, au plus près du terrain, des besoins des entreprises et ajuster les formations des demandeurs d'emploi. Un milliard d'euros additionnel y sera consacré en 2016 ;

• l'aide à l'embauche dans les petites et moyennes entreprises facilitera les embauches, accélérant ainsi les effets de la reprise économique avec la création de plusieurs dizaines de milliers d'emplois supplémentaires attendus du fait de cette mesure en 2016.

Par ailleurs, un volet apprentissage a été discuté avec les régions afin, d'une part, d'ouvrir les titres professionnels du ministère du travail pour diversifier l'offre d'apprentissage, et d'autre part, de favoriser le développement des écoles de production.

Rechercher