Conseil des ministres du 4 mai 2016. Bilan de la refondation de l'école. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 4 mai 2016. Bilan de la refondation de l'école.

Personnalité, fonction : VALLAUD-BELKACEM Najat.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

ti : La ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a présenté une communication relative au bilan de la refondation de l'école.

En posant le principe d'un service public de l'éducation qui reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d'apprendre et de progresser, la loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'École de la République lui a donné une ambition nouvelle : être non seulement un espace de transmission et de maîtrise du savoir, mais également un espace plus juste, véritablement démocratique et incarnant pleinement les valeurs d'égalité et de solidarité. Depuis bientôt 4 ans, la refondation de l'École, construite autour de quatre piliers – la réussite scolaire pour tous ; un système éducatif juste et efficace ; les élèves au cœur de la refondation, des personnels formés et reconnus – transforme en profondeur le système éducatif.

1. La réussite scolaire pour tous

La réussite scolaire pour tous, c'est d'abord la priorité au premier degré, car ce sont dans les premières années de la scolarité d'un enfant que les bases de la réussite scolaire sont posées. La priorité au premier degré est pédagogique avec de nouveaux cycles et contenus d'enseignement et une cinquième matinée profitant pleinement aux apprentissages des élèves. Elle est également budgétaire, avec deux tiers des nouveaux postes d'enseignants titulaires affectés au premier degré et des moyens exceptionnels accordés au développement du « plus de maîtres que de classes » et de la scolarisation des moins de trois ans.

La réussite scolaire pour tous, c'est aussi une action déterminée pour lutter contre le décrochage scolaire et favoriser la persévérance scolaire ainsi que des réponses concrètes apportées aux jeunes ayant quitté le système de formation initiale (la campagne d'information « Reviens te former » a d'ores et déjà conduit 10 000 jeunes à prendre rendez-vous avec un référent chargé du suivi et de l'accompagnement du retour en formation).

2. Un système éducatif juste et efficace

La loi pour la refondation de l'École de la République a fait de la lutte contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative une des missions du service public de l'éducation. Le nouveau système d'allocation des moyens permet de les attribuer selon un principe fort de solidarité. Les nouveaux réseaux d'éducation prioritaire bénéficient depuis la rentrée 2015 de 350 millions d'euros supplémentaires pour mieux accompagner les élèves, favoriser le travail en équipe et la formation des enseignants, et attirer des personnels expérimentés. L'école rurale bénéficie, quant à elle, de taux d'encadrement favorable et, dans les territoires volontaires, de conventions pluriannuelles pour aménager le territoire et le réseau scolaire. Une démarche spécifique visant à développer la mixité sociale au collège est par ailleurs engagée sur 21 territoires pilotes volontaires.

3. Les élèves au cœur de la refondation de l'École

La refondation de l'École organise le système éducatif pour que tous les élèves puissent bien apprendre et que la scolarité obligatoire soit pour tous le tremplin vers la poursuite de leurs études et la construction de leur avenir personnel, professionnel et citoyen.

L'École de la République ne stigmatise pas les difficultés mais accompagne tous les élèves dans leurs parcours scolaires : le nouveau programme de l'école maternelle, en vigueur depuis la rentrée 2015, réaffirme la place primordiale du langage comme condition essentielle de la réussite de tous les élèves ; les nouveaux programmes de la scolarité obligatoire, conçus par cycle de trois ans, permettront à partir de la rentrée 2016 à chaque élève de progresser à son rythme et de parvenir ainsi à la maîtrise des fondamentaux ; les modalités d'évaluation des élèves évoluent afin que soit privilégiée une valorisation des progrès et qu'elle soit compréhensible par les familles ; la réforme du collège vise le renforcement de l'acquisition des savoirs fondamentaux et le développement de compétences nouvelles.

L'École de la République, c'est aussi une école inclusive qui met en place les dispositifs nécessaires à la scolarisation et à la réussite de tous les enfants ; 280 000 enfants bénéficient aujourd'hui de parcours spécifiques. C'est, enfin, une école qui forme tous les élèves à l'acquisition et à la maîtrise des compétences numériques, soutient l'équipement des écoles et des collèges, et met gratuitement à disposition des élèves et des enseignants des ressources numériques pédagogiques dans un environnement sécurisé.

4. La nouvelle condition enseignante

Les personnels de l'Éducation nationale sont les acteurs majeurs de la refondation de l'École. Réussir la mise en œuvre des nouvelles orientations pédagogiques et éducatives a impliqué de repenser leurs métiers dans le cadre d'un chantier ouvert en 2013 pour les moderniser, les reconnaître et les valoriser.

De plus, la reconnaissance du métier enseignant et de l'investissement des enseignants dans les réformes se fera à la fois par la refonte de leur parcours de carrière et par leur revalorisation dans le cadre de la modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations (PPCR). Le montant de l'indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves (ISAE) dans le premier degré sera porté au niveau de celui de l'indemnité de suivi et d'orientation (ISOE) dans le second degré.

Par ailleurs, parce qu'enseigner est un métier qui s'apprend, la réforme de la formation des personnels d'enseignement et d'éducation s'est traduite par l'ouverture d'une Ecole supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) dans chaque académie et la création des masters « Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation » (MEEF). L'accompagnement et la formation continue de chaque professeur sont parallèlement l'objet d'une mobilisation sans précédent.

La grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République, lancée en janvier 2015, a enfin mis la laïcité, la transmission et l'appropriation des valeurs de la République au cœur des missions de l'École. Le nouveau parcours citoyen s'inscrit dans cette dynamique de construction d'un jugement moral et civique et d'acquisition d'un esprit critique et d'une culture de l'engagement par tous les élèves. Pour accomplir cette mission, l'École bénéficie de l'appui et du concours des collectivités territoriales, des associations complémentaires de l'École et des citoyens, à travers la Réserve citoyenne de l'éducation nationale.

La refondation de l'École repose sur une conception du citoyen et de la République : l'École de la République est une école de l'exigence et de l'ambition qui doit permettre à chaque élève de trouver et de prendre le chemin de sa réussite. Au service de cette refondation, l'éducation nationale est, avec 65 milliards d'euros, redevenue le premier poste budgétaire de l'Etat, et la création de 60 000 postes couvrant tous les métiers de l'éducation a été engagées sur l'ensemble du quinquennat. Depuis 4 années, la refondation de l'École traduit dans le quotidien des élèves et de l'ensemble de la communauté éducative la priorité présidentielle donnée à l'éducation et à la jeunesse.

Rechercher