Interview de M. François Hollande, Président de la République, avec France 2 le 6 août 2016, sur les athlètes français engagés aux Jeux Olympiques. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. François Hollande, Président de la République, avec France 2 le 6 août 2016, sur les athlètes français engagés aux Jeux Olympiques.

Personnalité, fonction : HOLLANDE François.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Déplacement à Rio de Janeiro (Brésil) à l’occasion de l’ouverture des Jeux Olympiques 2016, les 5 et 6 août 2016

ti :
Journaliste : Monsieur le Président, il n'y a jamais eu autant d'athlètes français engagés aux JO, donc jamais autant de chance de médailles. Qu'est-ce que vous voulez souhaiter aux athlètes français aujourd'hui ?

LE PRESIDENT : Déjà, les 395 athlètes qui sont là ont répondu à l'attente qui était formulée : être qualifié, venir aux Jeux olympiques. Jamais il n'y a eu autant d'athlètes français dans une délégation pour les Jeux olympiques.

Et c'est vrai qu'on attend des médailles, mais je ne veux pas ici mettre la pression, ce que je leur demande c'est de se donner autant qu'ils l'ont fait et peut-être même au-delà, parce que dans la situation que connaît notre pays, les Français ils ont besoin qu'on leur donne de la fierté, qu'on leur donne du bonheur, qu'on leur donne de l'émotion.

Et je suis allé auprès de cette équipe de France, Teddy RINER en est le porte-drapeau, ils ont envie, vraiment envie de nous donner autant de médailles qu'il faudra. Mais la plus belle médaille, c'est celle de la fierté de porter le maillot de l'équipe de France.

Journaliste : Ca fera du bien d'entendre la Marseillaise beaucoup de fois ici ?

LE PRESIDENT : Oui, on l'a entendue la Marseillaise, y compris dans les drames et dans les épreuves. On l'a entendue lorsqu'il y a eu des messages de solidarité qui nous ont été adressés, et parfois de pays qui étaient très lointains et qui se retrouvaient dans ce champ-là ; et dans cette formule qui est de se mettre au plus haut niveau de solidarité à l'égard de la France.

Alors la Marseillaise, on veut qu'elle nous donne toujours cette émotion lorsqu'on verra le drapeau français se hisser et lorsqu'on verra des athlètes qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes, pour eux, pour l'équipe de France et pour la France.

Donc j'espère que nous serons au rendez-vous des Jeux pour être après au rendez-vous des Jeux olympiques à Paris, en 2024. Car si nous sommes à Rio, c'est aussi pour être à Paris en 2024, merci.

Journaliste : Merci.

LE PRESIDENT : Oui, voilà, nous vous a cherché.

(...)

Journaliste : … Teddy RINER arrive en porte-drapeau, vous êtes également un porte-drapeau ici, au Club France… qu'est-ce que vous aimeriez que ce Club France représente…

LE PRESIDENT : Le Club France, ça va être le rendez-vous de tous les Français après la compétition, mais aussi de beaucoup de Brésiliens et beaucoup d'athlètes qui viennent de tous les pays du monde. Parce que lorsque l'on cherche un lieu où il y a du partage, où il y a de la joie, où il y a de l'envie, on vient au Club France.

Je remercie vraiment le CNOSF d'avoir choisi cet endroit qui est un club d'équitation, l'équitation c'est une discipline olympique et c'est là aussi où on a eu de très beaux résultats, pour pouvoir accueillir le plus grand nombre dans ce Club France.

Teddy RINER est venu, il va être non seulement notre porte-drapeau, notre meilleure chance – il y en a d'autres – de médaille, mais il va être aussi l'animateur de beaucoup de soirées ici. Ce qu'on dit du Club France, c'est qu'il ne ferme jamais, ni le jour ni la nuit, parce que la France est toujours là. Merci.

Rechercher