Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, sur le 126e régiment d'infanterie, à Brive le 26 janvier 2017. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, sur le 126e régiment d'infanterie, à Brive le 26 janvier 2017.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de la défense

Circonstances : Adresse au 126e RI, à Brive (Corrèze) le 26 janvier 2017

ti :
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le chef d'état-major de l'armée de terre, cher Général Bosser,
Mon colonel,
Officiers, sous-officiers et soldats du 126e Régiment d'infanterie,
Messieurs les représentants des associations patriotiques,
Mesdames et Messieurs,


Je suis très heureux d'avoir pu passer cette matinée avec vous et d'avoir ainsi découvert votre régiment.

L'histoire du 126e RI remonte aux origines de la République et elle se poursuit aujourd'hui, pleinement tournée vers l'avenir. Car le soldat glorieux des armées de l'an II est devenu le fantassin du futur, et les Bisons sont aujourd'hui devenus « FELIN » ! D'une époque à l'autre, se déroule la longue tradition de votre régiment : celle de l'honneur et de la bravoure, et vous avez à cœur d'être fidèles à votre devise : « Fier et vaillant ! ».

La vaillance, les noms brodés sur votre drapeau en égrènent les différents épisodes ; ils sont autant de moments fondateurs de notre histoire nationale. Ce sont les guerres napoléoniennes, bien sûr, avec notamment la campagne de Russie : en 1812, le 126e RI était présent sur les bords de la Bérézina et s'est sacrifié pour couvrir le passage de la Grande Armée. En cette période de commémoration du centenaire de la Première guerre mondiale, je veux aussi me souvenir des terribles batailles d'Artois de 1915 et des offensives de l'année 1917 en Champagne dans lesquelles vos anciens se distinguèrent.

Mais c'est plus particulièrement dans la mémoire du second conflit mondial, dans celle de la Résistance que plongent vos racines. Elles sont au cœur de votre histoire : dès 1940, le 126e RI résiste pied à pied à l'avancée allemande et peu après la défaite, nombre de soldats issus de ses rangs s'engagent dans la région 5 de l'armée secrète. Plus tard, en 1944, ils retrouveront les maquisards de Corrèze et de Limoges, incorporés dans le régiment recréé, pour s'élancer ensemble à l'assaut du Rhin. Le 126e RI rejoint alors la première armée française dans la campagne d'Allemagne et ajoute la croix de Lorraine à son blason.

Cet épisode me convainc de l'importance de l'histoire commune qui unit ce territoire et votre régiment, Brive et ses Bisons. La première ville libérée de France irrigue le 126e RI. Ce lien spécifique que l'histoire a créé entre votre régiment et le territoire corrézien, j'ai tenu à le conserver. Depuis plus d'un siècle que votre régiment est implanté à Brive, le lien moral qui relie l'armée et la Nation trouve ici sa plus belle illustration. Avec les élus, nous nous sommes donc mobilisés pour pérenniser la présence sur la durée du 126e RI dans la ville et préserver son ancrage et son histoire.

Dans cette logique, nous avons engagé des efforts importants pour moderniser l'infrastructure de votre régiment et je suis heureux d'avoir pu visiter avec vous les bâtiments rénovés - ce n'est pas la fin, loin de là ; ils témoignent de ce nouvel élan, dont j'ai pu aussi mesurer l'impérieuse nécessité ! Je considère que la mobilisation du ministère de la Défense en faveur de la rénovation de vos bâtiments de vie, comme de la condition militaire en général, est une nécessité aussi bien opérationnelle que morale. Je suis satisfait de constater ces transformations à Brive et je suis bien conscient de la nécessité de poursuivre les chantiers et je suis aussi tout à fait déterminé au regroupement du régiment à la caserne Laporte. Avec votre chef d'état-major, les directions et services du ministère ainsi qu'avec les élus, nous mettons tout en œuvre pour que ces différents projets se poursuivent et se déroulent dans le calendrier prévu. Vous pouvez compter sur notre détermination commune.

En effet, votre engagement au service de la France nous oblige. La condition militaire, c'est un sujet qui me mobilise personnellement, c'est également une préoccupation constante du Président de la République. Nous avons travaillé ensemble à l'élaboration du plan d'amélioration de la condition du personnel dont vous avez eu, je pense, quelques échos. Ces mesures décidées sont un juste retour des choses. Ici en particulier, en 2016, déjà en 2015, vous avez été particulièrement sollicité. Je sais qu'en moyenne il y a eu une absence d'au moins 150 jours par an de votre lieu de garnison, ce qui implique des contraintes, des sujétions, il faut que l'ensemble de la famille et de l'environnement comprennent cet éloignement. Cela nécessite des compensations, c'est ce qui a été mis en oeuvre.

Du cœur de ce territoire corrézien, le 126e RI se projette sur tous les théâtres d'opérations, au plus loin comme au plus proche. Depuis de nombreuses années, votre régiment démontre avec brio ses capacités opérationnelles. Présent dès 2002 en Afghanistan, il y a cueilli, dans le cadre de l'opération Pamir, deux croix de la valeur militaire avec palme. C'est aussi en Afghanistan que le major Thibault Miloche a trouvé la mort ; je veux saluer sa mémoire ainsi que celle du caporal Mouhamadi, mort pour la France en République de Côte d'Ivoire et du caporal-chef Moana, décédé lors du déploiement récent du régiment en République centrafricaine. Je sais, et vous savez, que l'opération européenne à Bangui, EUFOR/RCA, a rebaptisé son camp du nom du caporal-chef Moana, je m'en réjouis.

D'autres de vos camarades ont été blessés, dans leur chair ou dans leur esprit lors de ces engagements ; je veux saluer ici leur courage et la force d'âme dont ils font preuve sur le chemin du rétablissement.

Dans cette voie, ils ne sont pas seuls ; ils sont entourés par les personnels de la communauté de défense, par leurs familles qui, elles aussi, endurent cette épreuve et par vous, leurs camarades. La fraternité qui vous soude, c'est un lien humain exemplaire pour la République et nos concitoyens.

Vous êtes un régiment pleinement opérationnel. Déjà très engagé l'an passé, cette année encore, 90 % des sections du 126e RI seront projetées en opération extérieure ou en mission de courte durée, que ce soit en Afrique, dans toute la bande sahélo-saharienne, au Proche-Orient ou encore dans les outre-mers. Certains vont partir dans quelques jours. La préparation opérationnelle pour ces terrains difficiles ne laisse rien au hasard et je sais que méthodiquement, avec la rigueur et le professionnalisme qui vous caractérisent, vous vous mettez en mesure d'affronter les dangers de ces missions.

L'entrainement est intense mais, vous le savez mieux que moi, tous les gestes que vous répétez en amont des opérations, sur terrain numérique ou réel, tout cet apprentissage est essentiel pour l'accomplissement de vos missions dans les meilleures conditions possibles. Tout à l'heure, j'ai pu constater votre maîtrise, votre réactivité, ces qualités proprement militaires dont je veux vous féliciter.

Je suis d'autant plus fier de vous que je suis conscient du rythme d'activités soutenu et exigeant auquel vous êtes soumis depuis de longs mois. Il est à la hauteur de l'engagement de la France dans un environnement géopolitique troublé et il est à la mesure des menaces permanentes qui pèsent sur notre pays. L'engagement du 126e RI dans la lutte contre le terrorisme est ancien ; il revêt actuellement, une acuité toute particulière. Je sais combien vous êtes mobilisés pour la protection de nos concitoyens sur le territoire national, dans le cadre de l'opération Sentinelle - j'ai d'ailleurs eu l'occasion certains d'entre vous il y quelques mois à Lyon. C'est une mission difficile ; elle fait appel à ces mêmes qualités de vigilance, de sang-froid dont vous m'avez fait la démonstration tout à l'heure, à la même expérience opérationnelle.

Jusqu'au 1er juillet, vous continuerez d'assurer la responsabilité fonctionnelle du camp de La Courtine et la gestion de ses capacités d'instruction et de préparation opérationnelle. Par la suite, le Groupement de camp de La Courtine deviendra une unité autonome sous l'autorité fonctionnelle du Commandement des centres de préparation des forces (CCPF). Vous conserverez cependant la responsabilité proprement organique d'en assurer le soutien. C'est une bonne nouvelle à la fois pour La Courtine et pour vous.

Enfin, je veux dire quelques mots de la réserve ; je sais que vous participez pleinement à la montée en puissance de cette force en assurant ici la formation de réservistes. Une compagnie de réservistes est présente dans vos rangs au sein du 126e RI, et je m'en réjouis. C'est un enjeu crucial car ces hommes et ces femmes qui, malgré une vie professionnelle bien remplie, font le choix de consacrer du temps et de l'énergie à la défense de leur pays, ces hommes et ces femmes ne seront performants militairement que s'ils sont formés. Vous avez la responsabilité de leur transmettre vos compétences militaires et cette tâche, je sais que vous l'accomplissez avec succès.

A mes yeux, le 126e RI est la parfaite illustration de la nouvelle Armée de terre, toujours « au contact », qui s'implique intensément dans les OPEX et les opérations intérieures, au service de la France. A Mayotte, au Tchad, au Mali, en Côte d'Ivoire, en Irak, en Nouvelle-Calédonie et en métropole, vous démontrez sans cesse votre capacité à assumer les missions les plus variées qui reposent de nos jours sur l'armée française et vous apportez une contribution essentielle à la résilience de notre pays. La grande force de votre régiment, sa fierté, c'est la polyvalence de vos compétences et la valeur de votre dévouement. C'est ce qui le rend si précieux pour notre Nation face aux crises et aux instabilités du monde actuel.

Vous avez de nombreux défis à relever et pour vous aider au mieux dans vos missions, j'ai entrepris une véritable rénovation de l'équipement. Le système Félin est en cours d'appropriation ; bientôt, vous recevrez l'arme individuelle future (AIF) en remplacement de vos Famas et, dans les premiers, les nouveaux véhicules blindés Griffon.

Tous ces efforts d'équipements, j'ai veillé à ce qu'ils soient accompagnés d'engagements sur le plan humain. Par décision du président de la République, la force opérationnelle terrestre a été portée à 77 000 hommes. Dans ce cadre, votre régiment monte progressivement en puissance et reçoit de nombreuses recrues. Je suis heureux qu'une cinquième compagnie de combat ait ainsi pu être créée et je salue avec plaisir les 270 engagés volontaires qui ont été incorporés en 2016 ; en 2017, cet effort de recrutement se poursuivra de la même manière. Je fais confiance aux traditions de votre régiment et à votre expérience pour intégrer les nouveaux venus comme les réservistes, et leur montrer la voie à suivre.

Le 126e RI est un beau régiment pour la jeunesse. Je souhaite que sa générosité et son engagement au service de la Nation se tournent aussi, avec plus de force encore, vers les collégiens et les lycéens. Je sais que vous les rencontrez dans le cadre de leur parcours citoyen, il y en a d'ailleurs ce matin, et je suis sûr que vous parvenez à leur transmettre la culture et l'esprit de défense de nos armées.

De la même manière, je suis heureux de votre investissement dans la vie sportive locale. Cela ne m'étonne pas, les valeurs sportives sont proches des valeurs militaires. Il vous revient de les cultiver puisque si l'on y pense bien, c'est tout de même le 126e RI qui, venant de Toulouse à Brive en 1907, y a importé le rugby ! J'attends que de votre soutien au CAB-CL résulte de belles rencontres sportives, dans un esprit de combat loyal et de respect mutuel qui est celui des armées.

Chers Bisons, aujourd'hui je suis heureux d'être venu à votre rencontre vous dire la reconnaissance et l'affection de la Nation. Officiers, sous-officiers et soldats du 126e RI, vous êtes en première ligne dans les combats de la France et vous faites notre fierté. Je vous souhaite bonne route au service de notre beau pays. Vous avez toute ma confiance pour accomplir vos missions, avec fierté et vaillance.


Vive la République ! Vive la France !


Source http://www.defense.gouv.fr, le 7 février 2017

Rechercher