Interview de M. Christophe Castaner, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, à Europe 1 le 24 mai 2017, sur la sécurité des événements sportifs, la lutte antiterroriste et la réforme du code du travail. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Christophe Castaner, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, à Europe 1 le 24 mai 2017, sur la sécurité des événements sportifs, la lutte antiterroriste et la réforme du code du travail.

Personnalité, fonction : CASTANER Christophe.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvvernement

ti : FABIEN NAMIAS
Bonjour Christophe CASTANER.

CHRISTOPHE CASTANER
Bonjour.

FABIEN NAMIAS
Dans la foulée de l'attentat de Manchester hier, une circulaire a été diffusée auprès des préfets. Concrètement, quel est le dispositif mis en place sur notre territoire après l'attentat ?

CHRISTOPHE CASTANER
Déjà, il faut rappeler que sur les événements sportifs, sur les événements culturels, la France avait su être à l'avant-garde en matière de prévention de risque. Mais il nous faut renforcer cela, on a vu que, un des points d'attaque, c'était, là, la sortie de l'événement, un sujet sur lequel nous n'étions peut-être pas assez vigilants, pas assez mobilisés, et donc les préfets et les sous-préfets examineront au cas par cas, chaque projet, mais avec un seul objectif, c'est que la manifestation ait lieu, parce qu'il ne faut surtout pas reculer, et surtout pas annuler de manifestations.

FABIEN NAMIAS
Aucune annulation de concerts, de matchs, et vous ne recommandez pas aux gens d'annuler leurs sorties ou ce qu'ils avaient prévu de faire à la veille de ce long week-end ?

CHRISTOPHE CASTANER
Non, parce que ce serait faire un formidable cadeau aux terroristes, qui atteignent notre façon de vivre, notre liberté de vivre, donc il ne faut pas leur céder.

FABIEN NAMIAS
Vous parlez des sorties, c'est vrai que, on a l'habitude, quand on va dans des manifestations publiques, dans les concerts et les manifestations sportives, d'être fouillé à l'entrée, mais il ne se passe plus grand-chose après, vous parlez des sorties, qu'est-ce qui doit se passer ?

CHRISTOPHE CASTANER
Les préfets sont en train de mobiliser des forces militaires, des forces policières pour sécuriser aussi ce moment-là qui, effectivement, relève moins de la vigilance de chaque citoyen, et j'en appelle aussi à la vigilance de chaque citoyen, et faire en sorte qu'on puisse renforcer à ce moment-là la présence.

FABIEN NAMIAS
Cela signifie que le dispositif Sentinelle, qui est mobilisé et qu'on voit, pour sécuriser dans les rues de notre territoire, pour le moment, est maintenu en l'état ? Je pose la question parce que, Emmanuel MACRON, pendant la campagne, avait dit : il sera progressivement réduit en fonction évidemment des événements, aujourd'hui, il n'est pas question d'y toucher ?

CHRISTOPHE CASTANER
Non, après l'attentat de Manchester, évidemment, on ne va pas y toucher, mais vous savez, chaque semaine, depuis que le président de la République est installé, il réunit un conseil de défense. Et c'est chaque semaine qu'il faut, en fonction de la situation, adapter la réponse la plus adaptée.

FABIEN NAMIAS
Conseil de défense qui se tient, il y en a un qui se tient à l'Elysée dans 40 minutes, on va y revenir. Une question aussi sur le programme du candidat MACRON, aujourd'hui, quel en est le calendrier ? Il avait annoncé le recrutement de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires, quand est-ce que commencera le recrutement de ces effectifs ?

CHRISTOPHE CASTANER
Sur la lutte contre le terrorisme, il faut intervenir à plusieurs niveaux, d'abord, à l'international, les premiers déplacements qu'il a faits, c'est sur la question justement au Sahel de la défense de la France, parce que les attaques sont organisées à distance au Sahel et au Levant. Mais c'est aussi – vous avez raison – le renforcement de nos moyens, tant humains et aussi en matière de renseignements. Donc au niveau humain, dès cette année, les premiers recrutements auront lieu dans cet objectif de renforcer police, gendarmerie de 10.000 effectifs.

FABIEN NAMIAS
Dès cette année ?

CHRISTOPHE CASTANER
Dès cette année…

FABIEN NAMIAS
Sur quel volume à peu près ?

CHRISTOPHE CASTANER
Ça n'est pas arrêté pare que nous n'avons pas encore travaillé sur le projet de loi de finances, mais il faudra dégager des moyens sur cela. Et puis ensuite, c'est renforcer le renseignement et créer très vite cette Task Force qui, au niveau du président et du Premier ministre, permettra de recentrer tout le renseignement intérieur, pour pouvoir agir et frapper quand c'est nécessaire.

FABIEN NAMIAS
La Task Force, j'imagine qu'il en sera question dans le conseil de défense que vous évoquiez, et qui se tient à l'Elysée dans quelques minutes, qui permettrait – je le rappelle pour ceux qui nous écoutent – de centraliser l'action des six grands services de sécurité. Elle peut être créée dans les jours, les semaines qui viennent, cette Task Force ?

CHRISTOPHE CASTANER
Elle doit être mobilisée le plus vite possible pour être efficace le plus vite possible, c'est…

FABIEN NAMIAS
Ça veut dire quoi le plus vite possible ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je ne vais pas vous donner quelques heures ou quelques jours, mais il faut que ce soit un outil opérationnel, il y a déjà aujourd'hui une centralisation, il faut qu'elle soit renforcée, ce que nous voulons, c'est qu'il y ait, pas forcément un grand service, mais 50 personnes qui, 24h sur 24, puissent recentrer la totalité du renseignement, qui remonte de différentes sources en France.

FABIEN NAMIAS
50 personnes qui seraient mobilisées autour du président, c'est le président de la République qui en aurait la responsabilité opérationnelle, en direct ?

CHRISTOPHE CASTANER
La question n'est pas la paternité sur ce dispositif, c'est son efficacité, donc en lien avec le Premier ministre, en lien avec les ministres concernés, Défense et Intérieur, évidemment, c'est au niveau central de l'Elysée qu'il faut recentrer tout cela.

FABIEN NAMIAS
Et sans doute avant l'été ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je le souhaite.

FABIEN NAMIAS
Le chef de l'Etat, hier, a reçu, tout au long de la journée, les représentants syndicaux pour évoquer son projet de réforme du code du travail, représentants syndicaux qui seront reçus à partir d'aujourd'hui par le Premier ministre et la ministre du Travail. Le calendrier, Christophe CASTANER, ce matin, est encore flou, quand la loi, qui permet de recourir à ces trois ordonnances, sera-t-elle présentée au Parlement ?

CHRISTOPHE CASTANER
Permettez-moi, avant de répondre à votre question, de vous dire que le président de la République a souhaité aborder le champ du dialogue social avec les partenaires sociaux, pas seulement la réforme du dialogue social, mais aussi la réforme de la formation professionnelle, la réforme de l'assurance-chômage, et ce plan d'investissement de quinze milliards d'euros, que nous voulons mobiliser, pour la formation professionnelle. Enfin, je réponds à votre question, il nous faut, sur ces sujets, aller vite, la priorité pour nous, c'est de faire en sorte qu'à la fin du quinquennat, nous puissions aller vers le plein emploi, c'est-à-dire 7 % de chômeurs. Et pour cela, quand on sait qu'une loi classique met à peu près deux ans pour être mise en oeuvre, il n'est pas question d'attendre deux ans, les Français ne nous ont pas élus pour partir en vacances, ils nous ont élus pour mettre en oeuvre une politique ambitieuse de lutte contre le chômage.

FABIEN NAMIAS
Ils ne vous ont pas élus pour partir en vacances, cela veut dire, si je vous comprends bien, que dès cet été, les ordonnances pourraient être… la loi d'habilitation pourrait être présentée, et les ordonnances entrer en vigueur ?

CHRISTOPHE CASTANER
Ce sera un des premiers textes sur lequel le Parlement aura à se prononcer, c'est de lancer les ordonnances, et il y aura un débat parlementaire, et nous prendrons tout le temps, et si c'est nécessaire, cet été, avec le Parlement, pour parler, travailler sur la loi d'habilitation.

FABIEN NAMIAS
La CGT, par la voix de Philippe MARTINEZ, hier, disait que le plafonnement des indemnités prudhommales, qui est au menu de ces ordonnances, est une ligne rouge. Est-ce qu'il y a une marge de négociation sur ce sujet ?

CHRISTOPHE CASTANER
Tous les sujets sont ouverts à la discussion, à la discussion, d'abord, avec les partenaires sociaux, ça se poursuivra sous l'autorité du Premier ministre et de la ministre du Travail, dans les heures qui viennent. Et puis, ensuite, pendant tout le temps d'élaboration. Ensuite, il faut se poser une seule question : c'est d'échanger avec un chef d'entreprise, un patron de PME, 94 % de nos chefs d'entreprise ont moins de dix salariés, qui, aujourd'hui, vous disent : mais moi, je ne veux pas embaucher, parce que j'ai peur d'embaucher, c'est ça la réalité que je vis dans ma circonscription à Barcelonnette ou à Manosque, et c'est à ça qu'il faut répondre, il faut donner la liberté d'embaucher, non pas la liberté de licencier.

FABIEN NAMIAS
L'autre texte emblématique du début de ce quinquennat, ce sera la loi sur la moralisation de la vie publique, qui sera portée par le nouveau ministre de la Justice, François BAYROU, qui indiquait que ce texte serait présenté en Conseil des ministres avant les élections législatives. Alors, si j'ai bien compté, si on excepte celui de ce matin, il reste deux Conseils des ministres avant le premier tour des élections législatives, les délais seront tenus ?

CHRISTOPHE CASTANER
Nous le souhaitons. Je pense qu'ils seront tenus.

FABIEN NAMIAS
La date – n'est pas encore fixée – de présentation ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je crois que ce sera dans deux semaines. Vous avez évoqué le calendrier, notre objectif est que ce soit présenté le plus vite possible, ce qui implique, pour le ministre en charge de ce dossier, de travailler avec le Conseil d'Etat, pour tout vous dire, dès demain.

FABIEN NAMIAS
Dès demain. Et est-ce que ce texte sera le premier présenté – je rappelle que vous êtes secrétaire d'Etat des Relations avec le Parlement – est-ce que ce texte sera le premier présenté à l'issue des élections législatives, après le 18 juin, aux parlementaires ?

CHRISTOPHE CASTANER
Nous y travaillons, mais ce sera un texte qui, effectivement, sera ouvert au débat au Parlement dès cet été.

FABIEN NAMIAS
Dans ce contexte de moralisation de la vie publique, les informations du Canard Enchaîné ce matin, qui nous apprennent que Richard FERRAND, ministre de la Cohésion des territoires, lorsqu'il dirigeait les Mutuelles de Bretagne, aurait retenu l'offre d'une société immobilière, détenue par sa compagne, ce qui, par ailleurs, est légal, mais est-ce que ces informations, dans le contexte qu'on évoquait, tombent mal ?

CHRISTOPHE CASTANER
Les faits, c'est quoi ? C'est une mutuelle qui a trois offres pour louer des bâtiments, non pas les acheter, mais pour les louer, et qui choisit dans ces trois offres la plus intéressante, la moins chère, et qui effectivement est la propriété de l'épouse de celui qui rentrera en politique plus tard. Donc on est sur quelque chose qui est parfaitement légal, qui était connu, qui est transparent, et d'ailleurs, le président de la Mutuelle a fait un courrier récent pour confirmer à la fois que c'était l'offre la plus intéressante, et que Richard FERRAND avait contribué à redresser spectaculairement et à préserver l'emploi dans cette mutuelle, c'est cela. Alors, oui, vous avez raison, ça tombe mal, parce que ça crée la suspicion dans un contexte de suspicion, et je ne veux pas être langue de bois sur ce sujet. Ça meurtrit évidemment Richard FERRAND, qui est un homme d'une probité exceptionnelle, que, évidemment, cette mise en cause atteint. Mais une chose est sûre, c'est que, il n'y a rien d'illégal, il n'y a rien qui ne serait pas moral, il y a des choses qui sont faites dans la transparence pour l'efficacité et pour l'intérêt de la mutuelle, qu'il servait à ce moment-là, après en avoir redressé les comptes.

FABIEN NAMIAS
Vous dites que ça tombe mal, est-ce que Richard FERRAND a ce matin la pleine confiance du président de la République, Emmanuel MACRON, et du Premier ministre, Edouard PHILIPPE ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je n'en doute pas parce que sa probité n'est nullement mise en cause.

FABIEN NAMIAS
Vous en avez parlé avec lui de ces révélations du Canard Enchaîné hier, vous dites qu'il vous avait informé, il vous a informé dans la foulée de ces informations ou vous le saviez auparavant, vous, et j'imagine les responsables de l'exécutif ?

CHRISTOPHE CASTANER
En ce qui me concerne, j'ai échangé avec Richard avant que ce soit publié parce qu'il avait cette inquiétude-là, et surtout, l'inquiétude d'une mauvaise lecture de quelque chose qui est parfaitement légal.

FABIEN NAMIAS
Jean-Pierre RAFFARIN, qui était à votre place ici, hier, appelle de ses voeux la formation d'un groupe à droite, qu'il voudrait nommer Les Constructifs, qui pourrait soutenir le gouvernement, voter certains textes, pourquoi pas la confiance ; ce sera à vos yeux un des éléments de la majorité présidentielle ?

CHRISTOPHE CASTANER
Oui, parce qu'on veut une majorité qui dépasse les partis politiques et qui s'appuie sur des femmes et des hommes issus de la gauche, du Parti socialiste, comme moi, mais qui puisse aussi s'appuyer sur les progressistes chez Les Républicains, et Jean-Pierre RAFFARIN fait partie de ceux-là, certains nous ont rejoints sous l'autorité d'Edouard PHILIPPE, et c'est déjà un choix de dépassement majeur qui a été fait par le président de la République, maintenant, il est important aussi qu'on puisse s'appuyer sur des personnalités de l'importance de Jean-Pierre RAFFARIN et de beaucoup d'autres.

FABIEN NAMIAS
Et s'appuyer sur ces personnalités, ça veut dire qu'à l'issue des élections législatives, d'autres personnalités de droite, et on a bien noté qu'En Marche n'opposait pas de candidats à certaines personnalités, pourraient rejoindre vos rangs, y compris le gouvernement ?

CHRISTOPHE CASTANER
Nous le souhaitons.

THOMAS SOTTO
Merci beaucoup Christophe CASTANER d'être venu ce matin en direct sur Europe 1. A demain matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 mai 2017

Rechercher