Entretien de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec Europe 1 le 4 juin 2017, sur une attaque terroriste à Londres et sur la lutte contre le terrorisme. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, avec Europe 1 le 4 juin 2017, sur une attaque terroriste à Londres et sur la lutte contre le terrorisme.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de l'Europe et des affaires étrangères

ti :
Q - Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères, est en ligne avec nous. Monsieur le Ministre, bonjour ! Jean-Yves Le Drian vous êtes avec nous en direct sur Europe 1, bonjour !

R - Oui, bonjour. Vous m'entendez ?

Q - Oui, je vous entends très bien. Jean-Yves Le Drian votre réaction à la suite des attentats de cette nuit et avez-vous plus d'informations sur le bilan humain et d'éventuels compatriotes dont on sait qu'ils ont été blessés sur place ?

R - C'est d'abord une réaction d'horreur et aussi une réaction de solidarité avec nos amis britanniques qui sont à nouveau visés pour la troisième fois, par un attentat lâche, ignoble mené par des terroristes qui s'attaquent à des innocents. Et je voulais redire et je l'ai dit aux autorités britanniques également, notre totale solidarité et notre totale détermination parce que ce sont les Britanniques aujourd'hui mais c'était hier les Français, ce sont les Européens qui sont visés, c'est la démocratie qui est attaquée et il faut ne céder en rien aux ennemis de la démocratie. En ce qui concerne la France et les Français, nous avons mis en place au Quai d'Orsay dès hier soir une cellule de crise pour permettre aux Françaises et aux Français qui le souhaitent d'avoir des informations sur nos compatriotes qui pourraient être victimes d'une manière ou d'une autre de cet attentat. Il y a aujourd'hui à cette heure quatre de nos compatriotes qui sont blessés. Nous sommes par le biais du consulat en relation permanente avec leur entourage.

Q - Monsieur le Ministre des affaires étrangères, quelles sont les informations dont vous disposez sur la nature de cette attaque, sur ceux qui l'ont commise, sur les circonstances de cet attentat ?

R - Pour l'instant, cet attentat n'est pas revendiqué, peut-être qu'il est un peu tôt. Vous vous souvenez que dans les attentats précédents, Daech ne revendique qu'un peu plus tard, donc il faut peut-être attendre des vérifications. Ce qui est frappant, c'est néanmoins que, désormais, les attentats sont menés de manière endogène, si je peux m'exprimer ainsi, c'est-à-dire des acteurs un peu isolés qui répondent aux ordres, aux diktats qui sont adressés par Daech pour attaquer les pays qui sont dans la coalition. Donc cela suppose en permanence de la grande vigilance, de la grande détermination, de l'affirmation de nos valeurs et donc aussi du courage et de la confiance dans la démocratie. Ils veulent semer la peur et nous ne céderons pas à la peur que ce soit en Grande-Bretagne, en France ou en Europe.

Q - Jean-Yves Le Drian, est-ce que vous avez plus d'informations sur l'état des blessés français à Londres ?

R - Nous sommes en relation avec eux et j'ai un devoir de réserve concernant leur état de santé mais nous suivons de près, en relation avec leur famille et les médecins du consulat, leur situation dans les hôpitaux londoniens. Je voudrais rajouter un point à l'égard des Françaises et des Français qui vivent à Londres. Aujourd'hui par anticipation, ce sont les législatives françaises et les Françaises et les Français de Londres, comme ailleurs dans le monde, vont voter. La meilleure manière de réagir à ces attaques contre la démocratie c'est de voter et je voudrais leur dire que les mesures d'assurance et de sécurité ont toutes été prises pour qu'au Lycée Charles-de-Gaulle à Londres, les procédures électorales puissent se dérouler dans les meilleures conditions.

Q - Vous leur conseillez donc d'aller voter et d'assurer leur devoir civique.

R - C'est une forme de réponse. Bien sûr ! C'est la force de la démocratie !

Q - Vous parlez des législatives Jean-Yves Le Drian, elles auront lieu en France dimanche prochain. Quel type de dispositions les autorités françaises vont-elles prendre pour renforcer la sécurité en France ?

R - Le Premier ministre et le ministre de l'intérieur ont pris les dispositifs, les dispositions nécessaires, comme cela a été le cas pour les présidentielles, pour éviter tout risque et tout danger à la fois avec la mobilisation de forces de police, avec la mobilisation de Sentinelle, des militaires, des forces de gendarmerie pour que le déroulé des élections se passe dans les meilleures conditions. Là aussi c'est une manière de riposter pour nous-mêmes face à ceux qui sont les ennemis de la démocratie et de la liberté et donc la meilleure réponse est effectivement d'aller voter.

Q - Jean-Yves Le Drian, est-ce qu'il y a un problème de coordination des renseignements britanniques, c'est la troisième série d'attentats, c'est les troisièmes attentats après Westminster et Manchester. Que peut faire Londres pour renforcer ces renseignements ? Donald Trump a apporté tout son soutien et propose un soutien technique aux Anglais. La France doit faire pareil ?

R - Nous sommes en relation très étroite avec les services britanniques depuis longtemps. Nous sommes d'ailleurs dans des relations d'une très grande confiance dans la lutte contre le terrorisme et contre le djihadisme extrême et donc il ne m'appartient pas de donner des conseils aux autorités britanniques. Elles ont la responsabilité de leurs propres services mais en ce qui concerne la relation entre les services britanniques et les services français, elle est vraiment marquée par la volonté d'agir ensemble et par la plus complète transparence.

Q - Jean-Yves Le Drian au début de cette émission, je recevais Nathalie Goulet qui ne pensait pas envisageable une levée de l'état d'urgence au début du mois de juillet. C'est votre avis ?

R - Le président de la République s'est déjà prononcé à cet égard. Il est très vraisemblable que l'état d'urgence sera prolongé un peu. Ce qu'il est souhaitable de mettre en oeuvre, c'est un dispositif nous permettant par la loi d'agir de manière plus efficace dans certains domaines et le Parlement en sera saisi dès qu'il sera en mesure d'agir.

Q - Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères, merci d'avoir été en direct avec nous ce matin sur Europe 1 à la suite de ces attentats de Londres.

R – Merci.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 7 juin 2017

Rechercher