Interview de M. Christophe Castaner, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, à Europe 1 le 21 juin 2017, sur l'annonce par M. François Bayrou de sa démission du gouvernement. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Christophe Castaner, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, à Europe 1 le 21 juin 2017, sur l'annonce par M. François Bayrou de sa démission du gouvernement.

Personnalité, fonction : CASTANER Christophe.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvvernement

ti : THOMAS SOTTO
« L'interview politique d'Europe 1 ». Fabien NAMIAS, vous recevez ce matin Christophe CASTANER, il s'est réveillé porte-parole du gouvernement, il saura dans quelques heures s'il se couchera en étant encore membre du gouvernement, ce qui ne sera plus le cas, ni de François BAYROU, ni de Marielle de SARNEZ.

FABIEN NAMIAS
Bonjour Christophe CASTANER.

CHRISTOPHE CASTANER
Bonjour.

FABIEN NAMIAS
Alors, vous annonciez un remaniement technique, nous avons un vrai mouvement politique et éthique ce matin, puisque François BAYROU annonce il y a quelques minutes qu'il quitte le gouvernement et son poste de garde des Sceaux. C'est sa décision ou celle du président de la République ?

CHRISTOPHE CASTANER
Ecoutez, la règle, elle a été rappelée par le Premier ministre. Un ministre, mis en examen, c'est-à-dire au terme d'une procédure judiciaire, doit quitter le gouvernement. Ensuite, face à la tourmente, je vois la Une de Libération ce matin, je vois l'Obs qui sort, face au mouvement, il y a un choix personnel, ce fut le choix annoncé hier par Sylvie GOULARD, c'est le choix aussi aujourd'hui annoncé par François BAYROU, et donc, moi je respecte ce choix personnel, il souhaite se défendre dans ce dossier, donc se donner les moyens de le faire, dont acte.

FABIEN NAMIAS
Un choix personnel, dites-vous, de François BAYROU, ce matin, mais qui fait les affaires, évidemment, du gouvernement et d'Emmanuel MACRON, ça lui évite de prendre la décision de le limoger.

CHRISTOPHE CASTANER
Je ne sais pas si la question s'est posée, mais moi, ce que je sais, c'est que c'est une question personnelle, et une chose est sûre, je ne vais pas être langue de bois, vous avez raison, ça simplifie la situation, parce qu'il était difficile, y compris pour le porte-parole, de répondre à votre questionnement, légitime, aux enquêtes de la Presse, sur des sujets qui, je le rappelle, n'ont pas aujourd'hui de conséquence judiciaire, il n'y a pas de mise en cause personnelle, même pour Françoise GOULARD (sic), par exemple, son nom n'était même pas cité dans le dossier dans lequel... des attachés du MoDem, mais je pense qu'il est effectivement plus facile de se consacrer totalement à cette défense-là, et quand on est ministre, quand on est garde des Sceaux, quand on est ministre des Armées, l'exercice est très compliqué et implique cette forme d'éthique. Moi, je leur en donne acte à l'un et à l'autre.

FABIEN NAMIAS
Sylvie GOULARD, donc, qui avait annoncé hier qu'elle quittait de son plein gré le gouvernement, François BAYROU qui l'annonce ce matin, vous nous dites « c'est sa décision personnelle ». Il y a tout juste 24 heures, le chef du gouvernement, Edouard PHILIPPE, disait : « François BAYROU a vocation à rester au gouvernement ». Qu'est-ce qui change en 24 heures, puisqu'aucune mise en examen n'est intervenue ?

CHRISTOPHE CASTANER
Vous avez bien noté que dans le terme « a vocation », il y avait déjà une part de doute, et il souhaitait, il s'est entretenu avec le garde des Sceaux hier matin, longuement, et donc il souhaitait avoir cet échange, et laisser la main à son garde des Sceaux.

FABIEN NAMIAS
Le Premier ministre a donc vu le ministre de la Justice, François BAYROU, hier matin.

CHRISTOPHE CASTANER
Ils ont échangé...

FABIEN NAMIAS
Et c'est là que la décision a été prise ?

CHRISTOPHE CASTANER
Ils ont échangé longuement par téléphone hier matin, et donc je ne suis pas dans le secret de leurs discussions, et il ne m'appartient pas de commenter quelque chose auquel je n'ai pas assisté.

FABIEN NAMIAS
Ce matin, des sources au sein du MoDem, et je rappelle que le MoDem est visé par une enquête préliminaire sur des emplois fictifs, concernant des assistants parlementaires au Parlement européen, une source donc au sein du MoDem indique que Marielle de SARNEZ, qui est la troisième ministre MoDem du gouvernement, quitterait l'équipe d'Edouard PHILIPPE. Est-ce que vous nous confirmez cette information ?

CHRISTOPHE CASTANER
Alors, je ne vais pas la confirmer, parce que je l'ai lue comme vous, mais je vais faire de l'analyse. Je ne vois comment, aujourd'hui...

FABIEN NAMIAS
Donc là, tout se passe vraiment en direct.

CHRISTOPHE CASTANER
Je ne vois pas comment aujourd'hui Marielle de SARNEZ ne pourrait pas être solidaire de François BAYROU dans cette volonté, dans cet accompagnement, sur la défense, sur la même affaire, mais c'est aussi un élément dont je ne dispose pas, pour être honnête avec vous, mais je préfère le dire et vous dire les choses.

FABIEN NAMIAS
Mais son départ du gouvernement vous semble logique, au regard de la décision de BAYROU et de GOULARD.

CHRISTOPHE CASTANER
Logique, si elle est dans le même esprit, mais il lui appartient de le décider, de François BAYROU.

FABIEN NAMIAS
Elle partirait, encore une fois, selon des sources au sein du MoDem, présider le groupe parlementaire, il y a 42 députés MoDem à l'Assemblée. Hier, Richard FERRAND, qui était à votre place, nous confirmait qu'il briguait la présidence du groupe En Marche ! à l'Assemblée et qu'il quittait le gouvernement. Ça veut dire qu'il y a deux niveaux d'éthique, il y a une éthique au gouvernement qui empêche d'être ministre, quelqu'un qui finalement est cité par les affaires, mais en revanche, on peut présider un groupe visé par les mêmes affaires ?

CHRISTOPHE CASTANER
Non mais d'abord, la question n'est pas celle des affaires pour Richard FERRAND, elle était celle de chercher le meilleur candidat possible pour présider ce groupe, parce qu'on est déjà en train de commenter...

FABIEN NAMIAS
Ça c'est l'histoire qui est joliment racontée, vous en conviendrez, mais il y avait quand même un faisceau d'affaires autour de Richard FERRAND, sans préjuger d'une quelconque culpabilité, mais qui compliquait son maintien au gouvernement.

CHRISTOPHE CASTANER
Moi, je sais que la seule question qui s'est posée, c'est : qui était dans la meilleure position pour présider le groupe. Et si je vous pose cette question, j'aurais presque l'envie, mais je ne vais pas le faire, de vous la poser à vous qui connaissez bien la classe politique et l'encadrement du groupe de La République En Marche !, ça a été un vrai sujet, et Richard FERRAND était le meilleur casting possible pour rassembler toutes ces femmes et ces hommes, parce que l'on parle déjà du futur gouvernement ce soir à 18h00, moi j'aurais envie aussi de rappeler quand même que nous avons une majorité, une belle victoire dimanche dernier, et les moyens de gouverner, donc maintenant, au boulot, et tout le monde au boulot.

FABIEN NAMIAS
Je posais hier la question à Richard FERRAND, il ne m'a pas répondu, il y a une règle très claire qui a été fixée par le Premier ministre Edouard PHILIPPE : une personnalité mise en examen ne peut rester au gouvernement, mais si d'aventure, Richard FERRAND ou Marielle de SARNEZ étaient mis en examen dans les affaires qui les concernent, pourraient-ils continuer à occuper leur poste de président de groupe parlementaire ?

CHRISTOPHE CASTANER
Alors ça, il n'appartient pas aux députés de le décider, de le choisir, parce qu'il y a un principe simple dans notre constitution, c'est la séparation entre l'exécutif et le législatif, et si d'aventure le Premier ministre ou même n'importe quel ministre devait dire aux parlementaires ce qu'ils devaient faire, on s'en prendrait à l'autonomie des chambres.

FABIEN NAMIAS
Il n'y a donc plus, à l'heure où l'on se parle, si tant est que la démission de Marielle de SARNEZ, mais vous nous dites qu'elle apparait logique, se confirme dans la journée, il n'y a plus de ministre MoDem au gouvernement. Est-ce que d'autres ministres du MoDem peuvent être appelés à rejoindre le gouvernement, dans la nouvelle équipe qui sera annoncée ce soir ? Ou alors, est-ce que c'est la disparition pure et simple du MoDem dans l'équipe d'Edouard PHILIPPE ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je ne le souhaite pas, le MoDem a toute sa place, d'abord, dans l'engagement présidentiel, dans la campagne électorale dans un premier temps, et aujourd'hui dans la majorité présidentielle, que ce soit à l'Assemblée et que ce soit au gouvernement. Mais ce soir, le gouvernement portera aussi sur des noms nouveaux qui viendront d'horizons différents, certains viendront de la gauche, comme moi, d'autres de la droite comme Edouard PHILIPPE, mais aussi des personnalités qui vont, en fonction de leurs compétences, pouvoir aller sur les postes extrêmement sensibles, comme celui de ministre des Armées.

FABIEN NAMIAS
On va y venir évidemment dans un instant. Une dernière question concernant les affaires, puisque c'est ce qui émerge dans tous les commentaires ce matin, une autre ministre, la ministre du Travail, Muriel PENICAUD, est-elle assurée de rester à son poste de ministre du Travail, sachant qu'elle présidait une structure qui s'appelait BUSINESS FRANCE, qui est visée par une enquête sur les conditions d'organisation d'un voyage d'Emmanuel MACRON quand il était ministre de l'Economie, à Las Vegas, conditions qui ne concernent absolument pas la responsabilité de l'actuel chef de l'Etat, mais éventuellement celle de Muriel PENICAUD ?

CHRISTOPHE CASTANER
Alors en fait il s'agissait non pas du voyage d'Emmanuel MACRON mais de la présence de la France dans un très grand salon international. BUSINESS FRANCE a passé un marché, une commande, il y a eu une irrégularité. Muriel PENICAUD qui était directrice générale a provoqué immédiatement un audit, puis une inspection générale, puis l'Inspection générale a validé un accord, et c'est elle qui a donné cette information. Donc je ne suis pas inquiet sur les conséquences de cette information. Je pense que c'est une grande ministre du Travail, et je pense que ça a été une directrice générale de BUSINESS FRANCE exceptionnelle qui elle-même a déclenché tous les voyants quand il y a eu une anomalie.

FABIEN NAMIAS
Donc elle a toute sa place au gouvernement et son départ n'est pas une question ce matin.

CHRISTOPHE CASTANER
Absolument pas.

FABIEN NAMIAS
Et vous même d'ailleurs, je change de sujet… Vous serez renouvelé ce soir, vous avez eu des assurances ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je n'ai eu aucune assurance sur ce sujet, je n'ai pas eu d'échange avec le président de la République, je n'ai aucune assurance, j'ai le sentiment de bien faire mon boulot, et j'aimerais bien rester, je vous fais cette confidence là.

FABIEN NAMIAS
Le message est passé auprès du chef de l'Etat. Vous parlez de la composition du gouvernement qui sera dévoilé ce soir, d'autres ministres de droite donc feront leur entrée au sein de cette équipe notamment issus de ce qu'on appelle dorénavant les constructifs.

CHRISTOPHE CASTANER
Alors je ne sais pas s'ils seront issus des constructifs mais une chose et sure c'est qu'il faut veiller à cet équilibre, cet équilibre politique qui fait que nous sommes une force qui s'appuie sur des femmes et des hommes de droite, des femmes et des hommes de gauche, des femmes et des hommes qui n'étaient pas en politique et qui sont aujourd'hui le coeur de la majorité présidentielle.

FABIEN NAMIAS
Donc vous nous confirmez néanmoins…Je ne sais pas s'ils seront constructifs, s'ils seront LR ou autres, mais que le gouvernement a vocation à s'ouvrir encore et peut-être même davantage à la droite.

CHRISTOPHE CASTANER
Dans le souci d'équilibre qui a été posé par Emmanuel MACRON et par le Premier ministre, et donc l'équilibre ça veut dire si vous faites rentrer quelqu'un de gauche il faut faire rentre quelqu'un de droite, ça me parait logique et simple. Par contre je ne peux pas vous le commenter ni vous donner de nom, je ne suis pas au coeur de cette réflexion.

FABIEN NAMIAS
C'était une personnalité issue du centre, en tout cas François BAYROU, qui annonce ce matin son départ du gouvernement qui était en charge du texte ô combien symbolique sur la moralisation de la vie publique, la confiance dans la vie démocratique, qui a été présenté au conseil des ministres la semaine dernière, est-ce que ce sera une personnalité du MoDem ou éventuellement de droite qui sera le prochain ministre de la Justice ?

CHRISTOPHE CASTANER
Sur ce sujet comme sur le ministère de la Défense ce qui compte c'est la qualité de la personne qui sera en responsabilité. On est sur des ministères extrêmement sensibles qui impliquent d'avoir un grand ou une grande professionnelle sur ce sujet.

FABIEN NAMIAS
Sur la Défense il y a un profil qui a occupé ce poste pendant cinq ans, dont on a pu d'ailleurs se demander pourquoi il ne l'occupait plus, Jean-Yves LE DRIAN. Est-ce que un éventuel retour à l'Hôtel de Brienne, au ministère de la Défense, serait finalement logique et simple ?

CHRISTOPHE CASTANER
Je n'ai pas d'information, je sais qu'il a été un grand ministre des Armées mais je préfère ne pas commenter quelque chose sur laquelle je n'ai pas d'information précise.

FABIEN NAMIAS
On parle aussi de Jean-Pierre RAFFARIN qui a vu le président de la République hier au sujet de la Défense notamment, qui connait bien ces questions et qui pourrait aussi faire son entrée au gouvernement !!

CHRISTOPHE CASTANER
C'est une personnalité qui a toute sa place dans l'action publique et donc évidemment dans notre action gouvernementale à condition qu'il valide, il s'engage sur le projet présidentiel passé par Emmanuel MACRON le 7 mai au soir à 20h avec les Français.

FABIEN NAMIAS
En tout cas vous ne fermez pas la porte. Les autorités belges ce matin parlement d'acte terroriste après l'explosion heureusement sans victime hier soir dans la gare de Bruxelles, avant hier les forces de l'ordre à Paris étaient à nouveau visé sur les Champs Elysées, le ministre de l'Intérieur dit dans le Figaro que la menace est extrêmement élevée. Dans ces conditions est-il raisonnable de maintenir les évènements liés à la Fête de la Musique ce soir partout en France ?

CHRISTOPHE CASTANER
Oui je le pense, je pense qu'il ne faut pas céder à la panique, il ne faut pas céder au risque terroriste, par contre il faut renforcer nos moyens. Ce soir il y aura 48 000 hommes de la police, de la gendarmerie qui seront mobilisés auprès des Français pour assurer et apporter toute la sécurité. Ne cédons jamais à la peur.

FABIEN NAMIAS
Demain le texte sur la lutte contre le terrorisme sera présenté en conseil des Ministres, sans doute par Gérard COLLOMB, s'il reste ministre de l'Intérieur, je ne sais pas si vous pouvez nous le confirmer ou non.

CHRISTOPHE CASTANER
Je devais faire un pari, je le pense.

FABIEN NAMIAS
Alors on le pense et ça semble probable. Est-ce qu'il y aura des mesures nouvelles sur les fichiers S – je rappelle que le kamikaze des Champs Elysées était fiché S – qui pourraient être discutées dès demain en conseil des ministres, une évolution de ce type de statut des fichiers ?

CHRISTOPHE CASTANER
Vous savez que nous avions anticipé notamment des anomalies comme celles que vous avez vu ces derniers jours avec un permis de détention d'armes et le fait d'être fiché, nous avions anticipé cela, un décret était déjà soumis au conseil d'Etat pour permettre de régler ça, nous prendrons toutes les mesures qui garantissent la protection des Français mais en même temps la liberté des Français.

FABIEN NAMIAS
Dès demain ?

CHRISTOPHE CASTANER
Alors, demain sur le texte qui a été transmis au conseil d'Etat, et dans la discussion parlementaire nous pourrons compléter cela.

FABIEN NAMIAS
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juin 2017

Rechercher