Interview de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé à France-Inter le 11 juillet 2017, sur l'obligation de vaccination, le prix du tabc et la généralisation du tiers payant chez le médecin. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé à France-Inter le 11 juillet 2017, sur l'obligation de vaccination, le prix du tabc et la généralisation du tiers payant chez le médecin.

Personnalité, fonction : BUZYN Agnès, FAUVELLE Marc .

FRANCE. Ministre des solidarités et de la santé;

ti :


MARC FAUVELLE
Invitée de France inter la ministre des Solidarités et de la Santé, bonjour Agnès BUZYN.

AGNES BUZYN
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Beaucoup de questions à vous poser sur les vaccins, sur la cigarette, sur la PMA, quelques-uns des dossiers que vous avez en charge, mais d'abord une question qui concerne tous les Français : le tiers-payant, qui permet de ne plus avancer les frais quand on va chez son médecin, sera-t-il oui ou non généralisé et obligatoire le 1er décembre prochain, c'est-à-dire dans cinq mois ?

AGNES BUZYN
Il sera généralisé, c'est vraiment une question d'équité et d'accès aux soins puisque beaucoup de Français aujourd'hui renoncent à se faire soigner parce qu'ils ne veulent pas avancer l'argent chez leur médecin, c'est donc impératif d'aller vers un tiers-payant généralisé. Aujourd'hui nous regardons la mise en oeuvre de ce tiers-payant qui pose des problèmes techniques et nous souhaitons que des médecins trouvent une facilité dans ce tiers-payant et pas une difficulté supplémentaire, nous avons besoin de leur donner du temps médical plutôt que du temps administratif, donc oui nous allons y aller et la question est de savoir avec quelle méthode pour que cela fonctionne pour tout le monde.

MARC FAUVELLE
Et vous confirmez la date de mise en place ?

AGNES BUZYN
J'attends un rapport qui sera rendu en septembre pour décider.

MARC FAUVELLE
D'accord. Dans son discours de politique générale Edouard PHILIPPE a annoncé que tous les Français disposeront d'ici à la fin du quinquennat d'une offre de soins gratuite pour les soins dentaires, pour les lunettes, pour les prothèses auditives, qui va payer, c'est la Sécu ou ce sont les mutuelles ?

AGNES BUZYN
Nous commençons tout juste à travailler le sujet, vous pouvez comprendre que c'est un sujet complexe, très complexe, cela nécessite de travailler avec tous les acteurs de la filière, que ce soit les complémentaires santé mais également les producteurs de lunettes, les professionnels engagés, donc nous allons travailler filière par filière pour définir un panier de soins minimal qui permette à tout un chacun d'avoir accès à des soins de qualité permettant d'avoir des prothèses auditives ou des lunettes, ou des soins dentaires, de conservation dentaire... Voilà ! Les travaux commenceront en septembre et nous nous donnons tout le quinquennat pour y arriver.

MARC FAUVELLE
Autre chantier dès l'année prochaine celui-là, vous comptez rendre 11 vaccins obligatoires pour tous les enfants, il y en a trois obligatoires aujourd'hui, qu'est-ce qui se passera pour les parents qui ne voudront pas faire vacciner leurs enfants ?

AGNES BUZYN
Aujourd'hui vous savez que d'ores et déjà il existe des sanctions, elles ne sont jamais appliquées, donc je pense qu'on va rester à peu près dans le même format, c'est-à-dire que les sanctions elles existent mais la réalité c'est qu'on ne les applique pas. En Allemagne...

MARC FAUVELLE
Alors, pourquoi rendre un vaccin obligatoire s'il n'y a pas de sanction ?

AGNES BUZYN
Aujourd'hui il faut savoir que ces sanctions existent dans tous les pays du monde où les vaccins sont obligatoires, en Allemagne les sanctions sont de 7.500 euros, je ne sais pas s'ils les appliquent. Ce qui compte surtout pour moi c'est de rendre la confiance dans les vaccins, aujourd'hui on voit sur Internet fleurir des fausses informations dans tous les sens, c'est vraiment la théorie du complot, des fausses informations sur des effets indésirables graves, ce qui fait que les Français doutent, plus de 40 % des Français n'ont plus confiance dans les vaccins, la couverture vaccinale ne cesse de baisser. Nous avons maintenant des enfants qui meurent, 255 cas de méningites les quatre dernières années, 25 gosses de moins de 25 qui sont morts, d'autres qui ont des séquelles, qui sont aveugles, qui ont des troubles, des handicaps mentaux graves... Voilà ! On ne peut pas laisser la situation se dégrader. Donc, pour moi, le fait de rendre les vaccins obligatoires c'est une façon de dire aux Français : « si nous le faisons, c'est que les vaccins sont totalement sûrs, c'est que vous pouvez avoir confiance » et c'est pour atteindre le seuil de vaccinations demandé par l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, qui est de 95 %, nous ne sommes qu'à 80 % aujourd'hui.

MARC FAUVELLE
Mais ce sera donc obligatoire et basé sur la bonne volonté des parents ?

AGNES BUZYN
Non, ce sera basé sur la pédagogie, je compte sur les médecins pour m'accompagner et pour convaincre tous les parents qu'il est absolument nécessaire de vacciner.

MARC FAUVELLE
Après les vaccins, Agnès BUZYN, le tabac, vous annoncez un paquet à 10 euros contre 7 aujourd'hui, est-ce que vous revendiquez une politique de matraquage fiscal des fumeurs au nom de la santé publique ?

AGNES BUZYN
Non, aujourd'hui moi je revendique la santé publique, je revendique aujourd'hui nous avons un crash d'avion par jour, 200 morts par jour du tabac. Nous sommes le pire pays au monde pour le tabagisme des femmes de 20 à 40 ans, de loin, nous avons 80.000 morts par an - je ne vous parle même pas du coût pour la Sécurité sociale - et donc, pour moi, c'est uniquement un enjeu de santé publique, or il se trouve que toutes les études montrent qu'il faut une hausse de prix importante et brutale pour que les gens arrêtent de fumer.

MARC FAUVELLE
Importante elle le sera, brutale est-ce que sera le cas, est-ce que vous allez augmenter en une fois de trois euros pour passer le cap symbolique des 10 euros ou est-ce que ce sera progressivement ?

AGNES BUZYN
Non, aujourd'hui les arbitrages ne sont évidemment pas rendus, nous allons travailler le sujet, l'idée est d'arriver à 10 euros à la fin du quinquennat, nous verrons sous quelles modalités, mais ce qui compte c'est que les Français comprennent une bonne fois pour toutes qu'il est impératif de rejoindre les autres pays de l'OCDE. Quand nous sommes à 30 % de tabac l'Angleterre est à – de 20 % aujourd'hui, or nous avions le même taux de tabagisme il y a 10 ans, donc l'Angleterre a été capable de le faire, je pense que nous serons capables de le faire aussi.

MARC FAUVELLE
Est-ce que vous allez également multiplier les aides pour ceux qui tentent – et c'est parfois très difficile – de décrocher de la cigarette ?

AGNES BUZYN
Absolument. Beaucoup d'aides ont été rendues gratuites jusqu'à 30 ans par exemple, tous les patients qui ont une maladie chronique ont des aides gratuites, des patchs remboursés, jusqu'à 150 euros de patch remboursés ; il y a tout un tas d'accompagnements qui vont être facilités ; nous allons équipés également les médecins généralistes pour l'aide au sevrage tabagique et donc bien sûr tout cela s'accompagne. C'est uniquement, pour moi, un enjeu de santé publique.

MARC FAUVELLE
Un mot également Agnès BUZYN de la PMA, la Procréation Médicalement Assistée, il y a quelques jours le Comité national d'éthique s'est prononcé en faveur de sa généralisation à toutes les femmes, donc qu'elles soient seules, en couple - alors qu'aujourd'hui seuls les couples hétéros qui n'arrivent pas à avoir des bébés ont droit à la PMA - Emmanuel MACRON avait dit pendant la campagne qu'il suivrait cette revendication et, depuis l'avis du Comité d'éthique, plus de nouvelle de la part du gouvernement, qu'est-ce qui se passe ?

AGNES BUZYN
Aujourd'hui c'est effectivement le président de la République qui avait porté ce sujet pendant la campagne, nous allons voir quand il convient d'ouvrir ce sujet, sachant qu'en fin 2018 nous devons de façon systématique rouvrir les lois de bioéthique, donc il est probable que cette discussion aura lieu lors des Etats généraux de la bioéthique qui se tiendront dans le courant de l'année 2018.

MARC FAUVELLE
Vous y êtes favorable vous à titre personnel et à titre de ministre à la PMA pour toutes les femmes en France ?
AGNES BUZYN
J'attends de voir ce que donnent les Etats généraux, je n'ai pas d'avis personnel à donner sur des sujets de société, je pense que les sujets de société... il faut qu'une société soit prête dans son ensemble pour avancer et donc j'attends de voir ce que disent les Français sur ce sujet.

MARC FAUVELLE
Et elle est prête la France ?

AGNES BUZYN
Il me semble qu'elle est prête, le Conseil consultatif national d'éthique contient en son sein toutes les sensibilités et donc, s'il a rendu un avis favorable, je pense que la société y est prête.

MARC FAUVELLE
Merci Agnès BUZYN, ministre de la Santé, d'avoir été ce matin l'invitée de France inter, très bonne journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 juillet 2017

Rechercher