Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, à RTL le 30 août 2017, sur l'accompagnement des élèves handicapés lors de la rentrée scolaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, à RTL le 30 août 2017, sur l'accompagnement des élèves handicapés lors de la rentrée scolaire.

Personnalité, fonction : CLUZEL Sophie.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées

ti : YVES CALVI
Bonjour Sophie CLUZEL...

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

YVES CALVI
Merci beaucoup d'être en direct avec nous en direct ce matin sur RTL, vous êtes secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. La réduction des emplois aidés dont on parle depuis plusieurs jours va-t-elle impacter l'accompagnement des personnes handicapées ?

SOPHIE CLUZEL
Non ! Et je tiens vraiment à rassurer les parents d'enfants en situation de handicap, non ils ont été sanctuarisés, des contrats ont été tout à fait sanctuarisés, des contrats aidés, 50.000 contrats aidés + 30.000 contrats AESH, Accompagnants d'Elèves en Situation de Handicap – on pourra revenir sur ces deux statuts différents...

YVES CALVI
Oui, bien sûr.

SOPHIE CLUZEL
Mais je tiens à rassurer les familles les moyens sont là, la promesse et l'engagement du président de la République est tenu.

YVES CALVI
Vous vous engagez sur RTL pour nous dire, très simplement, personne ne sera laissé sur le bord du chemin ? J'insiste !

SOPHIE CLUZEL
Personne ne sera laissé sur le bord du chemin, les élèves feront leur rentrée, en revanche s'il y a des problèmes de recrutement c'est indéniable peut--être qu'il ne sera pas là le jour J ce fameux auxiliaire de vie scolaire, cet accompagnant, mais il sera là dans la semaine qui suit. Tout est vraiment bouclé, on a travaillé tout l'été là-dessus pour avoir le nombre d'enfants qui avaient besoin d'auxiliaires de vie scolaire, d'accompagnants, et donc les moyens sont là.

YVES CALVI
Et est-ce qu‘on peut parler des chiffres et en cette rentrée combien d'Auxiliaires de Vie Scolaire, les fameux AVS, je le rappelle, avez-vous recensés ?

SOPHIE CLUZEL
Nous avons surtout recensé les besoins, ça c'était très important de savoir qu'est-ce qu'il y avait encore dans les tuyaux des Maisons départementales des personnes handicapées pour justement ne pas être pris de court, donc nous avons estimé qu'il fallait 80.000 accompagnants pour honorer toutes les notifications de ces Maisons départementales des personnes handicapées qui évaluent les besoins d'accompagnement des élèves. Heureusement, je tiens quand même à le rappeler à nos auditeurs, tous les élèves n'ont pas besoin d'accompagnement, plus de la moitié, plus de 150.000 élèves handicapés sont sans accompagnement à l'école, au collège et au lycée progressent dans leur scolarisation - ça c'est quand même important de le souligner - cette école inclusive avance quand même.

YVES CALVI
Les 80.000 ont les a sous la main, on va les avoir sous la main, ils seront en place dans les... Allez, dans le mois ? Enfin, voilà...

SOPHIE CLUZEL
On les a en majorité.

YVES CALVI
Parce que vous savez qu'il y a toujours un moment de panique au tout début...

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr.

YVES CALVI
Une première journée, un retour à l'école, c'est - on ne va pas du tout en faire un traumatisme - mais en tout cas pour les enfants handicapés notamment c'est un moment difficile...

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr.

YVES CALVI
Voilà ! Sur quoi pouvez-vous vous engager quant à la participation des fameux 80.000 à ce travail ?

SOPHIE CLUZEL
C'est toujours d'abord un moment très angoissant vous avez raison de le rappeler la scolarisation des élèves handicapés, pour les familles c'est angoissant, c'est toujours angoissant, on arrive à la porte de l'école avec l'estomac noué, je sais de quoi je parle puisque j'ai une fille handicapée et que pendant 20 ans j'étais de l'autre côté du miroir, donc je sais la difficulté des familles, ça c'est très important de le souligner. Le nombre d'auxiliaires de vie scolaire sera là, il y a des contrats aidés qui sont en cours de recrutements, les maisons de Pôle emploi ont a été mobilisées pendant l'été, le ministère, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel BLANQUER s'est vraiment engagé pour cette rentrée se passe le plus simplement possible. Vous avez raison de dire que 50.000 accompagnants en contrat aidé ce n'est pas satisfaisant du tout, ce mode de statut n'est pas satisfaisant, ce n'est pas pérenne, ce n'est pas professionnel, donc dès le mois d'octobre on se met autour de la table avec mon collègue Jean-Michel BLANQUER, avec la ministre de l'Éducation nationale, la ministre de l'Enseignement supérieur pour remettre à plat ce statut des accompagnants, il faut qu'on travaille sur la professionnalisation, sur la formation. Il faut qu'on permette à ces accompagnants de suivre l'enfant - il est élève certes mais il est enfant, il a besoin d'aller au centre de loisirs accompagné parfois aussi - et, ça, ce n'est pas possible aujourd'hui parce que c'est le seul employeur l'Éducation nationale sur le temps scolaire.

YVES CALVI
On va revenir là-dessus en détaillant en fait le présent et le futur, c'est très important. Auparavant si vous le voulez bien nous sommes en ligne avec Meriem DUVAL, bonjour Meriem, merci d'écouter RTL, vous êtes la maman de jumeaux de neuf ans qui rentrent l'un et l'autre en CE1, tous les deux sont autistes et vous souhaitiez vous aussi ce matin interpeller la secrétaire d'Etat qui est avec nous. Est-ce que vous pouvez nous expliquer la situation en quelques mots, s'il vous plait ?

MERIEM DUVAL, MÈRE DE DEUX JUMEAUX AUTISTES
Oui, tout d'abord bonjour et puis bonjour à Madame la Ministre, merci d'accepter de répondre à ma question. Donc je suis maman de deux enfants autistes qui comme vous l'avez souligné qui rentrent en CE1, j'ai un petit souci dans le sens où j'ai les notifications de la Maison départementale des personnes handicapées pour avoir les fameux AVS, le souci c'est qu'il y en a un des deux qui a son auxiliaire de vie scolaire et pas le deuxième, donc je me retrouve un peu dans une situation compliquée. Je viens de l'apprendre seulement hier et pas par l'enseignant référent mais simplement par l'enseignante qui s'inquiète vraiment pour la rentrée de Samy et, là, je ne sais pas comment ça va se passer parce que je n'ai pas du tout de nouvelle, on est vraiment dans le flou total. Alors je veux bien que Madame la Ministre affirme que tous les enfants auront leur accompagnement, je ne suis pas la seule dans ce cas, il y a énormément de parents qui sont dans le même cas que moi, que malgré la notification ils n'ont toujours pas l'AVS, et j'estime que le premier jour de la rentrée c'est un jour vraiment très important les enfants et je trouve ça dommage qu'ils en soient privés.

YVES CALVI
Meriem on a bien compris qu'un jumeau sera accompagné, l'autre ne l'est pas...

MERIEM DUVAL
Non.

YVES CALVI
C'est typiquement voilà le genre de question qu'on peut se poser. Quel élément de réponse pouvez-vous donner à notre auditrice, Madame la Ministre ?

SOPHIE CLUZEL
D'abord j'en ferai part évidemment à Jean-Michel BLANQUER, parce que c'est lui le ministre de l'Éducation nationale, et on est bien conscients qu'il y aura des dysfonctionnements madame, ça j'en suis tout à fait consciente...

YVES CALVI
C'est ubuesque quand même-là, on a des jumeaux, il y en a un qui est pris en charge et l'autre qui ne l'est pas ?

SOPHIE CLUZEL
Mais bien sûr, c'est ubuesque tant qu'on aura ces contrats aidés, c'est ça le vrai problème. Mais je vous rappelle quand même qu'on a hérité de cette rentrée scolaire, qu'on a pu sanctuariser les 50.000 contrats aidés, maintenant on est en effet dans la moulinette du recrutement et il y aura toujours des dysfonctionnements le jour de la rentrée tant qu'on sera sur ce support de contrat qui n'est pas satisfaisant.

YVES CALVI
Sophie CLUZEL, on a beaucoup promis aux familles d'enfants handicapés depuis très longtemps, j'ai fait un nombre incalculable d'entretiens et d'interviews où j'avais en face de moi des responsables et des ministres que je pensais tout à fait sincères - et je ne doute pas qu'ils le fussent au moment où ils répondaient à nos questions – il se trouve qu'on a jamais trouvé pour l'instant de solution globale et de réelle prise en charge...

SOPHIE CLUZEL
Vous avez raison.

YVES CALVI
Est-ce qu'on tourne une page, est-ce qu'on va enfin tourner une page dans notre pays ?

SOPHIE CLUZEL
Je l'espère et c'est vraiment... ma mission c'est de travailler avec Jean-Michel BLANQUER pour travailler à ce statut d'accompagnement, ce n'est pas satisfaisant. Madame DUVAL le dit très bien, un jumeau accompagné, l'autre non, on ne peut pas se baser, ça fait 20 ans qu'on tourne autour de ce serpent de mer - vous avez tout à fait raison – et, pourtant, on a un chantier magnifique de professionnalisation, de créer des emplois qui soient pérennes et qui puissent vraiment travailler sur cette société inclusive. Pour ça c'est très simple il faut remettre à plat le statut, il faut pouvoir mutualiser les financements pour offrir à ces personnels... je rappelle quand même que ces personnels sont en contrat 24 heures, 680 nets par mois, ils ne vivent pas de leur salaire vraiment, donc on a là un levier magnifique pour vraiment créer des vrais emplois de 35 heures qui peuvent aller sur le temps scolaire, sur le temps hors scolaire, dans les centres de loisirs, dans les stages, dans l'insertion professionnelle – parce qu'après la scolarité accompagnée monsieur CALVI il va falloir travailler sur l'emploi accompagné...

YVES CALVI
Bien sûr.

SOPHIE CLUZEL
Parce que ce que l'on veut c'est que les enfants de la République puisse avoir un travail derrière.

YVES CALVI
Une dernière question et je vous demande si vous le voulez bien une réponse brève, Brigitte MACRON - nous l'évoquions il y a quelques instants – veut s‘investir dans plusieurs domaines, notamment celui du handicap, quel rôle pourrait-elle tenir ? Est-ce que vous allez vous retrouver dans son ombre ? Est-ce que vous travaillez ensemble ? Enfin, voilà, comment la voyez-vous arriver dans votre domaine d'intervention ministérielle ?

SOPHIE CLUZEL
Oh ! Mais je ne la vois pas arriver, je travaille depuis le début avec elle, elle reçoit plus de 150 courriers tous les jours et la moitié est sur le handicap, donc on se voit régulièrement pour faire un point sur les réponses. Les Français l'ont identifié vraiment comme quelqu'un d'empathique, qui sait écouter les problèmes des Français, ils l'ont vraiment...

YVES CALVI
Mais concrètement elle va faire quoi, on a une ministre, vous êtes là ?

SOPHIE CLUZEL
Mais elle fait plein de choses déjà, sur l'éducation, sur la culture, sur le handicap, elle fait des sorties, elle veut écouter les Français, elle ne veut pas se mettre dans la lumière parce que malheureusement quand elle est là on ne parle pas de la cause, on parle d'elle. Donc elle a très bien compris, en travaillant en toute intelligence, elle est complémentaire avec notre cause et elle va écouter les Français sur le terrain de façon non médiatique justement pour travailler sur les causes et sur l'empathie avec les Français qu'elle a, qui est réelle.

YVES CALVI
Merci beaucoup Sophie CLUZEL d'être venue ce matin répondre à un certain nombre d'angoisses que partagent beaucoup de parents d'enfants handicapés, vous êtes vous-même concernée vous nous l'avez rappelé, et donc on va observer ces premiers jours et ces premières semaines et assister à cette prise en charge de ces enfants dans nos écoles, bonne journée à vous et bonne rentrée.

SOPHIE CLUZEL
Merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 12 septembre 2017

Rechercher