Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics, à "BFMTV/RMC" le 18 septembre 2017, sur les orientations budgétaires du quinquennat, basées sur la baisse des dépenses publiques, et le choix de mesures de soutien au pouvoir d'achat. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics, à "BFMTV/RMC" le 18 septembre 2017, sur les orientations budgétaires du quinquennat, basées sur la baisse des dépenses publiques, et le choix de mesures de soutien au pouvoir d'achat.

Personnalité, fonction : DARMANIN Gérald, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de l'action et des comptes publics;

ti : JEAN-JACQUES BOURDIN
L'invité ce matin est Gérald DARMANIN, ministre de l'Action et des comptes publics. Bonjour.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ministre du Budget, quoi, voilà…

GERALD DARMANIN
C'est ça…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, allez. Le budget 2018 est-il bouclé ?

GERALD DARMANIN
Le budget 2018 est bouclé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça y est ?

GERALD DARMANIN
Ça y est. On le présentera le 27 septembre avec Bruno LE MAIRE.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Croissance, 1,7 cette année ?

GERALD DARMANIN
C'est ça. Nous allons considérer…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Plus que prévu alors ?

GERALD DARMANIN
Non, 1,7, c'est le consensus des économistes, c'est-à-dire, dans les prochaines années, ce sera 1,7, nous espérons faire mieux, mais nous sommes exactement dans la moyenne de ce qu'imaginent les économistes, c'est-à-dire que nous avons des hypothèses très modérées. Et nous ne comptons pas sur des recettes virtuelles pour remplir un budget.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez baisser les déficits, la dette ?

GERALD DARMANIN
Nous allons baisser les déficits, nous allons baisser les dépenses publiques, et nous espérons d'ici la fin du quinquennat, bien sûr, baisser la dette.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Baisser la dette d'ici la fin du quinquennat ?

GERALD DARMANIN
Oui, parce que nous pas simplement un certain nombre de mesures économiques, nous, on a voulu faire dans ce budget le contraire du rabot, on a voulu faire des choix, et ces choix, c'est notamment redonner du pouvoir d'achat donc aux citoyens, nous allons supprimer dès l'année prochaine un tiers de la taxe d'habitation, puis, la taxe d'habitation d'ici trois ans, quelqu'un qui paie 600 euros de taxe d'habitation cette année, il en paiera 400 euros l'année prochaine, puis 200 euros, puis zéro euro, on va redonner du pouvoir d'achat aussi à nos concitoyens par la suppression de cotisations, pour quelqu'un qui est au Smic, c'est 250 euros en année pleine de pouvoir d'achat en plus, et si je veux, pour résumer, on va donner un 13ème mois aux Français, nous allons, Emmanuel MACRON va donner un 13ème mois aux Français par les mesures économiques que nous prenons, c'est très concret, et je pense que ça n'est jamais arrivé dans l'histoire de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, puisque vous aimez le concret, on va entrer dans le concret sur ce budget, les économies : vingt milliards d'euros d'économies, promettait Emmanuel MACRON, fin août, vingt milliards d'euros ?

GERALD DARMANIN
Nous allons baisser les dépenses publiques, mais nous n'allons pas le faire de manière absolue…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On dit 15, 16 milliards d'euros plutôt ?

GERALD DARMANIN
Mais l'important n'est pas le nombre de milliards, l'important, c'est : est-ce qu'on peut transformer le pays, est-ce qu'on peut transformer la politique du logement, est-ce qu'on peut transformer la politique du travail, sans décourager, au contraire, en encourageant le travail…

JEAN-JACQUES BOURDIN
En faisant des économies…

GERALD DARMANIN
Eh bien, nous le pourrons. Et nous le démontrerons.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Recettes fiscales meilleures, oui, dit-on, oui ?

GERALD DARMANIN
Nous espérons que la dynamique du président de la République, son élection, donne plus d'argent dans les caisses, c'est sûr.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, économies où ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, nous faisons…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Sécurité sociale, on parle de sept à huit milliards d'économies prévues ?

GERALD DARMANIN
Alors, d'abord, peut-être sur le budget de l'Etat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Budget de l'Etat…

GERALD DARMANIN
Nous avons décidé de transformer profondément deux grandes politiques publiques, avec deux ministres très courageux, Jacques MEZARD et Julien DENORMANDIE, pour le Logement, madame PENICAUD, pour le Travail. Pour le Travail, c'est des ordonnances Travail, il y a, bien sûr, des éléments budgétaires, nous avons dit que nous mettrions fin à une partie des contrats aidés pour mettre plus d'argent sur les formations, et sur ces contrats aidés, dire la vérité, ce sont des contrats précaires subventionnés, où les gens sont payés en moyenne 600 euros, font 20h par semaine, on ne peut pas vivre avec 600 euros, on ne peut pas vivre en ne faisant que 20h par semaine, surtout lorsque c'est subi, et en plus, font, en général, dix mois, en moyenne, de contrat, et vous savez pourquoi, parce que, en général, on les embauche en septembre, et on les remet au chômage au mois de juin, ce n'est pas une bonne chose, et ce n'est pas une bonne chose pour les gens eux-mêmes. Donc formation, transformation de la politique du travail, économies, en effet, sur une partie de ces subventions de ces contrats précaires subventionnés. Et puis, la politique du logement, on paie quarante milliards chaque année pour quatre millions de mal logés en France, aucun pays d'Europe ne fait quelque chose comme ça, et nous allons revoir la politique du logement, pas simplement la politique des APL, aucun Français ne verra ses APL baisser, nous ferons des économies, notamment en faisant baisser les loyers.

JEAN-JACQUES BOURDIN
En faisant baisser les loyers. Le niveau de l'allocation, à propos des APL, le niveau de l'allocation sera-t-il calculé sur le revenu de l'année en cours ?

GERALD DARMANIN
Oui, la volonté, et Julien DENORMANIE l'a dit dans les colonnes d'un de vos confrères, la volonté, c'est qu'en 2019…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, vous confirmez ?

GERALD DARMANIN
La volonté, c'est qu'en 2019, nous allons pouvoir baisser en effet le montant des APL en globalité, non pas en baissant les APL des gens, mais en calculant non pas en N moins 2, mais l'année même où on a besoin de ces APL pour qu'il n'y ait pas ni d'effet d'aubaine ni de retard, et donc effectivement, les gens toucheront leurs allocations qui correspondent exactement au droit ou non qu'ils puissent l'avoir…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc logement, travail, réforme du travail, là sont les économies, parce que, ailleurs, j'ai vu que les budgets augmentaient, le budget de la Défense augmente, le budget de la Justice augmente, le budget de l'Education augmente, le Budget de la Transition écologique…

GERALD DARMANIN
Alors, vous avez en effet trois sujets…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Budget de l'Intérieur aussi, plus 6,8 %, dit le ministre…

GERALD DARMANIN
Vous avez trois thématiques effectivement d'augmentation, vous avez tout ce qu'on appelle le régalien, l'augmentation du budget de la Défense, vous l'avez dit, l'augmentation du budget de la Justice et du budget de l'Intérieur, l'Education nationale et l'université, on a beaucoup travaillé avec madame la ministre de l'Université pour accueillir les 40.000 étudiants nouveaux à la rentrée, et c'est important de le faire et d'écouter le monde étudiant ; et effectivement, ce matin, Nicolas HULOT a pu dire que le budget de la Transition écologique augmentait. Mais il y a aussi plein de budgets qui ne voient pas d'augmentation, et qui, parfois…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Lesquels ?

GERALD DARMANIN
Par exemple le mien, j'ai essayé d'être un ministre vertueux, et à Bercy, non seulement, il n'y aura pas d'augmentation, mais il y aura une baisse du budget…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien d'économies ?

GERALD DARMANIN
C'est le 27 septembre, en tout cas, vous avez une information, c'est un budget qui va connaître une baisse significative dans le quinquennat, parce qu'on va le transformer, et dans le budget de l'année prochaine, il y a notamment un budget de la transformation, la numérisation de l'activité administrative de l'Etat, la réorganisation de l'administratif de l'Etat, mais on va s'y concerter, notamment avec les agents publics pour le faire ensemble.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le budget du ministère de la Culture aussi va baisser ?

GERALD DARMANIN
Non, le budget du ministère de la Culture ne baisse pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il ne baisse pas ?

GERALD DARMANIN
Il ne baisse pas, et nous allons d'ailleurs tenir les promesses du président de la République, notamment sur l'aide au développement, et nous serons au rendez-vous des promesses du président de la République. Ce que je peux vous dire, c'est qu'on va présenter un budget sur cinq ans, et toutes les promesses du président de la République, toutes les promesses, Monsieur BOURDIN, vous pourrez aller vérifier, sont dans ce budget.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien, je vais voir les promesses…

GERALD DARMANIN
On sait quand est-ce qu'ils arrivent, on sait comment ils sont financés, c'est le budget des promesses tenues.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, eh bien, à propos de promesses, j'y reviendrai tout à l'heure. Vous verrez, Gérald DARMANIN. Moi, j'ai quelques questions précises avec la hausse de la CSG, le pouvoir d'achat des fonctionnaires va-t-il s'améliorer ?

GERALD DARMANIN
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires va pouvoir s'améliorer dans le quinquennat, et nous allons ouvrir…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais dans le quinquennat ?

GERALD DARMANIN
Bien sûr, nous allons d'abord compenser…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pas avec…

GERALD DARMANIN
Pardon ?

JEAN-JACQUES BOURDIN
Aucune compensation à la hausse de la CSG ?

GERALD DARMANIN
Bien sûr que si, le 10 octobre, j'ai donné rendez-vous aux organisations syndicales que je reçois, et moi, dont j'estime énormément le travail, j'entends leurs contestations, j'entends parfois les demandes…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Appel à la grève de l'ensemble des syndicats, on n'a pas vu ça depuis dix ans…

GERALD DARMANIN
Mais moi, je respecte le droit de grève, et je respecte le droit de manifester, et mon bureau est toujours ouvert à toutes les organisations syndicales. Nous allons compenser l'intégralité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment ?

GERALD DARMANIN
C'est l'objet, si on fait une réunion syndicale, c'est évidemment…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, non, mais d'accord, mais vous avez des propositions…

GERALD DARMANIN
Sauf si vous voulez adhérer, Monsieur BOURDIN, bien sûr…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, non, non, mais, vous avez des propositions…

GERALD DARMANIN
Nous allons supprimer, on va leur proposer de supprimer des cotisations, les fonctionnaires paient le 1 %, sur 1,7, ça ne fait déjà plus que 0,7 à trouver, les contractuels de la Fonction publique paient la cotisation de 0,75, on va proposer de la supprimer, nous allons proposer qu'au 1er janvier de l'année prochaine, évidemment, aucun agent public ne verra une baisse de leur salaire. Par ailleurs, les agents de la Fonction publique, en moyenne, et il est vrai que c'est une…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Aucun agent public ne verra de baisse…

GERALD DARMANIN
Exactement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les agents publics verront une hausse de leur traitement, de leur salaire ?

GERALD DARMANIN
Et je vais ouvrir, à la demande du président de la République et du Premier ministre, à partir du début du mois d'octobre, trois mois de consultations, comme l'a fait madame PENICAUD pour la loi Travail, pour évoquer la question de la rémunération des agents publics, comment sont-ils rémunérés, et il n'y a pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les enseignants…

GERALD DARMANIN
Il n'y a pas que l'Etat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et les aides soignants ou, je ne sais pas, moi, les infirmiers à l'hôpital, je ne sais pas…

GERALD DARMANIN
Mais vous avez tout à fait raison, mais, Monsieur BOURDIN, le problème avec la Fonction publique, c'est qu'il n'y a pas que l'Etat qui est employeur, il y a aussi les collectivités locales, on ne peut pas décider sans elles, et il y a aussi la Fonction publique hospitalière. Donc il faut parler à ces trois Fonctions publiques qui n'en font qu'une…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le point d'indice est gelé, on est bien d'accord ?

GERALD DARMANIN
Nous n'augmentons pas le point d'indice l'année prochaine…

JEAN-JACQUES BOURDIN
2018, pas d'augmentation, et après ?

GERALD DARMANIN
Le président de la République, dans son projet présidentiel, parce que j'ai dit que c'était le budget des promesses tenues, a évoqué une nouvelle façon de rémunérer les agents publics, pour qu'ils aient plus de pouvoir d'achat et qu'il y ait plus d'égalité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Comment ? Au mérite ?

GERALD DARMANIN
Pardon ?

JEAN-JACQUES BOURDIN
Au mérite ?

GERALD DARMANIN
Il y a notamment la dimension du mérite, qui existe déjà en partie pour la Fonction publique, mais on aura l'occasion d'en parler avec y compris avec les propositions…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez l'ouvrir un peu plus ce paiement au mérite, cette rémunération au mérite ?

GERALD DARMANIN
Mais y compris des propositions des syndicats. Moi, je suis très attaché au statut de la Fonction publique, et je suis très fier et très honoré d'être le ministre des Agents publics et des fonctionnaires. Et je leur dis que nous allons ouvrir cette période de concertations, et que ça en est fini du moment où on attendait cinq ans, comme sous le quinquennat président, pour, à la fin, lâcher 1,2 point d'indice, que d'ailleurs, ce gouvernement-ci paie, nous allons prendre le temps de discuter et de moderniser la Fonction publique, parce que les agents publics, c'est des gens qui, tous les soirs, tous les matins, toutes les nuits, je le sais, j'ai été élu local, sont aux côtés de nos concitoyens, et ce n'est pas le privé qui peut le faire.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le pouvoir d'achat des retraités, maintenant.

GERALD DARMANIN
Oui.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Va-t-il augmenter ?

GERALD DARMANIN
Ah, pour une très grande partie des retraités, la réponse est oui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, et pour les autres ?

GERALD DARMANIN
Nous avons, écoutez, nous avons une politique qui est de redonner du pouvoir d'achat à ceux qui travaillent, la secrétaire qui a ses deux enfants, famille monoparentale, dans un quartier de Tourcoing, qui touche 1.152 euros nets, elle ne s'en sort pas. Et tout le travail, depuis que je suis militant politique, c'est de dire : il faut que le travail paie, il faut que ceux qui choisissent de travailler soient mieux payés que ceux qui choisissent de ne pas travailler, quand ils ont malheureusement fait le choix de ne pas travailler. Nous allons donner un 13ème mois à tous les salariés et ouvriers de France. Je voudrais qu'on s'arrête une minute sur ce point, parce que c'est ça notre politique économique, 80 euros par mois de plus de prime d'activité d'ici la fin du quinquennat, dès le budget prochain, une augmentation. Nous allons mettre, pour quelqu'un qui est au Smic, avec la suppression des cotisations, cette fameuse CSG, 260 euros de plus par an. Et nous allons supprimer la taxe d'habitation, pas pour des gens qui sont à 1.200 euros, jusqu'à 2.500 euros nets, que tous ceux qui nous écoutent sachent que s'ils ont 2.500 euros nets et qu'ils vivent seuls, ils ne paieront plus leur taxe d'habitation. Et c'est 5.000 euros nets s'ils sont un couple avec des enfants. Donc nous allons, pour la très grande majorité des Français, redonner un 13ème mois, et redonner du pouvoir d'achat, ça n'est jamais arrivé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais je vous parle des retraités, est-ce que vous allez augmenter…

GERALD DARMANIN
Mais les retraités, ils paient la taxe d'habitation !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que vous allez augmenter les retraites ? Oui ou non ?

GERALD DARMANIN
Mais vous avez vu que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Apparemment, plus 0,8 % en octobre, c'est vrai ou faux ?

GERALD DARMANIN
Vous avez vu comme moi que le journal Les Echos annonce une revalorisation, chaque année, il y aura des revalorisations de retraites évidemment.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce vrai, les retraites revalorisées de 0,8 en octobre…

GERALD DARMANIN
Oui, chaque année…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, oui ?

GERALD DARMANIN
Chaque année, il y aura des revalorisations de retraites…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc vous dites oui ?

GERALD DARMANIN
Oui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il y aura cette revalorisation ?

GERALD DARMANIN
Mais vous savez, mais ça n'a rien d'extraordinaire, chaque année, il y a des revalorisations de retraites, nous allons d'ailleurs…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Enfin, non, parce que les années précédentes, il y a eu des retraites gelées, vous le savez bien…

GERALD DARMANIN
Non, mais je n'étais pas membre du gouvernement, vous l'aurez constaté !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, non, non, mais d'accord, non, mais d'accord, vous dites, là, donc plus 0,8 en octobre, on est d'accord ?

GERALD DARMANIN
On est d'accord, bon. Et par ailleurs, on peut toujours compter sur le 0,5, 0,8, 0,9, pour les gens, ça fait beaucoup d'argent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est bien 0,8 en octobre ?

GERALD DARMANI
Ecoutez-moi, pour les gens, ça fait beaucoup d'argent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais Gérald DARMANIN, vous me rassurez…

GERALD DARMANIN
Oui, il y a une revalorisation des retraites, ne vous inquiétez pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, non, ce n'est pas pour moi, c'est pour les retraités qui nous écoutent…

GERALD DARMANIN
Mais, en revanche, Monsieur BOURDIN, la vérité, c'est que ce sont des montants, 0,8, 0,7, pour lesquels il y a beaucoup d'argent pour les gens qui attendent, mais nous, on va surtout essayer de s'appuyer là où les gens sont le plus mal payés, les petits retraités, le minimum vieillesse va augmenter de 100 euros par mois.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quand ?

GERALD DARMANIN
A partir de ce budget-ci, il y aura une augmentation…

JEAN-JACQUES BOURDIN
A partir de janvier ?

GERALD DARMANIN
Cette année, l'année prochaine.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A partir du 1er janvier ?

GERALD DARMANIN
Non, pas à partir du 1er janvier, on va présenter le budget, mais l'année prochaine il y aura une augmentation du minimum vieillesse.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est le budget 2018.

GERALD DARMANIN
Oui, mais le budget 2018 il ne s'arrête pas au 1er janvier 2018.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais d'accord…

GERALD DARMANIN
Vous l'aurez constaté.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais enfin…

GERALD DARMANIN
Il y aura une augmentation.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A partir de quand ?

GERALD DARMANIN
Il y aura une augmentation de 100 euros par mois d'ici la fin du quinquennat, et pour le minimum vieillesse, dans les deux prochaines années, il y aura une augmentation extrêmement forte du minimum vieillesse, présentation le 27 septembre.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors attendez, ça fait 100 euros…

GERALD DARMANIN
Par mois.

JEAN-JACQUES BOURDIN
D'ici la fin du quinquennat…

GERALD DARMANIN
100 euros par mois, pour les petites retraites.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais d'ici la fin du quinquennat. 100 euros chaque année ?

GERALD DARMANIN
Non, soyez raisonnable Monsieur BOURDIN !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais je dis ça comme ça, parce que je me dis que peut-être…

GERALD DARMANIN
Soyons raisonnables, on n'a jamais augmenté le minimum vieillesse comme ça.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc 100 euros avant la fin… combien dans les deux premières années, 30 %, 40 %,

GERALD DARMANIN
Ça c'est le budget du 27 septembre ; très importante, une augmentation très importante.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Très importante, 50 % ?

GERALD DARMANIN
Comme l'Allocation Adulte Handicapé, qui aussi va augmenter de 100 euros par mois.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc 50 euros dès janvier, dès février, 2018 ?

GERALD DARMANIN
Alors, si vous m'invitez la semaine du 27 septembre, je viendrai détailler le budget avec grand plaisir.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Dès 2018 il y aura une augmentation très importante, au moins la moitié ?

GERALD DARMANIN
Il y aura une augmentation très importante.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Très importante c'est au moins 30 %.

GERALD DARMANIN
Rendez-vous le 27 septembre.

JEAN-JACQUES BOURDIN
30 %, je retiens ce chiffre, je ne sais pas pourquoi. Moi j'ai 3 milliards d'euros, pour vous, de recettes.

GERALD DARMANIN
Ah, ça m'intéresse !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça vous intéresse ?

GERALD DARMANIN
Si ce n'est pas un nouvel impôt…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, non, c'est une promesse d'Emmanuel MACRON. Je veux parler du commerce parallèle du tabac, 3 milliards d'euros de perte fiscale. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de traçabilité, or Emmanuel MACRON avait promis une traçabilité.

GERALD DARMANIN
Vous savez que je suis ministre des Douanes, le ministre du Budget c'est le ministre des Douanes, et autant, avec Agnès BUZYN, nous allons lutter contre concession contre le tabagisme, parce que c'est évidemment beaucoup de cancers, et c'est, à la fin, beaucoup de drames familiaux. Autant nous devons être aux côtés des buralistes, pour savoir qu'effectivement il y a des gens qui trafiquent, il y a des gens qui « contrebandent. » La semaine dernière, parce que je trouve que le service des Douanes fait un travail absolument remarquable, la semaine dernière, à Calais, 8 tonnes ont été arrêtées. On ne le dit pas assez que les douaniers font un travail formidable, et nous allons renforcer l'arsenal contre la contrebande et contre le trafic illégal. Nous mettons en place…

JEAN-JACQUES BOURDIN
La traçabilité, vous allez la mettre en place ou pas ?

GERALD DARMANIN
La semaine prochaine, Monsieur BOURDIN, je suis prêt, si vous souhaitez venir avec madame BUZYN, nous mettons en place, à la demande du Premier ministre Edouard PHILIPPE, un plan de lutte contre le tabagisme et contre la contrebande…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Traçabilité des paquets de cigarettes ?

GERALD DARMANIN
Et il y a effectivement un certain nombre de concepts qu'a évoqué le président de la République dans sa campagne.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Traçabilité des paquets de cigarettes ? C'est la promesse d'Emmanuel MACRON.

GERALD DARMANIN
Nous tiendrons toutes les promesses du président de la République, et nous faisons un plan de lutte contre le tabac…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Parce que ce sont les cigarettiers qui organisent, souvent, le trafic parallèle, vous le savez bien.

GERALD DARMANIN
Ça je vous laisse la liberté de vos propos, mais en tout cas ce que je peux vous dire c'est que nous allons renforcer considérablement les moyens de lutte contre les contrebandiers et contre tout ce qui n'est pas une vente officielle.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Gérald DARMANIN, Emmanuel MACRON, candidat à la présidentielle, nous avait dit « je mettrai fin aux accords favorisant le Qatar », est-ce que la promesse sera tenue ?

GERALD DARMANIN
Nous tiendrons toutes les promesses du président de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, vous mettrez fin à la convention fiscale entre les deux pays ?

GERALD DARMANIN
Nous mettrons, avec le président de la République, ses propos en règle avec ce que nous allons faire.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc vous mettrez fin à cette convention fiscale ?

GERALD DARMANIN
Je viens de dire qu'on tiendrait toutes les promesses du président de la République, je ne peux pas vous dire autrement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous tiendrez toutes les promesses, donc vous mettrez fin à cette convention fiscale.

GERALD DARMANIN
Tous les pays ont des conventions fiscales avec… mais fondées sur l'égalité de traitement de tous ces pays.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc vous mettrez fin à cette convention. La PMA, vous avez toujours été contre l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, vous restez opposé ?

GERALD DARMANIN
J'ai surtout été opposé à la gestation pour autrui, à la marchandisation du corps…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, non, vous avez même déposé un amendement…

GERALD DARMANIN
Oui, en 2013.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Attendez, en 2013.

GERALD DARMANIN
Oui, bien sûr, et l'argumentation, si vous la reprenez, à l'Assemblée nationale, c'était notamment que, comme beaucoup de Français, qui se posent des questions, peur de l'ouvrir dans la gestation pour autrui. Le président de la République a eu des propos extrêmement dignes pendant la campagne électorale, et il a rappelé ces propos, d'ailleurs j'ai vu que Gérard COLLOMB et Marlène SCHIAPPA les ont rappelés ce week-end, qui étaient d'abord de dire que c'est une question compliquée, et c'est vrai que c'est une question compliquée, et les personnes méritent énormément de respect, et que les scientifiques, dans le Conseil de la bioéthique, doivent d'abord rendre un avis. Eh bien, moi, je vais proposer…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le Comité national a rendu un avis, le Comité national d'éthique, me semble-t-il.

GERALD DARMANIN
Permettez-moi. Je vais proposer de rentrer dans ce que le président de la République a proposé comme méthode, qui consiste à dire d'abord que ce n'est pas une question de cette année, notre travail premier c'est de rétablir le budget de l'Etat, de redonner du pouvoir d'achat…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'est pas ce qu'avait dit Marlène SCHIAPPA à votre place il y a 8 jours, puis elle a modifié son propos, mais bon, je dis ça comme ça, quoi !

GERALD DARMANIN
J'ai beaucoup d'amitié et de respect pour Marlène SCHIAPPA, chacun a ses sensibilités, moi, je respecte notamment la sienne, c'est un combat qu'elle mène et je le respecte tout à fait, mais il est vrai que notre priorité c'est l'économique et le social. Viendra le moment des questions de société. Le président de la République a expliqué qu'il y aura ce moment de concertation, il l'a d'ailleurs dit, en respectant même les opposants à ce type de questions de société.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, vous êtes toujours opposants ?

GERALD DARMANIN
Monsieur BOURDIN…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais je vous pose la question Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Monsieur BOURDIN, ne faisons pas comme vous le quinquennat précédent en montant les Français les uns contre les autres, posons d'abord des questions économiques et sociales…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais, il s'agit d'être honnête avec ses propres convictions…

GERALD DARMANIN
Mais, j'ai mes convictions personnelles.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Assumez-les, vous êtes contre.

GERALD DARMANIN
Je viens de vous rappeler, Monsieur BOURDIN, que j'avais moi-même déposé un amendement en 2013, vous n'avez même pas eu le temps de le dire vous-même.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes toujours contre ?

GERALD DARMANIN
Moi, ma ligne rouge, c'est la gestation pour autrui, qu'on n'ouvre pas un débat qui n'existe pas, le président…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais est-ce que vous vous opposerez à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes pendant le quinquennat, oui ou non ?

GERALD DARMANIN
Non, en rentrant dans le gouvernement du président de la République j'ai accepté l'idée que nous allons discuter de cette question, au sein du Conseil bioéthique et lors des Assises de la bioéthique, des questions extrêmement difficiles et intimes sont posées dans ce genre de débat, c'est le cas de la question de la fin de vie, c'est le cas de la PMA, et moi, je respecterai ce débat. J'aurai, à titre personnel, des convictions, mais je respecterai, je serai très solidaire du gouvernement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes toujours un homme de droite ?

GERALD DARMANIN
Je ne sais pas ce que ça veut dire d'être un homme de droite, il faudrait que vous définissiez ce que c'est. En tout cas, je ne suis pas un homme de droite dure, c'est sûr.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire ?

GERALD DARMANIN
Je ne me sens pas très proche de monsieur WAUQUIEZ et de monsieur CIOTTI.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes mal aux Républicains là !

GERALD DARMANIN
Vous savez, j'ai plutôt l'impression que c'est eux qui doivent partir, pas moi. Moi je suis d'une famille gaulliste et démocrate-chrétienne, je suis petit-fils de Harki, j'ai adhéré à 16 ans au RPR parce que je croyais en l'idée du Général de GAULLE, le Général de GAULLE, il a toujours combattu la droite extrême. Et puis, quand au second tour de la présidentielle, ma famille politique n'a pas su choisir entre le bulletin de vote LE PEN, le bulletin de vote blanc, et le bulletin de vote MACRON, je me suis dit qu'il y avait un divorce et qu'il était irréconciliable.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce que l'on assiste au début d'un rapprochement, selon vous, entre le Front national, Nicolas DUPONT-AIGNAN et la ligne WAUQUIEZ ?

GERALD DARMANIN
Je le crains.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous le craignez ?

GERALD DARMANIN
Je le crains, et je le crains avec beaucoup de tristesse…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Si Laurent WAUQUIEZ est élu président des Républicains, c'est la ligne qui sera suivie selon vous ?

GERALD DARMANIN
Ecoutez, quand on n'est pas capable, quand on est un responsable politique, quand on n'est pas capable de choisir entre un bulletin de vote d'un candidat Républicain et de Marine LE PEN, avouez qu'il peut se passer plein de choses après ça.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci Gérald DARMANIN d'être venu nous voir ce matin.

GERALD DARMANIN
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 20 septembre 2017

Rechercher